Picasso la superproduction

http://railaway.cff.ch/uploads/media/Picasso-1.jpg

Le Monde, 28/12/10

Le Musée de Zurich reconstitue la première rétrospective du peintre, qui eut lieu de son vivant, en 1932. Une alliance alors inédite entre art et argent

Zurich Envoyé spécial

Une exposition Picasso de plus ? Non, pour deux raisons. Elle reconstitue la première rétrospective du maître espagnol jamais organisée dans un musée. Et la seule que le peintre a conçue lui-même. C’était en 1932, durant l’été, dans les galeries Georges-Petit, à Paris. Puis, en septembre, au Kunsthaus de Zurich, en Suisse.

Seul Zurich s’est emparé du projet. Ce musée des beaux-arts cherchait un événement pour fêter son centième anniversaire. Il l’a trouvé. A l’époque, l’exposition dura six semaines au lieu des quatre prévues et attira 34 000 visiteurs – un record alors pour la Suisse.

Picasso version 2010 devrait totaliser 200 000 entrées jusqu’au 30 janvier,  » ce qui représente la moitié des habitants de Zurich « , affirme le commissaire de l’exposition, Tobia Bezzola.

En 1932, que l’exposition quitte Paris pour Zurich et non pour New York par exemple – le puissant Musée d’art moderne (MoMA) la voulait – peut surprendre. La raison est simple. Nombre de toiles exposées sont à vendre. De par son statut privé, le musée de Zurich peut relayer le commerce.

Lire la suite sur Le Monde.fr

Dominique Perrault et le campus idéal

http://www.e-architect.co.uk/images/jpgs/korea/ewha_candremorin_dpa_adagp_1.jpg

Le Monde, 28/12/10

En plein débat français sur l’urbanisme universitaire, l’architecte de la BNF a conceptualisé l’université d’Ewha

La question de l’avenir des universités est revenue au-devant de la scène avec le plan campus, lancé en 2010 par le gouvernement. Il se traduira par la dévolution progressive, à partir de 2011, du patrimoine appartenant à l’Etat et devrait conduire à une transformation majeure du cadre de vie des étudiants, enseignants et chercheurs, à l’instar des grandes universités américaines ou asiatiques. Les architectes s’y préparent en tout cas.

Ainsi Dominique Perrault, principalement connu comme l’architecte de la Bibliothèque François-Mitterrand, à Paris (BNF), a obtenu le Grand Prix 2010 de l’Association des architectes français à l’export (AFEX), pour l’édifice qu’il a conçu au coeur de l’université féminine d’Ewha, à Séoul (Corée du Sud).

Cette réalisation est présentée jusqu’au 27 février à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris, en même temps que six autres projets distingués par l’Association, dont un second signé du même Perrault : la Cour de justice des Communautés européennes à Luxembourg.

Lire la suite sur Le Monde.fr

Qu’est-ce que la ville créative ?

Qu’est-ce que la ville créative ? Elsa Vincent. La ville en débat, PUF, 2009.

Alors que Lyon vient de s’embraser lors de la Fête des Lumières, il est bon de se plonger dans l’ouvrage consacré à la ville créative par Elsa Vincent, maître de conférences en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme. La créativité est aujourd’hui l’un des pans de la politique de la ville. Elle participe à son attractivité, en combinant les ressources du talent, de la tolérance et de la technologie. Elle prend une place de plus en plus importante et c’est pourquoi ce petit livre est précieux car il permet de faire le point sur l’avancée de cette nouvelle manière de gérer la ville. Il trouve toute sa place dans la collection PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) qui propose de faire le point, en 80 pages, sur l’avancée de la recherche dans un domaine précis de l’urbanisme.

Cette approche est issue du mouvement engagé par Richard Florida, géographe et économiste américain, avec son ouvrage The rise of the Creative Class : and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, 2002. Il part du principe qu’il existe une classe à part qu’il nomme la « classe créative ». « Cette classe créative serait composée de deux groupes distincts par le degré de créativité de leur activité professionnelle. Le premier groupe, cœur de la classe créative, est constitué par des professionnels engagés dans un processus de création, payés pour être créatifs, pour créer de nouvelles technologies ou de nouvelles idées, comme les scientifiques, les chercheurs, les ingénieurs, les artistes, les architectes, etc. Le second groupe réunit des professionnels habituellement classés dans les services de haut niveau, qui méritent d’être associés à cette classe créative car ils résolvent des problèmes complexes grâce à un haut niveau de qualification et une forte capacité d’innovation. » Cette classe représenterait jusqu’à 30% des actifs dans les pays développés. Son approche s’inscrit dans la continuité de ceux engagés en économie territoriale (années 1990) qui mettaient en évidence l’importance des économies d’agglomérations propres aux métropoles et du tertiaire supérieur.

Les villes cherchent à tirer partie de cette classe créative et à l’attirer. Les villes qui ont souffert de la crise industrielle, conséquence de la mondialisation et des délocalisations, ont misé sur l’ « amélioration du cadre de vie : les espaces verts, les espaces publics et surtout la vie culturelle ». Il s’agit de jouer sur l’avantage comparatif des lieux. La mise en avant de la ville vise à attirer les investisseurs dans le contexte de villes qui connaissent des difficultés pour se reconvertir. Les friches sont des laboratoires pour la créativité urbaine afin d’attirer les « créatifs » des entreprises. L’identification de la ville créative se fait par le biais d’indicateurs, les 3T : le nombre de diplômés bac + 4 (pour mesurer le Talent), le nombre de brevets déposés (symbolisant la place de la Technologie) et la combinaison de plusieurs facteurs pour rendre compte de la Tolérance (nombre de personnes nées à l’étranger, poids de la communauté homosexuelle, mais aussi pourcentage d’actifs exerçant un métier artistique).

Elsa Vincent propose une analyse critique des travaux de Florida. Pour elle, les critères retenus sont insatisfaisants pour juger de la créativité d’une ville. Elle dénonce le « show » mis en œuvre par Florida pour décrocher des contrats dans les villes en crise. La notion même de classe est remise en cause au nom de l’absence d’unité des gens qui sont créatifs. Malgré tout, si cette idée de ville créative « pourrait être interprétée comme un projet politique libéral, au sens américain du terme c’est-à-dire plus tolérant en matière de vie et de choix de vie. », on voit mal comment canaliser la créativité dont le propre est de se manifester là où on ne l’attend pas. Elsa Vincent pense, qu’au-delà de ces réserves, le concept peut être un outil de programmation de l’action politique et le vecteur de mutations urbaines contemporaines.

Elsa Vincent, à partir des exemples de Chalons en Champagne (le cirque), Belleville (rock alternatif) remonte pour cela le temps (les années 1980) pour montrer comment l’art engage un processus de gentrification. Elle analyse la manière dont le processus créatif gagne à se territorialiser dans certains quartiers. La gentrification, qui s’accompagne d’un traitement volontariste du paysage foncier, fait disparaître la Bohême spontanée à l’origine du quartier. Elsa Vincent se demande si la ville programmée des créatifs reste créative. L’auteur ne croît pas à la reproduction du modèle de la ville créative. Les urbanistes ne semblent pas accorder assez d’importance à la sérendipité (le rôle du hasard dans les lieux). Elle doute que cela puisse se faire de manière artificielle. Il semblerait, pourtant, qu’avec l’ouverture du Centre Pompidou Metz et les bons chiffres de fréquentation, « la sauce est prise ». Espérons que cet exemple va faire mentir Elsa Vincent.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes