A propos A. Glowacki-Labrette

Professeure d'Histoire-Géographie au collège Paul Vaillant-Couturier, Champigny-sur-Marne (94).

Chapitre 6 . La Révolution Française et l’Empire (1789-1815) : un bouleversement politique

Histoire

La Révolution française (1789-1799) puis le Consulat (1799-1804) et enfin l’Empire (1804-1815) sont des périodes pendant lesquelles la vie politique française a été profondément bouleversée.

Comment la Révolution française et l’Empire transforment-ils en profondeur l’organisation politique de la France ?

I- Devenir citoyens : les débuts de la Révolution française (années 1780-1789)

A- Les difficultés de la monarchie et le mécontentement des Français à la veille de la Révolution (années 1780).

Pourquoi et comment la monarchie absolue est-elle mise en difficulté dans les années 1780 ? Pourquoi Louis XVI est-il obligé de convoquer les Etats-Généraux en 1789 ?

Réalisation de l’escape game (pour le faire ou le refaire c’est ici) OU Fiche sur les mécontentements des Français dans les années 1780

A recopier dans le cahier après avoir lu le schéma et regarder la vidéo ci-dessous. Pour le 04 mai pour les 4eD.

*** Un déficit : c’est lorsque dans un budget, les dépenses sont supérieures aux recettes (= aux revenus).

Etats généraux : assemblée des représentants des trois ordres du royaume réunis par le roi dans des circonstances exceptionnelles.

Un cahier de doléance : un cahier qui consigne les demandes et les plaintes des Français (par ordre et par province) auprès du roi en vue des Etats généraux. ***

B- Vers l’affirmation du pouvoir par le peuple (1789-1791)

Comment se sont faits le renversement la monarchie absolue et l’affirmation de la souveraineté et des droits du peuple ? Comment les Français passent-ils du statut de sujet à celui de citoyen ? (1789-1791)

A recopier dans le cahier. Pour le 11 mai pour les 4eD.

*** Une constitution : un texte de loi suprême fixant le fonctionnement d’un Etat.***

Fiches sur les années 1789-1791 : schéma + documents

A recopier dans le cahier. Pour le 15 mai pour les 4eD.

*** La souveraineté : le droit d’exercer l’autorité politique, d’exercer le pouvoir.

Une monarchie constitutionnelle : un régime politique dans lequel les pouvoirs du roi sont définis et limités par une Constitution.

Une Nation : Communauté vivant sur un même territoire et affirmant sa volonté de vivre ensemble.

Le suffrage censitaire : le droit de vote réservé à ceux qui paient un impôt important (= les plus riches).***

Fiche tableau de David, Le Serment du jeu de paume

A recopier dans le cahier. Pour le 20 mai pour les 4eD.

*** II- La Révolution française en marche : la République (1792-1799)

A- La chute de la monarchie (août 1792) : le rôle primordial du peuple

Les sans-culottes : petit peuple révolutionnaire des villes (qui portent le pantalon et non la culotte des nobles et des bourgeois).

Les fédérés : les gardes nationaux chargés du maintien de l’ordre dans les villes de province. ***

Fiche 10 août 1792

Pour ceux et celles qui ont fait l’étape 2, corrigez et complétez votre rédaction avec le texte ci-dessous. Pour ceux et celles qui n’ont pas fait l’étape 2, recopiez le texte ci-dessous. Pour le 25 mai pour les 4eD.

      *** Le 10 août 1792, le peuple s’empare du palais des Tuileries, où réside le roi et sa famille. En effet, les sans-culottes parisiens, petit peuple révolutionnaire aidés des fédérés, les soldats de la Révolution, attaquent le palais des Tuileries au matin du 10 août 1792. L’affrontement avec les gardes suisses chargés d’assurer la protection de la famille royale est très violent : des canons et des fusils sont utilisés. Cette violence s’explique également par les fortes convictions de chacun des deux camps : les gardes suisses étant des royalistes convaincus, le peuple de Paris étant contre le roi.

      En effet, progressivement à partir de l’année 1791 le roi perd la confiance d’une grande partie du peuple français. Tout d’abord le 21 juin 1791, le roi et sa famille fuient Paris en direction des Pays-Bas autrichiens pour rejoindre le frère de la reine Marie-Antoinette, qui est l’empereur d’Autriche afin de lever une armée et reprendre son pouvoir absolu. Bien que le roi et sa famille soient habillés en bourgeois, ils sont reconnus dans une auberge à Varenne le lendemain et sont ramenés à Paris. Le peuple se méfie désormais du roi. Cette méfiance se transforme en défiance à l’été 1792. En effet, alors que la France est en guerre contre l’Autriche alliée à la Prusse depuis avril 1792, Brunswick, le chef des armées prussiennes et autrichiennes, déclare, le 25 juillet 1792, que Paris doit se soumettre à ses soldats et menace le peuple français de fortes représailles s’il s’attaquait à Louis XVI et sa famille. Ce manifeste est perçu en France comme la preuve que le roi complote toujours avec l’Autriche et la Prusse. Il est donc vu comme un traître à la nation française. Le mécontentement monte chez les sans-culottes parisiens et les fédérés qui décident de demander des comptes au roi et attaquent ainsi le palais des Tuileries, où il réside, le 10 août 1792.

      Cette journée révolutionnaire du 10 août 1792 est un événement historique majeur qui marque une rupture importante dans la Révolution. A la suite de cette journée, le roi et sa famille sont faits prisonniers dans la prison du temple à Paris et la monarchie est suspendue. Pour la première fois, la France n’est plus une monarchie mais une république. Une nouvelle constitution est rédigée et est adoptée le 21 septembre 1792 : la première République est proclamée. Elle est dirigée par la Convention, nouveau nom donné à l’assemblée nationale, dont les députés sont élus au suffrage universel masculin. Les royalistes sont pourchassés et guillotinés. Louis XVI, désormais appelé Louis Capet, doit faire face à un procès devant la Convention qui décide de le condamner à mort (366 députés votent pour la condamnation à mort, 355 votent contre). Il est guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde). ***

B- La Terreur (1793-1794) : défendre la patrie à tous prix ?

En quoi les dangers encourus par la République entraînent-ils le régime de la Terreur ? Quelle expérience politique la République connaît-elle alors ?

A recopier dans le cahier. Pour le 29 mai pour les 4eD

*** Les Montagnards : groupe de députés appelés ainsi car ils siégeaient en haut des gradins. Ils sont plus proches du petit peuple que les autres députés (notamment les Girondins, plus proches des bourgeois).***

Fiche sur la Terreur

A recopier dans le cahier. Pour le 02 juin pour les 4eD

*** La République française naît en septembre 1792 et donne le pouvoir à une assemblée toute puissante, la Convention, où s’opposent Girondins et Montagnards. Le roi est guillotiné. Pour lutter contre les dangers qui menacent la République (guerre avec les pays voisins, guerre civil) et pour sauver la démocratie (le suffrage universel masculin est instauré), le régime de la Terreur, qui est une dictature, est mis en place par Robespierre et les Montagnards. Celui-ci s’arrête en 1794 avec la mort de Robespierre. La République perdure avec le Directoire mais la démocratie recule (e suffrage censitaire est réinstauré).

Suffrage universel masculin: tous les hommes majeurs ont le droit de vote quelque soit leur niveau de revenu.***

III- Le Consulat et l’Empire : rupture ou continuité de la Révolution ? (1799-1815)

Comment Napoléon Bonaparte a-t-il mis fin à la Révolution ? Comment s’inscrit l’expérience politique du Consulat et de l’Empire par rapport à la Révolution ?

Fiches sur le Consullat et Empire

Chapitre 7 : Les villes au Moyen Age (XII-XVe s)

Histoire

Au Moyen Age, en Europe de l’Ouest, seulement un habitant sur dix vit en ville. Cependant à partir du XIIe les villes connaissent un véritable essor : elles s’agrandissent et s’enrichissent. Une nouvelle façon de vivre (différente qu’à la campagne) s’y développe.

Comment expliquer l’essor des villes au Moyen Age en Europe de l’Ouest ? Comment y vit la population ?

Lors de ce chapitre, vous avez commencé par faire un escape game numérique OU vous avez travaillé sur Bruges.

Pour faire ou refaire l’escape game, c’est ici !

Fiches sur Bruges (si vous les avez faites et que vous n’avez pas fait l’escape game)

A recopier dans le cahier. Pour le 04 mai pour les 5eD. Pour le XXX pour les 5eG.

*** I- L’essor des villes au Moyen Age

Comment se développent les villes au Moyen Age ?

Au Moyen Age, à partir du XIIe s, les villes d’Europe de l’Ouest se développent grâce au commerce. Ainsi, elles attirent de plus en plus d’habitants et s’étendent au delà des remparts dans les faubourgs. Elles s’enrichissent également. Les villes dont l’essor est le plus important se situent entre l’Italie du Nord et les Flandres (actuelle Belgique/nord de la France), en passant par les foires de Champagne car ce sont des villes très commerciales.

Faubourg : quartier récent construit au delà des remparts de la ville.

Comment s’organise le pouvoir dans les villes au Moyen Age ?

Au Moyen Age, la terre et donc les villes appartiennent à des seigneurs (des comtes, des ducs etc). Cependant ces seigneurs ne dirigent pas seuls ces villes. Ils délèguent (= ils donnent) une grande partie de leur pouvoir aux bourgeois de la ville qui sont de riches artisans ou marchands. Il choisit parmi ces bourgeois une dizaine d’hommes, qu’on appelle échevins ou consuls, pour former leconseil communal (ou le conseil de la Commune). Ce conseil communal est chargé d’administrer la ville. Dans le Nord de l’Europe, un document, qu’on appelle une charte de franchise, fixe les pouvoirs du conseil communal et du seigneur pour chaque ville.

Charte de franchise : acte par lequel dans le Nord de l’Europe un seigneur cède une partie de ces pouvoirs aux habitants de la ville.

Conseil communal : conseil qui dirige une ville au Moyen Age, qui est composé de riches marchands ou artisans que l’on nomment échevins ou consuls.

Bourgeois : personne bénéficiant de droits politiques (qui peut être choisi comme échevins ou consuls) et de privilèges au sein d’une ville et qui est issue d’une riche famille de marchands ou d’artisans de la ville

II- L’organisation de la vie quotidienne dans les villes au Moyen Age

Qui sont les habitants des villes et comment y vivent-ils au Moyen Age ?

Dans les villes au Moyen Age, ceux et celles qui travaillent sont principalement des artisans (ex : boulanger, cordonnier, tailleur de pierre, tisserand). Tous les artisans qui pratiquent la même activité professionnelle sont regroupé dans un même métier. Chaque métier possède un règlement strict auquel chacun doit se plier sous peine d’être exclu du métier (et donc de ne plus pouvoir travailler). Chaque métier est dirigé par les maîtres. Chaque maître est à la tête d’un atelier qui fabrique et vend un produit. Il dirige des salariés qui doivent lui obéir : des jeunes apprentis aux compagnons expérimentés. Tous les ateliers du même métier se trouvent dans la même rue.

Ainsi, au sein des métiers, la hiérarchie entre les individus est importante. Tous les artisans n’ont pas le même niveau de vie. Seulement les maîtres des métiers les plus aisés et les riches marchands font partie des bourgeois.

Métier : organisation professionnelle au sein des villes au Moyen Age. Il regroupe toutes les personnes pratiquant la même profession, fixe un règlement que tous doivent suivre et impose une hiérarchie stricte entre ses membres.

III- L’Eglise, un rôle spécifique dans les villes au Moyen Age

Comment l’Eglise marque-t-elle les villes au Moyen Age ?

Comme dans les campagnes, l‘Eglise est omniprésente dans les villes. De nombreux bâtiments religieux parsèment les villes médiévales. Dans chaque grande ville se trouve une immense cathédrale pour glorifier Dieu et montrer à chacun la puissance de l’Eglise. Ces cathédrales très hautes et très lumineuses, de style gothique, apparaissent à la fin du XIIe s grâce à des innovations architecturales (la clef de voûte permet de monter plus haut le plafond des cathédrale et les arcs boutants à l’extérieur permettent de porter ses hauts murs).

Par ailleurs, l’Eglise vient en aide, dans les ville aux plus pauvres en les accueillant dans les Hôtels-Dieu ; lieu où elle soigne également les malades. Elle participe donc réellement à la vie collective.

Par ailleurs, dans les grandes villes les premières universités apparaissent. Les professeurs sont des hommes du clergé et ils dispensent un enseignement conforme aux croyances du christianisme et aux règles de l’Eglise.

Hôtel-Dieu : hôpital tenu au Moyen Age par des membres du clergé.***


Fiche de révision

Je sais localiser et situer :

  • les villes étudiées en classe : Bruges, Toulouse, Sienne et Assise.

  • Les lieux où se trouvent les plus grandes villes aux Moyen Age

Je sais décrire et expliquer :

  • l’essor des villes et du commerce au Moyen Age

  • la répartition des pouvoirs dans les villes au Moyen Age (entre le seigneur et le conseil communal…)

  • les différentes activités des personnes habitants en ville : artisans organisés en métier, commerçants…

  • la place de l’Église dans les villes au Moyen Age

Je sais décrire :

  • la ville que j’ai étudiée en classe : Bruges, Toulouse, Sienne ou Assise.

  • une cathédrale gothique

Je maîtrise le vocabulaire clef du cours :

  • Faubourg

  • Conseil communal /échevins / consuls

  • Bourgeois

  • Charte de franchise

  • Métier

  • Hôtel-Dieu

Chapitre 7 : Les espaces à faible densité français

Géographie

Densité : nombre d’habitants dans un espace d’un kilomètre carré (km2)

Un espace à faible densité : un espace où la densité est inférieure à 30 habitants/km2

Quelles sont les dynamiques des espaces à faible densité français ?

I- Etudes de cas : le Cantal, la Champagne, le Périgord et le massif de la Vanoise, des espaces à faible densité aux dynamiques variées

Comment fonctionne chacun de ces espaces à faible densité ? Quelles dynamiques suivent-ils ?

A recopier dans le cahier. Pour le 03 avril pour les 3eC et 3eG

*** Contraintes naturelles : ensemble des éléments naturels qui font obstacle à l’installation humaine dans un lieu.

Désertification: abandon d’un espace par ses habitants.

Enclavement : isolement d’un espace d’accès difficile.

Acteur : personne ou ensemble de personne qui agissent sur un espace par leurs décisions et leur mode de vie.

Tourisme vert : forme de tourisme rural plus centré sur la découverte de la nature et plus respectueuse de l’environnement.

Patrimoine : ensemble de sites historiques et naturels, des monuments hérités du passé.

Parc national et parc naturel régional : espace où la faune et la flore sont préservées grâce à une réglementation rigoureuse des activités humaines.

Conflit d’usage : opposition entre différents acteurs autour de l’utilisation d’un espace ou d’une ressource.

Néo-ruraux : population urbaine qui s’installe dans l’espace rural.

Zone de revitalisation rurale (ZRR) : territoire rural qui rencontre des difficultés économiques aidés par l’État : les entreprises qui y sont implantées peuvent bénéficier d’avantages fiscaux, notamment lors de leur création.***

Fiches d’une des quatre études de cas + votre rédaction

Fiche correction des bilans des quatre études de cas

II-Les espaces à faible densité français : entre contraintes et atouts

Quels sont les contraintes et les atouts des espaces à faible densité en France ?

Fiches sur le contraintes et les atouts des espaces à faible densité

A recopier dans le cahier. Pour le 24 avril pour les 3eC et 3eG

*** Les espaces de faible densité sont ceux dont la densité ne dépasse pas 30 habitants au km2 : ils représentent 42% du territoire français pour seulement 6.5% de la population. Les espaces « désertifiés » sont ceux dont la densité ne dépasse pas 10 habitants au km2 (surtout dans la « diagonale du vide »). Ces espaces renvoient aux espaces ruraux, éloignés ou non des villes, mais aussi aux espaces de montagne.

Marqués par l’exode rural ; ces espaces sont souvent enclavés du fait de contraintes naturelles (relief, conditions bioclimatiques) et d’un éloignement des réseaux de communication. Dans beaucoup de ces espaces, l’accès aux services publics de proximité (poste, commerces…), aux soins (« déserts médicaux ») et aux loisirs sont difficiles.

L’agriculture assure le dynamisme de certains de ces espaces ruraux : les régions de céréaliculture fortement intégrées à la mondialisation ou les régions ou les activités agricoles ont une forte valeur ajoutée (viticulture, ou régions d’AOC).

Le tourisme surtout a permis de revitaliser ces espaces : le tourisme vert s’est développé en même temps que la création de nombreux parcs naturels (nationaux ou régionaux). Les régions de montagne bénéficient de l’attrait pour les sports d’hiver mais aussi pour de nouvelles activités d’été (parapente, VTT…).

Ainsi, certains espaces de faible densité sont redevenus attractifs depuis une vingtaine d’années : de nouveaux habitants s’y installent (néo ruraux). Les acteurs publics soutiennent cette dynamique par des politiques d’aides (ZRR).

Cependant, la diversité des activités dans ces espaces entraînent souvent des conflits d’usage entre les différents acteurs.***

Croquis de synthèse


Fiche de révision.

Je sais situer et localiser :

  • Les espaces à faible densité étudiés en classe : le Cantal, la Champagne, le Périgord et le massif de la Vanoise

  • Les espaces à faible densité : la « diagonale du vide », les massifs montagneux…

Je sais décrire et expliquer :

  • Les points communs entre tous les espaces à faible densité : espaces ruraux…

  • Les difficultés de certains de ces espaces : vieillissement de la population, déserts médicaux, enclavement…

  • Les atouts de certains de ces espaces : tourisme, environnement…

  • Les nouvelles dynamiques de certains de ces espaces : arrivée de néo-ruraux, attraction des espaces plus au Sud, conflits d’usage…

Je sais réaliser un croquis sur :

  • Les espaces à faible densité

Je maîtrise le vocabulaire :

  • espace à faible densité

  • acteur

  • ZRR

  • Conflit d’usage

  • Patrimoine

  • Parcs naturels

  • Néo-ruraux

  • contraintes naturelles

  • enclavement

  • tourisme vert

  • patrimoine

Chapitre 5 : Les villes dans la mondialisation

Géographie

Mondialisation : mise en relation des différentes parties du monde sous l’effet de l’accélération des échanges, favorisée par les progrès des transports et des télécommunication. Elle transforme les territoires et les sociétés.

Comment les villes se connectent-elles aux grands réseaux de la mondialisation ? Quelles en sont les conséquences ?

I- Etudes de cas : qu’est-ce qu’une ville mondiale ?

Qu’est-ce qu’une ville mondiale, très intégrée à la mondialisation ?

Fiches sur le choix de la ville pour l’Occitane

II- Des villes inégalement intégrées aux réseaux de la mondialisation

Comment les villes s’intègrent-elle et organisent-elles l’espace mondial ?

A recopier dans le cahier pour le 03 avril pour les 4eD

*** Mégapoles: villes de plus de 10 millions d’habitants.

Mégalopoles : région urbaine formée de plusieurs agglomérations qui se sont rejointes et qui concentre les pouvoirs

Archipel métropolitain : ensemble des métropoles (voir chapitre 2) qui contribuent à la direction du monde (économiquement, politiquement et culturellement) et qui entretiennent entre-elles des relations fortes et privilégiées.

villes Monde (ou villes globales) : ce sont les quatre villes mondiales qui possèdent le plus de pouvoirs, New-York, Londres, Paris et Tokyo, et qui sont extrêmement bien reliées les unes aux autres.

Shrinking city: ville qui perd des activités et de la population, et qui s’appauvrit.

Flux: déplacements de personnes, de biens matérielles (des marchandises) ou de bien immatériels (des informations, des transactions bancaires par exemple).

Firmes transfrontalières : entreprises présentes dans plusieurs pays.***

Fiches intégration des villes à l’espace mondiale