Définition des notions et problème philosophique:

20 05 2014

Un certain nombre de copies éprouve des difficultés à faire découler le problème philosophique de l’analyse des notions. Une bonne technique consiste à choisir des définitions contradictoires entre les deux notions du sujet de dissertation de manière à mettre en relief le problème.

Exemple 1: La liberté consiste-t-elle à faire ce qui nous plaît ?

Le sujet repose sur la thèse présupposée: la liberté consiste à faire ce qui nous plaît. La plaisir est une sensation agréable. Néanmoins, il est peut être plus légitime de définir la liberté comme le fait d’agir selon la raison. Par conséquent: la liberté consiste-t-elle à faire ce qui nous plaît ou à agir selon la raison ?

Exemple 2: L’art nous éloigne-t-il de la réalité ?

Le sujet proposé repose sur la thèse présupposée: l’art nous éloigne de la réalité. La réalité est ce qui existe en soi. L’art peut être défini comme une simple copie sensible de la réalité. Néanmoins, il est peut-être plus exact de considérer l’art comme ce qui nous fait accéder à une réalité spirituelle supérieure. Par conséquent, l’art est-il ce qui nous éloigne de la réalité car il n’est qu’une copie sensible ou au contraire nous permet-il d’accéder à une réalité spirituelle supérieure ?

 

 




Consignes officielles du bac:

12 05 2014

Il s’agit d’évaluer l’aptitude du candidat à :


– mobiliser une culture philosophique dont les programmes précisent qu’elle n’est jamais séparable de la réflexion ;
– construire une réflexion pour répondre à une question ou pour expliquer un texte et, dans ce cadre, poser un problème lié à une ou à plusieurs notions de chacun des programmes précités ;
– conduire un raisonnement de manière rigoureuse, en définissant et en analysant les concepts mobilisés, en appréciant la valeur d’un argument et en discutant une thèse de manière pertinente et en rapport avec la ou les notions des programmes précités qu’elle met en jeu ;
– procéder avec méthode, introduire un problème, organiser sa réflexion en étapes en analysant les exemples, les termes ou les formulations qu’elle mobilise, enchaîner logiquement ses idées en établissant une transition entre elles, et proposer une conclusion.

La clarté et la correction de l’expression sont, en tout état de cause, requises.

Aucune méthode, aucun plan ne sont imposés ni interdits au candidat, dès lors qu’il effectue l’exercice demandé en manifestant les aptitudes requises.

On ne saurait non plus identifier l’existence d’une culture philosophique à la simple présence, dans une copie, de références non commentées, de citations éparses ou de noms d’auteurs sans une référence à tel ou tel de leurs arguments.


La nature de l’épreuve n’appelle pas la simple restitution de connaissances. L’exigence d’une culture philosophique accompagne un effort de pensée qui comporte lui-même, inévitablement, une part de risque.

2) La dissertation et l’explication de texte:  

La dissertation est l’étude méthodique et progressive des diverses dimensions d’une question donnée. À partir d’une première définition de l’intérêt de cette question et de la formulation du ou des problèmes qui s’y trouvent impliqués, l’élève développe une analyse suivie et cohérente correspondant à ces problèmes, analyse nourrie d’exemples et mobilisant avec le discernement nécessaire les connaissances et les instruments conceptuels à sa disposition.
L’explication s’attache à dégager les enjeux philosophiques et la démarche caractéristique d’un texte de longueur restreinte. En interrogeant de manière systématique la lettre de ce texte, elle précise le sens et la fonction conceptuelle des termes employés, met en évidence les éléments implicites du propos et décompose les moments de l’argumentation, sans jamais séparer l’analyse formelle d’un souci de compréhension de fond, portant sur le problème traité et sur l’intérêt philosophique de la position construite et assumée par l’auteur.
Dissertation et explication de texte sont deux exercices complets, qui reposent d’abord sur l’acquisition d’un certain nombre de normes générales du travail intellectuel, telles que l’obligation d’exprimer ses idées sous la forme la plus simple et la plus nuancée possible, celle de n’introduire que des termes dont on est en mesure de justifier l’emploi, celle de préciser parmi les sens d’un mot celui qui est pertinent pour le raisonnement que l’on conduit, etc. Les deux exercices permettent de former et de vérifier l’aptitude de l’élève à utiliser les concepts élaborés et les réflexions développées, ainsi qu’à transposer dans un travail philosophique personnel et vivant les connaissances acquises par l’étude des notions et des œuvres.

[….]

Les capacités à mobiliser reposent largement sur les acquis de la formation scolaire antérieure : elles consistent principalement à introduire à un problème, à mener ou analyser un raisonnement, à apprécier la valeur d’un argument, à exposer et discuter une thèse pertinente par rapport à un problème bien défini, à rechercher un exemple illustrant un concept ou une difficulté, à établir ou restituer une transition entre deux idées, à élaborer une conclusion.




Absence mercredi 04 juin

1 05 2014

En prévision de mon absence dans le cadre d’un déplacement universitaire,

je rattrape, mes cours:

– pour les TS1 (G2): le vendredi 23 mai à 17h salle H405.

– pour les TS3 (G1): le lundi 26 mai à 8h30, salle H409.