le jardin des retours

Pour revenir sur Ferry et Clemenceau

Pour comprendre d'où vient l'affaireDaniel Letouzey sur la liste des Clionautes et M. Auger sur son blog histoire-géo sont revenus sur l’extrait du discours de Georges Clemenceau donné au baccalauréat cette année. Ils signalent tous les deux un lien vers le site de la revue en ligne Etudes Coloniales. Michel Renard y a publié le 13 juin un article qui remet en cause le caractère tronqué et « bidouillé » de ce document. Il a tout à fait raison, et sa démonstration est très éclairante sur la volonté des auteurs du sujet de faire de Ferry un « méchant » et de Clemenceau un « gentil ». Je l’approuve complètement.

Pour achever sa démonstration, Michel Renard reprend la correction que j’ai proposée sur ce site, écrite rapidement, y relève deux erreurs et une disproportion d’analyse. La première erreur est celle de la fonction de Ferry, qui n’est plus « ministre des colonies » comme je l’avais écrit, mais simple député. C’est exact, mea culpa, et c’est la fonction précédente de ministre des Colonies que Ferry a occupé, et qui justifie l’intervention de Clemenceau, qui m’a fait écrire cela trop vite. Deuxième erreur, ce n’est pas pour demander une rallonge de subvention pour la conquête de l’Indochine que Ferry s’était préalablement exprimé, mais à propos des événements de Madagascar. C’est exact, et là la confusion est complètement mienne.

Pour rassurer les candidats au baccalauréat, ces deux erreurs n’ont aucune importance pour leurs points de baccalauréat. Mais c’est important pour la réalité contextuelle, et j’en conviens ici complètement.

La troisième critique est plus liée à une analyse qu’aux faits. Que l’opposition à la colonisation soit d’abord à cette époque le fait des libéraux, j’en conviens absolument. Mais les élèves de Terminale ne peuvent être au fait de l’ensemble des données contextuelles, et le seul élément du document qui pouvait amener à cette critique libérale est la dénonciation du coût humain et financier des conquêtes coloniales. L’argument nationaliste était en revanche bien plus affirmé dans ce document, et c’est d’abord celui-là qu’attendent les correcteurs du baccalauréat: la citation « s’assurer que l’on a le pied solide chez soi » permettait aux candidats de revenir sur cet argument, au besoin de le discuter, mais c’est manifestement d’abord celui-là que les auteurs du sujet voulaient mettre en exergue. On peut en discuter la valeur scientifique, j’en suis bien d’accord, mais les candidats ne sont pas des historiens, et on ne peut attendre d’eux une telle précision, comme on ne peut attendre d’une correction au baccalauréat qu’elle s’étende sur ces différents arguments.

J’incite tous les candidats qui liront ce billet à lire l’analyse que Michel Renard fait de cette épreuve du baccalauréat, sans oublier qu’il ne s’agit, malgré tout, que d’une épreuve de bac, et à m’excuser des deux erreurs factuelles (qui ne changent pas grand-chose, à cette échelle, à l’analyse du document).

Merci à M. Auger pour sa « défense et illustration » de ce blog, je lui en sais gré.

A bientôt

Hugo Billard, ennuyé malgré tout


Publié par Hugo Billard le 21 juin 2007 dans Réviser le bac
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

2 réactions à “Pour revenir sur Ferry et Clemenceau”

  1. E. AUGRIS
    21 juin 2007

    Bonjour Hugo Billard

    Je me permets de vous signaler que le lien que vous indiquez n’est pas celui du blog de M. Augris mais de M. Auger. Pour ma part, j’ai simplement indiqué sur mon blog les indications de correction émanant de l’inspection, Michel Renard ayant effectivement aussi laissé un commentaire.

    Merci de corriger cela sur votre message
    Encore bravo pour votre blog

    Cordialement

    Etienne Augris

  2. Hugo Billard
    21 juin 2007

    C’est fait, jolie confusion en effet 😉

    Et que ceci n’empêche donc nullement d’aller voir votre propre blog et les indications de correction qui s’y trouvent:
    http://histoire-geo-remiremont.blogspot.com/2007/06/elments-de-correction-bac-2007.html

    A bientôt
    Hugo Billard

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.