AP, construire un récit historique / raconter un événement de la Révolution

Votre mission : raconter un événement de la Révolution française en donnant toutes ces informations.

Pour commencer il faut collecter ces renseignements  :

Ensuite il faut les organiser pour respecter la logique du récit :

 

Votre récit prendra la forme d’un enregistrement audio avec audacity ou d’une vidéo animé ( montage vidéo ou adobe sparks ), faites preuve de créativité.

Durée attendue au moins 2-3 minutes. Il faut faire vivre votre récit en jouant sur le ton de la voix, les animations et les musiques d’accompagnement si besoin.

Travail par groupe de 2, séance préparatoire  en classe, projet à finaliser à la maison

Vous pouvez choisir un de ces événements au choix pour votre projet :

la convocation des états généraux

le serment du jeu de paume

la prise de la bastille

la grande peur dans les campagnes

la nuit du 4 aout

la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen

Olympe de Gouges présente son projet de déclaration des droits de la Femme et de la citoyenne

la fuite du Roi rattrapé à Varennes

le procès et la condamnation du roi

la Terreur et les menaces sur la République

la prise du pouvoir et le sacre de Napoléon Bonaparte

Vous retrouverez les critères d’évaluation précis dans l’espace des classes de votre bureau numérique.

Comment apprendre une leçon ?

1) Se placer dans une ambiance calme et rester concentré sur la leçon ;
2) Lire plusieurs fois la leçon du cahier (à haute voix si possible) ;
3) Bien repérer les mots importants, les dates, les nombres, les définitions. Les mots difficiles peuvent être écrits 10 fois sur un brouillon ;
4) Apprendre les titres et le plan du cours car cela permet de structurer sa pensée ;
5) Fermer le cahier et redire à haute voix la première phrase puis vérifier dans le cahier. Faire ainsi pour chaque phrase de leçon.
6) Cahier fermé, réciter l’introduction puis vérifier. Faire ainsi pour chaque partie du cours.
7) Cahier fermé, réciter toute la leçon y compris le titre et les titres des différentes parties.
8) Si l’on peut se faire interroger par quelqu’un : soit lui réciter le cours, soit répondre à ses questions.
9) Relire les exercices faits en classe ou des passages du manuel étudiés.
10) Ne pas négliger les cartes ni les schémas remplis sur le cahier.

 

« Je n’arrive pas à retenir ma leçon. »
Faire les étapes 1 à 4 le 1er jour,
Faire les étapes 5 à 7 le 2e jour,
Faire les étapes 8 à 10 le 3e jour.

« Mon voisin met 2 fois moins de temps que moi pour apprendre sa leçon. »
Chacun doit travailler à son rythme. C’est le résultat final qui compte.
Participer activement au cours permet aussi de mieux mémoriser la leçon.

« Je n’arrive pas à retenir parce que je ne comprends pas tout. »
Etre bien attentif en classe : sinon on passe souvent à côté des explications.
Ne pas hésiter à demander des explications au professeur durant le cours.
Ajoutons qu’il n’est pas trop tard pour redemander au cours suivant.

« Je n’arrive pas à retenir les mots difficiles et les dates. »
Les écrire au moins dix fois sur un brouillon, placer les dates sur une frise chronologique.

« J’oublie les leçons au fur et à mesure et j’ai du mal à réviser de grandes leçons pour les bilans. »
Il faut apprendre très régulièrement.
Il faut réviser chaque leçon précédente avant d’apprendre la nouvelle.
Il faut prendre conscience que l’on n’apprend pas que pour un devoir mais que l’on apprend pour retenir, pour se servir de ce que l’on a appris.

« Faut-il vraiment apprendre par cœur ses leçons ? »
Cela dépend des exigences de chaque professeur mais aussi de l’objet de la mémorisation (ex. : une définition doit être apprise par cœur car chaque mot qu’elle contient lui donne du sens).
On a coutume de dire que dans les petites classes il faut apprendre par cœur (les leçons n’étant pas trop longues) et favoriser la compréhension et la synthèse dans les classes supérieures (en s’appuyant sur des fiches de révision).

Enregistrer

Enregistrer

AP: Présenter un document en Histoire géo

Présenter un document en histoire et en géographie.AP logo

Pour présenter correctement un document, il faut donner 5 éléments :

on entre « DANSS» le document.

D : Je relève la DATE du document.

Cela peut me permettre de replacer le document dans son contexte (proche-lointain-local-international; a-t-il été écrit juste au moment des faits ou bien après…)

CONTEXTE: situation ou environnement, politique, militaire, diplomatique, économique, social, culturel… qui entoure la réalisation du document et qui permet de le comprendre.

A : Je précise qui est l’AUTEUR du document.

… et ce que je sais de lui (a-t-il participé aux faits qu’il raconte, donc est-il contemporain ou non?, –

–  est-ce un historien, un journaliste, un témoin, est-il connu ou non, anonyme, engagé ou neutre, son point de vue :

  • est-il objectif ou subjectif ? …)
  • Quel public cherche-t-il à convaincre et pour quels motifs? (allégorie, satire, polémique, propagande…)

N + S : Je donne la NATURE du document, c’est-à-dire ce que c’est comme type de document et sa SOURCE (= d’où il provient).

Déterminer la nature d’un document permet une analyse plus fine de celui-ci.

Comment reconnaître la nature d’un document en histoire-géographie ?

Ce peut être : en distinguant les documents officiels et privés :

– Un document juridique : charte, ordonnance, édit, loi, décret, code, constitution

– Un document administratif: instruction, circulaire, rapport, enquête, registre

– Un document religieux: textes sacrés, sermons …

– Un document scientifique et technique: graphiques, tableaux de statistiques, cartes (et son

échelle : locale, régionale, nationale, continentale, planisphère), croquis, une image satellitaires …

– Un document littéraire : récits, biographies, une lettre, un testament,

romans, poésies, chansons, pièce de théâtre …

– Un document iconographique ou oeuvre d’art : une affiche, une caricature, une peinture (paysage, portrait, nature morte, scène mythologique ou historique), une sculpture, une photographie, un vitrail, une BD, une gravure…

– Un article de presse ou la Une d’un journal, (précise dans ce cas si ce journal est un quotidien, un hebdomadaire ou un mensuel), un discours d’un homme politique…

Pour certains documents (œuvres d’art en particulier) je précise: en quel MATERIAU il est fait, ses DIMENSIONS et son LIEU DE CONSERVATION

S : Je précise le SUJET du document, c’est-à-dire de quoi parle le document; cette information est parfois donnée par le titre du document. Pour les cartes et les croquis : observer lalégende (comprenez-vous tout ?)

Il s’agit de résumer rapidement le contenu du document (en une ou deux phrases).

Attention! Il ne s’agit en aucun cas de recopier le document

J’applique : pour présenter, tu dois rédiger une phrase qui peut ressembler à celle-ci :

«Il s’agit d’un / une ( NATURE) , extrait de (SOURCE)  intitulé «(NOM de l’OUVRAGE / JOURNAL» , écrit par (AUTEUR), paru / publié / réalisé le (DATE) , qui évoque / raconte / relate (SUJET)…»

AP : Construire un croquis ou un schéma cartographique

Un croquis est une représentation de l’espace sur un fond de carte donné.

Un schéma peut être un schéma géographique c’est-à-dire représentant un espace donné.

Les attentes :

  • Un croquis, comme le schéma, sont des formes de réponses organisées à un sujet, qui utilisent le langage cartographique.
  • Ils ont un titre, une légende organisée et hiérarchisée.
  • La légende est précise (définitions, chiffres) avec des titres et un contenu explicites (expliquer les qualificatifs).
  • Le croquis, comme le schéma, comprennent : des plages de couleurs, des figurés ponctuels ou linéaires, des noms.
  • Le croquis, comme le schéma, sont soignés.
  • Le croquis, comme le schéma, respectent les localisations et les orientations géographiques.

