le jardin des retours

« Athènes m’a tué », s’écria le ministre lettré

Xavier Darcos vient d’annoncer le report d’un an de la réforme du lycée, qui devrait finalement commencer en septembre 2010 en classe de Seconde et se terminer à la session du bac de juin 2013. Si les programmes subissent le même sort, j’entends d’ici le soupir de soulagement des éditeurs…

Les raisons du report?

« L’éruption lycéenne, incontrôlable, venant s’ajouter au fort mécontentement des enseignants, nourri par la poursuite des suppressions de postes, le tout sur fond d’angoisse sociale liée à la crise financière et à ses conséquences, l’addition des contestations devenait de plus en plus lourde. Par dessus tout cela, le signal venu de Grèce et de sa « génération 600 euros » violemment aux prises avec le pouvoir, est venu accentuer les inquiétudes. »

C’est Luc Cédelle qui l’écrit aujourd’hui dans lemonde.fr

Le détail de la réforme reportée est sur le site du ministère

A +

Hugo Billard, intermittent du blog ces dernières semaines…


Publié le 15 décembre 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre
Tags :: , ,

Hu Jia prix Sakharov 2008

Le prix Sakharov est décerné depuis 1988 par le Parlement européen à une personnalité qui se bat en faveur des droits humains.

1. Qui est Hu Jia?

2. Le prix Sakharov

3. Que reproche la Chine à Hu Jia?

  • Le Congrès des Etats-Unis publie le texte de la sentence de la justice chinoise contre Hu Jia
  • … et donne le texte de l’acte d’accusation (en anglais)

La Chine a déjà vigoureusement protesté… et pour ceux qui lisent le Chinois, le blog de Hu Jia (lien proposé par le Nouvel Obs)

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 23 octobre 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre

Paul Krugman ou la crise pour les nuls

Paul Krugman Nobel d'Economie 2008

Bon. J’allais me fendre d’un billet sur Paul Krugman, le tout nouveau prix d’Economie de la Banque de Suède (= prix Nobel d’Economie). Mais le blog d’éconoclaste le fait bien mieux que moi.

  • Paul Krugman sur ce blog : un billet personnel, efficace, et admiratif du bonhomme (lien grâce aux Clionautes)
  • Les explications du Comité Nobel
  • Le blog de Paul Krugman sur le site de son journal, le New York Times
  • Son portrait par Sylvain Cypel dans Le Monde du 15 octobre
  • l’analyse de la crise par Alain Rémond dans Marianne, pas si décalée que ça (merci à Daniel Letouzey pour le lien)

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 15 octobre 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre,sur le net

Martti Ahtisaari prix Nobel de paix 2008

Martti Ahtisaari prix Nobel de la Paix 2008Le temps est aux négociateurs, aux intermédiaires, aux pacificateurs. Martii Ahtisaari est de cette espèce rare des médiateurs: cardinaux autrefois, chefs d’entreprise parfois, diplomates toujours.

Le Finlandais, ancien président de son pays, ancien sous-secrétaire général de l’ONU, vient d’obtenir le prix Nobel de la Paix 2008 pour « ses efforts importants, sur plusieurs continents et depuis plus de trois décennies, pour résoudre les conflits internationaux ».

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 10 octobre 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre

Quand la Chine menace Hu Jia, possible Nobel de la paix 2008

Le gouvernement chinois vient d’annoncer qu’il protestait par avance contre une ingérence dans ses affaires intérieures si le prix nobel de la paix était décerné à un dissident. Ce qui donne paradoxalement une chance supplémentaire au grand dissident Hu Jia de se voir décerné le prix Nobel de la Paix 2008, et lui permettrait d’être un peu plus protégé contre les agissements de la police et de la justice chinoises.

Le Nobel de la paix pourrait aussi être donné à un journaliste ou à un journal russe indépendant (se souvenir d’Anna Politkovskaia), ou à un birman, comme U Win Tin, le plus vieux prisonnier politique birman, libéré hier (et même si Aung San Suu Kyi l’a déjà obtenu). Ou encore Ingrid Betancourt, qui sait?

Verdict demain vendredi 10 octobre à 09h GMT (11h en France).

Hugo Billard


Publié le 9 octobre 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre

Bronislaw Geremek (1932-2008)

Bronislaw GEREMEK (1932-2008)

L’Europe a perdu une de ces figures dont l’histoire s’étonne toujours ensuite qu’elle n’ait pas été plus célébrée de son vivant.

