le jardin des retours

Staline: un dictateur très actuel

Joseph Vissarionovitch Dougatchvili dit Staline (« l’homme de fer » même si stal signifie acier) est aussi qualifié du surnom à objectif de propagande de « petit père des peuples ». Depuis quelques jours, journaux et magazines abondent en articles de synthèse, dossiers photographiques et critiques d’ouvrages sur ce dirigeant du troisième grand totalitarisme de l’époque de la dernière guerre mondiale. Quelques éléments accessibles.

Dans le magazine L’Histoire d’octobre (attention site en cours de reconstruction selon Daniel Letouzey toujours tb informé), l’historien du communisme Nicolas Werth revient sur la Grande Terreur organisée par Staline. Ses livres La terreur et le désarroi. Staline et son système (Perrin, 2007) et L’Ile aux cannibales (Perrin 2006) reviennent sur les dernières recherches en histoire du Stalinisme et histoire soviétique. Les chiffres sont brutaux : entre 1929 et 1953, 7 millions de déportés, 7 millions de morts de famine (essentiellement en Ukraine en 1931-1933), 1.8 million de morts en camp et 1 million de fusillés dont les trois quart en 1937-1938.

L’Ukraine vit aujourd’hui difficilement la mémoire de ces événements, et la campagne électorale actuelle en est emplie.

A Boutovo, dans la banlieue de Moscou, 20700 opposants sont exécutés en masse. Nicolas Werth revient longuement sur un document, « l’ordre n°00477 », par lequel Staline ordonne le secret pour l’arrestation de 767000 personnes; la moitié est fusillée. La comparaison avec le nazisme vient naturellement à l’esprit, et les historiens s’interrogent encore sur sa légitimité (Bravo au site des Clionautes pour la richesse des compte-rendus).

Le magazine L’Express du 20 septembre, sous un titre racoleur, « le vrai visage de Staline », rappelle la biographie de l’homme, sa prise de pouvoir malgré les craintes de Lénine, son antisémitisme et l’aveuglement de nombre d’intellectuels occidentaux, comme Henri Barbusse, Louis Aragon, Paul Eluard, y compris ceux qui se sont rendus en Union Soviétique. Pour aller plus loin il faudra suivre les animations, conférences et publications du Rendez-vous de l’histoire de Blois dont le sujet cette année est « L’Opinion. Information, rumeur, propagande » (Anne, je ne pourrai pas en être, bois un verre à la santé des absents!).

Mais Staline est un sujet encore actif aujourd’hui en Russie : Vladimir Poutine surfe sur un regain de « noStalgine » (c’est de moi) qui secoue la Russie du XXI° siècle. Il rejoint une information donnée par Lyonel Kaufmann sur son blog: l’Académie des Sciences de Russie a autorisé la publication et l’usage en classe d’un manuel scolaire qui considère les massacres de 1937 comme un « mal nécessaire » et Staline comme « l’un des plus grands leaders de l’époque soviétique ». L’Express en rajoute contre cette Histoire contemporaine de la Russie (1945-2006) en pointant qu’on y lit que l’Union Soviétique était « non pas une démocratie, mais un exemple de société juste », et qu’y est inscrit le poutinisme en filiation du stalinisme pour le glorifier…

En avril 2008 paraîtra en français la biographie du Jeune Staline par Simon Sebag Montefiore, chez Calmann-Lévy. Un Staline semble-t-il plus complexe que l’opposition entre le « leader mondial » ou la « brute épaisse ». Nous en reparlerons à sa parution.

Bruno Sentier a, sur son blog « les échos d’une heure » dressé le portrait intime d’un Staline étonnant.

A bientôt

Hugo Billard


Publié par Hugo Billard le 1 octobre 2007 dans Actualité,Comprendre,Lire,Réviser le bac,sur le net
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

5 réactions à “Staline: un dictateur très actuel”

  1. Lyonel Kaufmann
    1 octobre 2007

    Merci pour cet article et surtout pour m’avoir fait découvrir le blog « les échos d’une heure ».
    Bonne semaine.

  2. Aline
    5 octobre 2007

    Bonjour M. Billard.
    J’aimerais que vous m’expliquez en quelques mots ce qu’est la CEI, en quoi cela consiste…
    En fait, j’ai lu rapidement un article concernant la CEI et un échec car Vladimir Poutine n’a pas réussit à transformer la CEI en « organe politique » et j’ai pas tout compris…
    Je comptais sur vos excellentes connaissances sur ce sujet afin de m’éclaicir un petit peu 😀
    Je vous remercie et à bientôt!

    Votre élève, Aline.

  3. Hugo Billard
    6 octobre 2007

    Bonsoir Aline,

    La CEI est la Communauté des Etats Indépendants, qui a été créée à la fin de l’URSS pour regrouper autour de la Russie les anciens Etats membres de l’URSS. Tous les anciens Etats membres de l’URSS font partie de la CEI sauf les trois Etats baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) qui sont depuis 2004 membres de l’Union Européenne. La CEI est donc un groupe de 12 Etats.

    Le rôle de ce groupe est assez flou. A l’origine il s’agissait de maintenir une coopération économique entre ses membres, avec facilités de circulation, financement commun d’infrastructures, déploiements militaires communs, etc. Aujourd’hui apparemment la CEI est en voie de disparition: la Géorgie, la Moldavie, l’Ukraine, le Turkménistan ont annoncé leur probable retrait de cet organe de coopération.

    Par « organe politique », l’article que vous avez lu signifie sans doute que Vladimir Poutine a voulu créer une réelle fédération politique (dans le genre de l’URSS) entre les Etats membres de la CEI, et l’échec de ce projet signifie que personne ne veut d’un regain d’influence de la Russie dans la région.

    Un autre élément d’explication est que le mandat présidentiel de Poutine se termine bientôt et qu’il voulait peut-être créer un poste qui lui aurait permis de se maintenir à un niveau d’influence important pour continuer, en sous-main, de diriger la Russie. Depuis, il a annoncé qu’il serait le premier ministre de la Russie après les élections… Est-ce encore une démocratie? De plus en plus d’observateurs en doutent, et le principal opposant à Poutine, l’ancien champion d’échec Kasparov, considère que Poutine veut instaurer une dictature en Russie.

    A bientôt Aline!
    H. Billard

  4. Aline
    8 octobre 2007

    Merci beaucoup M. Billard d’avoir prit le temps de répondre à ma question. J’ai tout compris… 🙂
    Merci!!!
    A demain,
    Aline

  5. […] son blog “le Jardin des Retours“, Hugo Billard revient sur les usages mémoriels et scientifiques de Staline aujourd’hui. Envoyer à un ami  |Imprimer   |Proposer un article (5 votes, […]

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.