Mar 9 2011

Le poème de Massambalo

Publié par Adèle dans Créer, Le poème de Massambalo      


Qu’il s’appelle Hamassala, El-Rasthu ou Massambalo,

C’est le même espoir pour tous les émigrés.

Ils recherchent leur Eldorado,

Pour enfin connaître la paix.


Caché quelque part en Afrique,

On ne l’a jamais vu.

Soutenu par des ombres héroïques,

Il est reconnu.


Massambalo, le rêve de nombreux hommes,

Dont la vie est misérable,

Et le sort est morne,

Au caractère vulnérable.


Du Sénégal au Zaïre,

De l’Algérie au Bénin,

Les esprits vont parvenir,

A défier le destin.


Redonner un peu de courage et de chaleur,

Tel est le rôle de ces ombres.

Un simple regard venant du cœur,

Réchauffe leurs yeux sombres.


Massambalo, le dieu de la clarté,

Un rêve lointain pour certains,

Pour d’autres, un souvenir précieux.


Tous en quête d’un avenir heureux,

Dont ils ne sont pas loin.

Massambalo, le dieu des émigrés.


Source image


Feb 26 2011

Le poème de Massambalo

Publié par Julie A. dans Créer, Le poème de Massambalo      


« Tu es leur dieu ,

celui qui veille sur eux.

Ces émigrants qui quittent leurs racines,

et s’en vont rêver d’une autre vie richissime.

Ils n’ont comme seuls bagages

que l’espoir et le courage.

La détermination pour arriver jusque devant ces frontières,

La force mentale pour passer par dessus ces barrières.

Par ta bonté,

tu envoies à travers les pays , ces ombres à ton reflet,

Ceux qui te reconnaitront, te prouveront leur admiration,

ceux-là te donneront divers objets,

qui seront leurs offrandes, à toi, leur dieu dévoué.

Mais n’ignore pas ceux qui ne te reconnaitront pas,

c’est juste qu’ils ont une image différente de toi.

Massambalo, Dieu des émigrés,

Veille sur eux pour qu’ils ne puissent rien leur arriver.

Fais les bons choix,

Pour que ceux qui veulent être sauvés le soient. « 

source photo


Feb 24 2011

Le poème de Massambalo

Publié par Samuel dans Créer, Le poème de Massambalo      

hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

« Je suis le Dieu des voyageurs

Avancez donc sans crainte ni peur

Mes messagers vous guideront

Jusqu’au delà de l’horizon

Fatigué ou désespéré

Vous surmonterez les dangers

Car telle une ombre sur votre dos

Veillera le Massambalo »


Source image


Feb 21 2011

Massambalo

Publié par Maria dans Créer, Le poème de Massambalo, Poème      

hh

Noir c’est leur couleur,

La guerre chez eux ce n’est pas une rumeur,

Mais existe-t-il une guerre rimant avec bonheur ?

L’Europe , c’est au fond de leur cœur.


Ils rêvent tous d’une vie meilleure,

Mais pour ça il faut aller ailleurs,

Un pas à franchir,

Pour voir réapparaître leurs sourires.


Des milliers de kilomètres,

C’est ce qu’ils traversent.

Ils risquent leur vie

Pour espérer que celle-ci un jour soit embellie.


On me surnomme Massambalo,

Mais Dieu je trouve ça plus beau.

J’ai leurs vies entre mes mains,

S’ils croisent mon chemin.


Mes ombres : mes moitiés :

Plus besoin de ramer,

Ni de franchir les barbelés,

Avec cette souffrance inespérée.


Ils m’offrent un présent,

Et me voilà content.

Et grâce à leurs cadeaux,

Ils atteindront l’Eldorado.


Je veillerai sur eux,

Ils seront désormais deux.

Ils pourront avancer avec rage,

Le cœur gonflé de courage.

hh

lien de la photo


Feb 17 2011

Poème de Massambalo

Publié par Nicolas.G dans Créer, Le poème de Massambalo, Poème      

kkkkk

Massambalo

jjjj

Toi, sillonnant le monde


Toi, caché sous les ombres


Veillant sur les voyageurs


A l’esprit pur et sans peur


Vous accorde sa bénédiction


En échange d’un simple don


Malgré les batailles multiples


Vous protégera durant votre périple

iiiiiii

Vers de nouveau horizons

kjj



Feb 12 2011

Le poème de Massambalo

Publié par clement dans Créer, Le poème de Massambalo, Poème      

Toi qui viens d’un pays où les hommes sont noirs,

Tu as choisi l’Europe comme terre d’espoir.

Tu pensais enfin trouver altruisme et tolérance.

Mais tu as découvert surtout l’indifférence.

Et parfois même pire, la haine et l’ostracisme,

Avec des règlements qui s’approchent du racisme.

Moi qui suis né dans un pays où les hommes sont blancs,

je sais que les aspects ne sont que faux semblants.

La couleur de peau ne dit pas qui vous êtes.

Comme un chien que l’on jetterait par la portière,

On veut te reconduire par delà les frontières.

Qu’importe tes malheurs, qu’importe ton errance,

On applique la loi dans son incohérence.

Pourtant il est encore des hommes, des femmes

Qui refusent des actes aussi infâmes.

L’espoir n’est donc pas mort…



Feb 4 2011

Poème

Publié par Fiona dans Créer, Le poème de Massambalo, Poème      

Ici, il n’y a rien,

Ici des vies sont brisées,

Ici, des gens sont traités comme des chiens,

Ici, des gens viennent piller, voler.

Ici, il n’y a jamais personne dans la chaleur étouffante du désert

Et l’immensité de la mer.

Ici, dans quelques années,

Un hôtel sera construit, probablement par des étrangers.

Ici, des gens vont se baigner,

Ici, des gens vont s’amuser.

Ici des gens vont fouler terre souillée, où du sang a coulé.

Mais cela,

Ils ne le sauront pas.

Sans deviner ce qu’il s’est passé,

Ici, il y a quelques années.