Les Etats-Unis et le monde depuis les « 14 points »du président Wilson (1918)

1872 J Gast
1872 J Gast

Cette oeuvre peinte en 1872 intitulée American Progress est une représentation allégorique de la « destinée manifeste « . Dans cette scène , une femme = Columbia, porte la lumière de la civilisation à l’ouest avec les colons américains .

 

  1. Le messianisme : durant la guerre d’Indépendance (1775-1783), l’Anglais Thomas Paine, rallié à la cause des Insurgents, ces Américains révoltés contre la Grande-Bretagne écrit : « Il est en notre pouvoir de recommencer le monde ». Ce que précise, en 1845, le journaliste new-yorkais John O’ Sullivan : « Notre destinée manifeste est de nous répandre à travers tous les continents pour assurer le libre épanouissement de millions de personnes ».

  2. L’isolationnisme : (notamment par rapport à l’Europe) : dans son « Discours d’adieu » (1796), Georges Washington, premier président des Etats-Unis, explique son refus d’aider la France contre l’Angleterre : «La grande règle vis-à-vis des nations étrangères est, en étendant nos relations commerciales, de n’avoir avec elles aussi peu de liens politiques possibles […]. L’Europe possède un ensemble d’intérêts de base qui n’ont rien à voir ou presque avec nous […]. Pourquoi, en liant notre destinée à celle d’une quelconque partie de l’Europe, laisser dépendre notre paix et notre prospérité de l’ambition, de l’intérêt ou du caprice des Européens ? Notre véritable politique doit être d’éviter des alliances permanentes avec quelque partie que ce soit du monde étranger ». Son successeur Thomas Jefferson édicte en 1801, la règle du « non entanglement » non engagement. « Paix, commerce et honnête amitié avec toutes les nations ; d’alliances, sources de complication, aucune ».

  3. Interventionnisme :

    Nous sommes heureux de combattre ainsi pour la paix définitive du monde, pour la libération de tous les peuples sans en excepter l’Allemagne elle-même, pour les droits des nations, grandes et petites, et pour les droits de tous les hommes à choisir les conditions de leur existence et de leur obédience. La démocratie doit être en sûreté dans le monde. La paix du monde doit être établie sur les fondements éprouvés de la liberté politique. L’Amérique doit donner son sang pour les principes qui l’ont fait naître. »  Wilson discours devant le Congrès américain le 2/04/1917

Ces trois principes sont la base la politique étrangère  américaine , mais cette politique ne peut être possible qu’à la condition que les Etats-Unis soient une puissance militaire &diplomatique mais aussi économique et culturelle .Cette politique étrangère est lié au développement du libre échange

Il s’agit de comprendre de quelle manière les États-Unis ont bâti, à partir d’une économie au développement de laquelle ils consacrent tous leurs efforts, une puissance « globale » à l’aune de laquelle s’évalue désormais la puissance de tout État.

frise chrono USA depuis19181918-1941 les Etats-Unis alternent entre isolationnisme et interventionnisme

Fidèle à la ligne isolationniste et neutraliste de la politique extérieure américaine, le président Wilson (élu en 1912) s’était opposé à une entrée de son pays dans la guerre au cours de l’été 1914. Dans un message au sénat, Wilson avait recommandé à ses compatriotes de rester neutres « en pensées comme en actes » dans une guerre qui ne devait concerner que les affaires européennes. Cette position apparaissait également nécessaire au maintien de l’unité de la nation puisque la population multiethnique américaine comptait de nombreux citoyens originaires des pays belligérants (enfants et petits-enfants de l’immigration russe, italienne, allemande, polonaise et irlandaise). La neutralité américaine fut cependant quelque peu relative car les Etats-Unis sont apparus comme le premier partenaire commercial de l’Entente et sans le « réservoir américain », aussi bien sur le plan agricole (blé, viande, sucre…) qu’industriel (acier, coton, médicaments, moteurs…), la France et la Grande Bretagne auraient eu beaucoup de mal pour poursuivre le combat, nourrir leur population et faire tourner leurs usines.

A la faveur du premier conflit mondial, les Américains cessaient d’être les débiteurs de l’Europe pour en devenir les créanciers. Malgré l’émotion provoquée par la guerre sous-marine pratiquée par les Allemands en 1915 et l’attaque menée contre le paquebot britannique Lusitania (1198 victimes dont 125 Américains), les Etats-Unis refusent de sortir de leur neutralité jusqu’en 1917. Le président américain obtient grâce à plusieurs notes de protestation l’arrêt de la guerre sous-marine par les Allemands. Quelques frictions se développent par ailleurs avec les pays de l’Entente à propos du blocus mené contre les pays ennemis et les nombreuses entraves faites au maintien de la liberté commerciale que souhaite défendre les Etats-Unis malgré le conflit. A la fin de l’année 1916, de par leur position, les Etats-Unis pouvaient faire figure d’arbitre entre les deux camps et le gouvernement allemand songea à la possibilité que Wilson joue un rôle de médiateur afin de parvenir à une solution diplomatique du conflit.

