La domination des seigneurs au Moyen Age

FICHE 6 : les liens féodaux

Un seigneur : une personne qui domine, en tant que maitre de la terre ou de droits de justice. Il peut être un laïc ou un ecclésiastique.

I.Le seigneur, maître des terres et des hommes

Les seigneuries sont mises en place afin de répondre aux troubles et à l’insécurité provoquées par la fin de l’empire carolingien.

FICHE 7 : une seigneurie

Un seigneur : une personne qui domine, en tant que maitre de la terre ou de droits de justice. Il peut être un laïc ou un ecclésiastique.

Une seigneurie : un territoire sur lequel un seigneur a des pouvoirs

La réserve : terres que le seigneur se réserve et fait cultiver par les paysans.

Une  tenure :  terres confiée par le seigneur au paysan en échange d’un loyer.

Les banalités : sommes d’argent versées par les paysans pour l’usage, obligatoire, des outils collectifs appartenant au seigneur (pressoir, four, moulin, etc.).
Les corvées : travaux gratuits exigés des paysans par le seigneur.

La taille : taxe en échange de la protection du seigneur.

En échange de leur justice et protection, les seigneurs dominent les paysans. C’est d’eux que les paysans tiennent la terre qu’ils cultivent, à ce titre ils doivent de nombreux impôts et corvées

Le jeune seigneur devient chevalier vers 18 ans par la cérémonie de l’adoubement . Le seigneur justifie sa domination par son rôle militaire. Il s’appuie sur les chevaliers pour défendre les habitants de sa seigneurie et conserver son pouvoir

L’adoubement : cérémonie dans laquelle un homme, souvent un écuyer, est ordonné chevalier.

Le tournoi de chevaliers est un loisir mais aussi un entrainement militaire pour les chevaliers

Le chevalier idéal a bon caractère et il est courageux et fort. Il est fidèle à son seigneur et se rend à l’église. Cet idéal est chanté par les troubadours dans les châteaux.

Sur les tenures, le seigneur prélève des redevances , il exerce aussi son droit de ban : pouvoir de rendre la justice.

redevances  : ensembles des taxes et des impôts payées par les paysans au seigneur

Tous les paysans n’ont pas le même statut :

Les tenanciers (ou les vilains) sont des paysans libres.

Les serfs sont des paysans non libres, qui appartiennent à leur seigneur.

Le château fort est le lieu de pouvoir et d’habitation du seigneur.

II. Le dynamisme économique de la seigneurie

Entre le XIe et le XIIIe siècle, les pratiques agricoles progressent : les paysans utilisent des charrues et améliorent les attelages

FICHE 8 : Les principales évolutions dans les campagnes

Le défrichement est le fait d’abattre des arbres et de détruire des broussailles afin de mettre de nouvelles terres en culture

Une nette hausse de la production agricole fait reculer les grandes famines et entraine un fort essor démographique.

Des re?voltes paysannes ont lieu contre la domination des seigneurs aux XIVe et XVe sie?cles pour obtenir plus de liberte?s.

Le seigneur accorde par la charte de franchise des privilèges aux populations qui viennent peupler ses nouveaux villages.

III. L’Eglise et l’ordre spirituel  dans les campagnes

L’Eglise possède de nombreuses terres : les abbés des monastères et les évêques sont aussi de grands seigneurs.

Questionnaire sur la vidéo le rôle de l’Eglise

les clercs : Ceux qui consacrent leur vie à la religion

clergé séculier : les évêques et les prêtres qui vivent dans le siècle au contact des laïcs.

clergé régulier : abbés religieuses et moines qui vivent dans les monastères et suivent une règle de vie

excommunier :Exclure  de la communauté chrétienne toute personne dont la conduite est contraire  aux règles de l’Eglise.

