Autorretrato en la frontera entre México y Estados Unidos (Frida KHALO, 1932)

  ART DU VISUEL / PEINTURE 

frida

Autorretrato en la frontera entre México y Estados Unidos (Frida KHALO, 1932, 
huile sur métal, 31cm x 35cm, Collection Manuel Reyero, New York, États-Unis d'Amérique).

 

Objectifs culturels:

* Les fondements historiques du Mexique présents dans le tableau.

* Le monde moderne et les Etats-Unis.

* L’autoportrait et la frontière.

Commentaire

Tout d’abord nous voyons une femme au centre du tableau. Elle est en tenue de fiancée et se tient sur un socle. Il s’agit de Frida Kahlo. A gauche, il y a dans le ciel le soleil et la lune, une pyramide en ruines. En dessous, nous trouvons des plantes et des fleurs. A droite, nous pouvons voir des usines, des gratte-ciels, de la fumée, le drapeau des États Unis et des éléments électriques dans la partie inférieure.

Interprétation

Dans ce tableau il existe une opposition entre la partie gauche et la partie droite. Par exemple, entre le soleil et la fumée, la pyramide et les gratte ciels, les fleurs et les câbles électriques.

Tous ces éléments décrits servent aussi de symboles. La pyramide symbolise ainsi l’histoire et le passé de Frida Kahlo car il s’agit de ruines précolombiennes (aztèques).. D’autre part, les gratte ciels symbolisent la modernité, le futur, les grandes villes. Les fleurs représentent la nature alors que les usines font référence à la technologie.

A travers ces deux parties clairement différenciées on y verra le Mexique à gauche et les États Unis à droite. Frida se tient au centre. Frida se tient sur la frontière qui sépare les deux pays. Elle représente ici ses deux origines, ses deux identités. Elle se représente ainsi comme une artiste fruit de l’union de ces deux identités, comme l’allégorie de ce métissage naissant. C’est la raison pour laquelle sur un socle, comme une statue vivante.

Conclusion

A travers ce tableau, Frida veut parler du thème de la frontière, frontière entre deux pays, le Mexique et les États Unis, frontière entre le passé et le futur et enfin frontière entre deux cultures, la pré hispanique et l’occidentale. C’est pourquoi Frida se représente elle même comme le symbole de ce métissage, ni hispanique, ni occidentale, une identité métisse dont elle est fière.

Pour approfondir :

La peinture mexicaine et le muralisme (première moitié du XX siècle).

Babel Alejandro González Inárritu. (2006)

Sin Nombre Cary Fukunaga (2009)

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
Autorretrato en la frontera entre México y Estados Unidos (M. ROMERO)