Archive for avril 19th, 2008

Alexandrie, Alexandre III

Samedi, avril 19th, 2008

Retour sur la séance consacrée à Alexandre, pour approfondir le sujet et le travail que vous devez réaliser (dans votre cahier) pendant les vacances, à savoir l’activité p:107 et la carte des conquêtes du plus célèbre des Macédoniens.

Alexandre le Grand (de -356, Pella à -323, Babylone) est un personnage aussi historique que légendaire. Son épopée, bien réelle et notamment attestée par le témoignage des 18 Alexandrie, a nourri l’imaginaire des hommes de son époque et des suivantes (jusqu’à nos jours même avec le film Alexandre d’Oliver Stone dont nous avons vu quelques extraits en classe), au même titre que les mythes d’Ulysse, Héraclès ou encore Gilgamesh (pour Babylone). C’est ce que Jacques Lacarrière (1925-2005), spécialiste des mythologies, veut montrer dans son livre (disponible en poche) La légende d’Alexandre:

« On connaît par de nombreux ouvrages l’histoire et la vie d’Alexandre le Grand mais on connaît moins bien en France les légendes que cette histoire et cette vie ont inspirées dans l’imaginaire de la Grèce. Quatre siècles après la mort du conquérant, paraît en grec à Alexandrie un récit retraçant les exploits d’Alexandre mais surtout sur le mode fantastique. Un fantastique qui nous entraîne sur des terres, des mers et des contrées où bien sûr Alexandre ne s’est jamais aventuré. Mais quelles fables et quelles inventions ! Ne va-t-il pas jusqu’aux extrémités du monde près du Pays des Bienheureux, pour tenter de pénétrer vivant au Paradis ? Ne traverse-t-il pas les Enfers avec toute son armée ? Ne découvre-t-il pas, au pied d’une mystérieuse montagne peuplée d’hommes à tête de chien, une source miraculeuse qui n’est autre que la Fontaine de Jouvence ? Enfin, ne va-t-il pas jusqu’à descendre tout au fond de la mer dans un tonneau de verre pour connaître les mystères de l’abîme ? Je n’ai jamais apprécié particulièrement les conquérants, grands ou petits, mais il faut dire qu’Alexandre ne fut pas un conquérant comme les autres. C’est pourquoi j’ai tenu à traduire ce texte mirifique, célèbre en Grèce mais inconnu ou oublié en Occident. Car dans tout le cours de ce récit, on voit bien qu’Alexandre ne s’aventure pas au bout du monde pour le lucre ou la gloire mais pour en percer le secret et accéder ainsi à l’immortalité. » (Jacques Lacarrière, 2000)

Pour en savoir plus sur la construction du mythe d’Alexandre, rendez-vous ici.

Carte des conquêtes d’Alexandre (cliquez dessus pour la voir en grand)

Vous trouverez une autre carte, plus « dynamique », sur cette page: carte.

Le mythe d’Alexandre a été particulièrement entretenu par son compagnon Ptolémée, qui devint à la mort du roi-pharaon, son successeur en Egypte et créa l’un des royaumes hellénistiques (carte n°4 p:105). C’est pour rendre légitime sa prise de pouvoir qu’il rapatrie le corps d’Alexandre en Egypte et lui érige un grand tombeau. La capitale des Ptolémées ou Lagides (dont la dernière représentante est Cléopatre VII, celle que vous connaissez-tous!) n’est autre qu’Alexandrie fondée en -331 par Alexandre lui-même, qui abritera plus tard une des sept merveilles du monde: le phare d’Alexandrie. Sa bibliothèque, non moins célèbre, fait de la ville un des principaux centres culturels de l’Antiquité. Le documentaire ci-dessous et les pages 108 et 109 de votre manuel devraient vous aider à en savoir plus (jetez aussi un oeil au document 2 p:110):

La page de France5.fr consacrée à Alexandrie.

 

Le point sur les grandes dates de la vie d’Alexandre sur le site herodote.net.