Libertés : limites et tensions sociales / EMC

Libertés : limites et tensions sociales

Dans toutes les sociétés humaines organisées, l’usage des libertés connaît des limites. Les libertés de chacun sont limitées pour le bien de tous .

I. Pas de libertés sans limites

  1. Les limites aux libertés individuelles.

« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».

La liberté des fumeurs est limitée pour protéger celle des non-fumeurs.

La possession des chiens dangereux est limitée pour réduire les accidents.

Ainsi l’intérêt général passe avant celui des particuliers et constitue une limite aux libertés individuelles.

Fiche 63 : les limites à la liberté d’expression

La loi limite la liberté d’expression afin d’éviter les abus (surtout sur les réseaux sociaux)

On ne peut publier de photos sans autorisation .Il ne faut pas nuire à autrui .Il faut respecter le droit à l’image et le droit à la propriété intellectuelle

Les insultes, la diffamation, la négation des crimes contre l’humanité commis durant la Seconde Guerre Mondiale ou encore l’incitation à la haine raciale sont punis par la loi.

Diffamation : fait de porter atteinte à  l’honneur d’une personne par des propos mensongers.

Le négationnisme est la position de ceux qui nient, contestent ou minimisent la réalité du génocide des Juifs par le régime nazi d’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Selon le principe du droit à l’image nul ne peut publier, dans la presse ou sur internet, une photo sans le consentement de l’intéressé.

2.Les limites aux libertés collectives

La loi justifie l’interdiction d’une manifestation au nom de la sureté publique et de la défense de l’ordre.

FICHE 64 : les limites aux libertés collectives

II. Des libertés en conflit

  1. Comment exercer son droit de grève sans nuire aux autres ?

L’usage du droit de grève ou les manifestations crée souvent des tensions voire des conflits sociaux, et pose le « problème » de la compatibilité des libertés entre elles. Le maintien de l’ordre face aux débordements des manifestants aujourd’hui pose le problème du respect des libertés individuelles.

2.Technologies et libertés

La technique de reconnaissance faciale, définie par la CNIL[1] comme une technique permettant d’authentifier l’identité d’une personne ou de l’identifier parmi un groupe d’individus à partir d’une base de données, séduit de plus en plus d’États. Ce qui inquiète les associations de défense des droits de l’Homme.

L’usage des drones par les forces de l’état ou les particuliers peut aussi compromettre l’usage des libertés individuelles.

Certaines personnes se mettent aussi en danger elles mêmes en utilisant les réseaux sociaux sans précautions. Si on en dévoile trop le droit à la vie privée et à l’intimité disparait , il faut donc être prudent sur internet et prendre garde à conserver sa dignité.

L’application Tiktok est accusée d’avoir collecté les données personnelles de mineurs de moins de 13 ans et fait l’objet de reproches tels qu’encourager le narcissisme et l’hyper sexualisation surtout des plus jeunes. On sait donc que l’application est un territoire de chasse de choix pour les pédophiles et les prédateurs sexuels.

La vidéosurveillance vise à augmenter la sécurité dans certains lieux. Mais elle risque de porter atteinte au droit au respect de sa vie privée comme le dénonce la CNIL.

CNIL : La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés est l’autorité administrative visant à garantir le respect de la vie privée, des libertés individuelles et des libertés publiques face au développement grandissant de l’informatique.

 

Publié par

histoiregeoalasource

Nathalie Deprey, professeur D'histoire Géo au collège la Source à Rilly la Montagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *