Le but premier de l’analyse d’un document consiste à y apporter des informations complémentaires pour l’expliquer rendant plus accessible son contenu ou en complétant les renseignements qu’il apporte.

L’opération de commentaire d’un document peut contenir quatre actions principales :
– Description du document.
– Apport d’informations complémentaires.
– Mise en lien avec le contexte.
– Critique interne et externe du document.

– Description du document.
La description consiste à extraire des informations contenues dans le document. Il peut s’agir de le résumer (par une contraction de texte), de nommer les éléments qu’il contient avec des termes plus scientifiques et plus généraux, ou de décrire les différents éléments visibles sur celui-ci quand il s’agit d’une image.
La description met en jeu les différentes catégories définies par Aristote et l’art de la définition.

– Apport d’informations complémentaires.
Il s’agit généralement d’apporter des informations abstraites aux documents descriptifs et concrets (lettre, témoignage, article de journal). Il peut aussi s’agir de donner des exemples ce à quoi peut correspondre une idée exprimée dans un texte abstrait (discours politique, analyse d’historiens, texte de penseur). Dans ce cas on procède à une sorte d’extension de certains passages du texte en lui apportant des exemples qu’il ne contient pas.

– Mise en lien avec le contexte.
Les documents historiques ne peuvent être séparés du temps et du lieu dans lequel ils ont été produits. Leur commentaire doit donc les situer dans leur époque. Il faut le faire pour les événements immédiatement contemporains, mais aussi pour les causes un peu plus lointaines de ce qu’ils évoquent. Le contexte peut aussi être géographique et social. Il dépend aussi du genre littéraire ou au type de document dont il s’agit.

– Critique interne et externe du document.
La science historique cherche aussi à déterminer le degré de confiance qu’elle peut accorder à un document en comparant son contenu aux connaissances déjà dégagées par les historiens. Cette critique ne consiste pas à déconsidérer par principe le contenu du document mais en définir les limites et la portée.
Il peut s’agir d’une critique interne fondée sur le genre littéraire du document. Elle distingue alors les documents subjectifs (discours politique, individuel, mémoires d’un personnages public); ou bien de documents plus descriptifs (analyses sociologiques, statistiques, travaux d’historiens).
L’analyse critique doit aussi se demander si le document se distingue des situations habituellement connues dans son contexte ou s’il confirme ce que les historiens disent de son époque.

Organisation du travail de commentaire de document.
La préparation de cet exercice doit commencer par la présentation du document : Nature, auteur, date, contexte, limites et portée.
Elle doit continuer par une analyse approfondie et une mise en relation du contenu du document avec les connaissances historiques vues en cours et dans des lectures complémentaires.

Organisation de la réponse aux questions posées sur le document.
Celle-ci doit s’inspirer du titre et de la consigne qui accompagne le ou les documents présentés aux élèves.
L’étude de document commence par une introduction qui reprend la présentation du document tout en insistant sur les éléments les plus significatifs pour introduire les principaux thèmes de l’analyse qui va être menée.
L’annonce du plan doit être très rapide, celui-ci est déterminé par le contenu du document et indiqué assez précisément par les éléments de la consigne. Les trois parties ne sont donc pas obligatoires mais il faut distinguer des parties pour structurer la réponse.
Les citations d’un document textuel et les éléments de description précise d’une image sont absolument nécessaires. Il doit s’agir d’éléments courts et précis. Il ne faut pas faire de coupures dans un passage de texte cité (sous la forme […]).
La conclusion doit être suffisamment précise pour parvenir à résumer des principaux apports d’information obtenus au cours de l’analyse.