Oradour (Jean TARDIEU, 1944) // La Guerre ou la Chevauchée de la Discorde (Henri ROUSSEAU, 1894)

  ART DU VISUEL / PEINTURE 

Henri_Rousseau_004

La Guerre ou la Chevauchée de la Discorde (Henri ROUSSEAU, 1894, 
Huile sur toile, 1,14m x 1,95m, Musée d'Orsay, Paris France).

Description du tableau

Henri Rousseau, dit le Douanier Rousseau, a participé à la guerre contre la Prusse de 1870. Profondément marqué par cette expérience, il représente la guerre sous la forme d’une femme habillée de blanc, tenant une torche fumante d’une main et une épée de l’autre, qui descend d’un cheval noir monstrueux. À ses pieds se trouvent des cadavres, pour certains démembrés, sur lesquels des corbeaux viennent se nourrir.

Le paysage est dévasté : les arbres sont morts, le sol est nu, les nuages ont une couleur rouge qui rappelle le sang.

Propositions d’interprétation

La figure féminine au centre du tableau évoque la déesse romaine Bellone, divinité de la guerre : c’est une allégorie. On notera son sourire effrayant et sa course qui sème la mort et la destruction. Le cheval noir qui se trouve derrière elle est déformé, monstrueux : il rappelle les cavaliers de l’Apocalypse, qui répandent les désastres sur la terre.

La structure du tableau met en valeur ces deux entités : ils sont encadrés par les figures horizontales que constituent les cadavres et les nuages, et par les formes verticales des arbres.

Comme dans le poème de Tardieu, la représentation de la destruction se fait aussi par l’absence : ici l’absence de couleur. Le noir (le cheval, les arbres et le sol), le blanc (la robe de la déesse et les cadavres) et le rouge (nuages) dominent, rappelant la mort et le sang, alors que le vert, couleur de l’espoir, n’apparaît pas.

Ce tableau que l’on associe à l’art naïf (simplification, absence de perspective) permet, grâce à stylisation même, de représenter l’irreprésentable, la destruction de toute vie.

_____

  ART DU LANGAGE / POESIE 

Oradour n’a plus de femmes
Oradour n’a plus un homme
Oradour n’a plus de feuilles
Oradour n’a plus de pierres
Oradour n’a plus d’église
Oradour n’a plus d’enfants

Plus de fumée plus de rires
Plus de toîts plus de greniers
Plus de meules plus d’amour
Plus de vin plus de chansons.

Oradour, j’ai peur d’entendre
Oradour, je n’ose pas
Approcher de tes blessures
De ton sang de tes ruines,
je ne peux je ne peux pas
Voir ni entendre ton nom.

Oradour je crie et hurle
Chaquefois qu’un coeur éclate
Sous les coups des assassins
Une tête épouvantée


Deux yeux larges deux yeux rouges
Deux yeux graves deux yeux grands
Comme la nuit la folie
Deux yeux de petits enfants:
Ils ne me quitteront pas.

Oradour je n’ose plus
Lire ou prononcer ton nom.

Oradour honte des hommes
Oradour honte éternelle
Nos coeurs ne s’apaiseront
Que par la pire vengeance
Haine et honte pour toujours.

Oradour n’a plus de forme
Oradour, femmes ni hommes
Oradour n’a plus d’enfants
Oradour n’a plus de feuilles
Oradour n’a plus d’église


Plus de fumées plus de filles
Plus de soirs ni de matins
Plus de pleurs ni de chansons.

Oradour n’est plus qu’un cri
Et c’est bien la pire offense
Au village qui vivait
Et c’est bien la pire honte
Que de n’être plus qu’un cri,


Nom de la haine des hommes
Nom de la honte des hommes
Le nom de notre vengeance


Qu’à travers toutes nos terres
On écoute en frissonnant,
Une bouche sans personne,
Qui hurle pour tous les temps.

Oradour (Jean TARDIEU, 1944, 
Extrait de Les Dieux Etouffés, 1944, Seghers, Paris, France).

Oradour-sur-Glane est une commune du Limousin. Le 10 juin 1644, les nazis, par mesure de représailles, y massacrèrent 643 personnes dont 500 femmes et enfants. Ceux-ci périrent enfermés dans l’église à laquelle les nazis avaient mis le feu.

Le poème « Oradour » a été écrit en 1944 par Jean Tardieu, qui participa aux publications clandestines de la Résistance.

La structure du poème

Le poème est composé de plusieurs strophes irrégulières, rassemblant des vers isométriques (de même longueur) non rimés.

Les choix d’écriture

Pour représenter la destruction, le poète a choisi de multiplier les négations pour décrire le village : il énumère tout ce qui a disparu, les êtres humains, les bâtiments, les signes de vie… mais en les niant.

