Th 1 chapitre 1 Nourrir les hommes

comment nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 ? Les chinois ont peut-être  trouvé la solution ?

Lisez l’article du Monde écrit par Harold Thibault et   daté du 27 /09/2012 lequel est ma foi fort appétissant !!

Des usines d’insectes pour nourrir les Chinois

Li Jinsui ne manque pas d’ambition. Il fait fièrement visiter l’usine d’insectes pour laquelle il a déposé sept brevets et investi l’équivalent de 250 000 euros de sa poche. Sur les hauteurs de Kunyang, cité satellite de Kunming, la capitale de la province du Yunnan (sud-ouest), la production a réellement débuté en 2009.

Aucun de ses invités n’échappe à un plat de vers de bambou, affichés à son catalogue. La liste ne s’arrête pas là. Son entreprise, Yunnan Insect Biotechnologies, propose larves séchées, poudre de protéine extraite d’exosquelettes d’insectes et insectes en entier, le tout destiné à la consommation humaine et animale.

Li Jinsui, un précurseur ? Fort probable. De plus en plus d’experts de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) voient dans le développement de l’entomophagie un substitut à la viande ou au poisson. Et une alimentation meilleur marché pour les élevages animaliers, notamment les fermes aquacoles.

Les qualités nutritionnelles – protéines, minéraux, etc. – des insectes sont importantes. Qui plus est, ils présentent un bien meilleur rendement que le bétail traditionnel. Ils ont également besoin de beaucoup moins d’eau. Actuellement, 70 % environ des terres arables et 9 % de l’eau douce sont consacrés à l’élevage, responsable en outre de 18 % des émissions de gaz à effet de serre.Ses recherches l’ont conduit à se focaliser sur une espèce : la mouche. « C’est la clé », lance-t-il. Elle est particulièrement répandue, pas nocive pour son environnement, comestible par l’homme et l’animal et peut même servir dans l’industrie pharmaceutique. Sa chitine, composant principal de la carapace des crustacés et des arthropodes, renforce ainsi les défenses immunitaires.

Si vous avez encore faim , un documentaire de Monique Robin  plutôt encourageant sur l’agroécologie en tant que solution viable sur le long terme : Les moissons du futur sur Arte , mardi 16 oct à 20h30 et la possibilité de prolonger vos connaissances sur le site d’Arte et sur Canal + mercredi 17 oct , un documentaire signé OlivierLemaire sur le gâchis alimentaire et sur le site de canal + des infos supplémentaires .

Bon appétit !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *