5 idées reçues sur les migrants passées au crible

L’ignorance mène à la haine, alors je vous invite à ne pas croire tout et n’importe quoi et à chercher les informations en prenant garde aux sources de ces informations.

Je vous invite à lire cet article de l’OBS :

Depuis un an, la ville Bonnelles, dans les Yvelines, accueille avec succès des dizaines de migrants. Son maire, Guy Poupart, nous aide à déconstruire les préjugés.

La haine vis-à-vis des nouveaux arrivants ne cesse de s’exacerber en France. Alors, comment déconstruire les préjugés ?

Des coups de feu ont été tirés sur un futur centre d’accueil de migrants, dans la nuit de mercredi à jeudi, à Saint-Hilaire-du-Rosier (Isère). Selon le « Dauphinée libéré », des inscriptions hostiles aux réfugiés ont également été découvertes dans des rues voisines de l’établissement. La haine vis-à-vis des nouveaux arrivants ne cesse de s’exacerber en France. Alors, comment déconstruire les préjugés ?

La ville de Bonnelles, dans les Yvelines, a été la première commune à se porter volontaire à l’accueil des réfugiés au plus fort de la crise européenne migratoire européenne de 2015. Son centre d’accueil et d’orientation accueille depuis un an des dizaines de migrants dans le monastère des Orantes. Dans cet établissement co-financé par l’Etat et l’association Habitat et Humanisme, cohabitent Soudanais, Syriens, Irakiens, Libyens… Récemment, 53 réfugiés tibétains se sont joint à eux. Nous avons interrogé Guy Poupart, maire de Bonnelles, sur quelques idées reçues concernant les migrants.

Idée reçue n°1 : « Les migrants ne sont pas instruits »

– Nous avons accueilli à peu près 80 migrants en septembre 2015. Au début, certains Bonnellois étaient un peu inquiets et avaient quelques a priori. Mais cette inquiétude est vite retombée lorsque l’on s’est aperçu qu’ils avaient de bonnes qualifications ou un niveau d’étude élevé. Par exemple, nous sommes restés en relation avec une femme syrienne, Sabah, qui est professeure d’anglais.

Il y avait un juriste, un avocat, un informaticien, un tailleur. Nous nous réjouissions d’avoir un tailleur, on n’en voit plus beaucoup chez nous. Il y avait également un comédien. On l’a su parce qu’il nous montrait des extraits de films dans lesquels il jouait. Il voulait justement rester à Paris pour continuer à exercer son métier.

Nous avons également rencontré un peintre caricaturiste. Aujourd’hui, il vit en Ile-de-France, à Gif-Sur-Yvette, et expose ses œuvres.

Idée reçue n°2 : « Ils viennent pour se soigner gratuitement ou profiter des avantages sociaux. »

– Peut être que certains d’entre eux viennent pour se soigner, mais la plupart sont en France tout simplement parce qu’ils ont quitté leur pays de force. La première chose qu’ils souhaitent, c’est dormir sans la crainte qui leur arrive quelque chose.

La preuve qu’ils ne viennent pas pour se soigner, c’est qu’au début, ils dissimulent leurs maladies ou leurs blessures. Il a fallu plusieurs jours pour que les médecins s’aperçoivent de la gravité de certains problèmes de santé.

Une mère est venue avec son enfant en disant qu’il avait un peu mal aux dents. Après consultation, les médecins se sont rendu compte qu’il avait toutes les dents infectées et qu’il ne s’agissait pas d’une simple douleur. La mère était réticente au départ, mais l’enfant devait impérativement être emmené aux urgences.

Idée reçue n°3 : « Ils prennent la place des SDF dans les centres d’hébergement. »

– Envoyez-moi ceux qui disent cela, ils verront par eux-mêmes ! Ici à Bonnelles, on a un café, une supérette Carrefour, deux salons de coiffure et une boulangerie.

Quand un SDF arrive dans notre ville, nous l’accueillons comme il se doit. Nous lui offrons un lit et des repas chauds. Mais 24 heures plus tard, il s’excuse et repart. Il n’y a pas de SDF là ou il n’y a pas d’activité. Bonnelles est à 45 km de Paris.

Les migrants vivent à deux ou à trois dans une chambre, ils mangent dans une cantine. Ce ne sont pas de beaux T3.

