Archive for décembre, 2007

Visite de la mosquée de Kairouan (Tunisie)

Samedi, décembre 22nd, 2007

Toujours dans le chapitre consacré au Monde musulman, aujourd’hui nous partons à la découverte de la mosquée que vous avez découverte lors du devoir maison: celle de Kairouan, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Première étape, la ville de Kairouan et son site officiel, www.kairouan.org, qui propose:

  1. L’histoire de la ville
  2. Les principaux monuments à visiter
  3. Des vues 360° de ces principaux monuments

Le site, réalisé par un professeur d’histoire-géographie d’un collège privé, vous propose de découvrir les principaux éléments de la Grande Mosquée de Kairouan, construite au VIIème et considéré comme le 4ème lieu saint de l’Islam.

cliquez sur l’image pour accéder au site:

La grande mosquée de Kairouan vue de nuit

Une fois le parcours terminé, deux exercices vous proposent de vérifier vos connaissances!

Le Temple de Jérusalem, la ville trois fois sainte!

Samedi, décembre 22nd, 2007

Qu’est-ce que le Temple de Jérusalem? Quelle est son histoire?

Jérusalem, la ville trois fois sainte

Pour commencer cette vidéo de l’émission « Le Dessous des Cartes » conçue et présentée par Jean-Christophe Victor, chaque semaine sur Arte, qui décrit merveilleusement, il n’y a pas d’autre mot, l’histoire « mouvementée » de la ville:

Visite virtuelle du Temple de Salomon

Je vous propose une visite en 3D du temple que Salomon construisit en l’honneur de Yahvé (ou Jehovah) et qui fut complètement détruit par les Babyloniens en -587:


Entrainez-vous à reconnaitre les principaux éléments du Temple en vous aidant du manuel (pages 52 et 53).

Toujours pour vous entrainer je vous conseille ce site réalisé par un collègue professeur (d’histoire-géo) qui propose un exercice interactif autour du Temple. C’est ICI.

L’histoire du Temple en quelques images:

Reclasser ces images du Temple de Jérusalem dans l’ordre chronologique: (normalement des informations doivent apparaître lorsque vous glissez la souris sur l’image, dite-moi si ce n’est pas le cas!)
A. Le Second Temple reconstruit à partir de -515 au retour de la diasora

B. Le Temple reconstruit par Hérode en -19 (Ier sièce avant JC) il est détruit en 70 par les Romains (Ier siècle après JC)

C.Reconstituion (et interprétation) du Temple de Salomon ou Premier Temple, détruit en -586

D. Le Kotel aujourd'hui, à Jérusalem (Israël). C'est un lieu saint de la religion juive.

E. Le Kotel ou Mur occidental (aussi appelé Mur des Lamentations) seul vestige du Temple, photo prise en 1870

Le Temple aujourd’hui dans la religion juive: le Kotel

Vue du Mur des Lamentations (ou Kotel):

1. Quel drapeau se trouve sur la place?

2. Toutes les personnes sont-elles là pour prier? (indice: mettez du son!)

Une bar mitsva* devant le mur occidental

Bar mitsva: parfois appelée « communion juive », c’est moment auquel le garçon atteint sa majorité religieuse (13 ans); pour célébrer cela il dirige une partie de la cérémonie et lit la Torah. Pour les filles, c’est la bat mitsva (vers 12 ans), mais cela ne se passe pas toujours exactement comme pour les garçons (cela dépend des communautés)

1. Quel livre lit l’enfant?

2. En quelle langue parle-t-il?

3. Comment appelle-t-on l’homme qui dirige la cérémonie?

4. Que porte l’enfant sur la tête? Que porte le prêtre sur la tête? Quand cette pratique est-elle née? (voir manuel p:51)

Voilà de quoi approfondir le travail sur le temple que je vous ai donné à faire pour la rentrée (et qui est bien plus court et rapide à faire).

Qui sont les Hashishins?

Jeudi, décembre 20th, 2007

Qui sont les Hashishins? Le mot français « assassin » est-il vraiment dérivé de ce nom?

Au commencement….

Au XIème siècle, les Nizârites, communauté musulmane chiite, prêche une lecture ésotérique (c’est-à-dire un peu secrète et magique) du Coran. On les appelle aussi Ismaéliens ou Bâtiniens.

L’un des chefs, le philosophe Hassan ibn al-Sabbah, surnommé « le Vieux de la Montagne », fait construire une forteresse au sud de la mer Caspienne (Iran actuelle): Alamut est le quartier général des Nizârites, en guerre contre les Turcs.

La forteresse d'Alamut (reconstitution)

Les détails de l’histoire de cette communauté guerrière sont un peu complexes, ce qui nous intéresse ici c’est surtout le mythe qui en est ressorti et qui encore aujourd’hui fait débat: les Hashishins.

cliquez ici (merci arte) pour en savoir plus sur les légendaires guerriers et répondre aux questions suivantes:

  1. Quel est le véritable nom des Hashishins?
  2. Qui est le « Vieux de la Montagne »?
  3. Combien réunit-il de soldats à Alamut?
  4. Quel est leur méthode de combat?
  5. Qu’est-ce qu’un fedayin?
  6. Qui sont leurs victimes?
  7. Quand leur histoire se termine-t-elle?

Les Hashishins et l’Occident

Le mot « Assassins » apparut la première fois dans les chroniques des croisades pour désigner une secte musulmane dominée par un mystérieux « Vieux de la Montagne », leurs mœurs et croyances les rendaient « aussi abominables aux bons chrétiens qu’aux bons musulmans ». C’est le rapport d’un émissaire en Egypte de l’Empereur Barberousse qui date de 1175 qui en fait première fois mention.

Ces témoignages révèlent un aspect important du mythe « Assassins », ce qui frappe l’imagination des chrétiens des croisades, c’est le caractère fanatique de leur méthode plus que le meurtre en lui-même !

  Scène du documentaire

Le vénitien Marco Polo qui aurait traversé la Perse vers 1273 livre un témoignage assez précis des coutumes des hommes d’Alamùt: « Le vieil homme était appelé en leur langage Aloadin. (…) il leur faisait boire un breuvage qui les endormait aussitôt, puis les faisait emporter dans son jardin. (…) Et quand il veut envoyer en quelque lieu un de ses Hasisins, il fait donner de son breuvage à l’un ou à l’autre de ceux qui sont dans son jardin, et le fait porter dans son palais. (…) Et quand le Vieil veut faire occire un grand seigneur, il leur dit : Allez et tuez telle personne et quand vous reviendrez, je vous ferai porter par mes anges en Paradis»

 

Si les chroniqueurs médiévaux font mention d’un mystérieux breuvage qui rend docile les membres de cette secte, il faut attendre les études faites au XIXème siècle pour que l’on trouve une explication du vocable « Assassin », c’est à cette époque que serait née la fameuse explication relative au hachîch d’où le nom d’hachînchiyyîn (fumeur de hachich).

 

Que doit-on penser de ces chroniques chrétiennes ? Alamùt était-elle si puissante qu’elle allait jusqu’à inquiéter les souverains jusque dans leurs châteaux de France ? Rien n’est moins sûr. L’une des explications les plus intéressantes est celle de la diabolisation de l’ennemi à outrance, dans le but de montrer à tous, et principalement au pape les difficultés de l’entreprise franque en Terre Sainte: si les chroniqueurs rapportent ces faits monstrueux c’est dans le but de montrer la dureté des conditions du combat en Terre Sainte.

D’après Philippe ILIAL, La secte des Assassins à travers les chroniques médiévale (intégrale ici)

  1. De quel siècle date la première référence aux « Assassins »?
  2. Comment sont-ils considérés par les chroniqueurs chrétiens?
  3. Que sait-on de ce que faisait boire Aloadin aux Hasisins d’après Marco Polo?
  4. De quel siècle date la « fameuse explication relative au hachich »?
  5. Le commentaire des chroniqueurs chrétiens est-il fiable? Pourquoi?

D’où vient le mot français « Assassin »?

