Mon blog d'insTICE

Et tout commença par un tweet…

Un peu de moi…

Bonjour, je suis enseignante en cycle 3 en région Parisienne.

Incapable de reproduire d’une année sur l’autre ce que je fais en classe, je suis toujours à la recherche de nouvelles idées et manières d’aborder mon métier.

Un peu geek, j’utilisais déjà régulièrement en classe des ressources et outils numériques.

Grâce aux blogs extraordinaires de collègues je me formais déjà énormément. Puis…j’ ai découvert Twitter! Et là tout a changé! ????

Ce blog sans prétention me permet de partager mes découvertes et avancées dans le milieu 2.0, pour donner, pourquoi pas, envie à d’autres collègues!

No Comments »

Last night the HOOTOO saved my class…

Exagéré? Non, pas tant que ça! Et je vais vous expliquer pourquoi!

Mais avant, petit saut en arrière:

Lors de ma dernière présentation #BougeTaClasse/#BougeTonProjet à Canopé en septembre, j’expliquais les difficultés matérielles auxquelles je me heurtais dans le cadre de la mise en place de ma classe inversée et des ceintures de compétences.

Et j’ai bien fait!

Aussitôt dit, (presque) aussitôt résolu! (« Coucou Elise! Coucou Patrick! »)

J’ai découvert grâce à la Canopé Team le Hootoo, dont j’avais déjà entendu parler, mais sans plus.

  • Le HOOTOO? Qu’est-ce que c’est?

Le HOOTOO est un petit boitier qui tient dans la main ( site Hootoo ), et qui peut servir:

  • de batterie: telle une batterie externe classique, il pourra recharger smartphone et/ou tablette sans problème.
  • de borne WIFI-HOOTOO: si votre hootoo est connecté à internet il partage la connexion (comme peut le faire votre smartphone utilisé en modem). Il peut aussi relayer le signal: si vous êtes un peu éloigné de la source wifi, le hootoo peut faire l’intermédiaire et augmenter la portée du signal.
  • de NAS (serveur de stockage en réseau) permettant le partage de fichiers SANS CONNEXION INTERNET (et ça, c’est beauuuuu!)   C’est ce dernier point que je vais développer.
  • Concrètement, en classe?

En classe, je me heurtais à deux problèmes principaux:

  1. la connexion très faible (310 Ko/s) : dès que 5 tablettes se connectent…ça fonctionne plus!
  2. le verrouillage Sqool: nous avons en classe des tablettes android avec une interface Sqool. C’est beau, c’est ludique, mais tout est extrêmement verrouillé (avec raison) La problématique est que nous avons même des difficultés à nous connecter aux sites sur liste blanche…bref, pas glop quand on veut faire entrer le numérique dans sa classe sans s’arracher les cheveux…
  • En quoi le hootoo va m’aider?

Au niveau de ma classe inversée: je peux connecter au hootoo une clé USB. J’aurai pris soin auparavant de déposer sur ma clé ma capsule vidéo, les documents nécessaires à mes élèves, les consignes, les images, etc.

Abracahootoo!: les élèves, de leurs tablettes, accèdent à mes documents, sans connexion internet! (donc ultra sécurisé!)

Ils sont en atelier de manipulation? Je suis en atelier guidé je ne vois pas ce qu’ils font?

Abracahootoo! Ils prennent en photo leurs ardoises/créations/essais et je récupère tout cela sur ma clé USB connectée au hootoo.

A noter que s’il n’y a pas besoin de connexion internet, l’usage est fantastique en dehors de la classe: une balade en forêt, une séance au gymnase, et les photos affluent sur le hootoo.

Au niveau des ceintures de compétences: On peut très bien imaginer les fiches parcours sur le hootoo.

Les élèves ont accès à toutes les fiches, il n’est plus nécessaire de faire de photocopies (éventuellement en géométrie pour certaines notions) Il sera nécessaire de mettre les leçons associées, qu’elles soient sous forme de document ou de capsule, sur le hootoo.

Le top serait que les élèves puissent éditer les fiches (ça, c’est possible facilement), les modifier (jusque là ça va) et les enregistre sur le hootoo avec leur nom (et là, ça coince, l’enregistrement d’un document autre qu’une photo sur le hootoo n’étant pas proposé de base)

La parade?

  • utilisation d’un drive (mais la manipulation est compliquée, et surtout nécessite un accès internet)
  •  une simple capture d’écran du travail, photo que l’élève envoie ensuite sur le hootoo. Pour cela:

1/l’élève ouvre le fichier sur lequel il doit travailler et « écrit » dessus grâce à la fonction commentaires qu’on trouve sur les fichiers pdf

 

2/Puis il réalise tout simplement la capture d’écran (on ne peut pas y échapper, il faudra leur apprendre!) en appuyant simultanément sur les boutons « on/off » et « menu »

3/L’élève clique ensuite sur « partager » et sélectionne le hootoo parmi la liste des options (ici il se nomme Tripmate, mais ce nom peut être modifié à votre guise pour que les élèves le repèrent mieux)

4/ Il sélectionne ensuite le dossier dans lequel il souhaite ranger son travail. L’enseignant aura pris soin de créer sur le hootoo un dossier par élève

5/ De son côté, après la classe, l’enseignant retrouve les travaux des élèves sur la clé connectée au hootoo

Alors, oui, il y a quelques manipulations.

Mais il suffit de les montrer deux ou trois fois aux élèves, ils enregistrent très rapidement!!

Et surtout, quel bénéfice pour tous!

 

Voilà, tout ça, sans connexion internet…je maintiens:

« Last night le HOOTOO saved my class »

No Comments »

Toutes ces raisons qui rendent Klassroom nécessaire

*******  Edit du 14 novembre   ********

Pour quoi un édit?

Ah ah, tout simplement parce que…

l’application est (enfin!!) autorisée par l’académie de Versailles!

et c’est ici: LIEN

Donc mon article au conditionnel peut désormais s’écrire au présent !

Merci à Klassroom d’avoir fait tout ce qu’il fallait, et à l’académie de les avoir suivis afin que nous, professeurs des écoles puissions bénéficier d’un outil performant pour créer et maintenir le lien école/familles !

*************************

 

Klassroom vous connaissez?

Mais si, vous connaissez, l’application Licorne créée pour faciliter la communication Parents/Ecole!

Bon, pour ceux qui douteraient encore, le pitch rapide:

Klassroom est une application et une interface web permettant aux parents

  • d’être informés de ce que vivent leurs enfants en classe
  • d’être en lien avec l’enseignant pour toute question, ou demande de rendez-vous
  • de prévenir en cas de retard ou d’absence de l’élève
  • d’avoir accès aux devoirs de son enfant…bien pratique quand l’agenda est resté à l’école ou que Junior a « oublié » de noter ce qu’il fallait faire.

Ok vous voyez mieux maintenant…du côté parent, c’est top, non?

Et bien figurez-vous que du côté enseignant (ça semble) c’est fabuleux!

Je vous explique:

J’ai une classe de 32 élèves (oui, ça commence à faire…) et la gestion de la direction de l’école.

Mon quotidien en classe, c’est, quand tout va bien, …le quotidien d’une classe ordinaire…

Mais bien sûr, c’est plutôt rare:

  • Commençons avec la collègue absente. Pas de chance, elle est malade ( -Hé oui, nous sommes humains -Ah bon?), et se rend compte à 8h que malgré ses efforts( *) pas moyen de venir travailler.

Alors je ne sais pas pour vous, mais régulièrement dans la boite mail de l’école nous recevons le petit message type suivant:

« Je vous informe que pour la journée du blablabla aucun remplacement ne sera possible »

Là, un petit message sur Klassroom expliquant la situation peut nous sauver la journée:

alors, non, tous les enfants ne restent pas chez eux. Mais certains oui, ou les parents les emmènent chez Papi/Mamie.

Et au lieu d’avoir 4 ou 5 élèves en plus dans nos classes déjà bien chargées, seuls 2 élèves nous rejoignent.

Avec Klassroom, les messages que j’envoie de mon portable (personnel, hein!) passent pas l’application, c’est rapide, et nous savons si les parents les ont vus!

  • Poursuivons en classe: étant directrice, je suis sollicitée par téléphone pour l’administratif.

Quand il s’agit de l’Inspection ou de la Mairie, je traite l’information en direct (impossible de laisser le répondeur et ainsi avoir moult messages à écouter et à traiter sur le quart d’heure de pause, surtout que je suis de service de récréation la moitié du temps…)

Mais arrêter d’être disponible pour mes élèves car un papa a oublié d’inscrire sa fille au centre, ou pour prévenir d’une absence, non, il n’est pas normal que mes élèves en pâtissent. L’utilisation de Klassroom permet de communiquer ces messages aux enseignantes, instantanément, et celles-ci peuvent les lire « quand elles sont disponibles »!

  • Toujours en journée, n’est-ce pas merveilleux de partager avec les familles les petits moments de classe auxquels elles ne peuvent pas assister? La première séance de tennis, les photos des affiches réalisées en classe, bref, autant de petites choses qui permettent à la maison le soir de faciliter la communication parents/enfants autour des apprentissages.

 

  • Et le soir?

Le soir, Klassroom me permet de faire un rappel de dernière minute (« N’oubliez pas le pique-nique/vos baskets/ votre tête… ») bref  des petits messages qui rendent la vie plus facile à mes élèves (oui, parce qu’arriver à l’école sans son pique-nique un jour de sortie, on a beau avoir 10 ans, on ne le vit pas très bien…)

Voilà.

Je ne détaille pas plus ce que Klassroom peut faire pour mes élèves et pour moi encore plus!

Donc n’hésitez pas, lancez-vous, d’autant que l’équipe #Klassroom est ultra disponible et réactive si vous avez le moindre souci/la moindre question!

 

Vous avez remarqué l’usage du conditionnel, hein, je n’en doute pas…

Alors quoi? On nous aurait menti? Klassroom ne serait pas capable de faire tout ça?

Bien sûr que si, ils en sont capable! Je n’ai jamais vu de licornes aussi tenaces! De vraies têtes de mules! (pour des licornes, c’est un comble)

Non non, le problème est que l’application n’est pas acceptée dans toutes les académies.

La raison?

Du côté de klassroom, rien ne semble s’y opposer:

« Klassroom respecte toutes les règles imposées par le Ministère de l’Education Nationale notamment concernant nos conditions générales d’utilisation, l’hébergement des données, et la non réutilisation des données personnelles de nos utilisateurs. Nous avions d’ailleurs signé en 2016 une convention d’expérimentation avec le Ministère et à cette occasion la DNE (Direction du Numérique pour l’Education) du Ministère avait validé la conformité de Klassroom.

L’application est également en conformité avec la règle européenne de protection des données privées RGPD. »

Du côté de l’Education Nationale…Heu…c’est assez obscure en fait…

Pourquoi est-ce autorisé dans un département voisin et pas chez nous?

Il ne me reste plus qu’à espérer qu’une solution soit -rapidement- trouvée, car je souhaite vivement que mes élèves et moi gagnions en qualité d’enseignement, et l’amélioration de la gestion du quotidien grâce à Klassroom y ferait beaucoup!

 

( *) Oui car, improbable mais vrai, on fait tout pour ne pas être absent…Alors on vient avec notre triple dose Ibuprofene/Maxilase/Paracétamol et 3 bouteilles d’1L5 en espérant tenir la journée…Et parfois ça fonctionne!

No Comments »

Ajouter un entier à une fraction simple – le jeu des paires

En préparant mes fiches de parcours, je me suis aperçu que je traitais tous les ans la compétence « écrire une fraction sous la forme d’un entier et d’une fraction plus petite que l’unité » mais jamais la compétence inverse (pourquoi?)

J’ai donc préparé un petit jeu très simple permettant de travailler cette compétence.  Plusieurs modes de jeu sont possibles:

  • en autonomie, associer chaque carte « dessin » avec le calcul correspondant (il faudra alors prévoir un petit code au dos des cartes pour faciliter l’auto-correction, une gommette peut être…
  • en duo, ou trio avec la règle du jeu de mémory

jeu des paires

No Comments »

Une rentrée avec les ceintures @c2cedu

Conquise par la philosophie des ceintures du merveilleux collectif @C2Cedu, je me lance cette année avec mes CM1/CM2.

Je ne détaille pas ici le fonctionnement général, mais je vous invite à très vite découvrir THE siteVous trouverez ci-dessous mon fonctionnement de classe.

Celui-ci est amené à évoluer et me correspond, prend en compte mes élèves et les contraintes de classe. Il n’est donc pas transposable tel quel mais peut apporter des idées ????

Chaque élève aura accès, à son rythme, à un parcours d’apprentissage comprenant la révision (éventuellement la découverte) d’une leçon, des exercices ou jeux d’entraînement et pour chaque compétence un test afin de valider ou non ses acquis.

Les domaines travaillés par ceintures seront l’étude de la langue et les mathématiques.

L’accès aux parcours se fera tous les jours sur environ 30/45 minutes.

Les parcours ne remplacent pas les séquences que je peux mettre en place dans ces domaines: mes élèves verront avec moi tout le programme…mais tous ne seront pas évalués sur tout, tout dépendra de leurs difficultés, de ma capacité à les faire progresser, et du temps disponible pour cela.

Chacun s’investit dans ses apprentissages en choisissant les ceintures qu’il souhaite passer, puis les inscrit dans son plan de travail.

Ce plan de travail n’est pas une liste de tâches à effectuer donnée par l’enseignante mais bien un contrat d’apprentissage qu’élabore l’élève.

Sur les conseils de Julien Crémoux –Voir son excellent site– des « rendez-vous » seront pris afin de faire un bilan du plan de travail passé et de guider chaque élève dans l’élaboration de son futur plan.

La rentrée approche, et retrouver mes élèves va me permettre d’évaluer en direct ce que j’ai ici envisagé.

N’hésitez pas à partager avec moi vos propres fonctionnements ?

Vous trouverez ci-dessous un plan de travail vierge en .pdf et en version modifiable.

Les cases Leçons/Entrainement/Test seront cochées par les élèves selon leur avancée.

plan de travail 2018 en .pdf        plan 2018 version modifiable

Enfin, là, les étiquettes destinées aux casiers qui vont accueillir les fiches de parcours, aux couleurs de chaque ceinture de cycle 3.

Etiquettes Casiers

 

 

 

UnprofDZecoles, propose un super fonctionnement avec les parcours sur onenote…mais là…pff! j’en suis loin! Bravo à lui!

 

 

No Comments »

Lutte contre les stéréotypes

Il faut bien l’avouer, je ne suis pas une grande « féministe »

ou plutôt si…

C’est étonnant ce terme est pour moi péjoratif, car il est associé à plusieurs « courants » d’idées, dont le néo-féminisme, dans lesquels je ne me retrouve absolument pas.

Alors disons que je suis féministe dans le sens où je prône l’égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, et que je m’oppose aux discriminations en tous genres en règle générale…

Voilà,  les choses sont posées ????

Pourquoi cette introduction?

Tout simplement parce que je pense qu’il est bon avant de faire le type de projet que je propose aujourd’hui, de se poser afin de savoir où on en est à titre personnel:

Petit exemple, issu d’une discussion avec des collègues en fin d’année:

Après le laïus d’introduction que je viens de vous faire, il faut savoir que je suis malgré tout la première à dire qu’une classe majoritairement masculine est plus difficile à gérer au niveau du comportement qu’une classe à majorité de filles. Et je le pense sincèrement.

De même que je pense que les conflits entre filles sont plus constitués de « elle a dit que tu avais dit que, alors tu n’es plus ma copine ».

Donc, quoi?

Est-ce vrai? Est-ce que MES préjugés faussent ma vision? Est-ce que LES préjugés les ont enfermés dans ce type de comportement?

Tout ça à la fois?

Et si on libérait la parole des élèves et de leurs enseignants sans jugement afin de mettre les choses à plat?

Si on cheminait ensemble pour déplacer le curseur dans la bonne direction?

Vous trouverez ici quelques pistes:

LE PROJET « SLAM’ÉGALITÉ » mis en place en classe en 2014/2015 avec des élèves de cycle 3 avec

UNE SÉQUENCE  « LUTTE CONTRE LES STÉRÉOTYPES  » et

DES RESSOURCES ????

 

Merci de vos retours!

 

 

 

No Comments »

Slam’égalité

En 2014/2015, nous avons, avec ma collègue de cycle 3, monté un projet danse et slam sur le thème « ÉGALITÉ garçons /  filles « .

Je m’étais dit qu’il n’était plus forcément nécessaire de retravailler le sujet sauf que… j’ai eu 2 signaux d’alarme:

 

1er signal d’alarme:

Notre super intervenante musique nous a, en fin d’année scolaire, fait écouter « on n’est pas des nunuches » des serruriers magiques.

Et…aucune réaction! Nos grands de CM1/CM2 ne voyaient pas plus que ça que la chanson était ironique et écrite pour dénoncer des stéréotypes.

2ème signal d’alarme: la cour de récréation

Ça a fait tilt dans mon cerveau en voyant passer sur Twitter le travail de la géographe  Edith Maruéjouls.

Voici un article parlant de son travail :

https://www.huffingtonpost.fr/2018/01/08/cette-geographe-redessine-les-cours-decole-pour-que-garcons-et-filles-jouent-ensemble_a_23327420/

La cour présentée, avec un grand groupe de garçons jouant au foot et débordant même de leur terrain, et les filles à la circonférence… ressemble à s’y méprendre à celle de mon école ????

Une collègue a en fin d’ année instauré la récréation du mercredi comme temps du  « foot spécial filles » .

Alors, oui, c’est un pas de fait, mais le résultat ne peut être satisfaisant: l’objectif est bien sûr, pour le foot, des équipes mixtes qui parviennent à jouer dans de bonnes conditions, mais aussi le développement d’autres jeux dans lesquels fille ou garçon, chacun trouve sa place.

 

J’ai donc ressorti le projet déjà fait, et j’y ai ajouté de nouvelles ressources qui me semblent intéressantes.

Bonne découverte ????

slam’égalité .pdf

N’hésitez pas à me signaler toute coquille ????

 

No Comments »

Bouge Ta Classe, Bouge Ton Projet – bilan d’étape

Voilà cela fait maintenant une année scolaire que je cogite sur le flexible seating, avec une mise en place depuis décembre/janvier, l’heure est venue de faire un premier bilan d’étape, afin que vous ne reproduisez pas mes erreurs ????

Avec le recul, ce que je n’ai pas fait tout de suite et qui est pourtant indispensable : remplir les sacs poubelles! Je suis du genre à entasser et surtout à ne pas jeter car “ on ne sait jamais ça peut servir”
C’est comme ça que j’ai retrouvé des fiches de préparation datant de mon dernier CP…il y a 8 ans ????
Donc on fait du vide!

Deuxième étape: sortir le bureau de l’enseignant.
Il prend un volume important, j’y entassais mon bazar, et je ne m’y asseyais jamais…alors zou, dehors, et c’est au moins 2 mètres carrés de gagné. Lors des animations “Bouge ton projet” une collègue a proposé de s’en servir comme meuble de rangement pour l’enseignant (pour le cahier d’appel, les petites fournitures, etc.) Et de recouvrir un des pans de peinture permettant d’écrire à la craie, ou d’un revêtement autocollant pour écrire au feutre effaçable à sec. Pourquoi ensuite ne pas installer quelques coussins afin de faire travailler un groupe sur, par exemple, la création de la carte mentale liée à la notion de la journée.
C’est donc une possibilité si on tient vraiment à garder son bureau, mais le volume du meuble est tellement important que je préfère une desserte de ce type là, trouvable à petit prix, fonctionnelle, et mobile.

Ensuite, il n’y a pas de règle générale, il faut surtout organiser sa classe en fonction de la pédagogie qu’on souhaite mettre en place, et non le contraire. Il est plaisant de jouer à être Valerie Damidot dans sa classe ????

mais inutile pour les apprentissages des élèves si on n’effectue pas ces changements en fonction d’objectifs d’apprentissage. Il ne peut y avoir une réflexion sur l’aménagement de sa classe sans repenser sa manière d’enseigner, et c’est bien ce point le plus difficile à mettre en oeuvre.

J’ai effectué très régulièrement des changements de disposition car ce que j’avais prévu dans un espace déterminé n’était pas investi par les élèves. Et puis surtout, si on souhaite que les élèves s’installent là où ils se sentent bien pour travailler…pourquoi imposer des espaces par type de travail?
Donc dans ma classe, les élèves s’installent où ils souhaitent quel que soit le type de travail. En revanche ce qui est important est qu’ils sachent où trouver le matériel lié à chaque activité. C’est là que les “coins” français et maths sont intéressants, avec dans chaque meuble le matériel nécessaire, qu’il s’agisse du manuel mais aussi des jeux de manipulation, des différents dés, etc. De même un lieu précis dans la classe pour reposer la tablette numérique est important. Une bannette (la corbeille, hein, pas le pain????) fait parfaitement l’affaire.