Idée reçue n°4 : « Ils ne pourront jamais travailler ou se former en France et apprendre le français. »

– A Bonnelles, une association locale composée de quelque 70 personnes volontaires intervient pour donner des cours de français aux migrants tous les jours. Mis à part quelques-uns qui ne voulaient pas rester, ils sont tous très assidus. Rien que pour obtenir leur statut de réfugié, ils savent qu’il vaut mieux parler et comprendre le français.

Ces cours ne sont pas obligatoires, ils viennent tous spontanément. Nous avons accueilli à un moment un mineur isolé qui est, je crois au lycée de Rambouillet (Yvelines) aujourd’hui. Il ne parlait pas un mot de français en arrivant, maintenant il le parle, le lit et l’écrit couramment. Sabah, la professeure d’anglais maîtrise elle aussi couramment notre langue.

Idée reçue n°5 : « Les enfants de réfugiés abaissent le niveau scolaire de nos écoles. »

– De manière générale, les enfants qui ont des difficultés au départ n’ont souvent aucun mal à rattraper le niveau. Nous n’avons pas accueilli beaucoup d’enfants si ce n’est un petit Syrien de trois ans à la crèche. D’après les dernières nouvelles, il est aujourd’hui à Nantes. Il a quatre ans et parle couramment le français.

Idée reçue n°6 : « Ils paupérisent les centres-villes et font chuter le prix de l’immobilier. »

– Une personne de Forges-les-Bains (Yvelines) aurait vendu sa maison en pensant que le prix allait s’effondrer. A Bonnelles, le centre d’accueil existe depuis un an et je peux vous affirmer qu’il n’y a pas eu de baisse. Avec la fin de la crise immobilière, nous avons même eu une hausse des prix. Je vois des ventes passer régulièrement et je n’y vois rien d’anormal.

Que certaines personnes soient inquiètes, c’est normal. Mais il suffit de les rencontrer pour voir que nous ne sommes pas si différents. Je ne fais pas de politique et n’incite personne à héberger qui que ce soit. Mais en tant que maire, je me dois de faire en sorte que l’accueil se fasse en toute quiétude pour les habitants et les nouveaux venus.

Propos recueillis par Charles Thiefaine

Retrouvez l’article original ici :

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/migrants/20161007.OBS9538/5-idees-recues-sur-les-refugies-passees-au-crible.html

 

D’autres articles de presse travaillent à rétablir la vérité comme celui de 20 minutes

Idée reçue n 1 : Ils vont envahir la France

En 2015 comme en 2014, la France recevra 65.000 demandeurs d’asile. Soit 980 personnes pour un million d’habitants. Proportionnellement, la France se classe à la 17e place européenne, derrière des pays comme la Suisse, la Belgique ou le Luxembourg. Sans compter que ces demandeurs d’asile ne deviendront pas tous des réfugiés, donc des migrants légaux. En 2014, moins de 22 % ont obtenu leur statut – la moyenne européenne est de 45 %. Surtout, si François Hollande s’est engagé à accueillir 33.000 réfugiés de plus en deux ans, « les migrants ne veulent pas venir en France, un pays plombé par le chômage, dont ils ne parlent pas la langue et où vivent peu de leurs compatriotes », résume Maryse Tripier, professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot. Il y a deux semaines, les employés de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) ont eu toute la peine du monde à convaincre 600 migrants de venir en France, alors qu’ils devaient en attirer un millier pour respecter l’engagement présidentiel.

Idée reçue n°2 : Ils viennent chercher les généreuses prestations sociales de la France

« Les migrants cherchent à rejoindre la Suède ou l’Allemagne, où les prestations sociales sont équivalentes à celles proposées par la France, mais aussi le Royaume-Uni, où ces prestations sont très faibles. Cela prouve que l’effet d’attraction des prestations est mineur », argue Hillel Rapoport, professeur de sciences économiques à l’Université Paris 1. En outre, « tant qu’ils n’ont pas le statut de réfugié, accordé en moyenne au terme de neuf mois, les demandeurs d’asile n’ont pas accès aux mêmes prestations sociales que les nationaux et ils n’ont pas non plus le droit de travailler », rappelle Olivier Clochard, chercheur au CNRS. Pendant cette période, ils doivent vivre avec 91 euros par mois s’ils sont hébergés dans un centre ou 343 euros s’ils n’ont pas d’hébergement. C’est moins que le RSA (524 euros pour une personne seule) ou que le minimum vieillesse (800 euros). Enfin, lorsqu’ils deviennent des réfugiés, donc des migrants légaux en droit de travailler, « les études prouvent qu’ils rapportent davantage qu’ils ne coûtent à la sécurité sociale », complète l’anthropologue Michel Agier.