Bronislaw Geremek a été enterré aujourd’hui en Pologne. Polonais et Européen, historien des marginaux dans la France médiévale, ancien professeur au Collège de France, opposant courageux au régime communiste, ministre polonais qui a assuré la sécurité de son pays en la faisant entrer dans l’OTAN et amorcé son entrée dans l’UE, courageux député européen victime des usages politiciens de la mémoire dans son pays, il était une des consciences de l’Europe et un homme d’Etat écouté.

Permettez quelques souvenirs. Plus jeune, j’avais lu « La potence et la pitié. L’Europe et ses pauvres du Moyen Age à nos jours » (éd. Gallimard, chez Pierre Nora). J’ai découvert que l’on pouvait aborder tous les sujets en écrivant bien, même en suivant une grille de lecture inspirée du marxisme. Puis étudiant engagé j’avais découvert l’homme Geremek dans un livre d’entretien, l’historien et le politique, et dans ce que son ami Jacques Le Goff écrit de lui dans un autre livre d’entretien, Une vie pour l’histoire.

Là j’ai découvert que l’on pouvait faire de l’histoire comme savant, penser l’histoire comme intellectuel, agir sur l’histoire comme politique, sans circonvolutions théoriques mais en cherchant dans la longue durée ce qui s’appelle le sens de l’intérêt général.

Autant dire qu’il n’est pas inconnu pour toute une génération d’historiens qui l’a découvert à la fois comme historien médiéviste mais aussi comme acteur de l’histoire, à Solidarnosc auprès de Lech Walesa dans les années 1980, comme acteur politique, comme ministre des Affaires étrangères de la Pologne et député européen, comme citoyen courageux à la fois contre le communisme dans les années 1980 et contre la tyrannie de la mémoire manipulée par la loi de lustration il y a quelques mois. Dans le florilège des hommages qui lui sont rendus depuis sa mort accidentelle le 13 juillet, le plus émouvant et le plus révélateur de cette place particulière de Geremek dans l’histoire politique et intellectuelle de l’Europe est ce qu’a écrit le grand journaliste polonais Adam Michnik dans sa Gazeta Wyborcza: « J’écris ces mots tout en sachant qu’ils ne rendent pas la richesse spirituelle, l’intelligence clairvoyante et la bonté de Bronislaw Geremek. Ce n’était pas un homme superficiel. (…) Adieu mon Bronek bien-aimé. Heureusement que tu as été. »

C’est Daniel Vernet dans Le Monde qui peut avoir le dernier mot: « Comme historien et homme politique, Geremek défendait la mémoire, pas la vengeance ».

  • L’article d’Adam Michnik dans Gazeta Wyborcza (traduit par Courrier International)
  • L’hommage de Jean Quatremer dans ses Coulisses de Bruxelles
  • L’hommage d’Antoine Perraud dans Mediapart
  • La biographie intellectuelle et politique de Geremek par Daniel Vernet dans Le Monde

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 21 juillet 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre,Lire

Libre!

… très belle nouvelle!

Maintenant il faut comprendre: écoutez l’histoire des FARC racontée dans l’émission « 2000 ans d’histoire » de Patrice Gélinet aujourd’hui.

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 3 juillet 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre

Claude Lévi-Strauss a 100 ans…

… et ça se fête.

Si vous voulez (presque) tout savoir, l’excellent Bibliobs a mis en ligne

  • l’émission « Boîte aux lettres » de Jérôme Garcin (qui est par ailleurs le patron des pages culture du NouvelObs).
  • que l’on doit compléter avec le dossier du NouvelObs sur Lévi-Strauss
  • … et lire aussi ce qu’écrit Pierre Assouline de la vie dans l’oeuvre de Lévi-Strauss

Sans compter que la presse écrite, numérique et radio-télévisuelle va beaucoup parler la semaine prochaine de notre beau centenaire.

Clin d’oeil à mes Terminales et à ce qui leur reste de la lecture de « Tristes tropiques » l’an dernier…

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 2 mai 2008 par Hugo Billard dans Comprendre,Vidéos

Germaine Tillion (1907-2008)

Germaine Tillion (1907-2008)Après Aimé Césaire, poète de la négritude et de l’engagement, Germaine Tillion, ethnologue notamment de l’Algérie, résistante déportée, femme engagée. C’est un pan de la culture française qui entre dans l’histoire.

