Une formidable hausse de la productivité dans la fabrication de l’acier : le procédé Bessemer
Les progrès technologiques dans l’industrie métallurgique Bessemer, un  » bricoleur de première classe « .
H. Bessemer (1813-1898), qui n’était pas un métallurgiste mais plutôt une sorte de bricoleur de première classe, inventa au début des années 1850 un projectile d’artillerie qui exigeait un canon exceptionnellement long et solide. Le problème, c’était de rendre l’acier assez peu coûteux pour que la production massive de ces larges pièces fût praticable à vues budgétaires. … Il trouva une de ces solutions dont la simplicité nous ébahit une fois qu’elles sont découvertes. Au lieu d’affiner le fer en gueuse en appliquant la chaleur sur sa périphérie suivant la tradition, il fit souffler de l’air dans le métal en fusion, employant la chaleur dégagée brusquement par l’oxydation elle-même pour maintenir le fer à l’état liquide. Il en résultait une décarburation extrêmement rapide. … Un convertisseur Bessemer en marche entre véritablement en éruption au moment où l’énergie se libère d’un seul coup. Avec ses flammes et ses projections d’étincelles aux couleurs changeantes, c’est aussi l’un des spectacles les plus palpitants que l’industrie puisse offrir.
 » Il y a trente-trois ans, j’essayais d’introduire une méthode de fabrication (de l’acier) entièrement nouvelle, si nouvelle même… que je rencontrai de tous côtés la plus grande incrédulité et la plus grande méfiance. Il ne fut possible de décider aucun fabricant d’acier à adopter ce que le monde sidérurgique déclarait être le simple rêve d’un enthousiaste extravagant, et ce n’est qu’en construisant moi-même une aciérie dans la ville de Sheffield qu’il me fut possible de surmonter l’incrédulité qu’avait rencontrée mon invention. Mais aussitôt que je fus capable… de vendre mon acier à bas prix, il y eu une sorte de panique dans l’industrie… À partir de ce moment, la nouvelle méthode commença à se répandre dans toute l’Angleterre, et, de là dans les États européens, puis aux États-Unis où elle a depuis pris une place prépondérante. « 
Extrait d’une note adressée par Bessemer à une revue anglaise en 1894

Innovations diverses et cumulées : Les découvertes de Berthelot
Dès 1854, à peine âgé de vingt-sept ans, il tente ses plus audacieuses synthèses. Enfin, celle qui domine toutes les autres, la synthèse de l’acétylène, la plus surprenante, la plus inattendue, la plus simple: du charbon et de l’hydrogène, en présence de l’arc électrique, s’unissent pour produire ce corps dont la synthèse entraînerait la synthèse purement chimique de tous les carbures d’hydrogène, des alcools, des corps gras, en un mot de tous les produits naturels …. Berthelot était donc en droit de conclure avec un légitime orgueil : « Le domaine où la synthèse chimique exerce sa puissance créatrice est plus grand que celui de la nature actuellement réalisé ». « 
Paul Painlevé, Paroles et écrits, Rieder, 1936

Edison diffuse l’ampoule électrique
Au moment où nous inaugurâmes l’éclairage électrique, il nous fallait une usine pour la fabrication des lampes. À cette époque, le prix de revient d’une lampe était de un dollar vingt-cinq environ. Je fis alors cette proposition à
la Compagnie [qui commercialise l’électricité] :  » Si vous voulez passer avec moi un contrat, valable jusqu’à l’expiration des brevets, je fabriquerai toutes les lampes dont aura besoin
la Compagnie et je les livrerai aux prix de 40 cents par lampe « .
La Compagnie sauta sur cette offre. 

Un « trust »: le Groupe Morgan, First National Bank.
Affaires industrielles / General Electric Co ; United States Steel Corporation ; American Radiator and Standard Sanitary Corporation ; Continental Oil Co ; National Biscuit Co ; Baldwin Locomotive Works ; St. Regis Paper Co.
Services publics / American Telephone and Telegraph Co ;
Chemins de fer / Western Pacific.
Banques / J. P. Morgan and Co ; First National Bank Co. Etc..

Contre la concentration excessive des grandes entreprises : les lois anti-trusts américaines 1890
Le Sherman Act (1890)
 » 2° Toute personne qui créera un monopole ou tentera de créer un monopole ou de conclure une entente ou une coalition avec une ou plusieurs autres personnes aux fins de monopoliser une partie du trafic ou du commerce entre les différents États ou avec les pays étrangers sera regardée comme coupable d’un acte délictueux… »
Des amendements et l’emprisonnement étaient prévus en cas de violation de la loi, et la personne lésée était autorisée à recouvrer trois fois la valeur des dommages subis. …
H. FAULKNER, Histoire économique des États-Unis, PUF, 1958.
Le Clayton Act (1914)
Ses articles 2, 3, 7 et 8 énoncèrent de nouvelles prohibitions spécifiques frappant les discriminations de prix, les contrats d’exclusivité de vente, les prises de participations, les sociétés holdings, les pratiques d’administrateurs communs, les fusions d’entreprises (autres que les compagnies de transports et les banques), dans la mesure où elles tendent à réduire la concurrence.
FRANK,
La Politique économique des États-Unis, Sirey, 1966.