Idée reçue n°3 : Ils viennent prendre nos emplois

« L’arrivée des migrants peut faire souffrir seulement les personnes les plus immédiatement substituables, c’est-à-dire les immigrés des générations précédentes et les natifs les moins qualifiés », avance Hillel Rapoport. Soit exactement les personnes concernées par le chômage de masse, puisque le taux de chômage des ouvriers non qualifiés atteint les 20 %. Reste « qu’il faut une hausse de 10 % de la force de travail pour engendrer une baisse de 3 % du taux d’emploi des moins qualifiés », précise Hillel Rapoport. Autrement dit, il faudrait que la France accueille 300.000 réfugiés pour que l’impact soit mesurable, alors que moins de 15.000 migrants obtiennent le statut de réfugié, et donc le droit de travailler, chaque année.

Idée reçue n°4 : Ils n’ont qu’à migrer vers les pays « musulmans »

Ils le font : sur les 4,3 millions de Syriens qui ont fui leur pays depuis 2011, seuls 270.000, soit à peine plus de 6 %, ont rejoint l’Europe. Les 94 % restants se sont réfugiés en Turquie (1,8 million de personnes), au Liban (1,2 million), en Jordanie (630.000), en Egypte (130.000), en Afrique du Nord (24.000)… et même en Irak (250.000). En revanche, ils ne vont pas dans les riches pays du Golfe, qui leur ferment leurs portes, par crainte de les voir importer chez eux leurs envies de libertés, de droits et de justice sociale. De toute façon, les Syriens ne veulent pas rejoindre des pays « où les travailleurs émigrés sont extrêmement mal traités », rappelle Maryse Tripier, et « s’ils fuient une dictature, ce n’est pas pour rejoindre un autre régime autoritaire… Ils aspirent à vivre dans une démocratie », insiste Olivier Clochard. C’était d’ailleurs pour cet idéal qu’ils s’étaient battus en 2011.

Article original ici : http://www.20minutes.fr/societe/1693871-20150923-crise-migrants-quatre-idees-recues-refugies

Comment les intox fabriquent des stéréotypes racistes sur les migrants

Copiées d’un pays à l’autre, comment les intox fabriquent des stéréotypes racistes sur les migrants

Sur les réseaux sociaux, certains blogs ou dans la bouche des politiciens, les migrants sont régulièrement associés à la criminalité, à l’assistanat ou aux activités terroristes. Ces raccourcis s’appuient sur de fausses informations, souvent illustrées par des images manipulées, qui sont massivement partagées sur les réseaux sociaux. La rédaction des Observateurs de France 24 s’est associée à un projet de recensement et de classification de ces fausses nouvelles, dont nous livrons les premières conclusions.

Allez lire l’excellent article en cliquant sur le lien

http://observers.france24.com/fr/20171229-intox-stereotypes-racistes-migrants-international

Banksy , un artiste engagé pour les migrants à Calais

A Calais, Banksy s’engage une fois de plus pour les réfugiés

https://youtu.be/nGrBe6h9CTw

  Afficher l'image d'origine

 Le célèbre street-artiste, que personne n’a jamais vu, a apposé trois œuvres à Calais. L’une d’elles, située à l’entrée de la « jungle », est une réponse à tous ceux qui réduisent les migrants à une charge économique ou à la « misère du monde ». Banksy a figuré Steve Jobs, un baluchon sur l’épaule. Pour quelle raison ? Le père du fondateur d’Apple était un immigré syrien de Homs.

Résultat de recherche d'images pour "Banksy migrant"

L’œuvre a été déposée sur un mur, à l’entrée de la jungle de Calais, où vivent les migrants qui cherchent à rejoindre l’Angleterre. Elle représente Steve Jobs, vêtu de son ensemble col roulé noir-jean, avec un baluchon dans une main et un ordinateur dans l’autre. Banksy en a posté une photo sur son site avec la légende suivante : “Le fils d’un migrant de Syrie”.