Quelques mots de la résistante, notamment pour mes Terminales qui bûchent sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Germaine Tillion a fondé en 1941 le réseau de Résistance du musée de l’Homme, avec Boris Vildé, Michel Leiris et Pierre Brossolette entre autres. Son nom vient de l’origine professionnelle de la plupart des membres fondateurs. Dénoncée, comme beaucoup de membres du réseau, en 1942, elle est déportée au camp de concentration de Ravensbrück.

Avec Geneviève De Gaulle-Anthonioz et Simone Veil, elle appartient à ce groupe rare de femmes d’exceptions qui ont su mener, sorties des camps, après la guerre, une triple carrière: un engagement professionnel de grande qualité (l’ethnologie), un militantisme sans concessions (gaulliste, contre la torture en Algérie, et dernièrement pour les sans-papiers), et un engagement au service de la cause des femmes sans dogmatisme.

A lireEn 1997 des entretiens entre Germaine Tillion et Jean Lacouture ont été publiés sous le titre « la traversée du Mal ». En voici les derniers mots: « On peut libérer les bons côtés de notre espèce mais seulement par l’information et l’instruction, et cela ne signifie pas uniquement lutter contre l’analphabétisme d’une classe d’âge – car ce sont les parents (père et mère) qui doivent élever les enfants, et non pas l’inverse). Et comment vont-ils le faire quand l’un d’eux est infériorisé dès sa naissance? Les informations et repères doivent être offerts à la société globale, et la société globale commence par les femmes, car elles en sont la base stable. C’est pourquoi les sociétés qui écrasent les femmes, qui gênent leurs informations, qui bloquent leur avenir se condamnent elles-mêmes à la clochardisation. » (pp.124-125).

Dans le même ouvrage, Geneviève De Gaulle-Anthonioz livre une lettre en guise de préface. Germaine Tillion et elle se sont connues dans le camp de concentration de Ravensbrück. En voici quelques mots: « Je t’ai regardée: ton visage ferme et serein était déjà un réconfort, alors que nous avions été saisies d’effroi par l’aspect inhumain de tant de nos malheureuses camarades. Ce que tu nous as alors communiqué, avec le ton mesuré qui a toujours été le tien, n’était rien de moins que ta connaissance du système concentrationnaire. Exactement ce qu’il nous fallait pour ne pas être détruites par son apparente absurdité: le cycle du génocide, l’extermination par le travail, la raison d’être des « transports noirs » [convois vers la chambre à gaz] (l’un d’eux avait quitté le camp au moment de notre arrivée), les prix de revient des prisonniers, les bénéfices personnels de Himmler. En t’écoutant, nous n’étions plus des Stücks [pièce, morceau, élément du système industriel qu’est le système concentrationnaire], mais des personnes; nous pouvions lutter, puisque nous pouvions comprendre. »

A bientôt

Hugo Billard


Publié le 20 avril 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre,Lire

Monarchie élective?

Laurence Hansen-Love me demande un billet sur l’idée de « monarchie élective ». Le voici. Plus long que prévu.

Dans la pétition lancée le 14 février, Jean-François Kahn et le journal Marianne appellent à une « vigilance républicaine » contre les actions du président de la République, jugeant qu’il y aurait aujourd’hui un risque de « dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective ». Dans une chronique pour Libération mercredi dernier Alain Duhamel, peu suspect de pro-sarkozysme, dénonce dans cette pétition une « posture homérique » et dénonce l’agitation du « spectre de la monarchie élective ».

Alors qu’est-ce qu’une monarchie élective?

Une monarchie est élective lorsque le chef de l’Etat est élu et porte un titre monarchique (roi est un titre devenu nom commun). Il existe aujourd’hui un certain nombre de monarchies électives: le Saint-Siège (le monarque en est le pape), les Emirats Arabes Unis (le roi est élu parmi les 7 émirs de la fédération), Andorre même parce qu’elle est co-dirigée par l’évêque de Seo d’Urgell et par le président de la République française (élu, lui). D’autres exemples dans l’article que Wikipédia consacre à cette notion (mais oui, mais oui, il y a d’excellents articles dans Wikipédia, n’en déplaise aux grincheux).

Lire la suite »


Publié le 23 février 2008 par Hugo Billard dans Actualité,Comprendre