Les chrétiens recherchent le salut de leur âme et veulent éviter l’enfer, pour cela ils doivent suivre les règles de l’Eglise :

Les mauvais chrétiens sont excommuniés : exclus de l’Eglise et voués aux enfers.

un sacrement : Cérémonie par lesquelles l’Eglise rend sacrés les moments importants de la vie. Acte religieux par lequel l’Homme se rapproche de Dieu

L’Eglise rythme la vie des chrétiens de la naissance à la mort avec  les 7 sacrements, le calendrier chrétien et les fêtes religieuses.

L’Eglise est riche car elle possède de vaste domaines , et le peuple lui verse un impôt : la dîme , elle reçoit également les dons des fidèles.

Dîme : impôt en nature prélevé par l’Eglise

Inquisition : tribunal spécial de l’Eglise qui condamne les hérétiques

Ceux qui contestent  les fondements de la foi chrétienne ou l’organisation de l’Eglise sont accusé d’Hérésie.

Etude Une église romane : Sainte Foy de Conques

Du XIe au XIIe siècle, les églises sont bâties dans le style roman. Puis, du XIIe au XVe siècle se développe l’art gothique.

Le poids de la voûte romane repose sur des murs épais renforcés par des contreforts.

Etude : L’abbaye de Fontenay

Les moines qui vivent dans les abbayes suivent une règle de vie très stricte :la  prière et le travail occupent la plus grande part de la journée, dans des abbayes isolées et leur vie est assez austère.

 Histoire des arts : l’art du manuscrit au moyen âge

 

Les châteaux forts

L’architecture du château-fort évolue tout au long du moyen-âge. Les premiers châteaux sont appelés motte castrale. La défense reste plus passive qu’active. Au XI et XIIe siècle, les châteaux vont connaître des amélioration sensibles: l’emploi de la pierre le rend bien plus résistant, les murailles deviennent haute et épaisses, les hourds permettent une défense rapprochée plus efficace, les tours de flanquement sont carrées, un fossé entoure le château. On appelle ce type d’édifice militaire un château fort roman. Au XIIIe siècle, les architectes du roi Philippe Auguste vont élaborer un nouveau type de château. Le château philippien. Le début du XVIe siècle voit la construction des derniers châteaux-forts. Une tradition vieille de 6 siècles va disparaître. Construire une forteresse devient un privilège royal. C’est la fin de la féodalité.

Jouez à ce jeu sérieux :

https://learningapps.org/3490085

 

DROIT ET JUSTICE EN FRANCE-4E-EMC

En  France,  la  Justice  est  un  service  public.

Un service public : mission que l’Etat remplit pour tous les citoyens 

Tout  Français  est  justiciable :  chacun peut   faire   appel   à   la   Justice   et   la   Justice   peut   demander   à   tout   Français   de comparaître.

I.Le droit codifie les relations entre les hommes dans une société

FICHE 65 : le droit codifie des règles communes

Les lois sont établies par le gouvernement et le parlement

Le droit évolue avec le temps et s’adapte à l’actualité (ex le droit au mariage )

Le droit  est l’ensemble des règles qui régissent la conduite de l’Homme en société : les règles pour vivre

Le droit s’appuie sur des définitions très complètes des infractions.

Infractions : actes interdits classés suivant leur gravité en contraventions, délits ou crimes.

Partie civile : individu victime d’une infraction qui en demande réparation lors d’un procès pénal.

 Code pénal : recueil des textes rassemblant les infractions à la loi et les peines à appliquer.

Il existe une hiérarchie dans le  droit. Les traités internationaux s’imposent dans le droit des états qui les ont acceptés. Ils sont supérieurs aux lois de ces pays et doivent être respectés.

Constitution : texte fondamental qui détermine la forme du gouvernement d’un pays. La Constitution actuelle de la France est celle de la Vème République, adoptée en 1958.

Depuis le traité de Rome en 1957, les gouvernements des états d’Europe ont l’obligation d’appliquer le droit européen.

Directives : nom donné aux lois de l’UE, qui s’appliquent aux états membres. Les directives sont donc transformées en lois nationales.