“Le message est clair: Ceux qui veulent empêcher les réfugiés d’entrer dans leur pays pourraient priver le monde du prochain Steve Jobs, qui était lui-même le fils d’un migrant syrien.”

Le père du fondateur d’Apple avait quitté la Syrie dans les années 1950 pour rejoindre les Etats-Unis.

Or, Apple est la société qui« dégage le plus de bénéfices et qui paye plus de sept milliards de dollars d’impôts »,a précisé Banksy dans un communiqué. Voilà un argument pour qui ne pense qu’en termes de chiffres, de PIB et de richesses, comme les hommes politiques par exemple. Avec une ironie mordante, Banksy les met face à leurs contradictions : dans leur logique, c’eût été une terrible erreur que ne pas admettre le géniteur de Steve Jobs sur le sol des États-Unis. Et comme il était impossible de le sélectionner parmi ses compagnons d’infortune, il fallait donc les accueillir tous !

Résultat de recherche d'images pour "Banksy migrant"

We’re not all in the same boat(Nous ne sommes pas tous dans le même bateau) ou encore Maybe this whole situation will just sort itself out (Peut-être que toute cette situation se résoudra par elle-même).

«We're not all in the same boat»

Les deux autres fresques sont nettement plus noires. L’une, dans le centre-ville, reprend le motif du Radeau de la Méduse, de Théodore Géricault , avec au loin , non pas le navire l’Argus mais un ferry faisant la liaison avec Douvres, inaccessible aux réfugiés naufragés.

Résultat de recherche d'images pour "Banksy migrant We’re not all in the same boat"

L’autre, à l’entrée de la plage, représente un enfant regardant le large avec une longue-vue, sa valise à côté de lui. Mais c’est l’animal posé sur la lunette qui suscite le sentiment d’effroi. Il s’agit d’un charognard. Un vautour, qui attend patiemment sa proie. Contrairement à la photo du petit Eylan, cette œuvre ajoute l’éthique du regard à la puissance d’évocation. L’émotion qu’elle provoque est foudroyante.

Résultat de recherche d'images pour "Banksy migrant"

Un graffiti du célèbre « street artist » Banksy, se moquant des discours anti-immigration, est apparu dans la station balnéaire anglaise de Clacton-on-Sea.

 

 

Un monde de migrants

Tu as peut-être entendu parler de la “crise des migrants” ou des “réfugiés”. Qui sont ces gens ? Pourquoi quittent-ils leur pays pour venir en Europe ? Pourquoi en parle-t-on autant ? Astrapi t’aide à comprendre avec ce livret à télécharger.

https://www.astrapi.com/wp-content/uploads/sites/31/2017/11/ASTRAPI_MIGRANTS.pdf

Travail introductif : je sais déconstruire les stéréotypes sur les migrants

Sur les réseaux sociaux, certains blogs ou dans la bouche des politiciens, les migrants sont régulièrement associés à la criminalité, à l’assistanat ou aux activités terroristes. Ces raccourcis s’appuient sur de fausses informations, souvent illustrées par des images manipulées, qui sont massivement partagées sur les réseaux sociaux. La rédaction des Observateurs de France 24 s’est associée à un projet de recensement et de classification de ces fausses nouvelles, dont nous livrons les premières conclusions.

Allez lire l’excellent article en cliquant sur le lien

http://observers.france24.com/fr/20171229-intox-stereotypes-racistes-migrants-international

xénophobie : la haine de l’étranger . Pour rappel les propos xénophobes constituent des délits et sont à ce titre punis par la loi.

 I.Des migrations en augmentation et mondialisées

Migrations internationales : déplacement de personnes d’un pays vers un autre pays pour s’y installer

Les migrations, légales ou clandestines, sont en forte augmentation dans le monde. Mais il faut relativiser cette augmentation car la population mondiale a fortement augmenté aussi : il n’y a donc pas d’invasion par les migrants.

Complétez les fiches suivantes dans votre fichier 

FICHE 42 : migration des Afghans

FICHE 44 : les flux migratoires

II.Les causes des mouvements migratoires

Observe le document , d’après toi pour quelles raisons les migrants quittent ils leur pays ??? Justifie ta réponse en te servant du document.