Un croquis soigné :

  • Respecter le cadre spatial ou le dessiner (schéma)
  • Ecrire les noms à l’horizontal (sauf pour les fleuves et chaînes de montagnes)
  • Proscrire le coloriage au feutre, les feutres « fluo » et faire les hachures à la règle
  • Ne jamais faire figurer la légende derrière la carte.

Le langage cartographique :

  • Ne pas utiliser de pictogrammes (un avion pour représenter un aéroport par exemple)
  • Réserver les figurés ponctuels pour des informations précisément localisées (villes, aéroports, pôle de compétitivité…)
  • Utiliser les figurés linéaires pour les flux, les axes de communication.
  • Choisir les couleurs selon leur signification habituellement reconnue (vert pour la végétation, marron pour l’industrie, bleu pour l’eau…) et le dégradé de couleurs pour représenter un même phénomène d’inégale intensité. Le blanc est une couleur s’il apparait dans la légende.
  • Être logique : les flux et les figurés concernant la même information doivent être de la même couleur

 

Le choix du langage cartographique est une étape importante de la construction du croquis puisque ce sont les figurés qui permettront de le lire.

  1. Vous avez à localiser des phénomènes

langag1

2.    vous avez à tracer des limites, des réseaux et/ou à montrer des dynamiques et des flux.

langag2

3.    Vous avez à montrer des hiérarchies entre les phénomènes cartographier, vous aurez à combiner…

langag3

 

langag4

Construire un schéma cartographique, les étapes

 1 – L’analyse du sujet : comprendre ce que doit montrer le croquis pour répondre au sujet 2 – La sélection des informations : repérer les éléments à faire figurer pour « traduire » spatialement la réponse au sujet 3 – Le choix des figurés : retenir les formes et les couleurs les plus appropriées pour représenter les informations  retenues

Comment construire une carte mentale ?

Résultat de recherche d'images pour "CONSTRUIRE UNE CARTE MENTALE"

 

https://www.barem-hatier.fr/sites/default/files/field/image/CM_doc1ok.PNG

Résultat de recherche d'images pour "CONSTRUIRE UNE CARTE MENTALE"

Quelques règles à respecter pour ne pas être sanctionné dans la  notation :

  • respect des consignes
  • respect du sujet
  • une idée : une couleur . SI un exemple est lié à une idée il doit être de la même couleur
  • On utilise très peu de mots pour une lecture efficace: donc pas de paragraphe rédigé, il faut utiliser des mots clés
  • il faut absolument illustrer la carte avec des images ou dessins

Résultat de recherche d'images pour "CONSTRUIRE UNE CARTE MENTALE"

AP: ANALYSER UN GRAPHIQUE

Chaque type de graphique a une utilisation, une construction et une lecture spécifiques. Cependant, tous traduisent une ou plusieurs données statistiques permettant de mettre en évidence certains phénomènes.

  1. Lire un graphique?:
    • Reconnaître le type de graphique

 

Le graphique en courbe montre généralement une évolution. S’il s’agit d’une évolution dans le temps, on met les années en abscisse.

* Le graphique en barres (ou histogramme) est souvent utilisé pour des comparaisons.

* Le diagramme circulaire (ou camembert) permet de représenter et de comparer une proportion.

* Le graphique à double entrée permet de comparer deux éléments avec des unités différentes : les unités sont sur les deux ordonnées

2.Lire le graphique

Il faut déjà relever le titre, puis les unités et enfin la légende.

Pour décrire une évolution il ne faut pas se contenter de dire que « ça évolue », mais décrire avec un vocabulaire précis :

Evolution: c’est un terme qui reprend, sans vous en donner la réponse, le type de tracé de la courbe. Ainsi, dans une question qui vous demande comment évolue la courbe, ou qu’est-ce que vous observé concernant la courbe, vous ne pourrez jamais répondre: “elle évolue“. Erreur que je retrouve souvent dans les copies. L’évolution de la courbe, c’est soit:

  • Une augmentation: la courbe part vers le haut, elle indique une croissance, une augmentation, une inflation, selon le titre et ce qu’elle représente.
  • Une baisse: la courbe part vers le bas, elle indique une décroissance, une crise, une baisse, une déflation, selon le titre et ce qu’elle représente.
  • Une stagnation: la courbe reste rectiligne, elle n’augmente pas, ne baisse pas.
Comment décrire une courbe ?

* L’évolution générale est la différence entre le début et la fin : elle peut être en augmentation, en baisse ou stagner.

 

* Une analyse plus détaillée permet d’utiliser les adjectifs suivants : régulier/irrégulier, fort/faible, variable

* Pour un camembert repérer les parties les plus importantes et les transformer en fraction arrondie : un quart, deux tiers, la moitié…

* Pour un histogramme, repérer les proportions et ne retenir que l’essentiel

* Pour une pyramide, repérer sa forme générale, les creux et les bosses.

3. Décrire le graphique

Il est important de ne pas « recopier le graphique » dans sa description en énumérant tous les chiffres : ne retenir que l’essentiel.

Il faut mettre en relation les différentes informations et en faire un résumé de quelques lignes en utilisant ses connaissances. Une fois que la description est faite on peut chercher des explications.

Après ces quelques rappels, il vous reste à reprendre la méthode de présentation d’un document: DANS [Date, Auteur, Nature, Sujet ou Titre]. Les phrases doivent reprendre l’information du titre et indiquer la date à laquelle vous prenez l’information.

 

 

 

Enregistrer

AP : LIRE ET PRESENTER UNE CARTE GEOGRAPHIQUE OU HISTORIQUE

  1. Regarder d’abord le titre
  • La nature générale du document ( le type de carte ) :
  • Le titre qui informe du sujet
  • L’échelle géographique : une ville, un continent, le monde entier, ça se passe où ?
  • déterminer la date, l’époque pour laquelle la carte a été réalisée : représentation d’un phénomène du passé ou actuel ? « ça se passe quand ? »

 

  1. Regarder ensuite la légende
  • à quoi correspondent les différents symboles, les couleurs de la légende … ?
  • Y a-t il des sous-titres à l’intérieur de la légende ? peut-on faire des regroupements de plusieurs symboles qui « vont ensemble » ?

 

EX : Une carte est apparue au tableau,  Construisez une phrase de présentation du type « cette carte représente………… » et « sur cette carte on peut voir……………… »

Fiche méthode : PRÉSENTER UNE CARTE

 

[TITRE] à « Cette carte représente … »

 

 

QUOI ?

 

OU ?

 

QUAND ?

LÉGENDE] à « Sur cette carte on peut voir… »  
Repérer les différents symboles de la légendes, que représentent-ils ?  

 

Essayer de regrouper ces symboles en grandes catégories…  

 

  1. Analyser la carte c’est en tirer les informations et montrer qu’on les a compris, c’est la conclusion du travail :
  • L’information générale :

 

  • Les informations secondaires :

AP : Bien lire une consigne

Reliez chaque verbe à sa définition

Je comprends la consigne

  • Je relis la consigne en entier
  • Je réfléchis à ce qu’on me demande de faire, j’entoure le verbe de la consigne :
  • Je repère le nombre d’actions à faire pour bien répondre à la consigne
  • Je repère si besoin le support pour bien répondre à la consigne (feuille polycopiée, copie, cahier de cours, cahier de brouillon…)
  • Je repère les outils nécessaires à la réponse (crayons de couleur,…)
  • Je reformule avec mes propres mots la consigne qui est au tableau :
Bilan: savoir lire des énoncés et des consignes
1. Lisez attentivement l’ensemble de l’énoncé.

2. Décomposez l’énoncé, soulignez les verbes et les mots clés.

3. Reformulez la question ? Quelle démarche allez-vous suivre?

4. Rédigez votre réponse en utilisant des phrases complètes qui reprennent les notions de la consigne.

5. Relisez votre réponse en étant attentif à votre écriture, au respect de la langue et de la ponctuation.

 

Enregistrer