II.La justice garante du respect du droit

A.Le rôle de la justice et ses principes

Les symboles de la justice :

Le glaive:  la justice punit

le bandeau: la justice est impartiale

la balance : la justice est équitable

La justice française a pour mission de protéger, mais aussi de punir les citoyens qui comparaissent devant ses tribunaux et d’arbitrer les conflits au sein de la société.

FICHE 67 : principes et organisation de la Justice

La présomption d’innocence est un principe fondamental de la Justice: Tout homme doit être traité comme un innocent tant qu’il n’a pas été reconnu coupable.

L’accusé a le droit de se défendre (seul ou avec avocat) lors de la procédure contradictoire où les deux parties font valoir leurs arguments. L’Etat prend en charge les frais de Justice quand c’est nécessaire(c’est l’aide juridictionnelle).

Le droit de recours. On peut contester son jugement et en faire appel

La  non  rétroactivité  des  lois : Nul ne peut être jugé en vertu d’une  loi  qui n’existait pas à l’époque des faits.

Questionnaire classe inversée c’est pas sorcier au nom de la loi à apprendre

mise en examen: période pendant laquelle on rassemble les preuves à charge ou à décharge.

B. Les missions de la justice et les différentes juridictions.

  1. Juger les délits : le tribunal correctionnel

tribunal correctionnel : juridiction qui s’occupe du jugement des délits ( amendes à partir de 1500 €, peine de prison jusque 10 ans )

juridiction : tribunal

compléter le schéma de la composition d’un tribunal correctionnel

  1. Juger les crimes : la cour d’assises

FICHE 69 : cour d’assise

Il faut être français, avoir plus de 23 ans et être inscrit sur les listes électorales pour pouvoir être tiré au sort comme juré de cour d’assises.

Jury : groupe de 9 citoyens français tirés au sort qui assistent les trois magistrats de la cour d’assises pour rendre le verdict.

  1. Arbitrer les conflits : Le tribunal des prud’hommes

FICHE 68 : tribunal des prud’hommes

III. LA JUSTICE DES MINEURS

Un mineur est une personne de moins de 18 ans

Il existe des magistrats et des tribunaux spécialisés pour les mineurs.

Dès  lors, le fonctionnement de la justice s’adapte  aux  mineurs,  il  vise  par exemple à les protéger

Le huis clos : le procès n’est pas public.

L’excuse de la minorité :  la  peine  des  mineurs  est  divisée  par  deux  par  rapport  à celle des majeurs (sauf exception).

juge des enfants : magistrat spécialisé dans les problèmes de l’enfance, dans le domaine pénal (jugement) comme civil (protection).

FICHE 70 : Justice des mineurs

Des associations veillent à la protection des mineurs . Le 119 est un numéro d’urgence pour tous les mineurs en danger.

Pour un mineur, les décisions de justice sont essentiellement éducatives. C’est la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) qui veille à l’application des décisions du juge .

La  Protection  judiciaire  de  la  jeunesse (PJJ) : service constitué d’éducateurs qui appliquent les décisions du juge et aident les mineurs à se réinsérer.

La responsabilité du mineur grandit avec l’âge :

-jusqu’à 10 ans, les parents sont pleinement responsables ;- à partir de 10 ans, des sanctions éducatives peuvent être prononcées ;- à partir de 13 ans, le jeune peut être condamné à des amendes, à des travaux d’intérêt général (TIG), voire à de la prison.

Seules des mesures éducatives peuvent être prononcées avant l’âge de 13 ans, mais aucune sanction pénale.

CONNAISSANCES CAPACITES
Constitution/ loi/ordonnance /décret/ directives européennes

Jurisprudence

Infractions

Code pénal / code civil

Partie civile

La Justice a pour mission de protéger, de punir et d’arbitrer  les conflits.

Les symboles de la justice

Verdict / Appel

Juridiction

Mise en examen

Tribunal correctionnel et les acteurs en présence

Les conditions pour être juré

la présomption d’innocence, /  les droits de la défense,

la non rétroactivité des lois, les voies de recours.

Jury/ Perpétuité / Délibéré/Conciliation / Litiges

Justice civile, pénale ou administrative

Le fonctionnement de trois juridictions différentes:

le conseil des prud’hommes, un tribunal correctionnel, la cour d’assises.

Justice des mineurs et juge des enfants

PJJ et TIG

 

Distinguer les tribunaux compétents par type d’affaire à juger

 

Identifier chaque acteur du tribunal et le relier à sa fonction

 

Rédiger un court texte répondant à la question « comment la justice française est elle garante du droit ? »

 

Expliquer comment la justice s’adapte aux mineurs.

 

 

 

EMC – la solidarité pour vivre ensemble

I .Les formes de solidarité

– Respecter les autres et leurs difficultés,

– ne pas prendre la place des handicapés

– Donner son sang

Bénévole : Personne qui s’engage librement pour mener une action non payée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial.

– Accepter d’aider ceux qui en ont besoin : les pauvres, les réfugiés, les handicapés …

La solidarité c’est une forme d’entraide. On donne de son temps, de son argent, de son écoute au profit de quelqu’un qui en a besoin. La solidarité est nécessaire pour compenser les inégalités.

II. L’action humanitaire

  1. L’action humanitaire en France

Il y a beaucoup d’associations. Chaque association permet de créer un lien entre les gens. Certaines ont pour objectif d’aider les personnes en difficulté : ce sont les associations humanitaires

Association : groupement de personnes volontaires réunies autour d’un projet commun ou partageant des activités, mais sans chercher à réaliser de bénéfices

L’association les Resto du Cœur distribue des repas l’hiver, en France.

Le nombre de repas distribués ne cesse d’augmenter. L’association crée aussi des crèches, des logements pour aider les démunis. Coluche, le fondateur des restaurants du cœur , a fait adopter une loi pour favoriser les dons: quand on donne on déduit 75% de ses impôts.

Certaines associations sont très actives et luttent pour que les parlementaires votent des lois pour remédier aux trop fortes inégalités.

L’abbé Pierre, fondateur d’EMMAUS pour aider les pauvres, crée en 1987 la fondation Abbé Pierre en faveur du logement des plus défavorisés.

Questionnaire sur l’association la chaîne de l’espoir

2 . L’action humanitaire à l’étranger

Humanitaire : aide d’urgence face à une situation de crise exceptionnelle

ONG : Organisation non-gouvernementale : association indépendante qui intervient dans le monde entier pour aider les populations, comme Médecins du monde , La croix rouge ou action contre la faim

L’UNICEF appartient à l’ONU : Organisation des Nations Unies (créée en 1945)

L’UNICEF, organisation humanitaire intervient dans le monde entier pour venir en aide aux enfants des pays pauvres ou en crise humanitaire.

III La solidarité instituée.

La Solidarité  est mise en place par les institutions. L’Etat se montre solidaire.

L’état français aide les victimes d’inégalités sociales avec des aides de formes différentes l’insertion sociale : RSA , allocations chômage, aides sociales

l’insertion sociale : intégration d’individus isolés dans la société

RSA : revenu de solidarité active versé par l’état, complétant les ressources de ceux qui tirent de leur travail des revenus limités et encourageant une insertion par le travail.

CMU  ( couverture maladie universelle ): elle permet aux plus pauvres de se faire soigner gratuitement

La naissance d’une vraie solidarité pour tous date de 1945 avec la création de la sécurité sociale.

En France, l’ensemble de la population active et les entreprises financent la sécurité sociale, notamment par des cotisations sociales.

Un serious game sur la seconde Guerre Mondiale

Le jeu débute juste avant la guerre, en 1939 et se termine en 1945, lors de l’Armistice. Une longue période qui permet d’aborder les principales thématiques de la série d’animation : l’exode, le rationnement, les réquisitions, la vie en territoire occupé, la résistance, le marché noir, le troc…Ce jeu immersif, conçu avec justesse permettra de découvrir et d’apprendre beaucoup sur cette période tragique de l’histoire.

Afficher l'image d'origine

Pour jouer en ligne : http://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/ce2/jeu/les-grandes-grandes-vacances