L’Option HIDA en CPGE : présentation générale aux nouveaux inscrits

L’Option HIDA en CPGE : présentation générale aux nouveaux inscrits

 

 

Pablo Picasso, (1881-1973), Nature morte à la chaise cannée, 1912, Huile sur toile cirée entourée de corde, 29 x 37 cm, Musée national Picasso, Paris

Donatello, Cantoria, détail. 1431-1438, marbre, sculptée pour la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence et conservée aujourd’hui au Museo dell’Opera del Duomo de Florence.

Cher.e.s élèves,

Principes.

L’option Histoire des Arts s’adresse aux élèves des  classes préparatoires littéraires (Hypokhâgne et Khâgne) A/L et Chartes B. Elle permet d’acquérir une culture artistique et historique indispensable à tout cursus littéraire en développant son goût pour les arts. C’est une discipline qui peut certes paraître « ludique » : observer, analyser, décrypter, intepréter des oeuvres d’art, apprendre à discourir sur les qualités plastiques, l’esprit d’invention des artistes, les grands mouvements artistiques, quoi de plus attrayant ?

Cependant, l’option Histoire des Arts en CPGE offre des possibilités d’équivalence à l’Université et de parcours aux deux ENS et à l’École des Chartes ou encore à des écoles d’art, des métiers du patrimoine, de l’édition etc. ce qui implique un investissement important en termes de lectures personnelles, de densité des cours à assimiler, de préparations (exposés, colles, devoirs). Matière à dissertation, elle implique donc la rigoureuse acquisition de savoirs mais demande aussi d’être animé par un esprit de curiosité, d’ouverture, et même, osons le mot : de passion, pour les arts.

Le travail à fournir.

Il consiste d’abord à être assidu et actif au cours et présent à tous les devoirs. C’est le terme principal du contrat. Des lectures d’extraits d’ouvrages sont indispensables. Il ne faut pas se limiter à son cours, qui « ne dit pas tout » loin s’en faut, et encore moins à des articles encyclopédiques type wikipedia (même si cet outil est extrêment utile et souvent de bonne qualité).

Ce site est un complément du cours et plus généralement un outil de travail personnel. Les articles et travaux d’élèves sont retirés du site en fin d’année. La mise à jour des cours et des exposés se fait chaque année à partir du mois de septembre. Des échanges par courrier électronique aideront également à lever les hésitations, à répndre aux interrogations, bref, à faire avancer la réflexion. Pour chaque chapitre étudié il est vivement conseillé d’établir des fiches sur des oeuvres incontournables en s’inspirant de la fiche méthode commentaire (peinture, sculpture et architecture) à télécharger : ficheanalyseoeuvrehida

Les évaluations.

Elles sont au nombre de 8 environ.

deux interrogations orales (colles) (une par semestre) sous forme de commentaires d’oeuvres

deux exposés d’une trentaine de minutes assistés par ordinateur (: avec diaporama). Le premier par petits groupes, le deuxième pourra être individuel ou par binômes selon les effectifs.

– deux commentaires d’oeuvres écrits de 2h

– deux dissertations, une maison et une sur table de 5h.

– deux concours blancs (dissertations de 5h) .

Méthodologie ici :

ficheanalyseoeuvrehida

fiche-methode-dissert-hida

Chaque travail est noté avec des coefficients : 1 pour les devoirs maison, l’exposé, et les colles, 2 pour les commentaires écrits d’oeuvres et les dissertations sur table, 3 pour les deux concours blancs. La notation en CPGE est bien sûr plus sévère qu’en Lycée. Cela ne signifie pas que des notes comme 17/20 ou 18/20 sont impossibles même si elles sont plus rares. A la fin de l’année, une mention sera attribuée pour servir à la poursuite d’tudes (de A à F).

Le programme de l’année.

Le programme d’Hypokhâgne est fixe mais d’une année à l’autre les sujets d’étude et d’exposés peuvent varier. Il suit deux axes principaux.

1.Un axe chronologique (le plus volumineux) :

L’introduction à la première question (Moyen Age renaissance) ici et celle de la deuxième question(XIXe – XXe) ici. Sont abordés des aspects techniques, stylistiques, historiques, sociologiques.

2. Un axe muséographique autour de la conservation et de l’exposition des oeuvres.

Ce sont des études de cas d’expositions temporaires, de collections permanentes de musées  guidés conservateurs à Strasbourg, plus autonomes à Paris, et éventuellement à Bâle ou à Baden Baden, Karlsruhe... Ces sorties auront lieu à différents moments de l’année et en fonction de l’actualité des expositions pendant le cours ou en dehors (plus rarement). Vous avez choisi cette option par passion ou par curiosité. Ne boudez pas le plaisir d’une visite d’exposition ou de musée.

Conseils pour les vacances, lectures d’initiation.

L’idéal est de commencer par un manuel universitaire en particulier ceux de la collection : Histoire de l’Art ed. Flammarion.

Trois volumes nous intéressent (sont à lire les chapitres indiqués ci-dessous et les introductions générales de chaque volume qui constituent d’excellentes synthèses sur chaque période).

1 – sous la dir. de Christian Heck, Moyen Age, chrétienté et islam
(avoir quelques notions sur Byzance, lire deux chapitres « l’Art gothique » (la sculpture et uniquement les généralités sur l’architecture) et « La fin du Moyen Age » (toujours insister sur la sculpture))


2 – sous la dir. de Claude Mignot et Daniel Rabreau, Temps Modernes
(lire deux chapitres : « A l’aube des temps modernes » et l’introduction de la partie « La Renaissance accomplie » p.124)


3 – sous la dir. de Françoise Hamon et Philippe Dagen, Epoque contemporaine, XIXe – XXe,
(lire deux chapitres « Révolutions et réactions », « L’âge des avant gardes »)

-> Ces trois manuels universitaires constituent la bibliographie pour l’oral d’admission à l’École du Louvre par la BEL !

 

Pour ceux qui n’ont jamais fait d’Histoire des arts, un survol rapide de l’histoire de l’art depuis la Renaissance dans un outil de travail utile : le Bescherelle, Chronologie de l’histoire de l’art. (Hatier)

http://bescherelle.com/sites/default/files/images/livres/couv/9782218977435-001-T.jpeg

Autre entrée possible (mais uniquement pour la peinture) : les ouvrages de Nadeije Laneyrie-Dagen (ENS – Ulm) : Lire la peinture, Tome 1 et Tome 2. (surtout le premier). Larousse.

Vous lirez aussi avec profit un ouvrage « grand public » (mais sans concession dans l’érudition et la finesse d’analyse) de Daniel Arasse,
Histoires de peintures, Folio essais Gallimard (voir présentation plus loin); Plusieurs émissions sont en ligne ici avec les images.

Sur l’histoire de l’architecture moderne (étudiée au 2e semestre) :

Michel Ragon, Histoire de l’architecture et de l’urbanisme modernes. (poche) Tome 1.

– Site pédagogique pour une initiation : https://www.panoramadelart.com/

 

Ressources, bibliographie.

Vous trouverez les ressources du CDI dans les deux pages dédiées à la bibliographie de chacune des deux grandes parties du programme (voir liens ci-dessous). Il s’agit bien sûr de la quasi totalité des ressources disponibles au CDI. Il n’est pas question de lire tous ces ouvrages en un an ! Cette sélection doit en revanche faciliter vos recherches pour les exposés et les travaux dirigés en fonction du sujet. Il faut être capable progressivement de faire référence aux historien(ne)s de l’art dans une copie ou à l’oral. Lors des exposés, il faudra obligatoirement présenter une bibliographie.

Où trouver les ouvrages ?

– Le CDI dispose d’un rayon Histoire de l’Art bien fourni.

La base du CDI est consultable en ligne.

Pour éviter les embouteillages, il est cependant recommandé de travailler de temps en temps en Bibliothèque spécialisée, en particulier pour les exposés :

– La BNU : http://www.bnu.fr/

Les recherches à partir du site de la BNU se font sur la totalité des bibliothèques universitaires de Strasbourg et vous permettent de réserver les ouvrages avant de vous y rendre pour les récupérer (uniquement pour la BNU).

– L’Institut d’Histoire de l’Art à l’Université de Strasbourg : https://bu.unistra.fr/.do?cdBib=BUSAR

– La Bibliothèque des Musées de Strasbourg est ouverte au public sans abonnement, en particulier le Samedi et le jeudi en « nocturne » jusqu’à 21h). Vous pouvez uniquement consulter les ouvrages sur place.

https://www.musees.strasbourg.eu/bibliotheque-des-musees

-> Pour vous faciliter la tâche, j’ai photographié et mis en ligne plusieurs ouvrages à utuliser pour les exposés. Je vous les indiquerai au moment de la distribusion des sujets d’exposés.

Travail conseillé pour le début du cours courant septembre

A partir d’un manuel d’Histoire de l’Art sur la période, construisez une chronologie (du XIIIe -> fin XVe) en y plaçant les plus grands artistes et leurs principales œuvres mentionnées.

Bien sûr, étudier des œuvres est aussi un plaisir. Rien ne vaut le contact direct avec les œuvres. Ne le boudez pas ce plaisir et profitez des vacances pour visiter sites, musées, monuments et expositions.

Vous allez passer une année riche et dense. Il y aura des moments d’euphorie et des moments de découragement, voire de spleen. Rassurez-vous, c’est passager !

 

Que faire après avoir suivi cet enseignement ? L’orientation après un cursus en prépa option Histoire des Arts.

Sur les métiers des arts et du patrimoine vous trouverez des informations sur le site du Ministère de la Culture et sur le site de l’École du Louvre en particulier ici : concours et métiers de la médiation culturelle : http://www.ecoledulouvre.fr/vie-etudiante/orientation/mediation

Les équivalences en Histoire de l’art à l’Université.

Toute demande d’équivalence implique une inscription en cumulatif à l’Université de votre choix (une seule possible).

Le Lycée Fustel de Coulanges a mis en place une convention d’équivalence en Histoire de l’art avec l’Université de Strasbourg, et les universités de Paris IV et Paris X. Ces conventions concernent aussi bien les élèves de la filière A/L que ceux de l’École des Chartes ayant suivi l’option pendant une année complète : HK, K ou K-cubes selon l’équivalence demandée.

A l’Université de Strasbourg.

– Une année d’Hypokhâgne Option Histoire et théorie des Arts (A/L ou Chartes) et 60 ECTS permettent de valider la L1 en totalité et de s’inscrire en L2.

– Une année d’hypokhâgne, puis, une année de khâgne avec Option Histoire et théorie des Arts (A/L ou Chartes B) et 120 ECTS permettent de s’inscrire en L3 d’Histoire de l’art. Après entretien, le responsable de Licence peut demander à l’étudiant de valider, en plus une UE de L2.

Les étudiants de CPGE inscrits en – Licence Humanités souhaitant suivre en plus l’option Histoire des Arts en Hypokhâgne et Khâgne ne pourront poursuivre après la Khâgne qu’en L3 Humanités. S’ils souhaitent valider aussi un cursus d’Histoire de l’art, ils devront d’abord obtenir leur Licence Humanités et s’inscrire ensuite en L3 d’Histoire de l’art. Ceux qui souhaitent faire un master en Histoire de l’Art doivent aller après la prépa en L3 d’Histoire de l’Art et non en Humanités.

Paris IV et Paris X-Nanterre.
A condition d’être inscrits en cumulatif dès septembre, les élèves de l’Option Histoire et théorie des Arts en Hypokhâgne ayant obtenu leurs 60 ECTS valident la L1 d’Histoire de l’Art complète. Les élèves de l’Option Histoire et théorie des Arts en Khâgne ayant obtenu leurs 120 ECTS valident la L1 et la L2 d’Histoire de l’Art complètes.

A l’issue de la Khâgne, une inscription en L3 de la double Licence Histoire – Histoire de l’Art est possible à Paris IV après sélection du dossier .

 

-> Les étudiants cubes option Histoire des Arts.

A l’Université de Strasbourg rien n’est prévu pour les cubes

Peuvent candidater sur dossier à l’ENS en tant qu’auditeur au niveau Master 1 : http://www.ens-lyon.eu/admissions/les-auditeurs-2884.kjsp?RH=AUDIT_MASTER&RF=AUDITEURS )

Pour Paris IV il faut déposer un dossier de candidature pour un master, l’inscription se faisant après acceptation  du projet de recherche par l’étudiant par un profeseur de l’université.

Pour Paris X voir ici : LIVRET VES CPGE CUBES LITT et SES 2018-2019 (clic)

L’Ecole du Louvre : trois voies d’accès :

Lire page rxplicative du site de l’EdL est ici :

http://www.ecoledulouvre.fr/enseignements/etre-eleve/premier-cycle/inscrire

le test probatoire (accès en 1re année) est supprimé. Désormais l’École du Louvre est intégrée à Parcours sup mais avec un concours d’entrée.

la banque d’épreuves littéraires (BEL accès en 3e année)

-la candidature sur dossier par équivalence (accès en 2e ou 3e année) est réservée a priori aux étudiants des universités.

L’École du Louvre prépare à la plupart des concours du patrimoine, elle possède master préparatoire au concours de l’INP (l’École des Chartes et l’ENS Ulm offrent également une préparation au concours de l’INP). Mais il faut aussi se renseigner sur les équivalences possibles à l’Université (L2 ou L3 selon les cas) car elles ne sont pas automatiques.

Contrairement à l’Université, l’enseignement y est plutôt encyclopédique, cela va de la préhistoire à nos jours (il faut donc de bonnes capacités de mémorisation) et méthodologique axé sur la connaissance des techniques, des styles et des courants artistiques, mais moins théorique et réflexif qu’à l’Université.

 

Emmanuel Noussis

Mise à jour novembre 2019

 

  • Ajouter au recueil d’expressions
    • Pas de liste de mots pour Français -> Français…
    • Créer une nouvelle liste de mots…
  • Copier

Laisser un commentaire