texte libre

24 06 2011

Ce que j’adore au collège c’est quand il y a des grèves, et tout le monde dit  »ouais ! on n’a pas cours  » alors tout le monde se dit;

 »moi je vais chez toi  » d’autres  »moi je vais me baigner  » mais c’est à chaque fois pareil, mon père veut que j’aille au collège alors tout le monde me dit :  »AH t’as trop pas de chance, nous, on va trop s’amuser  ». Une fois arrivé chez moi, je prépare un mensonge pour que mon père me garde à la maison. Une fois arrivé devant lui, je lui dis :

-papa il y a grève je peux peut rester à la maison?

-non

-il n’y a pas de cours

-même tu y vas

-il y a pas de car

-m’en fiche

-il n’y a pas de self

-pas grave, je t’achèterai un pique-nique, bon tu arrêtes sinon tu iras à chaque grève.

-mais je vais déjà à chaque fois –‘

 

                                                                                                                 flavien



le tricycle

24 06 2011

    Quand j’étais tout petit, j’ai démarré le vélo avec un tricycle: c’est un vélo ayant 3 roues. C’est avec ce vélo que beaucoup de rouleurs ont commencé leur future passion. Ce vélo ne possède ni plateaux ni pignons qui permettent de ne pas embrouiller la tête du « cycliste ». On peut aller en avant comme en arrière. Et bien sûr, on est (quasiment) assuré de ne pas tomber ! (sauf pour les cascadeurs).

Etienne.



Eternel combat

24 06 2011

Laïsa et Callum. Callum et Laïsa. Amis au départ. Ennemis à la fin. Et vieux. Aussi vieux que la mort mais toujours en vie. Deux êtres éternels qui vivront jusqu’à la fin des temps. Condamnés à errer autour de la planète jusqu’à la fin des temps. Condamnés à regarder les humains vivre leur vie insignifiante. Ah! les humains, des êtres incomparables à ces divinités. L’une représente le jour et l’autre la nuit. Les deux derniers survivants de leur espèce. Les yeux jaunes et les cheveux bleus. Jaune éblouissant comme la lumière du soleil et bleu profond comme la couleur du ciel la nuit. Deux parties d’un même être. Condamnés à se battre éternellement pour leur survie. Car si l’un des deux meurt, l’autre ne pourra vivre qu’un instant. Mais s’ils vivent tous deux sans conflits, ce sera les deux qui mourront. Donc ils sont condamnés; c’est irrévocable. Ils ne peuvent que poursuivre leur route, leur histoire. Il existe un moyen de les sauver mais ce moyen est impossible à atteindre. C’est une malédiction. Une malédiction qui permet de ne vivre que quelques instants, mais ce sont des instants de magie. Seulement aucun des deux ne peut l’obtenir. Car ce sont leurs enfants qui la détiennent. Leurs enfants, l’Aurore et le Crépuscule. 

Margot



poème

22 06 2011

Tout sourire, tu t’es  perchée

Le grand noyer pliait sous ton poids de plume

Autour de toi, tu as regardé, observé,

Ton fin profil se détachait sur la Lune

Il était temps de descendre

Mais tu m’as répondu de ta voix de rêve

Que tu voulais regarder la nuit de cendre

Piquetée d’étoiles si belles

Au matin, auréolée de lumière,

Tu es montée sur la plus haute branche,

Tu te tenais là, si fière,

Et tu t’es envolée,  dessinant des arabesques blanches

Ta chute si belle semblait celle d’un ange,

Ton dos cambré , tu es entrée dans l’eau

Sans une éclaboussure,

Si ce n’est dans mon cœur

Lorianne.



