PRAGERSTRASSE (Otto Dix, 1920)

  ART DU VISUEL / PEINTURE 

Pragerstrasse (Otto DIX, 1920, 
Peinture à l'huile et collages sur toile, 101cm x 81cm, Kunstmuseum Stuttgart, Stuttgart, Allemagne).

I. Pre?senter l’œuvre et la situer dans le temps

Otto Dix ( 1891-1969)

Peintre allemand. Otto Dix a e?te? envoye? au front pendant la premie?re guerre mondiale (notamment en France). L’horreur de la guerre le marque e?norme?ment et devient la base de ses œuvres. Dans ses œuvres il n’exalte pas l’he?roi?sme des combattants mais il de?nonce la sauvagerie destructrice. L’artiste ne cesser de te?moigner des effets de la guerre sur l’homme, la nature et le patrimoine. Apre?s la guerre il re?alise des collages dada dont Pragerstrasse (1920) en est en exemple. Pragerstrasse est une rue de la ville de Dresde (Allemagne), rue dans laquelle Otto Dix a ve?cu.

Il participe par obligation a? la seconde guerre mondiale ou? il est fait prisonnier. Il meurt en 1969.

Le dada ou dadai?sme

Mouvement intellectuel, litte?raire et artistique cre?e en 1916 par des poe?tes, des peintres et des critiques. Ce mouvement met en avant l’esprit d’enfance, le jeu, le rejet de la raison et de la logique, l’extravagance et la de?rision. Les artistes de ce mouvement se voulaient irrespectueux et me?prisants des re?alite?s de l’e?poque. Ils recherchaient la plus grande liberte? de cre?ativite? (utilisation de tous les mate?riaux et formes disponibles). C’est en re?action a? l’absurdite? de la premie?re guerre mondiale qu’ils baptise?rent ce mouvement du terme dada (l’origine de ce terme provenant d’un dictionnaire ouvert au hasard et d’un coupe papier tombant sur le mot « dada »).

II. Description de l’œuvre

Au premier plan, un homme (ancien soldat) qui avance sur une planche à roulette et n’a plus de jambes. Également des personnes dont on ne voit pas le visage, passent sans s’arre?ter ( me?pris, de?dain vis-a?-vis des revenants mutile?s par la guerre).

Au second plan, un homme (ancien soldat) mutile? au corps de?sarticule? et aux yeux vides ( trous d’obus) qui fait la manche. Mise?re extre?me de ces gueules casse?es » qui ne sont pas aide?s.

A l’arrière plan, une petite fille seule (qui symbolise les nombreux orphelins de la guerre) et une vitrine de magasin. Un mannequin en pièces détachées et avec des prothèses s’y trouve (rappelle ce qui est arrivé à certains soldats)

Otto Dix peint la rue dans laquelle il vivait a? Dresde. Dans cette rue est repre?sente?e la socie?te? de l’apre?s-guerre : une socie?te? hante?e par la mort, de?shumanise?e et en pleine crise. Son œuvre cherche d’abord a? de?noncer les horreurs de la guerre et des combats qui ont de?truits de nombreux soldats (que l’on appelle les « gueules casse?es »). Une impression de confusion et de de?se?quilibre se de?gage du tableau. Otto Dix veut mettre mal a? l’aise, voire choquer le spectateur. Pragerstrasse montre aussi la crise sociale de la socie?te? de l’apre?s-guerre. En effet la construction du tableau fait apparai?tre une humanite? disloque?e. Le trottoir avec ses me?gots, ses de?tritus, ses bouts de journaux et ses mutile?s met en e?vidence un monde infe?rieur. Ce monde infe?rieur est me?prise? par un monde supe?rieur dont on n’entrevoit qu’une partie ( le corps d’une femme a? droite, la main d’un homme pose?e sur une canne a? gauche). Chaque monde ignore l’autre. Le peintre montre ainsi une socie?te? sans compassion et sans respect pour la personne humaine. Pour finir Otto Dix de?nonce l’antise?mitisme (= la haine des Juifs). L’homme qui est sur une planche a? roulette roule sur une page de journal ou? est inscrit « Les Juifs dehors ». Les Juifs sont en effet conside?re?s comme responsables des malheurs de l’Allemagne pour une partie des Allemands.

Quels messages cette œuvre cherche-t-elle a? faire passer ? Quel e?tait le but d’Otto Dix ?

Otto Dix de?nonce a? travers ce tableau :

  • –  les horreurs de la guerre lie?es aux combats qui ont tue? beaucoup de soldats mais surtout de?truits et mutile?s un grand nombre ( « les gueules casse?es »). C’est un profond traumatisme pour ces soldats.
  • –  la crise sociale de la socie?te? allemande de l’apre?s-guerre : une socie?te? totalement de?sorganise?e qui a perdu son humanite?.
  • –  l’antise?mitisme montant : pour un certain nombre d’Allemands, les Juifs sont les responsables des malheurs de l’Allemagne

Fiche de révision au format PDF (cliquez pour télécharger) :
PRAGERSTRASSE (Otto DIX, 1920) (Mme WOLFER)