Le fantasme de la frontière

Pour votre réflexion personnelle et parce que vous découvrez aussi la philosophie, cette citation d’un texte de Jean QUATREMER dans Libération du 27 août 2015  à propos des frontières européennes :

« La frontière, c’est bien plus qu’une ligne juridique, c’est le fantasme d’un espace homogène qui protège de l’autre, définit par rapport à l’autre : il y a le dedans et le dehors, le national et l’étranger, la sécurité et la menace… Une frontière, c’est le renoncement à de nombreuses libertés : liberté de se déplacer et de travailler, droit au respect de sa vie privée, obligation des autorités de justifier un refus d’entrée, etc. Dès lors que la frontière est partout, l’arbitraire administratif est partout. La sécurité a un prix, la liberté. Et qu’importe que cela ne fonctionne pas : aucune frontière n’a jamais rien empêché. »

Circuler librement ?

Imaginons un monde où les hommes circuleraient librement, traverseraient les frontières avec un simple passeport, sans visas, sans murs, sans zones d’attente ni centres de rétention, où les reconductions à la frontière concerneraient non plus les sans papiers, mais uniquement ceux qui porteraient atteinte à la sécurité de l’état. Ce monde existe, mais seulement pour les citoyens des pays riches rarement soumis à visas et pour les élites et fortunés des pays pauvres qui entrent dans les catégories de délivrance des visas” (Catherine Witol de Wenden, Le droit d’émigrer, 2013)

Enfin de prolonger notre étude des migrations en méditerranée, en guise de conclusion et poursuite de notre réfléxion, cette carte qui met en perspective  à l’échelle mondiale les déplacements possibles ou non des individus.

visas
Deux mondes en Visa vis par Nicolas Lambert