Paroles (1946) de Jacques Prévert : biographie et bibliographie de Jacques Prévert

Jacques PRÉVERT (1900-1977) : biographie et bibliographie

Complète la fiche ci-dessous, à partir des sites suivants :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Prévert

http://fr.wikipedia.org/wiki/Entre-deux-guerres

http://fr.wikipedia.org/wiki/Surr%C3%A9alisme

I. Sa biographie

Jacques Prévert est un poète et ……………… français, né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine, et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite (Manche). Après le succès de son premier recueil de poèmes, ………………, il devint un poète populaire grâce à son langage familier et ses jeux de mots. Ses poèmes sont depuis lors célèbres dans le monde francophone et massivement appris dans les écoles françaises. Il a également écrit des ……………… pour le cinéma.

Jacques Prévert naît au 19 de la rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine (actuellement Hauts-de-Seine) le 4 février 1900. Il y passe son enfance. Son père André Prévert, fait divers métiers pour gagner sa vie et de la critique dramatique et cinématographique par plaisir. Il l’emmène souvent au théâtre et au cinéma. Suzanne, sa mère (née Catusse), l’initie à la lecture. Il s’ennuie à l’école, et dès 15 ans, après son certificat d’études, il la quitte. Il multiplie alors les petits travaux, notamment au grand magasin Le Bon Marché. D’abord mobilisé en 1918, son service militaire se poursuit à Saint-Nicolas-de-Port où il rencontre Yves Tanguy avant d’être envoyé à Istanbul où il fera la connaissance de Marcel Duhamel.

En 1925, il participe au mouvement ………………, qui se regroupe au 54 de la rue du Château près de Montparnasse. C’est en fait un logement « collectif » où habitent Marcel Duhamel, Raymond Queneau et Yves Tanguy. C’est Prévert qui trouvera le terme de ……………………………… pour définir le jeu littéraire auquel ses amis et lui se livrent. Prévert est toutefois trop indépendant d’esprit pour faire véritablement partie d’un groupe constitué, quel qu’il soit. Il supporte mal les exigences d’André Breton, et la rupture est consommée en 1930. En 1932, il écrit les textes pour le groupe « ……………… » et il participera aux Olympiades du théâtre à Moscou.

Groupe Octobre – Wikipédia

Le groupe Octobre sur le bateau pour Moscou, en mai 1933. - DR collection privée Jacques Prévert.- Jacques Prévert est debout, 4ème à partir de la droite.
Le groupe Octobre sur le bateau pour Moscou, en mai 1933. –
Jacques Prévert est debout, 4ème à partir de la droite.

Jacques Prévert – Citroën :

Poème contemporain au groupe Octobre (1930 -1937) : groupe de Théâtre révolutionnaire pour lequel Prévert était auteur et parfois acteur. Monsieur Citroën perdit des millions au casino et licencia tous les ouvriers des quais de Javel (là où se situait sa plus grosse entreprise). C'est Jacques Prévert lui-même qui dit son texte.

Il est le scénariste et dialoguiste de grands films français des années 1935-1945, notamment …...............…..............., …...............…..............., …...............…..............., …...............…..............., …............... et « Les Portes de la nuit » de Marcel Carné, …...............…............... de Jean Renoir, « Remorques » et « Lumière d’été » de Jean Grémillon. Il a, à deux reprises, adapté des contes de Hans Christian Andersen, d’abord « La Bergère et le Ramoneur » devenu …...............…..............., film d’animation de Paul Grimault en 1957, puis en 1964, « Grand Claus et Petit Claus », autre conte d’Andersen, à la télévision, « Le Petit Claus et le Grand Claus » de son frère Pierre Prévert.

Drole de Drame 1937 Michel Simon Louis Jouvet :

Le Quai des brumes (1938) :

Le jour se lève (1939) :

Les Enfants du Paradis :

LE ROI ET L'OISEAU :

Ses poèmes sont mis en musique par Joseph Kosma dès 1935 (À la belle étoile) : ses interprètes seront entre autres Agnès Capri, Juliette Gréco, Les Frères Jacques, Yves Montand. Son recueil « Paroles », publié en 1946, obtient un vif succès.

Il écrit des pièces de théâtre. Son anticléricalisme, parfois violent, est souvent occulté par le public, au profit de ses thèmes sur l’enfance et la nature.

Paroles

Paroles est un recueil de poèmes de Jacques Prévert (1900-1977) publié pour la première fois en 1946.

