Chapitre 6 : La Seconde guerre mondiale en France (1940-1946)

Histoire

Comment la France -son régime politique et sa population- traverse-t-elle la Seconde guerre mondiale ?

Lors de ce chapitre, vous avez fait un escape game numérique. Pour refaire l’escape game, c’est ici !

Fiche prise de notes + carte mentale bilan de l’escape game

Les I- et II- reprennent la carte mentale mais sous forme rédigée.

I- L’effondrement de la IIIe République : la défaite de 1940 et le régime de Vichy

Comment la IIIe République s’effondre-t-elle en 1940 ?

Bonus :

En mai 1940, l’Allemagne envahit la France, à sa grande surprise, par la Belgique. Grâce à ses chars et son aviation militaire efficace, l’armée allemande avance rapidement dans le territoire français : c’est la Blitzkrieg (la « guerre éclair »). Ainsi, des civils français sont contraints de fuir ; ils partent sur les routes avec peu d’affaires et au risque de leur vie (bombardements) vers le Sud, au plus loin des zones de combat (c’est « l’exode »).

En juin 1940, Paris est occupée. Le gouvernement français doit donc prendre une décision : continuer les combats ou se rendre. Le 17 juin, le maréchal Pétain devenu chef du gouvernement et héros de Verdun (1GM) demande l’armistice à l’Allemagne alors que le général De Gaulle, parti pour l’Angleterre, demande quant à lui aux Français de le rejoindre pour continuer le combat dans une allocution à la BBC le 18 juin.

L’armistice est, finalement, signé le 22 juin à Rethondes. Ses conditions prévoient l’annexion de l’Alsace-Moselle et loccupation de la moitié nord du territoire français par l’Allemagne (la zone occupée ou la zone Nord). Pétain installe donc son gouvernement dans la « zone libre » (dans la moitié sud du territoire français) et place sa capitale à Vichy. Il fait voter des actes constitutionnels qui lui donne tous les pouvoirs : une dictature est mise en place. La démocratie est suspendue, c’est la fin de la IIIe République.

En quoi Vichy et sa politique de Révolution Nationale sont-ils incompatibles avec les valeurs de la République ?

Bonus :

Pétain fonde à Vichy un nouvel Etat français, un régime dictatorial, antirépublicain, antidémocratique. Il propose avec son gouvernement une « Révolution nationale » basée sur des valeurs opposées à celles de la République : c’est un régime autoritaire et antisémite dont la devise est « travail, famille, patrie ».

Après la rencontre de Montoire (octobre 1940), Pétain engage la France dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne. L’Etat français (principalement la Milice à partir de 1943) se met au service de l’Occupant, des policiers français raflent les juifs qui sont livrés aux nazis ( ex : rafle du Vel d’Hiv 16-17 juillet 1942, 76 000 juifs déportés par la France). De plus, le STO (Service de Travail Obligatoire) est mis en place, obligeant des milliers de jeunes Français à aller travailler en Allemagne.

A recopier dans le cahier pour le jeudi 17 mars pour les 3eD

*** Rafle : arrestation massive de personnes.

STO : Service de Travail obligatoire, système mis en place en France sous le régime d’occupation allemande, pour réquisitionner la main-d’œuvre française mise au service des Allemands***

II- La Résistance, des résistances en France : le maintient de l’idéal républicain

Comment s’organisent les mouvements de résistances en France ? Comment la défense des valeurs républicaines se maintient-elle au sein de la Résistance ?

Bonus :

La France libre (= la Résistance extérieure)

Dès le mois de juin 1940, le général De Gaulle refuse la défaite et veut poursuivre la lutte aux côtés du Royame-Uni. Il lance un appel à la BBC le 18 juin 1940 et constitue les FFL (Forces Françaises Libres). Pendant l’été 1940, les soldats des FFL sont peu nombreux. Leur effectif finit par atteindre 260000 soldats. De nombreuses colonies françaises se rallient à la France Libre. Les FFL participent aux combats aux côtés des Alliés, notamment aux débarquements d’Italie en 1943, ainsi qu’aux combats de la Libération après le débarquement en Normandie en juin 1944 ainsi qu’à l’invasion de l’Allemagne en 1945.

