le jardin des retours

Coca-cola ou la mort

Le philosophe maire de Venise, Massimo Cacciari, est devant un casse-tête en apparence insoluble: comment conserver l’authenticité architecturale et artistique de Venise tout en garantissant la capacité d’accueil des touristes? Est-ce vendre son âme que de chercher un sponsor comme autrefois d’autres cherchaient des mécènes? Cacciari propose de lier Venise et Coca-Cola par contrat, l’un et l’autre s’y retrouvant financièrement. Le projet fait bondir, dans la Ville et hors les murs.


Publié par Hugo Billard le 17 mars 2009 dans revue de presse
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.