 

Visionnez cette vidéo

Qu’est ce qu’un migrant environnemental ?

Les phénomènes liés au changement climatique provoquent de nouveaux types de migrations : les migrations environnementales.

Clandestin ou sans papiers : personne vivant illégalement dans un pays étranger

Les frontières européennes de l’espace Schengen sont renforcées, militarisées, et font l’objet d’un équipement de sécurité de haute technologie.

l’espace Schengen : espace de libre circulation entre 22 pays membres de l’Union Européenne et dont les frontières extérieures sont renforcées.

Les crises politiques sont à la source de nombreuses migrations : les réfugiés fuient les guerres , les discriminations ou la privation de libertés

Un réfugié est un migrant qui quitte son pays pour des raisons de sécurité.

Un déplacé fuit sa résidence, sans quitter son pays, pour les mêmes raisons.

Rédigez un petit texte pour expliquer la situation des réfugiés au Darfour 

La guerre au Darfour a fait 300 000 morts, et près de trois millions de réfugiés et déplacés.

Les réfugiés vivent dans l’extrême misère. Le HCR et les ONG doivent subvenir à leurs besoins les plus élémentaires

HCR : haut commissariat aux réfugiés , agence de l’ONU chargée de secourir et aider les déplacés et réfugiés

Les réfugiés sont des migrants qui se déplacent sous la contrainte et fuient une situation de guerre, de crise politique ou de catastrophe naturelle.

L’émigration de travailleurs qualifiés (« brain drain ») ou peu qualifiés est un problème pour les pays de départ.

Le « brain drain » : la « fuite des cerveaux ». Expression qui désigne l’émigration de travailleurs qualifiés.

III.Les conséquences des migrations

Complétez la FICHE 45 : les conséquences des migrations

Lisez le coût réel des migrations sur article de france info

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/une-etude-demontre-que-les-migrants-ne-sont-pas-un-fardeau-pour-les-economies-europeennes_2811703.html

 L’accueil des migrants représente -il un coût économique positif ou négatif pour les pays d’accueil ? Justifiez votre réponse avec un argument solide relevé dans le texte. Envoyez moi votre réponse rédigée par mail ( correction prochainement quand tous les 4e l’auront fait )

Les pays d’accueil profitent aussi de l’arrivée des migrants. Ces derniers viennent occuper des emplois que les mains-d’œuvre locales ne veulent ou ne peuvent pas occuper. Les migrants sont nécessaires à l’économie des pays d’accueil. Les migrants rapportent plus qu’ils ne coutent au pays qui les accueille.

La haine vis-à-vis des nouveaux arrivants ne cesse de s’exacerber en France. Alors, comment déconstruire les préjugés ? Exercice de réflexion nécessaire et personnel (travail maison)

Résultat de recherche d'images pour "morts migrants 2019"

De nombreux migrants meurent en voyage et de nombreux enfants  migrants disparaissent. La Méditerranée est devenue un cimetière de migrants.

Lire l’article sur Banksy : https://lewebpedagogique.com/histoiregeoalasource/2020/12/15/banksy-un-artiste-engage-pour-les-migrants-a-calais/

Rédigez quelques phrases pour expliquer qui est Banksy et comment il s’engage pour la cause des migrants

 

Connaissances : être capable d’expliquer ou donner une définition Etre capable de :
 

Les migrations internationales n’affectent que 3% de la population mondiale.

Flux migratoires

migrations internationales

réfugiés climatiques et migrations environnementales

l’espace Schengen

clandestins, sans papier,

remises,

 fuite des cerveaux ou brain drain

immigrés/ émigrés,

réfugiés et déplacés

HCR

 

HDA : Qui est Banksy ? Son œuvre à Calais

 

Décrire :

·  Décrire le parcours d’un migrant et les raisons de son départ.

·  Expliquer les causes des migrations et leurs effets sur les espaces de départ, de transit et d’arrivée.

 

Localiser et situer:

– les principales zones de départ et d’arrivée des migrants sur un planisphère

 

Rédiger une synthèse de quelques lignes : Pourquoi et comment les hommes migrent-ils ? Quels sont les effets de ces migrations sur les pays concernés ?

 

Vu en AP : J’organise ce que j’ai appris schéma cartographique simple sur les types de migrations

Vu en AP : je distingue une cause et une conséquence