Histoire – Géographie – ECJS

au Lycée Molière (Mission Laïque française) de Villanueva de la Cañada (Espagne)

Les fiches-méthode suivantes sont celles distribuées en classe par Mme Kranenburg.

__________________________________________________________________________________

MÉTHODOLOGIE – EPREUVE MAJEURE :

L’ÉTUDE D’UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

Le dossier documentaire, que ce soit pour l’épreuve majeure d’ Histoire ou de Géographie, vous propose un maximum de 5 documents de natures diverses: écrits, photos, cartes, statistiques…..

L’étude que vous en ferez doit vous permettre de faire preuve de votre capacité à construire une réflexion cohérente et organisée en réponse au sujet posé, à partir d’un ensemble de documents et de vos connaissances.

Le sujet fait toujours apparaître une problématique claire.

Le travail se fait en 2 étapes:

1) Répondre à des questions:

Vous êtes invités à analyser, y compris de manière critique, l’ensemble documentaire en répondant à des questions (5 au maximum). Ces questions pourront porter porter sur une notion à définir, la recherche ou l’explication d’informations se trouvant dans les documents, la mise en relation d’informations issues de plusieurs documents, l’analyse critique d’un document avec mise en évidence de ses limites et de son intérêt par rapport au sujet, sur la contextualisation d’informations, sur l’intérêt et les limites de l’ensemble documentaire par rapport au sujet…..

Il n’existe pas de consigne sur la longueur des réponses mais celles -ci  ne doivent pas être très longues (2 pages au total environ) : elles doivent être concises, comporter des notions, des faits, les informations nécessaires et être rigoureusement rédigées.

Le danger majeur de cet exercice est de faire de la paraphrase, de reprendre les idées apparaissant dans les documents sans les expliquer ni les critiquer.

2) Rédaction d’une réponse organisée au sujet :

En se fondant sur ce travail préparatoire, sur les informations tirées des documents et sur vos connaissances personnelles, vous devez rédiger une réponse organisée répondant au sujet problématisé: votre travail doit donc se présenter sous forme d’une démonstration.

Cette réponse organisée doit faire apparaître une ou deux phrases d’introduction reformulant le sujet problématisé et une phrase ou deux de conclusion (attention ! ce n’est pas une composition !)

Les documents fournis doivent être utilisés: on peut y faire référence de façon brève. Mais, attention !, l’apport de connaissances personnelles dans cette partie est indispensable: il ne s’agit pas de répéter ce qui a été dit dans la première partie. Il ne faut pas non plus tomber dans le piège de faire exclusivement une étude des documents, ni de faire une mini – composition !

Vous devez absolument ordonner vos idées en suivant un plan de 2 à 4 parties maximum.

La longueur de cette partie n’est pas limitée mais on peut estimer pouvoir la rédiger en 2 à 3 pages.

Pour rédiger cette « réponse organisée », il est conseillé d’en faire au préalable au brouillon, le plan l’introduction et la conclusion, puis de rédiger au propre en se réservant quelques minutes pour la relecture.

__________________________________________________________________________________

MÉTHODOLOGIE – EPREUVE MINEURE :

L’EXPLICATION D’UN DOCUMENT

Présentation de l’épreuve:

Le candidat choisit de traiter un des deux documents présentés. Il répond alors à des questions (le plus souvent 4 ou 5) portant sur le document. Ces questions portent sur la nature du document, sur l’identification des faits et des idées qu’il aborde et sur sa compréhension générale.

Il est conseillé de ne pas consacrer plus d’une heure à cette épreuve, l’ensemble des réponses sera donc concis et fera d’une à deux pages de longueur.

Les étapes de l’épreuve:

1)     La première question invite à présenter le document: il vous faut donc indiquer:

  • la nature du document : cela peut être:

–         un document iconographique: une photographie, une affiche (publicitaire, de propagande), une scène historique, une caricature, un tableau….

–         un document cartographique

–         un document statistique: tableau de données, graphique (courbe, histogramme, graphique circulaire, graphique en barre..)

–         un texte: il faut alors distinguer discours politiques, textes de loi, traités ou accords internationaux, témoignages privés, textes littéraires, documents d’archives, articles de journaux….

  • l’auteur: sa fonction, sa carrière, son rôle dans l’Histoire (ne pas raconter toute sa vie)
  • à qui s’adresse le document
  • la date de création ou de parution du document qui doit être replacée dans
  • le contexte historique, c’est à dire les circonstances de la création ou de la publication du document
  • l’idée principale: sans entrer dans les détails qui font l’objet des questions suivantes.

Cette question invite souvent le candidat à relativiser la valeur des informations fournies.

2)     Les questions suivantes portent sur la compréhension générale des faits et des idées évoqués par le document et sur leur explication.

3)     La dernière question vise souvent à vérifier si la portée du document a bien été comprise et à conclure : elle peut donc amener à faire la critique du document, en évaluer la portée, s’interroger sur sa fiabilité, mentionner les erreurs et oublis de l’auteur. Cette question est souvent importante pour évaluer les compétences de l’élève à comprendre et critiquer un document.

Méthode à suivre:

On n’attend pas de vous, dans cette épreuve difficile, un discours général mais des réponses précises, rigoureuses, exprimées de manière extrêmement nette, claire et concise. Il peut s’avérer nécessaire de reformuler les informations fournies par le document pour montrer que vous les avez comprises mais il ne faut pas s’arrêter là et éviter le piège de la paraphrase. Utilisez vos connaissances pour expliciter et compléter certains passages du texte, pour dégager le sens historique du document, exercez votre esprit critique vis-à-vis du document.

Les deux dangers à éviter sont donc : traiter la question sans faire référence au document et se contenter de reprendre les idées du document, sans les rapporter aux connaissances historiques que vous devez avoir (= paraphrase).

Contrairement à ce que pensent bon nombre d’élèves, cette épreuve est difficile: elle demande des connaissances personnelles solides et beaucoup de rigueur.

Vous devez, pour la réussir, vous livrer à un travail minutieux de lecture (critique) des documents et de rédaction de vos réponses.

__________________________________________________________________________________

MÉTHODOLOGIE – EPREUVE MINEURE :

LE CROQUIS DE GÉOGRAPHIE

OBJECTIFS:

Il s’agit de restituer sur un fond de carte les connaissances relatives à un sujet proposé et  d’organiser une légende structurée répondant à ce sujet.

LES ÉTAPES:

1) Le croquis:

  • Mobiliser ses connaissances et sélectionner les informations: Avant de passer à la réalisation du croquis, il convient de mobiliser ses connaissances et de sélectionner les informations qui peuvent être cartographiées en respectant la problématique du sujet: un croquis ne peut pas tout dire, il faut aller à l’essentiel, distinguer les caractères qualitatifs et quantitatifs de ce que vous voulez faire figurer. Il convient aussi de réfléchir aux figurés que vous allez utiliser. La légende doit être réalisée au brouillon avant le croquis lui-même.
  • La réalisation du croquis: elle répond à des règles précises qu’il convient de bien maîtriser. 3 types de figurés peuvent être utilisés:

–  Le figuré de surface: (couleurs ou hachures) qui recouvre uniformément toute une partie de la carte de façon uniforme. Il est utilisé pour représenter des reliefs, densités, niveaux de développement, bassin minier…. dans une région, un pays ou un groupe de pays.

–  Le figuré ponctuel: (figurés géométriques: cercles, triangles, points, croix, petits dessins…) qui est précisément localisé et limité dans l’espace. Il est utilisé pour représenter des éléments particuliers: villes, industries, aéroports, ports…..

–  Le figuré linéaire: ( lignes de types différents, flèches…) qui est utilisé pour délimiter des zones, représenter des lignes ou des tracés ( frontières, courbes de niveau, rivière, voies de communications..) et des échanges ( commerciaux ou déplacements de populations).

SOURCE DES ILLUSTRATIONS :

http://geolycee.magnard.fr/premiere/langage-cartographique/page/qu-est-cequelelangagecartographique-

Le caractère quantitatif des informations doit être également rendu: il convient pour cela d’utiliser des gradations de couleurs ou de donner à chaque figuré (ponctuel ou linéaire) une taille proportionnelle à ce qu’il doit représenter.

2) La légende:

  • Les informations à cartographier doivent être recencées puis classées par rubriques ou thèmes que l’on ordonnera logiquement. Le libellé du sujet peut vous aider.
  • Il faut ensuite attribuer un figuré à chacune des informations à cartographier (voir ci-dessus)
  • Il faut que chaque thème ou rubrique porte un sous-titre concis en relation avec le sujet.

.

QUELQUES CONSEILS DE PRÉSENTATION:

  • Le croquis doit avoir un titre placé de préférence en haut de la feuille.
  • La légende doit être placée au bas de la carte, sur le côté ou sur une feuille en annexe si la place manque mais jamais au verso.
  • Sur le croquis doivent également figurer les noms des pays, villes, régions… représentés.
  • Les écritures doivent être droites et lisibles, de tailles différentes si besoin est.
  • Soignez la lisibilité: évitez de surcharger la carte (10/12 informations maximum).
  • Faites attention au choix des couleurs qui doivent traduire une hiérarchie.

.

Une présentation de la méthodologie du croquis de synthèse au format Powerpoint : Initiation au croquis de synthèse.

No Comments :(

Comments are closed.