En fin d’année, j’ai anticipé la rentrée et le fait d’avoir 30 élèves de CM1/CM2 l’an prochain. J’ai placé le long du mur avec fenêtres trois groupes de deux tables. Cet espace permettra un travail individuel ou en binômes, et cette disposition permet d’avoir 6 places assises sans pour autant prendre trop de volume.

J’ai dégoté dans la cave de l’école (bah oui…découverte avant les vacances…je n’y avais jamais mis les pieds) une petite table hexagonale avec des chaises à l’origine pour la maternelle. Après test, mes grandes filles de CM1 y étaient très bien assises, avec un angle cuisse/jambe de 90 degrés et une distance à la table parfaite pour l’écriture ou la manipulation…adopté !

L’avantage du “petit format” est que cela libère ce que j’appelle la nuisance visuelle. J’apprécie vraiment d’entrer dans une pièce et d’avoir une vue dégagée.
C’est valable aussi pour les affichages sur les murs.

Voir ici ce document donnant des pistes pour ne pas parasiter la vue des élèves 

Enfin, pour ceux qui, comme moi, ont la chance d’avoir un couloir assez large, il ne faut pas hésiter à y installer des îlots de deux ou trois tables (selon l’espace disponible) Ce nouvel espace est très intéressant lorsque le travail de l’élève est sonore, par exemple pour la mise en voix d’une poésie, ou la réalisation d’une capsule vidéo.

Je mettrai des photos actualisées de ma classe avant la rentrée. ..pour l’instant, grand ménage estival oblige, tout le mobilier est…dans le couloir!

No Comments »

Dans ma ville

« Dans ma ville » est un projet mêlant géographie, expression écrite, investigation et TICE.

L’an prochain je lance mes élèves sur la création d’un audioguide touristique sur notre commune.

L’idée m’est venue lors du travail sur le projet #ClementAplati, et Deborah Carcy, lors de notre présentation commune au #CLIC2018, m’a donnée envie de me lancer…

La première étape de ce projet va être la visite de notre commune avec un employé du service urbanisme de la ville. Nous pensons forcément déjà connaître les environs, nous avons des idées concernant les points stratégiques à faire découvrir aux visiteurs mais il nous reste je pense encore beaucoup à découvrir.  Je m’en suis rendue compte en mai lorsqu’avec mes élèves nous sommes passés devant les jardins partagés de la ville: pas un élève ne connaissait leur existence…

Après avoir choisi les centres d’intérêt, par groupes, les élèves auront pour mission de rédiger un texte explicatif afin de donner aux visiteurs des informations précises mais aussi des anecdotes sur les différents lieux. Les élèves s’entraîneront ensuite à oraliser les textes afin de rendre la visite agréable et dynamique.

En parallèle des photographies des différents lieux seront prises et des recherches nous permettront de trouver d’anciennes photos de la ville.

Nous incluerons toutes ces données dans le site izi travel , qui nous permettra d’avoir un audioguide de très bonne qualité.

Bref…y’a plus qu’à…????

Edit du 22/08/2018: ajout d’une fiche préparatoire pour les élèves et d’un document d’aide en vocabulaire afin de faciliter l’écriture des descriptions.

fiche préparatoire audioguide

 

 

 

 

 

 

 

 

vocabulaire description lieu

 

 

No Comments »

L’ Histoire dont tu es le héros

Vos yeux de lynx auront remarqué le H majuscule, je n’en doute pas ????

Hé oui, l’Histoire est un de mes points faibles…c’est malheureux, ça va faire grincer des dents certains mais…je n’apprécie pas les séances telles que je les propose aux élèves.

Donc…”Bouge-toi” et change ta manière de faire…

 

L’idée du jour: faire créer par les élèves un récit dont le lecteur est le héros, récit historique romancé certes, mais historique tout de même.

Il va donc falloir que les élèves aient un certain nombre de notions afin d’aller au bout de ce projet sans faire d’anachronisme ou d’erreur historique.

La réalisation serait un génial.y qui démarrerait par un personnage historique qui se présente rapidement en mode photospeak . Aux élèves ensuite de lui faire (re) vivre ses aventures. A chaque diapo,deux options sont proposées au lecteur:

– La première, permet de retracer ce qui s’est vraiment déroulé historiquement. Ainsi, si le lecteur sélectionne à chaque diapositive la réponse historiquement juste, il parcourt les événements tels qu’ils ont vraiment eu lieu.

– La seconde option, incorrecte historiquement mais vraisemblable, mène à une diapo qui pourrait commencer par “Et si cela s’était passé ainsi …?”

Un récit suit alors, entièrement romancé, sur la manière dont aurait pu se passer tel événement ou telle période historique.

 

Ce projet permet de travailler l’Histoire et l’histoire, de manière coopérative et collaborative, et brusquement je me sens plus motivée ????

 

En pratique, il faudra proposer un corpus de documents aux élèves leur permettant d’avoir les données nécessaires…c’est donc ma prochaine étape, à venir prochainement.

Et si certains veulent participer à ce projet, pourquoi ne pas créer un padlet regroupant les différents livres?

A creuser, non? ????

No Comments »

Accueillir positivement les élèves le jour de la rentrée

Je ne connais pas d’élèves voire de collègues, qui n’ont pas le jour de la rentrée a minima un petit pincement au ventre. Pour certains, la rentrée est source d’angoisse et de stress, et selon les élèves, cette peur contribue au rejet des apprentissages.

Alors pour désamorcer les premières formes de violence que l’arrivée à l’école pourrait créer, un accueil positif et bienveillant est indispensable.
Dans ma classe,j’ai pris l’habitude de faire écrire un petit message de la part de mes anciens élèves à destination des nouveaux.
Pour cela, fin juin, chaque élève peut, s’il le souhaite, souhaiter la bienvenue et donner quelques conseils, ou faire quelques remarques sur la maîtresse, le climat de la classe, ou la manière dont se déroulent les apprentissages.
Cette communication se fait par écrit et jusqu’à maintenant, tous les élèves sans exception ont souhaité participer à ce message de bienvenue.
De manière pratique, chacun rédige son message sur le cahier d’essai. Il peut ensuite le faire vérifier par un tuteur ou moi s’il le souhaite. Je précise que je ne corrige pas le fond, mais uniquement la forme. Après validation orthographique l’élève recopie de sa plus belle écriture son écrit sur une carte postale.
J’utilise les cartes envoyées gracieusement sur demande dans le cadre de la semaine de l’écriture à laquelle je participe tous les ans. Il me reste toujours des petites cartes en plus… Mais une feuille un peu rigide joliment décorée sera aussi bien.
Le jour de la rentrée, chaque élève découvre son courrier. Il n’est pas rare de les voir relire ces messages au cours de l’année et j’ai récemment vu une élève de CM2 avec sa carte de début de CM1 lui servant de marque-page ????
Les façons de faire peuvent bien sûr varier : cartes écrites par les élèves ou par l’enseignant, très personnalisées si on a la chance de connaître – même juste de vue- ses futurs élèves, quoi qu’il en soit j’insiste pour ma part sur la présence d’un message positif et valorisant. Vous pouvez vous inspirer de certains messages des sites suivants :

Messages positifs 1 

Messages positifs 2

En ce qui concerne la gestion de classe, ce qui revient souvent dans le contenu est « tu vas voir y’a plein de projets, c’est génial, mais on ne se repose pas »????????

Autre idée, créée fin juin mais pas encore testée : le tutoriel vidéo « Voici comment la classe fonctionne »

Cette vidéo faite par les élèves permet de montrer en amont ou le jour de la rentrée le fonctionnement de la classe au niveau de l’organisation: où ranger le cartable, comment s’installer en classe, que fait-on le matin quand on arrive, etc.

Destinée aussi bien aux élèves qu’à leurs parents, cette vidéo devrait permettre aux petits nouveaux d’être plus à l’aise…

Allez à vous de créer votre rituel de bienvenue, n’hésitez pas à me contacter pour les partager, on s’enrichit du partage ????

No Comments »