Le français à "La Orden"

S'amuser et apprendre

La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Intérêt et principal.  »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
– Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.

Jean de La Fontaine

Juliette Armanet

Je t'écris
Ces mots
Il est tôt encore
J'ai rêvé si fort
Le papier
Sous mes doigts
Est dur comme ton corps
Je sais, j'ai tort, j'ai tort
J'ai dessiné
Ton nom et ton adresse
Là sur le côté
Ca fait comme une promesse
Dieu, qu'elle est banale
La petite carte postale
Qu'elle fait du mal
J'ai choisi
Cette image
Je la trouve jolie
Peut-être un peu sage
A vrai dire
Sans rougir
J'n'ai rien à te dire
Je veux juste t'écrire, t'écrire
J'ai dessiné
Ton nom et ton adresse
Là sur le côté
Ca fait comme une promesse
Dieu, qu'elle est banale
La petite carte postale
Qu'elle fait du mal
J'aimerais te parler
Du sable adorable
Du vent qui dort
Sur les coquillages d'or
J'aimerais te parler
Des gens dehors
Qui bronzent ensemble
Comme des coquillages morts
Mais là sur mes lignes
J'suis pas bien maline
J'suis qu'un sémaphore
Qui crie "j't'adore, j't'adore"
Je t'écris
Ces mots
C'est dur encore
Je t'aime assez fort
Le papier
Sous mes doigts
Encore et encore
Je sais, j'ai tort, j'ai tort
Je sais, j'ai tort, j'ai tort
Je sais, j'ai tort, j'ai tort

Axel Tony et Tunisiano

Vitaa et Diam’s

COLONEL REYEL

Gentleman

Tina Arena

 

LOGOBIGT