Mouvement

22 06 2011

En mouvement. Sois en mouvement constant. Si jamais tu t’arrêtes, tu es perdu.Tu n’as qu’une seule chance. Alors cours! Si tu ne cours pas assez vite, la vie ne te fera pas de cadeau. Dans cette course vers la mort chaque instant est un surplus de vie. Aucun miracle n’arrivera. Tu es seul face à eux. Puni pour des actes justes qu’eux ne comprennent pas. Dans le long couloir noir menant à cette mort certaine tu as réfléchi, entendant la clameur des autres résistants. Mais l’étreinte de ta fin t’a brouillé les idées.  Tu n’as plus qu’une chance. Cours! Tu crois que tu préfères faire face à la mort, rester immobile ? Tu n’y arriveras pas ! C’est parti. Tu es entré. Quelques secondes de silence puis la lumière du jour. Tu te places en ligne avec les autres voyageurs pour ton dernier voyage. Les buttes sont à dix mètres derrière toi. Mais tu seras mort avant d’y arriver. Tu es déjà mort! Écoute les ordres. Tu dois te retourner. Tu le fais, enfin. Tu tournes le dos à tes agresseurs pour faire face à ta dernière épouse. La mort. Le vrai jeu commence. Écoute ! On te dit de courir! Tu refuses. Ton esprit te bloque. Mais ton corps est plus fort. Un pas après l’autre tu accélères. Tu n’es plus qu’une proie que l’aigle guette. Pourtant tu cours comme un lapin pour échapper au chasseur. Les balles sifflent autour de toi.Tu t’écroules. Ta jambe est blessée. Tu rampes. Quelle humiliation! Écoute! Tu les fais rire! Tu les dégoûtes ! Tu ne sens plus rien. Juste un léger souffle d’air. Une sortie. Oui.

La fin de l’exécution.

Camille.



Jean-Claude (2ème partie)

22 06 2011
L’école la plus proche n’était pas très loin de ma position actuelle. Avec de la chance , j’arriverais à temps pour la sortie des enfants. Ma camionnette rouge garée , je sortis avec mon sachet de bonbons à la recherche d’enfants à kidnapper. Je me dirigeais vers un enfant et j’engageai la conversation en lui demandant :
– Tu veux des bonbons mon petit gars ? lui demandai-je avec un grand sourire.
– Euh…Oui ! me répondit-il.
– Viens , on va aller dans ma camionnette , j’en ai des tonnes…!
– C’est que j’ai pas le droit d’aller…..dit-il méfiant.
– De toute façon , je suis un ami à ton père ! en le coupant dans sa réponse.
– D’accord , j’accepte de venir avec vous monsieur !!
– Parfait !!!
J’ouvris la porte de la camionnette , l’enfant rentra dedans sans se douter de la supercherie.
– Alors , monsieur elles sont où vos tonnes de bonbons ?
– Mon petit , il faut que je te dise une chose :
Il n’y a pas de bonbons dans ma camionnette ! Tu viens de rentrer dans le domicile du » grand Jean-Claude » !!
Je m’apprêtais là à commettre un acte terrible sur un pauvre enfant naïf sans défense…..
Nicolas B


pantins

21 06 2011

Jacques a dit , Jacques ordonne , Jacques exige, Jacques crie… pauvre pantins que nous sommes , personne n’est libre , ne croyez pas les films ou les personnages crient leur liberté ce ne sont que des acteurs qui exécutent le script. Les pantins se font manipuler , petites marionnettes en bois . on ne voit à peine les fils et pourtant ils sont bien là . Tu as envie de hurler ta haine hum demande l’autorisation avant !!! Bien sûr il y a des pauses, tu te crois dans un rêve : tu te maries et tu as des enfants , de nouveaux pantins dans la balance, cela ne fait de mal à personne . Après tu n’as pas de récompense et surtout pas de remerciement . non tu t’en vas, c’est tout,  tu es hors d’usage. Tu n’amuses plus personne, tu as des rides et une drôle de voix aussi , mais c’est que si tout va bien.  Mais avant, tu as donné la vie , c’est bien, peut-être qu’eux seront libres , si le monde change peut-être qu’eux feront ce qui leur plait , peut-être ...

marine



127 heures

20 06 2011

Si vous voulez regarder le film, ne lisez pas le texte parce que je le raconte en entier.

C’est l’histoire d’un jeune homme d’environ la vingtaine qui va partir dans le canyon de leur région sans avertir quelqu’un dans sa famille ;  en partant il mit la nuit avant d’y arriver puis comme son moyen de déplacement était une sorte de van, il décida de passer la nuit à l’arrière du véhicule. 

Le lendemain, il partit de bonne heure pour aller passer toute une journée dans le canyon et y faire du vélo puis aux environs de midi, il va croiser deux jeunes femmes d’environ la vingtaine comme lui avec qui il va passer un court instant avec eux. Mais pendant ce court instant, ils vont se baigner et se balader . En se séparant,il vont tous partir à l’opposé de là où ils s’étaient arrêtés.

Quelques heures après,le jeune homme va attacher sont vélo à un tronc d’arbre et va partir  en courant pour sauter par-dessus les crevasses faites naturellement dans le canyon. Suite à ça, il va tomber à un certain moment un va faire tomber un caillou qui va lui coincer le bras contre la falaise ce qui, pour lui, sera la plus grosse gaffe de sa vie. Pendant 127 heures (environ 4 jours) il va rester coincé dans la crevasse avec environ 3 sandwichs, une petite bouteille d’eau et ses hallucinations. Au bout du 2ème jour, il va commencer à halluciner de Scooby-Doo  et va avoir la chanson dans la tête. Il va aussi par dessus le caillou par hallucination pour apercevoir son neveu, sa mère, son père puis toute sa famille assise sur un canapé, très triste de ne pas avoir de nouvelles.

Au 3ème jour il va commencer à se couper le bras avec son couteau très mal aiguisé ; il ne va rien couper, du coup, il va prendre le caillou pour aiguiser le couteau puis suite à ça au 4ème jour environ au milieu de l’après midi, il va s’enfoncer le couteau dans la fin de l’avant-bras puis vu que son os avait été cassé, il a pu couper la chair assez facilement ; le plus dur a été de couper le nerf car à chaque fois qu’il le touchait, il criait, du coup, il a dû le couper avec précipitation ,remonter puis crier à quelqu’un de l’aide, pui suite à ça il a été emmené immédiatement à l’hôpital.

Jason.



48H 4

20 06 2011

Pardonnez moi mais  je suis un peu dur de l’oreille, en fait ce n’était qu’un petit aboiement d’un petit chien et bien sûr j’ai la phobie des chiens mais grâce au ciel, il me suivait mais s’arrêta d’aboyer. J’entrai dans la pièce en question et pris le matériel nécessaire pour ouvrir le coffre mais une alarme se déclencha et la peur m’envahit. Je pris la statuette, l’enfouis dans mon sac et je courus à toute allure pour pouvoir partir sans me faire prendre en flagrant délit. Sans me retourner, je courus tellement vite que je ne m’en serais jamais cru capable. je ne rentrai pas chez moi mais j’allai dans un parc en plein milieu de le nuit comme ça j’étais suis sûr que personne ne viendrait me déranger. Mais bien sûr, y a toujours quelqu’un ! et cette fois c’était une jeune femme et vu la façon dont elle était habillée elle devait se prostituer, elle s’assit auprès de moi et commença à me parler:

-Je suis désolée, mais là c’est l’heure de ma pause .

– Ne vous inquiétez pas , je suis juste là pour prendre l’air ;

-Vous pouvez me tutoyer si vous le souhaitez .

-Ce ne sera pas de refus .

-Mais que fais-tu dans cet endroit à une heure pareille ?

A cet instant, je me suis demandé si je pouvais tout lui raconter et puis après tout, elle doit être droguée :

-C’est une longue histoire.

-C’est pas grave, j’ai toute la nuit devant moi !

Léa



L’handicapé

20 06 2011

Il parle bizarrement, mais il est très gentil avec les enfants… Moi je l’aime bien, il s’appelle Marc, il est bizarre depuis un accident! Il jouait avec mon papa à cache-cache… Mon papa en avait marre et a crié « BON J’EN AI MARRE JE RENTRE! » Du coup il a laissé Marc tout seul. Marc était caché dans un buisson, puis au bout d’une demi-heure, il s’ennuyait et il est sorti de sa cachette. Ce qu’il ne savait pas c’est qu’il y avait une course-poursuite entre la police et des voleurs, il s’est fait renverser par les voleurs, il a volé et il s’est refait écrasé par les policiers… Les médecins lui avaient dit qu’au bout de trois mois il mourrait mais cela faisait 10 ans et il vivait toujours! Il a bien voulu essayé de se suicider mais il ne pouvait plus faire grand-chose. Du coup, au bout de dix ans, j’ai compris ce qu’il voulait dire (parce que avec ses « mougnou gna mougnou » on ne comprend pas tout de suite)! La meilleure chose qui m’a traversé l’esprit, c’était de prendre le couteau de chasse de mon père, et de le lui planter dans la gorge…

Milan