2nde 2 : l’eau en 2025, vers un stress hydrique ?

20 01 2009

Une vidéo de l’émission « Le dessous des cartes » qui permet de revoir les différentes notions abordées dans le chapitre 3 « L’eau : entre abondance et rareté ». A visionner en guise de conclusion après avoir appris son cours.

http://www.dailymotion.com/video/x3bzav


2nde 2 : fiche de révision

18 01 2009

L’eau : entre abondance et rareté

Le barrage du Chastang se situe en Corrèze (19) sur la Dordogne.

Savoir définir : ressource, hydrosphère, bilan hydrique, stress hydrique, pénurie hydrique, aridité, rizière.

Savoir expliquer (idée, argument, exemple). Les différents usages de l’eau. Le cycle de l’eau. Les raisons de la hausse de la consommation de l’eau. Les inégalités des sociétés face à la ressource. Les aménagements liés à l’eau et leurs implications spatiales (barrages). L’aménagement d’une rizière. Les conflits liés à l’eau. Le GAP.

Savoir faire. Raisonner à différentes échelles (mondiale, nationale, locale). Analyser un paysage. Construire un croquis et sa légende organisée. Analyser un sujet et construire une introduction.

Introduction

A l’échelle de la planète, les ressources en eau sont supérieures aux besoins. Mais les espaces où l’eau abonde et les espaces où l’eau est consommée ne sont pas nécessairement les mêmes. Cette inégale répartition de l’eau et la hausse de sa consommation entraine des phénomènes d’excès et de rareté. L’accès à l’eau suppose de grands aménagements, et donc d’importants moyens techniques et financiers. Cette denrée est de plus en plus rare, de plus en plus convoitée et devient parfois l’objet de tensions entre pays voisins. Il se pose donc un problème de gestion et de préservation de ce bien précieux pour l’Homme.

I. Inégalité de répartition et d’accès à la ressource

1. Une ressource abondante mais mal répartie

a) L’eau une ressource abondante très partiellement utilisable

b) Une inégale répartition de la ressource sensible à toutes les échelles

? L’eau, ressource abondante reste très partiellement utilisable, inégalement répartie et irrégulièrement disponible.

2. Des besoins croissants pour des usages variés

3. Les besoins inégalement satisfaits renforcent les inégalités Nord/Sud

a) Des perspectives alarmantes

b) L’accès en eau potable révèle les inégalités Nord Sud

? Une meilleure répartition et une meilleure gestion des ressources en eau sont un enjeu vital pour l’avenir de l’humanité.

II. Maîtrise de l’eau et transformation des espaces

L’eau est mal répartie dans l’espace et dans le temps. Elle manque dans les espaces arides ou elle est en excès lors des inondations. Mais l’exploitation de cette ressource ne peut se faire sans une certaine maîtrise, grâce à des aménagements spécifiques qui transforment les espaces concernés.

1. La part croissante de l’irrigation

2. La maitrise de l’hydraulique

3. L’eau, à quel prix ?

? Dans de nombreuses régions du monde, l’eau est surexploitée et le stress hydrique s’accroit.

III. Une ressource menacée et parfois convoitée

1. Conflits d’usages à différentes échelles.

2. La pollution de l’eau

Conclusion :

L’eau apparaît comme un enjeu majeur pour l’avenir, une richesse qu’il faut partager, gérer et préserver.



Le Dessous des Cartes : Une Planète en Sursis – La gestion de l’Euphrate

3 01 2009

Voici une vidéo du Dessous des cartes pour approfondir l’étude de cas faite en cours. L’émission présente les projets de barrages sur l’Euphrate ainsi que ses conséquences positives et négatives sur les territoires voisins.

http://www.dailymotion.com/video/xmkml



Que savez-vous de l’eau ? Quel consommateur d’eau êtes-vous ?

29 12 2008

Testez-vous avec ce quiz !



Lorsque les aménagements touristiques des sociétés menacent les ressources en eau

28 12 2008

Système de pompage d'eau pour des canons à neige en Auvergne crédit : © C. Magdelaine - notre-planete.info

Système de pompage d’eau pour des canons à neige en Auvergne
crédit : © C. Magdelaine – notre-planete.info

Pour faire face à la diminution de l’enneigement (1,5 cm de neige en moins par an dans les Alpes) les stations de sports d’hiver ont recours à l’enneigement artificiel. Cette neige de culture est produite à partir de canons qui mélangent eau et air réfrigérée. Depuis les année 80, ces équipements lourds ont envahis les pistes de ski européennes et menacent désormais les ressources en eau. « S’il fallait à l’avenir enneiger l’ensemble du domaine alpin, près de 100 millions de m3 devraient être mobilisés : l’équivalent de la consommation annuelle d’une agglomération de 1,5 million d’habitants.« 

D’où vient cette eau ? Elle est puisée dans des retenues artificielles aménagées à cet effet, dans les cours d’eau ou encore dans les réseaux d’eau potable !

Les risques de ces aménagements humains sont multiples. Certains experts s’inquiètent des possibles pénuries d’eau, notamment lors de la saison touristique. Les zones humides sont également menacées. En effet ce sont dans ces milieux fragiles (marais, ruisseaux, étangs, lacs naturels) que sont aménagées les retenues d’eau nécessaires à la production de neige de culture. « Ces milieux fragiles abritent une flore et une faune très spécifiques, adaptées à des sols pauvres en nutriments, au stress hydrique et aux brusques fluctuations de température »

Les associations de défense de l’environnement se mobilisent mais leurs revendications rentrent en conflit avec la logique économique des acteurs des stations de ski. Comment allier croissance économique et protection du patrimoine naturel ? L’intervention de la puissance publique (avec le Grenelle de l’environnement) dans une logique de développement durable doit aider les collectivités territoriales, les entreprises et les associations à rendre des arbitrages préservant l’environnement.

D’après P. Le Hir, La Neige de culture pèse sur l’eau et la biodiversité, dans Le Monde du 27.12.08