Chapitre 4 : La Révolution Française et l’Empire (1789-1815) : un bouleversement politique

Histoire

La Révolution française (1789-1799) puis le Consulat (1799-1804) et enfin l’Empire (1804-1815) sont des périodes pendant lesquelles la vie politique française a été profondément bouleversée.

Comment la Révolution française et l’Empire transforment-ils en profondeur l’organisation politique de la France ?

I- Devenir citoyens : les débuts de la Révolution française (années 1780-1789)

A- Les difficultés de la monarchie et le mécontentement des Français à la veille de la Révolution (années 1780).

Pourquoi et comment la monarchie absolue est-elle mise en difficulté dans les années 1780 ? Pourquoi Louis XVI est-il obligé de convoquer les Etats-Généraux en 1789 ?

Réalisation de l’escape game (pour le faire ou le refaire c’est ici) ET Fiche sur les mécontentements des Français dans les années 1780

A recopier dans le cahier après avoir lu le schéma et regarder la vidéo ci-dessous. Pour le lundi 08 février pour les 4eD.

*** Un déficit : c’est lorsque dans un budget, les dépenses sont supérieures aux recettes (= aux revenus).

Etats généraux : assemblée des représentants des trois ordres du royaume réunis par le roi dans des circonstances exceptionnelles.

Un cahier de doléance : un cahier qui consigne les demandes et les plaintes des Français (par ordre et par province) auprès du roi en vue des Etats généraux. ***

B- Vers l’affirmation du pouvoir par le peuple (1789-1791)

Comment se sont faits le renversement la monarchie absolue et l’affirmation de la souveraineté et des droits du peuple ? Comment les Français passent-ils du statut de sujet à celui de citoyen

Fiches sur les années 1789-1791 : schéma + documents? (1789-1791)

Une constitution : un texte de loi suprême fixant le fonctionnement d’un Etat.

La souveraineté : le droit d’exercer l’autorité politique, d’exercer le pouvoir.

Une monarchie constitutionnelle : un régime politique dans lequel les pouvoirs du roi sont définis et limités par une Constitution.

Une Nation : Communauté vivant sur un même territoire et affirmant sa volonté de vivre ensemble.

Le suffrage censitaire : le droit de vote réservé à ceux qui paient un impôt important (= les plus riches).

II- La Révolution française en marche : la République (1792-1799)

A- La chute de la monarchie (août 1792) : le rôle primordial du peuple

Les sans-culottes : petit peuple révolutionnaire des villes (qui portent le pantalon et non la culotte des nobles et des bourgeois).

Les fédérés : les gardes nationaux chargés du maintien de l’ordre dans les villes de province. ***

Fiche 10 août 1792

Corrigez et complétez votre rédaction avec le texte ci-dessous. Pour le 22 mars pour les 4eD.

*** Le 10 août 1792, le peuple s’empare du palais des Tuileries, où réside le roi et sa famille. En effet, les sans-culottes parisiens, petit peuple révolutionnaire aidés des fédérés, les soldats de la Révolution, attaquent le palais des Tuileries au matin du 10 août 1792. L’affrontement avec les gardes suisses chargés d’assurer la protection de la famille royale est très violent : des canons et des fusils sont utilisés. Cette violence s’explique également par les fortes convictions de chacun des deux camps : les gardes suisses étant des royalistes convaincus, le peuple de Paris étant contre le roi.

En effet, progressivement à partir de l’année 1791 le roi perd la confiance d’une grande partie du peuple français. Tout d’abord le 21 juin 1791, le roi et sa famille fuient Paris en direction des Pays-Bas autrichiens pour rejoindre le frère de la reine Marie-Antoinette, qui est l’empereur d’Autriche afin de lever une armée et reprendre son pouvoir absolu. Bien que le roi et sa famille soient habillés en bourgeois, ils sont reconnus dans une auberge à Varenne le lendemain et sont ramenés à Paris. Le peuple se méfie désormais du roi. Cette méfiance se transforme en défiance à l’été 1792. En effet, alors que la France est en guerre contre l’Autriche alliée à la Prusse depuis avril 1792, Brunswick, le chef des armées prussiennes et autrichiennes, déclare, le 25 juillet 1792, que Paris doit se soumettre à ses soldats et menace le peuple français de fortes représailles s’il s’attaquait à Louis XVI et sa famille. Ce manifeste est perçu en France comme la preuve que le roi complote toujours avec l’Autriche et la Prusse. Il est donc vu comme un traître à la nation française. Le mécontentement monte chez les sans-culottes parisiens et les fédérés qui décident de demander des comptes au roi et attaquent ainsi le palais des Tuileries, où il réside, le 10 août 1792.