Les textes de Jacques Prévert ont d'abord été publiés isolément dans diverses revues depuis les années trente (le Commerce, Bifur, la Révolution Surréaliste, Cahiers GLM /Guy Lévis-Mano, Soutes, les Cahiers d'Art) avant d'être regroupés partiellement de façon amateur par des étudiants de Reims à la fin de la guerre. En 1945, René Bertelé réunit à son tour les textes de Jacques Prévert avec l'accord du poète pour la maison d'édition qu'il vient de créer les Éditions du Point du jour et il publie le recueil le 10 mai 1946 sous le titre Paroles dans la collection le Calligraphe avec une couverture du photographe Brassaï. Le succès est immédiat : une première réédition de 5000 exemplaires est lancée une semaine après, puis d'autres pour atteindre le chiffre, spectaculaire pour un recueil de poèmes, de 25000 la première année. En 1947 René Bertelé publie une édition augmentée de seize textes, toujours au Point du jour et toujours avec succès. Il écrit Les enfants qui s'aiment. Gallimard qui a racheté les éditions de René Bertelé en transformant Le Point du jour en une collection que continue à diriger son créateur, réédite Paroles en 1949 et de nouveau en 1951 et 1956. En 1957, le recueil est publié en Livre de poche avec la couverture de l'édition originale : la photographie de Brassaï qui représente un mur gris couvert de graffiti sur lequel on a peint en écriture manuscrite rouge le titre et le nom de l'auteur. En 1972 Paroles paraît dans la collection Folio, avec en couverture le portrait en noir et blanc de Jacques Prévert photographié par Doisneau, le graphiste ayant rajouté une touche rouge à la cigarette que fume dans une attitude populaire le poète. La diffusion en collection de poche ne faiblit pas et avec environ 2,5 millions d'exemplaires Paroles représente la 4e meilleure vente dans ce domaine après L'Étranger et La Peste de Camus et Knock de Jules Romains, ce qui fait de Jacques Prévert de loin le poète le plus lu de la littérature française.

Le couronnement éditorial survient comme un pied-de-nez posthume du poète iconoclaste en 1992, avec la publication de ses œuvres dans la prestigieuse collection de la Pléiade.

Aspect

Paroles comporte 95 textes non ponctués de forme et de longueur très variées. Les textes les plus longs sont placés principalement au début du recueil (Tentative de description d'un dîner de têtes à Paris-France (11 p) – Souvenirs de famille (13p ), Évènements (9 p). Le plus long, La crosse en l'air (35 pages) est au milieu de l'œuvre et on retrouve un texte assez long, rajouté plus tard, en fermeture du recueil (Lanterne magique de Picasso – 7 pages). Les autres textes vont d'une seule ligne (Les paris stupides) à quelques pages en passant par des poèmes très courts (Alicante, 5 vers – Le grand homme, 4 vers – L'amiral, 5 vers avec 15 mots au total), des textes d'une petite page (Le cancre, 17 vers - Le miroir brisé, 16 vers - La fête continue, 18 vers) ou des textes de deux pages ( Page d'écriture - Barbara - Complainte de Vincent ...).

La forme est également très variée avec des textes en prose (Souvenirs de famille – certains passage du Dîner de têtes), des saynètes dialoguées en vers libres (L'orgue de barbarieLa chasse à l'enfant - L'accent grave ...) et un emploi plus traditionnel du vers libre avec parfois l'utilisation partielle de rimes irrégulières (Pour toi mon amourComplainte de Vincent - Barbara). La présence de l'oralité revendiquée conduit aussi à l'utilisation de la reprise sinon du refrain (BarbaraChasse à l'enfantJe suis comme je suis ...) qui font de ces textes des chansons qui seront d'ailleurs, ainsi que d'autres poèmes du recueil, mises en musique par Joseph Kosma.

Procédés stylistiques

Les aspects dominants de l'art de Jacques Prévert que souligne d'ailleurs le titre Paroles sont la spontanéité et l'oralité nourries des influences surréalistes faites d'expressivité nouvelle et de provocation.

  • Prévert a ainsi fréquemment recours à la recherche d'expressions corrosives et au rire en jouant sur les mots comme ici : "Notre père qui êtes aux cieux / Restez-y... " (Pater noster) – " Larima /Larima quoi / La rime à rien" (L'amiral) – Un vieillard en or avec une montre en deuil (Cortège - " Le monde mental / Ment / Monumentalement " (Il ne faut pas "). Le jeu sur les mots est d'ailleurs constant dans l'œuvre, même en dehors de la dérision, un seul exemple de cette réussite littéraire suffira : " Démons et merveilles " (Sables mouvants).
  • Un autre procédé très fréquent est celui de l'accumulation associée à l'anaphore ;par exemple : ouverture du Dîner de têtes (" Ceux qui pieusement / Ceux qui copieusement "...) dans lequel se glisse une parodie de Péguy, ou dans Salut à l'oiseau ou encore Cortège.
  • Le vocabulaire simple et concret est une autre caractéristique permanente de Paroles , par exemple dans La pêche à la baleineDéjeuner du matinLa batteuseInventaire ("Une pierre / Deux maisons / trois ruines...") avec parfois même une réelle violence (exemple : " Toute la batterie de cuisine du Saint Office des morts " (La Morale de l'histoire).
  • En dehors des moyens classiques de l'expression poétique comme le jeu sur les rythmes et les sonorités comme l'allitération dans Barbara :" Sous cette pluie de fer / De feu, d'acier, de sang ", c'est la richesse et l'expressivité des images qui est remarquable chez Prévert. Elles sont extrêmement nombreuses et en voici quelques exemples :" Dans les sables du lit tu remues en rêvant "(Sables mouvants) - " Voici le temps des égoutiers " (Le temps des noyaux) - " Ceux qui sont chauves à l'intérieur de la tête " (Dîner de têtes) - "L'éblouissant orage du génie de Vincent " (Complainte de Vincent).

