Compétences travaillées au cours du cycle 3 en histoire-géographie.

Le cycle 3 est composé des niveaux de CM1, CM2 et 6e. Voici l’ensemble des compétences travaillées en histoire-géographie lors de ce cycle. Ces compétences devraient être maitrisées à la fin du cycle 3, c’est-à-dire en fin de 6e.

Se repérer dans le temps : construire des repères historiques (domaines 1, 2 et 5)

  • Situer chronologiquement des grandes périodes historiques.
  • Ordonner des faits les uns par rapport aux autres et les situer dans une époque ou une période donnée.
  • Manipuler et réinvestir le repère historique dans différents contextes.
  • Utiliser des documents donnant à voir une représentation du temps (dont les frises chronologiques), à différentes échelles, et le lexique relatif au découpage du temps et suscitant la mise en perspective des faits.
  • Mémoriser les repères historiques liés au programme et savoir les mobiliser dans différents contextes.

Se repérer dans l’espace : construire des repères géographiques (domaines 1, 2 et 5)

  • Nommer et localiser les grands repères géographiques.
  • Nommer et localiser un lieu dans un espace géographique.
  • Nommer, localiser et caractériser des espaces.
  • Situer des lieux et des espaces les uns par rapport aux autres.
  • Appréhender la notion d’échelle géographique.
  • Mémoriser les repères géographiques liés au programme et savoir les mobiliser dans différents contextes.

Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués (domaines 1 et 2)

  • Poser des questions, se poser des questions.
  • Formuler des hypothèses.
  • Vérifier.
  • Justifier.

Analyser et comprendre un document (domaines 1 et 2)

  • Comprendre le sens général d’un document.
  • Identifier le document et son point de vue particulier.
  • Extraire des informations pertinentes pour répondre à une question.
  • Savoir que le document exprime un point de vue, identifier et questionner le sens implicite d’un document

Pratiquer différents langages en histoire et en géographie (domaines 1, 2 et 5)

  • Écrire pour structurer sa pensée et son savoir, pour argumenter et écrire pour communiquer et échanger.
  • Reconnaitre un récit historique.
  • S’exprimer à l’oral pour penser, communiquer et échanger.
  • S’approprier et utiliser un lexique historique et géographique approprié
  • Réaliser ou compléter des productions graphiques.
  • Utiliser des cartes analogiques et numériques à différentes échelles, des photographies de paysages ou de lieux.

Coopérer et mutualiser (domaines 2 et 3)

  • Organiser son travail dans le cadre d’un groupe pour élaborer une tâche commune et/ou une production collective et mettre à la disposition des autres ses compétences et ses connaissances
  • Travailler en commun pour faciliter les apprentissages individuels.
  • Apprendre à utiliser les outils numériques qui peuvent conduire à des réalisations collectives

S’informer dans le monde numérique (domaines 1 et 2)

  • Connaitre différents systèmes d’information, les utiliser.
  • Trouver, sélectionner et exploiter des informations dans une ressource numérique.
  • Identifier la ressource numérique utilisée.

Compétences travaillées au cours du cycle 4 en histoire-géographie.

Le cycle 4 est composé des niveaux de 5e, 4e et 3e. Voici l’ensemble des compétences travaillées en histoire-géographie lors de ce cycle. Ces compétences devraient être maitrisées à la fin du cycle 4, c’est-à-dire en fin de 3e.

Se repérer dans le temps : construire des repères historiques (domaines 1, 2 et 4)

  • Situer un fait dans une époque ou une période donnée
  • Ordonner des faits les uns par rapport aux autres
  • Mettre en relation des faits d’une époque ou d’une période donnée
  • Identifier des continuités et des ruptures chronologiques pour s’approprier la périodisation de l’histoire et pratiquer de conscient allers-retours au sein de la chronologique.

Se repérer dans l’espace : construire des repères géographiques (domaines 1, 2 et 4)

  • Nommer et localiser les grands repères géographiques
  • Nommer, localiser let caractériser un lieu dans un espace géographique
  • Nommer, localiser let caractériser des espaces plus complexes
  • Situer des lieux et des espaces les uns par rapports aux autres
  • Utiliser des représentation analogiques et numériques des espaces à différentes échelles ainsi que différente modes de projection.

Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués (domaines 1 et 2)

  • Poser des questions, se poser des questions à propos de situations historiques et/ou géographiques
  • Construire des hypothèses d’interprétation de phénomène historique ou géographique
  • Vérifier des données et des sources.
  • Justifier une démarche, une interprétation

Analyser et comprendre un document (domaines 1 et 2)

  • Comprendre le sens général d’un document.
  • Identifier le document et son point de vue particulier.
  • Extraire des informations pertinentes pour répondre à une question portant sur un document ou plusieurs documents, les classer, les hiérarchiser.
  • Confronter un document à ce qu’on peut connaître par ailleurs du sujet étudié.
  • Utiliser ses connaissances pour expliciter, expliquer le document et exercer son esprit critique

Pratiquer différents langages en histoire et en géographie (domaines 1, 2 et 4)

  • Écrire pour construire sa pensée et son savoir, pour argumenter et écrire pour communiquer et échanger.
  • S’exprimer à l’oral pour penser, communiquer et échanger.
  • Connaître les caractéristiques des récits historiques et des descriptions employées en histoire et en géographie, et en réaliser.
  • Réaliser des productions graphiques et cartographiques.
  • Réaliser une production audio-visuelle, un diaporama.
  • S’approprier et utiliser un lexique spécifique en contexte.
  • S’initier aux techniques d’argumentation.