Regardez d’abord l’explication de l’étymologie du mot « assassin » proposée, en vidéo, par Bernard Cerquiglini, sur le site de TV5.

  1. Pourquoi les Sunnites surnomment les Nazarites (ou Ismaëliens) les « hassassins »?
  2. Quelle langue européenne reprend le mot?
  3. Que désigne-t-il alors?
  4. Quelle est la conclusion étymologique de ce cher Bernard?

Cette histoire est très originale, mais il semblerait pourtant qu’elle soit fausse!!

Voici comment, grâce à l’étymologie, on peut déconstruire un mythe vieux de 200 ans:

Cette explication, assez plaisante à dire vrai, a été inventée en 1809 par un orientaliste friand d’anecdotes pittoresques, nommé Silvestre de Sacy, mais qui ignorait tout des lois qui régissent l’évolution des langues. Ainsi, dans le Trésor de la Langue française, volume 3, publié en 1974, à la rubrique « étymologie et histoire » de l’entrée assassin, il est dit que le pluriel *hachichiyyin n’est pas attesté en arabe. Il existe un singulier hachichiya, mais pas de pluriel qui aurait pu donner la terminaison italienne en – ino. La transformation du ch arabe en un s en italien n’est pas non plus expliquée. Si cette étymologie avait été la bonne, le mot français obtenu aurait été hachichi. Pour ce qui est de l’étymologie reçue partout, les auteurs du Dictionnaire Historique de la langue française (Le Robert, 1992) expriment des doutes. « Très critiquée par certains orientalistes, cette origine pourrait céder la place au substantif ‘asas « patrouille » et ‘asaas « gardien » (pluriel ‘asaasin) » (l’apostrophe devant asas transcrit la consonne arabe aïn). Il existe en arabe un verbe ‘as, qui signifie « faire le guet », et dont est dérivé le nom ‘asassassas, pluriel, oussouss, qui signifie « fondement ». L’adjectif qui en est dérivé est assassi, qui signifie « fondamental ». En arabe, loi organique se dit qanoun assassiya. Le sens de assassin, comme « gardien des fondements », montre que les assassiyin qui éliminaient du dar el islam mécréants et infidèles, surtout les chrétiens, n’agissaient pas ainsi parce qu’ils auraient été sous l’emprise de la drogue, mais parce que ces tueurs se considéraient comme les gardiens du dogme islamique et comme de vrais musulmans.

Extrait du site nouvellelanguefrançaise.hautetfort.com

  1. Quand et par qui fut « lancée » la théorie des « assassins fumeurs de hachich »?
  2. Quel mot aurait été utilisé en français si les Hashishins avaient été des fumeurs de hachich?
  3. Que signifierait en réalité « assassaiyin »?

Pour ce qui est de l’usage des drogues, le Coran, comme la loi française d’ailleurs, est très clair:

« Aussi, ce qui est plus mauvais que cela est de vendre des narcotiques, comme le hashish et l’opium, aussi bien que d’autres types de drogues, que les gens connaissent de nos jours. Donc celui qui le vend est un criminel aux yeux des musulmans et aux yeux du monde entier. Ceci parce que les drogues tuent les gens, donc elles sont une arme destructive. » D’après l’uléma (ou ouléma) soudanien Salih Al-Fawzan (www.mosquee-lyon.org)

  1. Au fait, qu’est-ce qu’un « uléma » dans le monde musulman? (cahier)
  2. De quelle sourate du Coran peut-on rapprocher cette interdiction? (p:33)

————————————————————————————-
ENVOYEZ VOS RÉPONSES GRÂCE AUX COMMENTAIRES!

 

 

Soirée télé et bouillon de culture

Mercredi, décembre 19th, 2007

Ce soir je ne saurai trop vous recommander deux émissions très prometteuses (je ne les ai pas encore vues) et qui méritent que vous y jetiez un oeil, même rapide:

– Théma spécial Al-Andalus sur Arte, voir le détail ici.