Il utilise les répétitions, notamment l’anaphore (répétition en début de vers) du nom Oradour : pour lutter contre la destruction et l’oubli, ce nom est martelé tout au long du poème. D’ailleurs le village est réduit à l’état de « cri » : il est devenu le symbole de la « honte », de la barbarie de la guerre qui l’a rayé de la carte.

Le poète fait partager ses émotions aux lecteurs : devant l’horreur que représente Oradour, il ressent de l’effroi car il est incapable d’en parler ou de l’imaginer (voir strophes 3 et 4, le cauchemar à la strophe 4). En réaction, le poème se conclut sur des appels à la vengeance : Tardieu se place dans la lignée des poètes de la Résistance. Son texte est cri de révolte face au désastre.

Le poème est un moyen de lutter contre l’oubli, en rappelant sans cesse aux lecteurs le nom d’Oradour et ce que ce village n’est plus.

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
H. ROUSSEAU : La Guerre ou la Chevauchée de la Discorde (fiche 01) 
H. ROUSSEAU : La Guerre ou la Chevauchée de la Discorde (fiche 02)
Fiches de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
TARDIEU : Oradour, une représentation de la destruction (fiche 1)
TARDIEU : Oradour, une représentation de la destruction (fiche 2)

Strophes pour se souvenir (Louis ARAGON, 1955)

  ART DU LANGAGE / POESIE 

 

Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l’orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L’affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant

Strophes pour se souvenir (Louis ARAGON, 1955, 
Extrait de Le Roman Inachevé, 1956, Gallimard, Paris, France).

Ce poème d’Aragon rappelle la mort du groupe Manouchian, résistants fusillés par les Allemands à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Le poète utilise la polyphonie (plusieurs voix) :

– D’abord (vers 1 à 18), il s’adresse directement aux résistants de l’affiche rouge (« vous ») et met en place une véritable commémoration (cérémonie en souvenir d’une personne ou d’un événement)

– Il propose ensuite une paraphrase (= reformulation) poétique de la lettre que Manouchian a écrite le matin de son exécution dans le but de susciter l’émotion du lecteur (vers 18 à 30, en italique). On remarque l’anaphore de  » Adieu  » ainsi que l’allitération en m :  » Ma Mélinée « ,  » mon amour « ,  » mon orpheline « 

Aragon évoque de façon subjective l’affiche rouge (2ème strophe) pour dénoncer la manipulation que ses auteurs ont voulu exercer sur les passants.

Il montre également l’échec de celle-ci en signalant que l’indifférence de la foule le jour était remplacée par des hommages la nuit (« Morts pour la France ») La dernière strophe s’apparente à une épitaphe (= inscription sur un tombeau) et rappelle la valeur de leur sacrifice.

Ce poème engagé a pour objectif de rétablir la vérité et de faire en sorte que le sacrifice de ces hommes ne soit pas oublié.

affiche-rouge-f

L'Affiche Rouge (Service de propagande allemande en France, 1944, 
Impression bichromique, France).

En février 1944, une gigantesque affiche rouge est placardée sur les murs des grandes villes de France. Elle présente dix résistants parmi les 23 du « groupe Manouchian » qui seront fusillés par les Allemands le 21 février 1944 au Mont Valérien.

 

  1. a) Composition de l’affiche

Les couleurs utilisées ont une connotation morbide : rouge (= sang) et noire (= mort).

Les portraits en noir et blanc des 23 « terroristes » cherchent à soutenir la thèse des auteurs de l’affiche : hirsute, visages patibulaires… Ils sont disposés en triangle, dont le sommet est occupé par le portrait de Manouchian, pour former une flèche orientée vers le bas de l’affiche.

En dessous de ces portraits apparaissent des photos rectangulaires relatant des actes terroristes (déraillement de trains), montrant des cadavres, un corps attaché transpercé de balles et, au centre, une saisie d’armes.

  1. b) Rôle du texte sur l’affiche

On remarque une légende correspondant à chaque portrait patronyme, dans laquelle est indiquée la nationalité et l’idéologie (= étranger et dangereux) de chaque homme ainsi que le nombre d’attentats commis.

Tout concourt à présenter ces hommes comme des terroristes dangereux, dépourvus de toute humanité.

 

Cette affiche est une affiche de propagande, destinée à influencer l’opinion du destinataire au moyen d’un montage de photos, d’images et de textes évocateurs, choisis pour cet effet.

Les auteurs de cette affiche souhaitent convaincre les Français que le groupe dirigé par Michel Manouchian est composé de terroriste et que ces hommes œuvrent pour le désordre et la mort, face à l’ordre établi par l’armée allemande. L’affiche doit également dissuader ceux qui auraient envie d’entrer dans la Résistance.

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
ARAGON : Strophes pour se souvenir (1955)
L'AFFICHE ROUGE (M. KHELOUFI)

L’AFFICHE ROUGE (1944)

  ART DU VISUEL / AFFICHE 

affiche-rouge-f

L'Affiche Rouge (Service de propagande allemande en France, 1944, 
Impression bichromique, France).

En février 1944, une gigantesque affiche rouge est placardée sur les murs des grandes villes de France. Elle présente dix résistants parmi les 23 du « groupe Manouchian » qui seront fusillés par les Allemands le 21 février 1944 au Mont Valérien.

 

  1. a) Composition de l’affiche

Les couleurs utilisées ont une connotation morbide : rouge (= sang) et noire (= mort).

Les portraits en noir et blanc des 23 « terroristes » cherchent à soutenir la thèse des auteurs de l’affiche : hirsute, visages patibulaires… Ils sont disposés en triangle, dont le sommet est occupé par le portrait de Manouchian, pour former une flèche orientée vers le bas de l’affiche.

En dessous de ces portraits apparaissent des photos rectangulaires relatant des actes terroristes (déraillement de trains), montrant des cadavres, un corps attaché transpercé de balles et, au centre, une saisie d’armes.

  1. b) Rôle du texte sur l’affiche

On remarque une légende correspondant à chaque portrait patronyme, dans laquelle est indiquée la nationalité et l’idéologie (= étranger et dangereux) de chaque homme ainsi que le nombre d’attentats commis.

Tout concourt à présenter ces hommes comme des terroristes dangereux, dépourvus de toute humanité.

 

Cette affiche est une affiche de propagande, destinée à influencer l’opinion du destinataire au moyen d’un montage de photos, d’images et de textes évocateurs, choisis pour cet effet.

Les auteurs de cette affiche souhaitent convaincre les Français que le groupe dirigé par Michel Manouchian est composé de terroriste et que ces hommes œuvrent pour le désordre et la mort, face à l’ordre établi par l’armée allemande. L’affiche doit également dissuader ceux qui auraient envie d’entrer dans la Résistance.

 

Fiches de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
L'AFFICHE ROUGE (Mme VAUTIER)
L'AFFICHE ROUGE (M. KHELOUFI)

LIBERTÉ (Paul ELUARD, 1942) & LIBERTÉ (Jean LURÇAT, 1943)

  ART DU LANGAGE / POÉSIE 

1. Le poème : LIBERTÉ

Sur mes cahiers d’e?colier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J’e?cris ton nomSur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’e?cris ton nomSur les images dore?es
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’e?cris ton nom

Sur la jungle et le de?sert
Sur les nids sur les gene?ts
Sur l’e?cho de mon enfance
J’e?cris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journe?es
Sur les saisons fiance?es
J’e?cris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’e?tang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’e?cris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’e?cris ton nom

Sur chaque bouffe?e d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne de?mente
J’e?cris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie e?paisse et fade
J’e?cris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la ve?rite? physique
J’e?cris ton nom

Sur les sentiers e?veille?s
Sur les routes de?ploye?es
Sur les places qui de?bordent
J’e?cris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’e?teint
Sur mes raisons re?unies
J’e?cris ton nom

Sur le fruit coupe? en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’e?cris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dresse?es
Sur sa patte maladroite
J’e?cris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu be?ni
J’e?cris ton nom

Sur toute chair accorde?e
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’e?cris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les le?vres attendries
Bien au-dessus du silence
J’e?cris ton nom

Sur mes refuges de?truits
Sur mes phares e?croule?s
Sur les murs de mon ennui
J’e?cris ton nom

Sur l’absence sans de?sir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’e?cris ton nom

Sur la sante? revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’e?cris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis ne? pour te connai?tre
Pour te nommer

Liberte?

Paul ELUARD, extrait de Poésies et Vérités, 1942

 

2. Analyse

Pendant la guerre, engage? dans la Re?sistance, Paul Eluard participe au grand mouvement qui entrai?ne la poe?sie franc?aise, et le poe?me Liberte? ouvre le recueil Poe?sie et Ve?rite? paru en 1942.

Les textes qui forment ce recueil sont tous des poe?mes de lutte. Ils doivent entrer dans la me?moire des combattants et soutenir l’espe?rance de la victoire : comme on le faisait pour les armes et les munitions, le poe?me Liberte? a? e?te?, a? l’e?poque, parachute? dans les maquis.

Ce poe?me de Paul Eluard est un hymne a? la liberte?. Il e?tait destine? a? e?tre entendu par les re?sistants.

Le poe?te de?crit la situation du peuple pendant la guerre (armes des guerriers), la mort, l’obscurite?, la destruction, l’emprisonnement (sang- cendre- nuit-ombres- chiffon- de?truits- e?croule?es -ennui- moisi- de?mente (folie des hommes)- murs de mon ennui- orage, pluie)

En de?crivant tout ce sur quoi il faut e?crire le mot liberte?, le poe?te de?crit ce qui est prive? de liberte? : pas de liberte? d’enseigner, censure (pages lues, pages blanches, silence), souffrance physique et mort des hommes, pas de liberte? de circulation, privation mate?rielle et morale (solitude nue).

MAIS Paul Eluard envoie aussi un message d’espoir aux combattants.

Il existe une progression chronologique dans le texte: il part de l’enfance (e?cole; livres d’images, monde des contes: roi, guerriers)- puis l’enfance apparai?t comme un souvenir, signe qu’il a vieilli (l’e?cho de mon enfance) puis de l’adolescence, le temps de l’amour (saisons fiance?es) pas force?ment heureux (l’absence sans de?sirs, la solitude) enfin la vieillesse (difficulte?s de sante?- marches de la mort):
c’est tout au long d’une existence qu’il faut lutter pour la liberte?.

Structure du poe?me :
Ce poe?me est compose? de vingt–trois strophes. Ces quatrains se compose de trois heptasyllabes (7) et d’un te?trasyllabe (5).
Chaque strophe se termine par un « refrain ».
Le dernier vers sonne comme un e?cho au titre.

Les figures de style du poe?me :
Le poe?me est principalement rythme? par l’anaphore de la pre?position « sur » pre?sente dans chaque strophe (excepte?e la dernie?re).
Paul Eluard se sert aussi
– de la personnification (les saisons fiance?es, la montagne de?mente, les sueurs de l’orage);
– d’assonances (strophe 17 : vitres, surprises, attendries, silence ) et
– d’allite?rations (strophe 21 : sante?, risque, disparu, espoir, sans, souvenir).

 

 ART DU VISUEL / TAPISSERIE 

Copie de Liberte_Picaud_46

Liberté  (Jean LURÇAT, 1943) 
2,83m x 3,64m, tapisserie (basse lice), chaîne coton, trame laine,
Musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine, Angers (France)

L’œuvre :

Sur un fond ocre jaune se de?tachent, au centre, deux astres passant l’un devant l’autre telle une e?clipse. Dans les quatre coins de la tapisserie, on peut lire des extraits du poe?me de Paul Eluard, Liberte?. Les derniers mots du poe?me viennent s’inscrire dans le soleil : … Pour te connai?tre / … Pour te nommer / Liberte?

Dans le soleil de?coupe? en quatre parties : on distingue en bas a? gauche, sur fond noir, un serpent et la tige d’une plante fleurie qui s’e?panouit en haut a? gauche sur un fond clair ; en haut a? droite, sur un fond noir, se de?tachent des visages aligne?s et, en bas, sur un fond blanc, s’inscrit le mot « Liberte? ».

Un coq est au-dessus du soleil, installe? sur un trophe?e de cornes de taureau ; il porte les trois couleurs – bleu, blanc et rouge – du drapeau franc?ais.
Sur le fond de la tapisserie, il y a des nuages clairs et sombres, des e?toiles et des extraits du poe?me.

E?tude de l’œuvre :

La tapisserie est compose?e et tisse?e en 1943, clandestinement dans les ateliers d’Aubusson.
On retrouve dans cette œuvre un certain nombre de the?mes chers a? Jean Lurc?at auxquels il donne une re?sonance particulie?re dans ce contexte de la Re?sistance.

Le soleil rayonnant de flammes rouges apparai?t comme symbole de la vie et de l’espoir. En contraste, la guerre est repre?sente?e par l’astre sombre place? derrie?re le soleil. Cette ombre contient des cra?nes e?parpille?s, image de destruction et de mort. Le serpent rappelle son symbole tire? de la Bible, le mal contre lequel on doit lutter. Les visages aligne?s dans la lumie?re repre?sentent la vie, la lutte arme?e de la Re?sistance.

Le coq place? au-dessus du soleil repre?sente, quant a? lui, le symbole de la France. Il est peut e?tre ici une e?vocation de la victoire, un symbole triomphant de la re?sistance a? l’ennemi.

Cette œuvre est peut-e?tre l’e?vocation de la victoire, un symbole triomphant de la re?sistance (soleil) sur l’ennemi (astre sombre, lune).

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
Œuvrer pour résister : de l'écriture à l'œuvre