Coopérer et mutualiser (domaines 2 et 3)

  • Organiser son travail dans le cadre d’un groupe pour élaborer une tâche commune et/ou une production collective et mettre à la disposition des autres ses compétences et ses connaissances.
  • Adapter son rythme de travail à celui du groupe.
  • Discuter, expliquer, confronter ses représentations, argumenter pour défendre ses choix.
  • Négocier une solution commune si une production collective est demandée.
  • Apprendre à utiliser les outils numériques qui peuvent conduire à des réalisations collectives

S’informer dans le monde numérique (domaines 1, 2 et 3)

  • Connaître différents systèmes d’information, les utiliser.
  • Trouver, sélectionner et exploiter des informations.
  • Utiliser des moteurs de recherche, des dictionnaires et des encyclopédies en ligne, des sites et des réseaux de ressources documentaires, des manuels numériques, des systèmes d’information géographique.
  • Vérifier l’origine/la source des informations et leur pertinence.
  • Exercer son esprit critique sur les données numériques, en apprenant à les comparer à celles qu’on peut tirer de documents de divers types.

Le travail en îlots bonifiés

En classe, nous travaillons en îlots bonifiés. Ainsi, les tables sont disposées en groupe de 3 ou 4 élèves. L’objectif est de favoriser l’entraide et la coopération entre les élèves.

Règlement du travail en îlots bonifiés en B308

1/ CHAQUE ELEVE A LE DROIT DE SE PLACER DANS LE GROUPE DE SON CHOIX MAIS DOIT ENSUITE S’Y TENIR.

  • La professeure peut faire des changements par la suite, dans l’intérêt de la classe et des élèves.

2/ CHAQUE ILOT CONSTITUE UN GROUPE QUI VA TRAVAILLER ENSEMBLE DANS LE BUT DE S’ENTRAIDER ET D’OBTENIR LE MAXIMUM DE BONUS.

  • L’objectif est de valider progressivement la compétence «Je respecte les règles et les consignes en classe comme en groupe de travail»

3/ PLUS LE TRAVAIL EST EFFICACE ET L’ATTITUDE POSITIVE, PLUS LE GROUPE OBTIENT DES BONUS.

  • Les bonus sont marqués sur «La fiche de l’îlot » par un point vert.
  • Des bonus individuels peuvent être attribués en cas de comportement méritant.

4/ LE TRAVAIL S’EFFECTUE D’ABORD INDIVIDUELLEMENT, PUIS DANS UN 2ND TEMPS IL EST COLLECTIF.

  • Sauf si la professeure donne une autre consigne. Il peut y avoir des travaux de groupe à faire donc entièrement collectivement.

5/ SI L’ILOT NE FOURNIT PAS UN TRAVAIL DE QUALITE RAISONNABLE OU EMPECHE LES AUTRES ILOTS DE TRAVAILLER, IL PEUT ETRE PENALISE ET DONC N’AVOIR AUCUN BONUS. INDIVIDUELLEMENT, DES MALUS PEUVENT ETRE ATTRIBUES EN CAS DE TROUBLES REPETES PAR UN ELEVE.

  • Les malus sont marqués sur la «Fiche de l’îlot », par un point rouge.

6/ LE DECOMPTE DES BONUS ET DES MALUS

  • Attribution des bonus collectifs et individuels (verts) : matériel et carnet sur la table en début d’heure ; travail maison réalisé dans son intégralité par tous les élèves de la l’îlot ; bonne tenue des cahiers de l’îlot ; activité demandée en îlot réalisée avec qualité et dans le temps donné ; activité rendue par l’îlot après correction par la professeure ; comportement individuel méritant …
  • Absence de bonus collectifs et attribution des malus individuels (rouges) : retards injustifiés ; bavardages et attitude dérangeant le bon déroulement du cours ; demande de matériel à un autre groupe ; espace de l’îlot laissé sale et chaises mal rangées ; travail non fait de façon répétée par un membre de l’îlot ; oubli du matériel et du carnet de façon répétée par un membre du l’îlot …
  • L’attribution des bonus et des malus peut être modifiée par la professeure, après avoir averti les élèves.

7/ SUR CHAQUE ILOT SE TROUVE UNE ARDOISE SUR LAQUELLE UN RESPONSABLE NOTE LES PARTICIPATIONS ORALES DE SES CAMARADES.

  • Ce responsable de l’ardoise change à chaque semaine.
  • Pour chaque participation d’un élève, ce responsable met une barre à l’élève.
  • A la fin de la séance, si tous les élèves ont au moins une barre de participation, l’îlot obtient 1 bonus. Si tous les élèves ont au moins 2 barres de participation, l’îlot obtient 2 bonus et ainsi de suite.
  • En cas de refus de participer de façon répétée d’un élève, il peut être pénalisé par un malus individuel.

8/ LA PREMIERE TABLE ARRIVANT A 20 POINTS BONUS ET CE, QUEL QUE SOIT LE NOMBRE DE POINT MALUS, STOPPE LE COMPTE DE TOUTES LES TABLES.

  • Pour chaque îlot le décompte des bonus, moins les malus, est réalisé donnant une note /20.
  • Le nombre de notes obtenues dépend donc du rythme et de la qualité du travail fourni en classe. Plus le rythme de travail est soutenu, plus le nombre de note est élevé, au bénéfice des élèves.

9/ A CHAQUE SEMAINE, UN ELEVE DE CHAQUE ILOT EST RESPONSABLE DE LA « FICHE DE L’ILOT ».

  • Il a pour mission d’aller chercher la fiche en début d’heure. Il y note les bonus et les malus, avec l’aval du professeur.
  • A la fin de l’heure, il attend que la professeure passe à la table pour valider d’éventuels points bonus, qu’il peut ensuite écrire sur la fiche d’îlot. Puis, il la range dans la pochette de la classe.