Al-Andalus est la partie de l’Espagne dominée par les musulmans du VIIIème au XVème siècles. Le mot a d’ailleurs donné le nom de la région espagnole « Andalousie ». Il existe encore des traces impressionnantes du passage des musulmans en Europe occidentale:

Alhambra (Grenade) construite au XIIIème siècle

La grande mosquée de Cordoue, construite à partir de 785

– L’émission « Des Racines & Des Ailes » sur France 3, avec des vidéos de présentation ici. 3 reportages vous présenteront Alep, Lepsis Magna (la Rome africaine), et le Yémen, sur le thème des portes entre Orient et Occident. Je rappelle que le Yémen se trouve dans la péninsule arabique, lieu de naissance de l’Islam.

Bonne soirée à tous (enregistrez ces émissions si vous ne pouvez pas les regarder ce soir!)

La guerre n’est pas qu’un jeu…

Mardi, décembre 18th, 2007

Bonjour,

A l’occasion du chapitre consacré aux Droits de l’Enfant je vous invite à vous intéresser d’un peu plus près au phénomène des « enfants-soldats » qui est malheureusement toujours d’actualité!

Les enfants, du monde entier et de toutes les époques, aiment « jouer à la guerre » pour de faux: le succès des pistolets à eau, des épées en bois ou plus récemment des jeux vidéos qui portent sur ce thème (type Counter Strike) tend à le démontrer encore aujourd’hui. Les parents se posent d’ailleurs souvent la question de savoir s’ils doivent donner ce genre de « jeu » à leurs enfants sans risquer de développer chez eux des comportements violents…

Pour la plupart des enfants du monde la guerre est donc un jeu!

Bataille avec des pistolets à eau: un jeu d'enfants

Mais pour d’autres enfants, surtout en Afrique et en Asie (voir carte et liste des pays où l’on trouve des enfants soldats), la guerre est bel et bien réelle: une réalité terrifiante , traumatisante, de laquelle il est très difficile de sortir.

« On ne naît pas violent, on le devient. C’est si facile pour un enfant de devenir soldat, si difficile ensuite de lui faire récupérer l’humanité qu’il a perdue. Mais c’est possible » Ishmael Beah

Qu'est-ce que tu voudrais être quand tu seras grand? Un enfant!!!

C’est ce que montre les témoignages de ces deux anciens « enfants soldats »:

Ce sont près de 300 000 enfants, filles et garçons confondus, qui sont enrôlés dans des forces armées et qui participent aux combats, dans des pays ravagés par la guerre.

Violence, mort, drogue, sang, maladie, viols constituent le quotidien de ces milliers d’enfants, souvent orphelins, et pour qui l’armée, malgré les conditions très difficiles, est une nouvelle famille.

quelques clichés d'enfants soldats

Plusieurs associations, organisations, collectifs luttent contre ce phénomène destructeur et interdit, rappelons-le par la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (1989-1990), ratifiée mais pas toujours appliquée par les Etats.

  • L’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) consacre un dossier pour la « libération des enfants soldats », c’est ici. Dans ce dossier vous trouverez l’interview du jeune Ishmaël Beah et une petite animation vidéo très parlante (ici).
  • L’organisation non gouvernementale Amnesty International fait la même chose ici.
  • La Défenseure des Enfants, rappelle les 10 points clés de la Convention internationale des droits de l’enfant (ici) dont le n°10: « Personne n’a le droit de faire de toi un soldat. Où que tu habites, tu as le droit de vivre en paix. Les guerres, quand elles éclatent, ne doivent concerner que les adultes. Ils n’ont pas le droit de te faire participer. Ils n’ont que le droit de te protéger« 
  • Le collectif musical Univerbal et son album « Enfants soldats d’ici et d’ailleurs » qui a pour objectif d’alerter l’opinion publique (et notamment les plus jeunes) sur ce problème. Balladez-vous sur le site pour en apprendre un peu plus sur leur action en Afrique (la barre de navigation est en haut de la page).

Le clip du collectif « Enfants soldats d’ici et d’ailleurs »

(vous noterez que le clip est tourné dans une école, seul rempart, peut-être, au terrible destin des ces enfants oubliés)

Donnez votre avis grâce aux commentaires…