Le début de l’année 1917 marque un tournant essentiel et plusieurs facteurs vont entraîner les Etats-Unis à changer de position et à entrer dans la guerre. Le président Wilson a été réélu à la fin de l’année 1916 et la volonté de maintenir les Etats-Unis à l’écart du conflit ne constitue donc plus un enjeu électoral dans un pays où l’opinion reste profondément attachée au neutralisme. Les Allemands sont revenus sur la promesse faite au président américain en relançant à partir du 1er février une guerre sous-marine qui provoque rapidement d’importants ravages parmi les navires neutres et menace les liens commerciaux américains avec l’Entente. Enfin, les Allemands ont commis une véritable provocation aux yeux des Américains en proposant une alliance militaire avec le Mexique, avec la possibilité pour les Mexicains de recouvrer certains Etats (Texas, Nouveau-Mexique, Arizona). Cette affaire sera quelque peu instrumentalisée par les Anglais (qui transmettent la correspondance entre le ministre allemand des Affaires étrangères Zimmermann et son ambassadeur à Mexico) afin de convaincre les Américains de la « perfidie allemande ». Enfin, la révolution russe (février 1917) et la mise en place d’un gouvernement libéral à Petrograd permet désormais à Wilson de présenter à l’opinion le conflit comme celui de la démocratie contre l’autocratie incarnée par les Empires centraux.

Toutes ces conditions nouvelles permettent donc de rompre avec la politique neutraliste menée depuis 1914 et le président Wilson annonce l’entrée en guerre des Etats-Unis face à l’Allemagne le 5 avril 1917. L’Autriche-Hongrie ne recevra l’ultimatum que le 7 décembre 1917 et les Etats-Unis ne déclareront pas la guerre à tous les pays de l’alliance, conservant notamment des rapports normaux avec la Bulgarie et l’Empire ottoman. Cette politique témoignait de la volonté américaine de conserver une certaine indépendance face à ses alliés anglais et français.

Les motivations américaines de l’entrée en guerre ont donné lieu à d’importants débats. Pour convaincre l’opinion américaine de la nécessité de rejoindre l’Entente, Wilson a présenté la guerre comme une véritable croisade afin de défendre la démocratie contre les menaces faisant peser sur elles les régimes despotiques et barbares de l’Europe centrale. C’est également cette idée qui préside dans les « buts de guerre américains » que sont les 14 points du président Wilson (la victoire de l’Entente doit permettre de réorganiser le monde sur des bases nouvelles et de créer une Société des Nations garante de la Sécurité collective). Il est clair cependant que derrière ces motivations « officielles », les Etats-Unis sont aussi entrés en guerre parce que leurs intérêts commerciaux et économiques étaient menacés (une défaite de l’Entente les aurait privé d’un marché très profitable et de leurs créances).

En fait, si les Etats-Unis sont entrés dans la guerre c’est que leur stature a profondément changé en quelques années, passant d’un statut de puissance régionale cantonnée au continent américain à celui d’une puissance mondiale au sort forcément lié avec l’issu d’un conflit n’ayant cessé de s’étendre depuis 1914. Si l’entrée en guerre des Etats-Unis a immédiatement constitué une source importante de réconfort du côté de l’Entente (d’autant que la France et l’Angleterre perdaient leur allié russe avec le traité de Brest Litovsk), le concours militaire américain n’a pas été immédiat et apparut pendant plus d’un an particulièrement limité.

Les premières unités de « Sammies » (« petits soldats de l’oncle Sam ») débarquent à Bordeaux en juin 1917. Le 4 juillet 1917, jour de la fête nationale américaine, elles effectuent même une parade dans Paris derrière leur commandant, le général Pershing. Mais les unités américaines, mal préparées, ne sont pas immédiatement engagées sur les champs de bataille et subissent tout d’abord de longs mois d’entraînement dans des camps installés à Brest, Bordeaux, Saint-Nazaire, Le Havre. Leur nombre reste également dans un premier temps assez limité : 80 000 hommes à la fin 1917 (dont 50 000 combattants), 300 000 hommes en mars 1918. Les débarquements s’accéléreront ensuite : un million d’hommes en juillet 1918, deux millions au moment de l’armistice. Il faudra donc dans les faits plus d’un an pour que les effets de l’intervention militaire américaine se fassent réellement sentir.

le président américain Wilson développe un projet idéaliste de nouvel ordre mondial dans ses 14 points , inclus dans le traité de Versailles : droit des peuples à disposer d’eux-mêmes , sécurité collective , solidarité en cas d ‘agression d’un État membre .En 1920, le sénat refuse de ratifier le traité , la majorité républicaine  , sensible à l’isolationnisme de l’opinion publique et craignant de voir la souveraineté des Etats-Unis limité par une organisation internationale fait échouer les rêve de Wilson .

La SDN vit le jour avec les succès mitigés que vous avez étudié en première !

dans les années 20, les E-U concurrencent le R-U comme première puissance économique mondiale .ils possèdent en 1919 , 45% du stock d’or mondial .de débitrice l’Amérique est devenue créancière .En 1929, les E-U sont à l’origine d’1/3 des investissements dans le monde .

La « diplomatie du dollar » permet à l’Allemagne de réintégrer le commerce mondial alors que les français occupent la Sarre allemande pour récupérer les réparations de la guerre .Mais en 1929, le Krach de Wall Street vient saper les fondements de la puissance américaine et les pays européens cessent de rembourser leurs prêts contractés pendant la guerre .Ce non remboursement des dettes nourrit l’isolationnisme américain qui s’exprime par des lois de neutralité interdisant la vente d’armes à des pays en guerre , ou du moins en les obligeant à venir les récupérer après avoir payé ; Cash and carry .En 1940, Roosevelt est réelu sur un mandat isolationniste .Extrait D’Apocalypse , Lindberg et Roosevelt

la seconde guerre mondiale met fin  à l’isolationnisme américain .En mars 1941, les E-U adoptent la loi prêt -bail qui permet de prêter à l’Angleterre du matériel de guerre .Le 14 aout 1941, Roosevelt et Churchill signent la charte de l’Atlantique et appelent à un nouvel ordre mondial basé sur le droit des peuples à disposer d’eux-même .L’attaque américaine de Pearl Harbor achèvent de précipiter les E-U dans la guerre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *