L’Art au service des régimes totalitaires (BREKER & MOUKHINA)

  ART DU VISUEL / SCULPTURE 

Le Garde (Arno BREKER, 1940, 
Bas relief en plâtre, Allemagne).

I/ Présentation

Ce bas-relief devait décorer la nouvelle capitale du Reich, Germania (nom latin de l’Allemagne), après la guerre. Il s’agit d’un moulage en plâtre. il était destiné à orner une frise qui devait décorer l’un des axes principaux de Berlin.

Arno Breker fut rapidement repéré par le ministère de la Propagande du Reich, plusieurs commandes lui sont passées et il devient l’un des artistes de référence de l’Allemagne nazie.

Cette œuvre illustre les principes aryens développés par Hitler, il met en scène l’esthétique du corps sain de l’homme nouveau, qui s’inspire de l’esthétique grecque antique.

II/ Description de l’œuvre

Cette œuvre représente un guerrier nu, très athlétique qui arbore tous les signes de la virilité guerrière nazie: musculature surdéveloppée, part de l’arme, visage implacable de détermination au combat, prêt à se battre car sûr de sa puissance.

Le drapé de sa cape et le bouclier sur lequel il semble s’appuyer font référence aux attributs des guerriers grecs. L’épée ressemble à une épée de l’époque romaine: Le garde s’inspire donc des sculptures antiques, à la fois grecques et romaines.

III/ Analyse

Le garde est une œuvre de propagande nazie. En effet, l’art tient une place très importante durant le IIIème Reich. L’art soutenu par les nazis doit exalter les valeurs traditionnelles du régime comme la pureté raciale, le militarisme et l’obéissance. Il s’agit bien d’un outil de propagande, visant à transmettre un message à la société

Cet art officiel prend pour modèle l’art antique grec et romain, reprenant ses formes et ses idéaux esthétiques.

Cette œuvre de Breker témoigne de l’idéal de la perfection de l’homme aryen décrit par Hitler dans Mein Kampf .

 

L’Ouvrier et la Kolkhozienne (Vera MOUKHINA, 1937, 
Moulage en acier Inox fer-chrome-nickel, 25m de haut, Centre Panrusse des Expositions, Moscou, Russie).

I/ Présentation

Sculpture monumentale de 25 mètres de haut, l’artiste est Vera Moukhina, elle a été réalisé pour l’exposition universelle de 1937 à Paris mais est aujourd’hui exposée à Moscou, devant le centre russe des expositions. Il s’agit d’une œuvre relevant du courant réaliste russe.

II/ Description

La statue est composée de deux personnages, un ouvrier brandissant un marteau et une kolkhozienne (paysanne) brandissant une faucille. Ces deux symboles de l’URSS symbolisent ainsi les deux branches du prolétariat soviétique, qui constituent la base de la société. Ils sont visibles sur le drapeau soviétique.

L’attitude des personnages, réalisant un pas en avant et tendant leurs bras vers le ciel, est déterminée. On peut y voir le triomphe du prolétariat, mais également la volonté de diffuser le communisme à l’échelle mondiale. La statue est organisée selon un triangle dont la pointe s’élance vers le ciel, ce qui signifie la volonté d’aller de l’avant.

Elle est réalisée en acier. Ce choix du matériau n’est pas anodin car à cette époque, la métallurgie et la sidérurgie constituent les fleurons de l’industrie soviétique.

III/ Analyse

Cette œuvre est symbolique de la propagande soviétique et stalinienne qui voulait convaincre les soviétiques qu’ils étaient sur la bonne voie. Elle diffuse l’idée que le modèle communisme conduit au progrès et au bonheur.

.Avec Staline, les artistes sont entièrement mis au service du régime, ils doivent être syndiqués et être membres du parti communiste. On utilise de nouveaux supports comme le cinéma (voir Eisenstein), la radio, la photo ou la sculpture.

Cette œuvre de propagande veut montrer le visage d’un pays où les gens trouvent le bonheur dans le travail. Il s’agit de mettre en scène les travailleurs qui construisent un pays neuf tourné vers le progrès et la modernité. Les machines sont présentées comme des emblèmes du progrès communiste.

 

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
L'ART AU SERVICE DES REGIMES TOTALITAIRES (Mme POTEMPA)