le jardin des retours

Contre la Shoah par l’émotion (II): Bensoussan, Debray, Rousso, Veil

Les réactions ont été nombreuses, depuis hier, à la proposition de Nicolas Sarkozy de faire travailler chaque enfant de CM2 à l’histoire d’un enfant juif mort pendant la Shoah.

Georges Bensoussan, du Mémorial de la Shoah, directeur de la Revue d’histoire de la Shoah, sur lemonde.fr, craint une « religiosité mémorielle » et une « mémoire victimaire »: présenter les Juifs comme les victimes permanentes de l’histoire fait craindre une concurrence des mémoires au sein d’une population française à l’identité en reconstruction (Emmanuel Todd, ce matin sur France Inter, insistait pour définir la France comme un ensemble de communautés). Georges Bensoussan craint aussi une « histoire officielle » et une « mémoire officielle » contre laquelle se révoltera la jeunesse, une « religion civile » de la Shoah qui serait contre-productive parce qu’obligatoire par l’émotion, alors que la Shoah a un caractère universel, elle « concerne l’humanité toute entière ».

Régis Debray hier sur France Inter jugeait l’idée présidentielle « très déplacée ». « Le bloquer affectivement il y a quelque chose de mortifère ».

Dans Libération ce matin l’historien Henry Rousso revient sur l’interventionnisme du président à propos de l’histoire et de sa mémoire, entre Guy Môquet l’an dernier et l’affaire d’aujourd’hui, ce qu’il appelle son « marketing mémoriel« .

Et dans la journée d’hier Mme Simone Veil, pourtant très liée politiquement à Nicolas Sarkozy, s’est insurgée avec force contre l’idée présidentielle dans un entretien à lexpress.fr: « C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste, tranche l’ancien ministre, déportée à 16 ans et demi à Auschwitz. On ne peut pas infliger cela à des petits de dix ans! On ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. Nous mêmes, anciens déportés, avons eu beaucoup de difficultés, après la guerre, à parler de ce que nous avions vécu, même avec nos proches. Et, aujourd’hui encore, nous essayons d’épargner nos enfants et nos petits-enfants. Par ailleurs, beaucoup d’enseignants parlent -très bien- de ces sujets à l’école. »

  • Lire l’entretien de Mme Veil à L’Express
  • A lire aussi sur le site du journal Le Monde : « à la seconde, mon sang s’est glacé ».
  • A la suite de cette publication, N. Sarkozy n’a pas changé d’avis. Comme l’écrit Pierre Haski sur Rue89: « La sortie de Simone Veil permet, surtout, de s’interroger, une nouvelle fois, sur la manière de procéder du chef de l’Etat: comment a-t-il pu lancer une telle idée sans consulter cette femme dont l’histoire personnelle et le positionnement politique en font l’interlocuteur idéal avant de lâcher en pâture à l’opinion une bombe pareille? Sauf à considérer que les idées de ses conseillers de l’Elysée sont au-dessus de toute contestation. »

Toutes les réactions tournent autour de trois idées: les craintes sur l’identification entre enfant de CM2 et enfant mort, qui pourrait s’avérer « mortifère » (Debray), la crainte d’une concurrence exacerbée des mémoires (entre des « officielles » et des « mal reconnues »), qui pourrait exacerber l’antisémitisme, sur laquelle insiste Bensoussan, et la question du poids des héritages historiques, que pose Simone Veil.

Et vous, qu’en pensez-vous?

A bientôt

Hugo Billard


Publié par Hugo Billard le 16 février 2008 dans Actualité
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

4 réactions à “Contre la Shoah par l’émotion (II): Bensoussan, Debray, Rousso, Veil”

  1. Vincent Mespoulet
    16 février 2008

    D’abord bravo pour avoir réuni tous ces documents, et notamment l’enregistrement sonore donné par Georges Bensoussan. Il y a en effet une très grande différence entre l’acte fort et indispensable du discours de Jacques Chirac en 1995 (ou plus récemment, la déclaration du Premier Ministre australien à propos du pardon aux Aborigènes) et la confusion entretenue par M. Sarkozy entre Travail de Mémoire comme disait Paul Ricoeur et Devoir d’Histoire comme le signale ici Georges Bensoussan.
    A ce sujet, je suis en train de lire son dernier ouvrage qui concerne justement la mise en place d’une religion civile de la Shoah en Israël, ce qui est en complète contradiction avec les objectifs historiques du sionisme politique dans ce pays. C’est assez remarquable et je vous en conseille la lecture…
    Vincent Mespoulet
    professeur d’histoire-géographie au Collège Le Mont d’Or à Manosque (04)

  2. Coclio
    19 février 2008

    Depuis cette annonce, je passe mes journées, en tant que future prof d’histoire géo, à expliquer aux gens déconnectés des programmes scolaires, que cette page de l’histoire est largement étudiée, en classe de 3ème, puis en classe de 1ère, que ce soit par les cours, les concours (Rhin-Danube ou encore le concours de la résistance), les visites à Auschwitz…En effet, Sarkozy ne mentionne aucunement cela et beaucoup de personnes pensent qu’il vient combler un vide de l’enseignement de l’histoire de la Shoah.
    Je continuerais à me fatiguer à répéter les mêmes choses, car votre blog et en particulier l’article d’Henry Rousso sont bien passionnants, mais malheureusement insuffisants. Les personnes qui vous lisent sont celles qui sont déjà au courant du sujet et qui font un travail d’approfondissement de la question, qu’en est-il de l’opinion de ceux qui ne s’informent pas et qui boivent les paroles de « n’importe qui »? Il est donc important de débattre verbalement avec le plus de monde possible, ce qui, en passant, restaurera le lien social, qui nous échappe tant!
    Issue d’une famille trés ancrée à gauche, je ne supporte plus les politiques gouvernementales actuelles et je me demande de plus en plus comment arriverais-je à enseigner avec assez de recul ( attention du point de vue de l’actualité pas de l’histoire)?
    J’accepte tous conseils!!!
    A bientôt
    Coclio (Nice)

  3. JG
    16 mars 2008

    Hello,

    Il ne se passe plus rien la dessus. C’est une idee morte et enteree?

    Merci

    PS: j’adore le filtre anti-spam.

  4. Hugo Billard
    16 mars 2008

    Bonjour JG,
    Peut-être oui, peut-être non. Une commission prépare les modalités d’application. Apparemment la polémique en interne est vive. Simone Veil en fait partie.
    Wait and see.
    A bientôt
    Hugo

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.