Histoire des arts : Nuit et Brouillard d’Alain Resnais

Attention, si vous n’êtes pas en 3e ne vous imposez pas ces vidéos, les images sont très difficilement soutenables, pour les plus grands elles font partie du devoir de mémoire.

 

Nuit et brouillard  est un documentaire réalisé par Alain Resnais  paru en 1956.  Il s’agit de la première tentative de retracer l’horreur de la déportation et de l’extermination.  Ce film sert le devoir de mémoire faire connaître aux jeunes générations ce que fut le génocide juif.

 Durée : 32 minutes

  Le titre :  Il est tiré d’un décret «  Nacht und Nebel » qui date  du 7 décembre 1941. Ce dernier règle le sort des opposants à l’Allemagne : ils sont soit condamnés à  mort, soit déportés en Allemagne.

 Réalisation du film :     Ce documentaire a été réalisé à partir :

  • d’images tournées en 1955 à Auschwitz
  • d’archives nazies
  • d’archives des alliés qui ont libérés les camps et qui ont tournés différentes séquences dans l’objectif du procès des Allemands.

Contexte de réalisation :

Contexte des années 1950 : le film est réalisé 10 ans après la fin de la guerre.

L’auteur du commentaire, Jean Cayrol, en est un rescapé des camps. Cela donne encore plus de force au texte. Le film a donc été réalisé alors que la découverte des camps est encore un grand choc pour les sociétés occidentales.

Il s’agit du début du devoir de mémoire.

Chronologie des persécutions nazies

1933- 1941 :   les principaux camps de concentration sont crées : Dachau (1933), ils sont destinés aux opposants politiques (ex : communistes)

1939 : Les handicapés mentaux sont gazés.

Avec le début de la 2nd guerre mondiale, l’origine nationale des déportés s’élargit.

Janvier 1942 : conférence de Wannsee décide de la « solution finale » : mise en place des camps d’extermination.

Vocabulaire :

Camp d’extermination : camp destiné à exterminer rapidement les juifs et les Tziganes qui, dès leur arrivée, sont envoyés dans des chambres à gaz. Ces camps ont été crées à partir de 1941.

Camp de concentration : camp où sont enfermés les opposants politiques, puis les Juifs. Les conditions de vie y sont très difficiles et les prisonniers y sont maltraités.

Ghetto :   quartier juif. Ce terme désigne les quartiers des villes de Pologne où sont parqués les juifs à partir de 1940.

Crime contre l’humanité :   notion juridique lors du procès de Nuremberg pour juger les «  actes inhumains et  les persécutions systématiques »

Shoah : désigne spécifiquement le massacre des Juifs pendant la 2nd guerre mondiale.

Les déportés viennent de toute l’Europe. Les juifs des pays occupés par l’Allemagne sont stigmatisés, enfermés dans des ghettos en Europe centrale puis déportés

Les Juifs sont transportés dans des wagons de marchandises, entassés à plus de 100 par wagon. Ils manquent d’air, suffoquent, n’ont ni eau ni nourriture et beaucoup meurent avant d’arriver dans les camps «  la mort fait son premier choix »

Ils sont triés à la sortie du train en fonction de leur forme physique, leur âge, leur sexe. Certains sont exterminés directement dans les chambres à gaz. Les autres vont travailler dans le camp : on leur prend tout ce qu’il possède, ils sont rasés, tatoués et revêtent un uniforme rayé.

Les prisonniers servent de cobayes et de main d’œuvre. Ils ne coûtent pas chers et il s’agit d’une main d’œuvre renouvelable.

L’exemple d’Auschwitz. Un camp de Concentration et un camp d’extermination.
Sources Georges Wellers
Total des déportés : 1 613 455 dont 1 433 405 juifs, 21 665 tsiganes
Total des morts :      1 471 595 dont 1 352 980 juifs, 20 255 tsiganes

L’exemple de Treblinka. Un centre de mise à mort  » industrielle  » 6 chambres à gaz .
Sources Ch.  Bachelier
750 000 juifs internés et gazés.  Taux de mortalité 99.9 %

Il est nécessaire de montrer ces images, qui sont des images d’archives, pour que les générations n’oublient pas ce qui s’est passé On parle du devoir de mémoire.

12

Prolongement en musique 

Musique écrite, composée et interprétée par Jean Ferrat en honneur à tous les déportés de La Seconde Guerre mondiale. Hommage aussi à son père mort à Auschwitz.

Publié par

histoiregeoalasource

Nathalie Deprey, professeur D'histoire Géo au collège la Source à Rilly la Montagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *