Arts à Duhamel
Un site utilisant LeWebPédagogique

Otto Dix, Les Joueurs de skat, 1920 (3°1/3°2)

 Otto Dix Les joueurs de skat

Voir en introduction le webdocumentaire :

http://guerre-14-18-arts.francetveducation.fr/#!/accueil

 

I)  Présentation de l’œuvre

  • Auteur : Otto DIX, artiste peintre allemand (1891-1969)

    Il appartient au courant artistique expressionniste : le peintre exprime ses sentiments en s’appuyant sur la réalité (réalisme) mais aussi en la caricaturant.

    Né en Allemagne à Untermhaus (Thuringe) dans la classe moyenne, il commence son apprentissage comme peintre-décorateur. En 1914,il se porte volontaire dans l’artillerie à Dresde ; après avoir été formé comme mitrailleur à Bautzen, il est envoyé au front, dans les tranchées. Il a réalisé environ 600 dessins, aquarelles et gouaches sur la guerre dont beaucoup ont été perdus. Il prend part en 1920 et 1922 aux expositions dada où ses tableaux révèlent une violente critique de la société bourgeoise et du militarisme. L’arrivée au pouvoir des Nazis en 1933 va bouleverser la vie d’Otto Dix : accusant l’artiste de produire un art « dégénéré», les Nazis lui interdisent d’enseigner et confisquent 260 de ses œuvres. Certaines de ses toiles sont brûlées par les Nazis. Dix se tourne alors vers le tableaux paysagers pendant les années de guerre afin de continuer à exercer son art. Le 24 juillet 1969 Otto Dix meurt d’une congestion cérébrale.

  • Titre : Les Joueurs de skat ( Die Skatspieler)

  • Date : 1920

  • Dimensions : 87 x 110 cm

  • Localisation : Neue Nationalgalerie, Berlin (Allemagne)

  • Lieu représenté : un café

  • Technique et matériaux : Huile sur toile avec photomontage et collage

  • Genre: Scène de vie quotidienne (une partie de cartes dans un café)

  • Provenance et histoire de l’œuvre : De 1920 à 1924, Otto Dix réalise une série d’œuvres inspirées par les images d’horreur du front et montrant les conséquences physiques de la Grande guerre sur les anciens combattants. Les joueurs de Skat fait ainsi partie d’une série de quatre tableaux peints en 1920 : Rue de Prague (Prager Strasse : voir manuel d’histoire p.55), Le vendeur d’allumettes (Streichholzhändler), et La Barricade (Die Barrikade). Dans les années 1920, la figure du soldat mutilé est très présente dans le paysage des pays européens, la moitié des démobilisés ayant été blessés plus ou moins gravement au combat ; parmi ces blessés, beaucoup sont défigurés et ont un visage méconnaissable : on les surnomme les « gueules cassées ». Otto Dix a aperçu trois mutilés de guerre jouant aux cartes dans l’arrière-salle d’un café de Dresde et en a fait aussitôt un dessin préparatoire, qui va lui servir de base pour les Joueurs de skat

II) Description de l’œuvre

  • Scène et personnages

Au premier plan, trois hommes en costume jouent avec des cartes au skat (jeu de cartes allemand très populaire, qui se joue traditionnellement à trois). Les 3 personnages ont en commun d’être mutilés.

a) Le joueur de gauche :

Il n’a plus de bras : son bras gauche est une prothèse en bois tandis que le bras droit lui est absent, on ne voit qu’une manche vide. L’homme se sert des pieds de la seule jambe qu’il lui reste ( l’autre est une prothèse), pour tenir ses cartes. Son visage est couvert de cicatrices et de brûlures ; sa bouche est figée sur le côté en un rictus découvrant ses dents, il lui manque un oeil ainsi qu’une oreille : à la place de celle-ci, l’homme a un tuyau qui est relié à un appareil posé sur la table afin d’entendre.

b) Le joueur du centre :

Il joue aussi aux cartes. Il lui manque une partie de la peau de la tête : il a été scalpé. Sur la partie de peau dénudée de son crâne, il a un tatouage (femme ). Il est amputé des deux bras et des deux jambes. Il tient une carte dans sa bouche qui est également mutilée : sa mâchoire semble tenir avec une grosse vis; son nez est déformé. Il a un œil de verre disproportionné par rapport à l’œil qui lui reste et par rapport à son visage. Il a un trou renforcé d’une bordure métallique à la place de l’oreille qu’il a perdue. Il a disposé son jeu sur un petit pupitre devant lui.

c) Le joueur de droite :

Le troisième personnage n’a pas de jambe, il est posé sur une sorte de socle en fer.