Cette journée révolutionnaire du 10 août 1792 est un événement historique majeur qui marque une rupture importante dans la Révolution. A la suite de cette journée, le roi et sa famille sont faits prisonniers dans la prison du temple à Paris et la monarchie est suspendue. Pour la première fois, la France n’est plus une monarchie mais une république. Une nouvelle constitution est rédigée et est adoptée le 21 septembre 1792 : la première République est proclamée. Elle est dirigée par la Convention, nouveau nom donné à l’assemblée nationale, dont les députés sont élus au suffrage universel masculin. Les royalistes sont pourchassés et guillotinés. Louis XVI, désormais appelé Louis Capet, doit faire face à un procès devant la Convention qui décide de le condamner à mort (366 députés votent pour la condamnation à mort, 355 votent contre). Il est guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde).***

B- La Terreur (1793-1794) : défendre la patrie à tous prix ?

En quoi les dangers encourus par la République entraînent-ils le régime de la Terreur ?

Quelle expérience politique la République connaît-elle alors ?

Les Montagnards : groupe de députés appelés ainsi car ils siégeaient en haut des gradins. Ils sont plus proches du petit peuple que les autres députés (notamment les Girondins, plus proches des bourgeois).

Fiche sur la Terreur

A recopier dans le cahier. Pour le 22 mars pour les 4eD

***La République française naît en septembre 1792 et donne le pouvoir à une assemblée toute puissante, la Convention, où s’opposent Girondins et Montagnards. Le roi est guillotiné. Pour lutter contre les dangers qui menacent la République (guerre avec les pays voisins, guerre civil) et pour sauver la démocratie (le suffrage universel masculin est instauré), le régime de la Terreur, qui est une dictature, est mis en place par Robespierre et les Montagnards. Celui-ci s’arrête en 1794 avec la mort de Robespierre. La République perdure avec le Directoire mais la démocratie recule (le suffrage censitaire est réinstauré).

Suffrage universel masculin: tous les hommes majeurs ont le droit de vote quelque soit leur niveau de revenu.***

III- Le Consulat et l’Empire : rupture ou continuité de la Révolution ? (1799-1815)

Comment Napoléon Bonaparte a-t-il mis fin à la Révolution ? Comment s’inscrit l’expérience politique du Consulat et de l’Empire par rapport à la Révolution ?

Fiches sur le Consulat et Empire

En 1799, le général Bonaparte, soutenu par l’armée, prend le pouvoir par la force : c’est le coup d’Etat du 18 brumaire (9 novembre 1799). Il met en place un nouveau régime politique, le Consulat. Bonaparte cherche à rétablir la paix civile : il prône le retour des émigrés et signe le Concordat.

Si en apparence le Consulat maintient les principaux acquis de la Révolution (égalité des droits, séparation des pouvoirs…), il permet à Bonaparte, devenu premier consul, de renforcer progressivement son pouvoir. En effet, il possède le pouvoir exécutif, il dirige l’armée, il est à l’initiative des lois et contrôle les assemblées législatives, il nomme les ministres, les fonctionnaires et les juges…

Ce retour à un régime personnel et autoritaire s’accentue au fur et à mesure du Consulat

(Bonaparte se fait nommer consul à vie en 1802) ; jusqu’à aboutir en 1804 à la proclamation de l’Empire. Napoléon imite le sacre des rois de France (sceptre, main de justice…) et des empereurs romains (couronne de laurier…), et règne désormais seul.

Même si certains principes de la Révolution sont conservés (l’égalité de droits), le régime est désormais de nouveau personnel et autoritaire : les libertés de la presse et de réunion disparaissent par exemple.

Il ne s’agit cependant pas d’un total « retour en arrière » car la France est transformée : elle a une nouvelle monnaie, des fonctionnaires formés efficacement, un Code civil…


Fiche de révision. Contrôle le lundi 12 avril ou le mardi 13 avril.

Je connais et je sais utiliser les repères suivants :

  • la Révolution française : 1789-1799

  • Prise de la Bastille : 14 juillet 1789

  • Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : août 1789

  • Proclamation de la République : septembre 1792

  • le Consulat : 1799-1804

  • l’Empire : 1804-1815

Je sais raconter et expliquer l’importance :

  • les difficultés de la monarchie et le mécontentement des Français dans les années 1780

  • de l’année 1789 (début de la RF, fin de la monarchie absolue ? début de la monarchie constitutionnelle, voir premier schéma du cours)

  • du 10 août 1792 (fin de la monarchie ? début de la République, voir deuxième schéma du cours)

  • du coup d’Etat de Bonaparte en 1799 (début du Consulat et fin de la République)

Je sais décrire et expliquer :

  • le régime de la Terreur (1793-1794, dirigée par Robespierre)

  • les éléments de continuité et de rupture du Consulat et de l’Empire par rapport à la Révolution.

Je maîtrise le vocabulaire clef du cours :

  • déficit

  • Etats généraux / cahier de doléance

  • constitution / Nation / souveraineté / suffrage censitaire

  • monarchie absolue / monarchie constitutionnelle / république / consulat / empire

  • la Terreur / levée en masse

  • les Girondins / les Montagnards

  • les sans-culottes / les fédérés