Exposition du collège du Looweg

Les élèves de troisième du collège du Looweg ont travaillé en collaboration avec les élèves de 1ère de Mme PEPIN du lycée Jean Michel sur la place de la femme dans la société hispanique, depuis la création en Espagne des premières écoles gratuites pour filles à la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la situation des femmes en Espagne et en Amérique latine dans notre société contemporaine.
Les élèves de collège se sont centrés principalement sur l’évolution des droits des femmes jusqu’à la 2ème république et sur la période post franquisme, alors que les élèves du lycée Jean Michel ont davantage travaillé la représentation de la femme sous la dictature.

Le travail sur la période antérieure au franquisme a été réalisé à partir de photos, de lois et d’extraits de textes.
Voici quelques extraits des documents présents sur les affiches de l’exposition.

Defensa de la mujer de Feijoo, 1737 “A tanto se ha extendido la opinión común en vilipendio de las mujeres, que apenas admite en ellas cosa buena. En lo moral las llena de defectos y en lo físico de imperfecciones; pero donde más fuerza hace, es en la limitación de sus entendimientos. […] La preferencia del sexo robusto sobre el delicado se tiene por pleito vencido, en tanto grado, que muchos no dudan en llamar a la hembra animal imperfecto, y aún monstruoso, asegurando que el designio de la naturaleza en la obra de la generación siempre pretende varón, y sólo por error ó defecto, ya de la materia, ya de la facultad, produce hembra.

Dans sa Défense de la femme, Feijoo en 1737 lutte contre les préjugés attribués aux femmes. En effet, elles étaient décrites jusqu’alors comme moralement « pleines de défauts », physiquement « pleines d’imperfections » et intellectuellement très limitées. Feijoo dénonce les théories de médecins de l’époque qui pensent que « la femme [est un] animal imparfait, voire monstrueux, […] le dessin de la nature dans l’œuvre de la création est toujours l’homme, et seulement par erreur ou défaut, […] elle produit des femmes »

1783
Creación de escuelas gratuitas para niñas. Se aprende la doctrina católica, los trabajos manuales y la lectura “Artículo XI. El principal objeto de éstas Escuelas [escuelas para las niñas] ha de ser el labor de manos [coser, bordar, hacer encages]; pero si alguna de las muchachas quisiera aprender á leer tendrá igualmente la Maestra obligación de enseñarlas.”
Création d’écoles gratuites pour filles elles apprennent la religion catholique, les travaux manuels (couture, broderie, dentelle) c’est objectif principal de ces écoles et la lecture mais uniquement si une des jeunes femmes le demande.

1912 la ley de la silla

El-Imparcial-Madrid.-1867.-29-2-1912-ley-de-la-silla

1936 la loi sur l’avortement

Aborto Federica Montseny 1392482723950abortorepublicadn

La société contemporaine a été abordée à partir de photos, d’articles de presse, de dessins humoristiques et de campagnes publicitaires.

 

Les élèves ont travaillé les documents par petits groupes puis à partir des réflexions, la classe a produit une synthèse en espagnol traduite par la suite en français afin que l’exposition soit intelligible par le plus grand nombre.
Lors de l’exposition, nous avons choisi d’intégrer les écrits des élèves dans un décor rappelant un chantier ou des travaux publics afin de suggérer que l’égalité entre les hommes et les femmes est un processus qui se construit chaque jour et tous ensemble.

Voici quelques photos de la préparation puis de l’exposition qui a eu lieu le samedi 28 mars lors des portes ouvertes au collège du Looweg.

IMG_20150323_092703  IMG_20150323_092729IMG_20150318_115057 IMG_20150318_115039IMG_20150323_092736IMG_20150323_092636


P1020992 P1020993              P1020931   P1020937

P1020945P1020946P1020953P1020957P1020958P1020962P1020965P1020966P1020970P1020974P1020975P1020978P1020980P1020983P1020986P1020989

La rencontre des classes de 5e de Moirans-en-Montagne et de Champigny-sur-Marne

… racontée par des élèves campinois

Le Mardi 19 juin : le montage de l’exposition

Le matin

Vers 9h15, nous avons rencontré les élèves du Jura, puis nous avons fait connaissance.
Les professeurs se sont présentés et nous nous sommes séparés en deux groupes mixtes pour commencer les ateliers : le premier est avec Mme Margault Aubry, qui travaille dans des musées et des centres culturels avec qui nous avons appris comment fonctionnait une exposition, le deuxième est au CDI pour commencer à faire les affiches à partir des textes et des images que nous avions déjà réalisés avec les élèves du Jura. Chaque groupe, composés d’élèves de notre classe et d’élèves de Moirans-en-Montagne à monter entre 2 et 3 affiches.

L’après-midi

Après avoir mangé, nous sommes revenus au CDI pour terminer définitivement les affiches. Puis nous sommes partis dans la salle polyvalente pour installer l’exposition. Les professeurs nous ont disperser en six petits groupes pour définir l’ordre des affiches et ensuite les disposer sur les panneaux. Quand cela fut fini, nous avons installer une nappe pour la table du buffet. A 17h30, l’inauguration commença : M. Poli a fait un discours pour ouvrir l’exposition puis il a donné la parole à Mme Glowacki-Labrette, notre professeur et Mme Patin, la professeur des élèves du Jura. Nos parents étaient invités à l’inauguration et il y avait des gens de la mairie, du département et du rectorat qui étaient présents.

Le mercredi 20 juin : poursuivre l’échange

Le matin

Divisés en deux groupe nous avons fait deux ateliers animés par des membres de l’association Réussir l’égalité Femme-Homme. Dans le premier, Mme Klein nous a parlé du C.E.D.E.F, qui est un comité qui surveille que l’égalité homme-femme existe vraiment. Dans le deuxième, Mme Payeux nous a expliquer des choses sur la publicité et les femmes depuis les années 50 jusqu’à aujourd’hui. Nous avons constaté que beaucoup de pubs étaient sexistes.
A 11h30, nous avons commencé à pique-niquer. A 12h, tout le monde était dans le car direction Paris.

L’après-midi

Nous sommes d’abord allés au musée de Cluny, nous avions un jeu de piste à faire : nous avions des objets à chercher et des énigmes à résoudre. Nous nous sommes arrêtés plus longtemps auprès de la tapisserie de la Dame à la Licorne qui montre bien l’idéal de la dame au Moyen Age. Ensuite, nous partis vers la cathédrale Notre-Dame : ceux qui le souhaitaient on pu la visiter. Puis, nous avons continuer notre chemin vers le jardin des Tuilleries, où nous avons eu un petit quartier libre. Nous avons pu manger des barbe-à-papa et des glaces. Après nous être rejoins nous sommes allés au Louvre. Nous avons vu beaucoup de chefs-d’œuvre très connus comme La Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace, La Joconde mais aussi Les Noces de Cana de Véronèse et Le Radeau de la Méduse, que nous avons étudié en français.
Enfin, nous sommes remontés dans le car, direction Créteil pour déposer les Jurassiens à leur hôtel, c’était un peu triste de les quitter après ces deux jours. Enfin, nous sommes retournés au collège. Nous sommes arrivés vers 21h50.

Une grosse et belle journée !

Voir aussi l’article de la DSDEN du 94.