Thèmes

Les thèmes du recueil sont nombreux : ils se croisent souvent et sont mis en valeur par les procédés poétiques efficaces.

  • La dénonciation de la violence, de la guerre (1945 = après la guerre), de la politique bourgeoise, de la religion est peut-être le thème dominant : il s'agit d'une mise en cause violente des puissants qui renvoie à l'engagement de Prévert dans l'agit-prop avec le groupe octobre. Antimilitariste (Le temps des noyauxQuartier libre ...), anticlérical (La crosse en l'airPater nosterLa cèneLa morale de l'histoire...), défenseurs des humbles contre l'argent bourgeois (Le discours sur la paix - La batteuse...), il fait également référence à l'actualité de son époque (guerre d'Espagne et guerre d'Éthiopie dans Lanterne magique de Picasso et La crosse en l'air, bombardement de la deuxième guerre mondiale dans Barbara ou fascisme dans L'ordre nouveau. Il associe ainsi dans ses répulsions la trinité pétiniste en mettant en cause les valeurs de la famille (FamilialeLa pêche à la baleine), la patrie (L'épopéeHistoire du cheval) et le travail qu'il présente comme une exploitation et une humiliation (Le temps perdu - Le paysage changeurDîner de têtes - L'effort humain où l'on trouve une expression qui résume tout : " La terrifiante chaîne où tout s'enchaîne / la misère le profit le travail la tuerie ". Prévert dénonce aussi d'autres oppressions comme l'emprisonnement (La chasse à l'enfant) ou la colonisation (L'effort humain) ou encore l'école et ses références (Le cancreLes paris stupidesComposition française ...) . Il s'agit donc explicitement d'une poésie socialement et politiquement engagée : Jacques Prévert a choisi son camp.
  • Le thème de la vie quotidienne, de la société, du temps, et des lieux de Paris est également récurrent dans le recueil (La rue de Buci maintenantPlace du Carrousel - Le jardin...) et fait de Prévert un poète attachant de la ville et du monde populaire. On le qualifie de "Parisien bohème".
  • En contrepoint à la violence révolutionnaire et anarchiste, " Paroles " exploite les thèmes lyriques traditionnels de l'amour, de l'enfance et de l'oiseau mais sans exaltation du " je " romantique : il s'agit plutôt d'une recherche du bonheur individuel et collectif fait de sensualité (Sables mouvantsParis at night), de liberté (Le cancreSalut à l'oiseau) où l'innocence et la fragilité sont protégées même si les peines de cœur continuent à exister (Le désespoir est assis sur un banc - Rue de Seine - Pour toi mon amourLe miroir brisé avec ces quelques vers : " Et j'ai mis la main sur mon coeur / où remuaient / ensanglantés / les sept éclats de glace de ton rire étoilé ").
  • Un dernier thème notable est celui de l'art et de la création avec des références à van Gogh (Complainte de Vincent), peintre de violence, de sang et de vie et à Picasso, qui bouscule la représentation de la réalité (Promenade de Picasso - Lanterne magique de Picasso). Jacques Prévert donne aussi la clé de sa recherche artistique dans Pour faire le portrait d'un oiseau, sorte d'art poétique où l'idéal est « quelque chose de simple /quelque chose de beau / quelque chose d'utile ... » ou encore quand il oppose « jouer du chien à poil dur » à « jouer du caniche » dans Le concert n'a pas été réussi.

Bilan

Si les textes de Paroles continuent à intéresser les jeunes générations, c'est qu'ils restent, pour la plupart, actuels et universels. En témoigne le succès de l'édition en deux volumes de ses Œuvres complètes dans la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade de Gallimard en 1992 et 1996, constamment réimprimés. Les responsables de cette édition, Danièle Gasiglia-Laster et Arnaud Laster ont bien montré que les textes de Prévert, sous leur apparente simplicité, relèvent d'un intense travail de construction et de précision, sont d'une grande richesse de sens, abondent en références culturelles. Le plaisir du texte qu'ils procurent peut donc toucher les moins érudits comme les plus exigeants. Les thèmes qu'ils véhiculent - l'enfance, l'amour, la solidarité, la révolte - continuent à retenir l'attention et à nourrir les mémoires. Il a su parler pour « ceux qui en ont trop à dire pour pouvoir le dire », tout en réinventant le langage. Jacques Prévert parle à l'intelligence tout en touchant les cœurs.

Prolongements

La diffusion des poèmes de Paroles s'est faite aussi largement par la chanson grâce à la musique de Joseph Kosma et à des interprètes comme Agnès Capri, Marianne Oswald, Juliette Gréco, les Frères Jacques, Germaine Montero, Mouloudji ou encore Yves Montand (parfois en association avec le cinéma comme pour «Les Feuilles mortes», chanson du film de Marcel Carné en 1946 Les Portes de la nuit, rendue célèbre justement par Yves Montand). Plus récemment, le groupe québécois les Cowboys Fringants ont repris Le Temps perdu.

Recueil Paroles

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire