LA COLONNE BRISÉE (Frida KAHLO, 1944)

  ART DU VISUEL / PEINTURE 

La Colonne Brisée (Frida KAHLO, 1944, 
Huile sur bois aggloméré, 40cm x 30,5cm, Musée Dolores Olmedo, Mexico, Mexique).

« Attendant l’angoisse contenue, la colonne brise?e et le regard profond, sans pouvoir marcher sur le grand chemin, continuant ma vie, cerne?e dans de l’acier…si seulement il me caressait comme l’air touche la terre »

Contexte de l’œuvre :

Peint en 1944, cette toile correspond a? l’e?poque ou? la sante? de l’artiste se de?grade. Depuis l’accident de bus dans lequel elle fut tre?s gravement blesse?e en 1925, Frida souffre de nombreuses se?quelles. Son bassin, ses co?tes et sa colonne verte?brale on e?te? casse?s. Ni ses longues pe?riodes d’alitement, ni ses diffe?rentes interventions chirurgicales qu’elle a subies, ne la soulagent durablement de ses douleurs. A 37 ans elle a dore?navant besoin de porter a? nouveau un corset orthope?dique pour soulager sa colonne et ce pendant 5 mois. C’est son e?nie?me corset…cette fois il est en me?tal et non en pla?tre. Il lui reste 10 ans de souffrances insoutenables a? endurer avant sa mort.

En plus de cette souffrance physique, Frida Kahlo souffre moralement depuis son mariage en 1929 des infide?lite?s re?pe?te?es de son e?poux Diego Rivera. Marie?, divorce? puis marie? a? nouveau, le couple se de?chire.

C’est un autoportrait de Frida Kahlo. Au 1er plan, l’artiste se repre?sente debout au milieu du tableau face au spectateur. Derrie?re elle s’e?tend un paysage de?sertique et infertile pre?sentant de nombreuses failles. Elle est nue de la te?te aux hanches avec un corset de me?tal ajoure?, laissant voir son corps et sa poitrine. Le bas de son corps est enveloppe? d’un drap blanc. Le tissu et sa peau sont transperce?s par une multitude de clous. Le corps de l’artiste est ouvert en deux dans son milieu et laisse apparai?tre a? la place de sa colonne verte?brale une colonne de pierre antique de style ionique, brise?e en multiples parties. Le haut de la colonne soutient le menton de l’artiste, dont le visage statique, ferme? et digne n’exprime aucun sentiment. Des larmes sortent de ses yeux et semblent « pleuvoir » sur son visage. Le corset orthope?dique retient les deux parties du corps qu’elle emprisonne telle une cage.

Analyse de « La colonne brise?e » :

Frida Kahlo pre?sente dans ce tableau une ve?ritable mise a? nu de ses souffrances et de ses sentiments. Elle de?voile les blessures de son corps en me?me temps qu’elle de?voile celles de son a?me. « La colonne brise?e » te?moigne e?videmment de l’accident qu’elle subit a? 18 ans et des souffrances qu’elle endure depuis, mais le tableau pre?sente e?galement l’artiste blesse?e par les nombreuses infide?lite?s de son e?poux. La peau de Frida est transperce?e par de multiples clous, autant de clous que de blessures d’un amour bafoue?. Elle apparai?t crucifie?e, tout comme le Christ de Gru?newald au 15eme sie?cle. L’aventure que son mari Diego a entretenue avec la sœur de l’artiste l’a finalement ane?antie. Ses larmes coulent silencieusement. Malgre? ses souffrances physiques et morales, Frida, sacrifie?e, reste digne, la te?te droite, le regard fier. Soutenue par son corset elle traverse dignement cet immense moment de solitude et d’abandon, image? par le de?sert a? l’arrie?re plan, dont les failles expriment lui aussi les blessures de son cœur. On peut voir e?galement dans ce paysage le symbole de l’infertilite? de l’artiste. Frida, qui a eu le vagin transperce? lors de l’accident, ne peut pas avoir d’enfant. Son corps nu, qui de?voile toute sa fe?minite? et maternite? par ses seins, reste dramatiquement vide.

 

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
LA COLONNE BRISÉE (Frida KAHLO, 1944) (Mme LIEBART)