La femme à Rome

La femme est toujours mineure, elle est sous l’autorité de son père jusqu’à ce qu’elle se marie et qu’elle passe sous l’autorité de son époux. Si celui-ci décède elle passe sous l’autorité d’un homme de la famille.

Extrait d’Isidore de Séville :

« Si les femmes sont placées sous le pouvoir de l’homme, c’est parce que la plupart du temps, elles se laissent emporter par la légèreté de leur esprit. Il était donc normal qu’elles fussent retenues par la puissance de l’homme »

La femme s’occupe des servantes et des enfants de la maison.

Extrait d’un article :

« La « matrona » (mère de famille) doit se comporter en épouse soumise, rester à la maison pour filer et tisser la laine, activité qui symbolise les devoirs mais aussi la dignité de sa fonction. Elle est en effet entourée d’honneur, en tant que gardienne du foyer, et dotée d’un certain pouvoir à l’interieur de la maison :                                                            

– sur les servantes qu’elle dirige (le trousseau de clés qu’elle détient est l’emblème de son pouvoir)

– sur les jeunes enfants qu’elle a la charge d’éduquer et qui conservent pour elle un immense respect »

La femme peut être punie de mort si elle boit de l’alcool ou si elle trompe son mari.

Extrait de Valère-Maxime :

« Mecennius fit expirer son épouse sous les coups de batôn, parce qu’elle avait bu du vin ; et ce meurtre, loin de lui susciter un accusateur, ne fut même pas blâmé. Chacun trouva qu’elle avait justement expié, par une punition exemplaire, la violation des lois de la sobriété : car toute femme qui fait un usage immodéré du vin ferme son coeur à toutes les vertus et l’ouvre à tous les vices »

D’après Caton, les femmes ne sont pas libres par crainte qu’elles fassent n’importe quoi.

« Nos ancêtres ont voulu que les femmes ne pussent conclure aucune affaire »

« Relâchez les rênes à cette nature qui n’est pas maîtresse d’elle-même et à cette créature indomptée, et espérez qu’elles mettront spontanement un terme à leur licence, si ce n’est pas vous qui vous en chargez ! »

 

La place de la femme dans l’ Antiquité Grecque.

La femme en Grèce, est éternelle mineure. Elle reste toute sa vie sous la dépendance d’ un maître (kurios) qui peut-être son père, son époux ou son fils. C’est ce kurios qui la marie.

Jusqu’à leur mariage les filles grandissent dans un appartement réservé aux femmes. Elles ne peuvent en sortir que pour de rares occasions.

Une fois mariées, elles restent encore enfermées à la maison. Les femmes se parlent entre elles, les seules occasions de paraître en public sont certaines fêtes religieuses ou cérémonies familiales.

Elles doivent d’abord assurer la continuation de la famille en donnant à l’époux une déscendance légitime, des enfants mâles qui prendront soin de leurs parents dans leurs viellesse et continueront le culte famillial et hériteront de l’oikos.

Les femmes mariées ont très peu d’intimité avec leur époux qui, occupé par ses fonctions des citoyen passe ses journées sur l’agora et dans les diverses assemblées. Elles n’assistent pas aux réceptions, et ne l’accompagnent pas chez ses amis.

À Sparte, la vie des femmes semble avoir été très différente. Elles devaient être de constitution forte pour donner à la cité des enfants intelligents qui puissent devenir de bons soldats. On faisait donc faire aux jeunes filles beaucoup d’ exercices physiques. Elles les pratiquaient en plein air en compagnie des garçons souvent peu vêtus, ce qui choquait beaucoup les Athéniens.

La femme n’a pas un rôle important, elle est considérée comme un instrument de procréation (comme des animaux). Mais avant, les lois n’étaient pas appliquées par les femmes Spartiates qui avaient plus de liberté que les Athéniennes. Elles pouvaient jouer un rôle important (ex: un rôle politique).

SYNTHESE:

Les femmes n’ont pas un rôle important dans la société Grecque. Elles sont utilisées comme des objets et non comme des humains. Elles servent à faire des enfants et les élever.

Le mariage à Rome

La fille peut se marier à 12 ans tandis que les garçons 14 ans. À l’époque républicaine, on ne se mariait pas par amour mais pour avoir des enfants et ainsi accomplir un devoir religieux et civique. La tendresse entre époux est condamnée à cette époque.

Les mariages les plus anciens s’appelaient cum manu : ils faisaient passer la jeune épousée à l’autorité (« manus« ) du père à celle du mari.

On trouve aussi le mariage par « coemptio » : le fiancé achète symboliquement son épouse.

La jeune fiancée revêt une tunique blanche la veille du mariage ; elle s’entoure d’un manteau (palla) couleur safran, chausse des sandales de la même couleur, elle se couvre d’un voile orangé flamboyant.

Les femmes au pouvoir dans l’Antiquité

Le dossier se compose d’un texte de l’histoire des amazones et d’une scène de pièce de théâtre : Lysistrata.

Les Amazones

Les amazones sont un peuple mythique de femmes guerrières. Elles forment un état constitué de trois peuples : les amazones asiatiques, éthiopiennes et africaines.

Les filles sont élevées dans les exercices de la guerre et de la chasse. Pour faciliter l’usage des armes, on leur retranchait dès l’enfance le sein droit par le fer ou la cautérisation.

Elles ont créé des ensembles de populations.

Les six chefs principaux contre qui elles ont perdu :

  • Béllérophon

  • Princes Phrygiens

  • Héraclès, il doit rammener la ceinture d’Hippolythe ( reine des amazones ) et leur déclara la guerre car elles ne voulaient pas lui donner. Héraclès tua beaucoup d’amazones. Comme Héraclès prit en otages leur reine, elles abandonnèrent et lui donnèrent la ceinture.

  • Thésée

  • Achille

  • L’ombre d’Achille

Lysistrata

Résumé de la pièce de théâtre :

Les femmes se révoltent contre les hommes pour avoir leur mot à dire,notamment pour obtenir la paix. Car les femmes n’ont pas assez de pouvoir et elles veulent en avoir, mais le commissaire leur dit de se taire.

LA GUERRE SERA L’AFFAIRE DES FEMMES !

La condition de la femme chez les Étrusques


La condition féminine  dans la civilisation étrusque représentait une particularité par rapport à ce qu’elle était dans le monde méditerranéen. La femme étrusque a une grande importance tant au niveau politique qu’administratif. La femme participe aux jeux étrusques, elle pouvait aussi posséder des biens en son nom propre.

Les femmes sont mêlées aux hommes dans toute cérémonie,ou jeux.

La femme peut avoir des choix pour ses enfants, par exemple leurs prénoms.

Mais, par effet de contraire, les femmes étrusques ne sont pas apréciées par les écrivains Grecs et Romains.

Enfin au 3ème siècle toutes les femmes étrusques deviennent Romaines et sont contrôlées par le Pater Familias comme à Rome et en Grèce.

Le pater familias détient la « Patria Potestas« . Les femmes Etrusques ne pouvaient pas être majeures tant qu’elles appartenaient au pater familias.

..