Il a une bras articulé comme celui d’un robot (on voit un rouage au niveau du coude).

Sur son veston, il porte une croix de fer : décoration attribuée aux combattants allemands de la Première Guerre mondiale. Au-dessus de son col, une prothèse tente de combler l’absence de mâchoire inférieure. Son articulation repose sur un système de poulies qui masque en partie, une large cicatrice de la joue gauche. Un assemblage de pièces en aluminium soutient sa lèvre inférieure. Sur la prothèse, figurent des inscriptions avec le visage d’un homme : « Unterkiefer : Prothese Mark : Dix » (« prothèse de mâchoire inférieure, marque Dix »). La photographie est celle d’Otto Dix, autour de laquelle il a écrit : « Nur echt mit dem Bild des Erfinders » (« Seulement valable avec le portrait de l’inventeur »).  L’extrémité du nez du joueur de droite est recouverte d’un bandeau noir noué autour de sa tête.

A l’arrière-plan :

  • En haut à gauche, un lampadaire éclaire la scène ; on distingue une tête de mort au centre de celui-ci.

  • Des journaux sont affichés au-dessus des trois hommes ; on distingue l’un des noms « Desdner… ».

  • Un porte-manteau vide, avec des crochets métalliques rappelle la forme du socle sur lequel repose le joueur de droite et constitue une ligne parallèle avec la jambe de bois du personnage de gauche.

  • Couleurs / Tons

La gamme de couleurs est très restreinte : verdâtre, noir, bleu foncé (=des tons froids dominants) encadrent le rose tirant sur le rouge sang des visages des personnages.

Le clair-obscur*employé par Otto Dix attire avant tout les regards sur les mutilations des visages.

* clair-obscur : effet de contraste produit par les lumières et les ombres des objets représentés

III) Interprétation de l’œuvre

A travers ce tableau, Otto Dix entend probablement choquer le public en représentant des anciens combattants aux corps affreusement mutilés ; il cherche à mettre en avant le caractère absurde voire grotesque de la guerre et de ce qu’elle a engendré dans la société.

  • Ces personnages sont déshumanisés : ils ne sont plus qu’un assemblage de morceaux, des êtres hybrides, « raccommodés » grossièrement avec des prothèses disparates, des hommes-objets comme semble le souligner la forme commune entre le porte-manteau et le socle supportant l’homme-tronc de droite.

    Leur humanité transparaît certes à travers certains détails : leur costume, leur coiffure soignée, leur moustache taillée, le fait qu’ils jouent aux cartes dans un café… mais celle-ci est systématiquement anéantie par d’autres éléments  : le personnage de gauche tient ses cartes avec les pieds, comme un singe, celui du centre tient une carte dans sa bouche, comme un chien ; celui de droite est indécent…

  • Le peintre souligne le grotesque de la scène pour mieux exprimer son horreur de la guerre et du militarisme  : semblables à des pantins, des marionnettes ces hommes sans regard et au visage figé ont été utilisés pour faire la guerre ; la partie de cartes qu’il font n’en est d’ailleurs plus vraiment une, puisque leur jeu est visible par tous : pour eux, les « jeux sont faits ». La mort les poursuit (voir la forme qui apparaît sur la lampe) et, reclus dans l’obscurité d’un café, ils restent entre eux à l’écart du reste de la société. La croix de fer sur le costume du joueur de droite apparaît comme une récompense bien dérisoire dans ce contexte et exprime le rejet par Otto Dix d’une forme de patriotisme développé après-guerre chez certains anciens combattants.

Conclusion :

La réalité des corps mutilés de l’après-guerre est ici traitée de façon expressionniste : Otto Dix nous livre sa vision de la réalité en laissant libre cours à son inspiration et en exprimant ses propres sentiments. Son travail veut interpeller et choquer. C’est une peinture agressive qui n’hésite pas à critiquer la société.

Prolongements :

  • La partie de cartes, Fernand Léger, 1917
  • d’autres œuvres d’Otto Dix : Rue de Prague, La Guerre …
  • un roman : La chambre des officiers de Marc Dugain.

Publié par duhamel le 2 décembre 2013 dans 3ème,Epreuve orale au Brevet Juin 2016
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.