La Résistance intérieure

Dès l’été 1940, certains Français refusent de subir l’occupation et le régime de Vichy. Ils constituent des réseaux et des mouvements de résistance. En 1940, ils sont très eu nombreux. Quelques événements vont grossir leurs rangs : l’entrée en guerre de l’URSS en 1941 aux côtés des Alliés pousse les communistes à rejoindre la Résistance ; en 1942, les premières rafles antisémites accroissent les rangs de la Résistance et en 1943, l’établissement du STO (Service du Travail Obligatoire) pousse des jeunes hommes qui refusent d’aller travailler en Allemagne à rejoindre la Résistance. Ces résistants sont divisés en de nombreux groupes, souvent politiquement opposés, ce qui rend limitée l’efficacité de leurs actions (distribution de journaux dénonçant Vichy et les nazis, sabotage des moyens de communication, lutte armée…).

A recopier dans le cahier pour le jeudi 17 mars pour les 3eD et les 3eI

*** Maquis : région isolée et difficilement accessible (généralement montagneuse ou boisée) où se réfugient des résistants pour échapper à l’occupant et y organiser la lutte clandestine, au cours de la Seconde Guerre mondiale.***

Bonus :

L’unification des résistances et la participation de la Résistance à la Libération de la France.

De Gaulle veut unifier la Résistance autour de lui. En 1942, de Gaulle charge Jean Moulin dit Rex dunir les différents mouvements de la résistance intérieure. En 1943, Jean Moulin parvient à réunir clandestinement les délégués de chaque mouvement de la résistance intérieure en un Conseil National de la Résistance (CNR) qui adopte un programme commun qui défend des idées démocratiques et républicaines. Cette coordination rend plus efficaces les actions entreprises par les mouvements, réseaux de résistance et les maquis. Progressivement les deux résistances s’unifient donc autour de De Gaulle.

Les résistants (les FFL tout comme les résistants de l’intérieur dont les maquisards participent à la libération de la France. A la suite des débarquements de Normandie (6 juin 1944) et de Provence (15 août 1944), la France est libérée. De Gaulle obtient des Alliés, que la 2eme DB (Division de Blindés) du général Leclerc entre en premier dans Paris le 24 août 1944. Cette entrée symbolique est une manière de montrer la participation active des résistants français à la libération du pays. Elle est importante : elle permet à de Gaulle de justifier la formation d’un gouvernement français une fois le pays libre, car les Etats-Unis comptaient occuper la France.

III- Après la Libération, la refondation républicaine

Comment la France renoue-t-elle avec l’idéal républicain et parvient-elle à triompher de Vichy ?

A recopier dans le cahier pour le jeudi 17 mars pour les 3eD et les 3eI

***Une fois Paris libérée le Gouvernement provisoire de la République (le GPR, formé des différents représentants de la Résistance dont de De Gaulle) s’installe au pouvoir : la République est rétablie et entame de nombreuses réformes inspirées du programme du CNR. Ces réformes sont ensuite reprises dans la constitution de la Ive République, adoptée par référendum en octobre 1946.***

Fiche sur les mesures prises à la Libération.


Contrôle le jeudi 24 mars pour les 3eD et 3eI.

Fiche de révision

Je connais et je sais utiliser les repères suivants :

  • appel du général de Gaulle : 18 juin 1940

  • régime de Vichy : 1940-1944

  • fondation du Conseil National de la Résistance (CNR) par Jean Moulin : 1943

  • libération de la France, rétablissement de la République (la IVe), droit de vote des femmes, Sécurité sociale : 1944-1945

Je sais raconter et expliquer :

  • la défaite française de 1940 et ses conséquences, l’armistice et la fin de la IIIe République

  • la vie d’un mouvement de la Résistance (Libération-sud) en montrant les valeurs républicaines auxquelles les résistants sont attachés.

Je sais décrire :

  • quelques aspects du régime de Vichy, révélateurs de son idéologie

  • les principales mesures prises à la Libération (droit de vote des femmes etc)

Je sais expliquer :

  • l’organisation de la Résistance (FFL et résistances intérieures)

Je sais définir les termes suivants :

  • maquis

  • STO

  • démocratie

  • république