Atelier les « experts » – Rédouane, Yvenord, Frédéric

Lors de notre dernière visite au Musée, nous avons joué le rôle d’ethnologues.

Notre groupe représentait Georges Condominas.

Biographie de Georges  Condominas


Georges Condominas est un ethnologue français spécialiste des ethnies d’Asie du Sud-Est. Il est né le 29 juin 1921, à Haiphong.

Son père était un français et sa mère était une métisse portugo-sino-vietnamienne.

Après la guerre, Condominas suit les cours des professeurs ethnologie  d’André Leroi-Gourhan, Denise Paulme et Marcel Griaule au musée de l’Homme, avec Georges Balandier, Jean Guiart et Paul Mercier.

Ses études ont fait l’objet de très nombreux ouvrages, articles, films et disques.

Son enfance, passée entre la France, la Tunisie et le Vietnam au gré des missions d’un père sous-officier, lui a sans doute donné le goût de la découverte.

En septembre 1944 il sera mobilisé dans la Marine nationale à Saigon, et fait prisonnier par l’armée japonaise, avant d’être relâché puis rapatrié en France en février 1946.

Georges Condominas est très impliqué dans le développement de la recherche ethnologique.

Il est à l’origine de la création de l’AFA, Association française d’anthropologie, en 1977.

………………………………………………………………………………………………………………………………….

Dans le musée nous somme partis a la recherche de cet objet :


  1. 1. Localisation de l’objet

– Où avez-vous retrouvé l’objet de votre enquête ? (continent/vitrine)

On a retrouvé l’objet dans la partie du musée qui parlait de l’Asie.

– Comment est-il présenté ? (seul, environné d’autres objets,…)

L’objet n’était pas seul il y avait d’autres coupe-coupe.

  1. 2. L’objet et sa fonction

– Quels sont les matériaux utilisés pour fabriquer l’objet ?

Il y avait du bois pour faire le manche qui tenait une fine lame qui servait à  l’essartage.

– A quoi sert-il ?

Il servait a l’essartage, à faire la guerre, et des fois  il servait a sculpter des objets.

– Qui l’utilise dans un village Mnong ?

Les soldats, les agriculteurs, et les sculpteurs pouvaient sans servir.

– Comment le manipule-t-on ? (pour l’utiliser ou le transporter)

Le coupe-coupe à la forme d’une épaule pour pouvoir le transporter, facilement sans se couper on le posait sur l’épaule.

  1. 3. Les instruments des villageois Mnong

Quels autres objets rapportés par l’ethnologue témoignent de la vie quotidienne en Asie du Sud-est ?

  1. 4. Une civilisation du végétal

– Qu’appelle-t-on le paddy ?

Le paddy est sur le riz, il enveloppe le riz. C’est bon mais très difficile à mâcher, donc il faut le retirer.

-Le coupe-coupe sert l’essartage : en quoi consiste cette technique ?

Cette technique consiste à  arracher les broussailles et le bois de la terre pour la défricher, ensuite on brûle le bois qui n’est pas récupérable  et on répand la cendre, afin de fertiliser le sol.

-Quels sont les autres objets présentés dans les vitrines en rapport avec la culture du riz ?

Il n’y en avait pas a par les autres coupe-coupe.