Mar 5 2011

Un nouveau titre

Publié par Léna F dans Appellation, Créer      

On peut penser que Sur la route du paradis est un titre adapté au roman de Laurent Gaudé qui lui, l’a nommé Eldorado. En effet, l’histoire traite de l’exil de deux hommes Soleiman et Salvatore Piracci. On les suit sur la route qui les mène à leur rêve, leur paradis personnel, malgré les embûches que posent les trafiquants d’âmes et qui font des immigrés leur commerce. Ainsi Piracci souhaite devenir un vrai humaniste. Déçu par son travail de garde-côte, il croyait sauver des vies en secourant des bateaux de clandestins mais réalise que de briser leurs rêves et renvoyer les immigrants dans leur pays est peut être plus cruel pour eux que la mort. Son métier ne lui plaît plus , rien ne le retient ; il décide alors de tout quitter et de partir vers la Libye.

Quant à Soleiman, son ambition est d’atteindre l’Europe pour une vie meilleure et pour honorer son frère Jamal. De plus, c’est le récit d’un voyage de toute une vie entre l’Europe et l’Afrique, mélange de rencontres et d’histoires avec pour point commun : accéder au paradis. Cependant, atteindre le paradis reste un rêve. Tout le monde ne peut pas le réaliser, beaucoup échouent et restent sur la route. Il est donc juste de dire que Sur la route du paradis est un titre judicieux pour ce livre.


Mar 3 2011

Un nouveau titre

Publié par Lea K-C dans Appellation, Créer      

Je propose comme autre titre pour ce livre

jj

Massambalo

k


Massambalo est dans le livre, le dieu des émigrés.

Il veille sur eux à travers des esprits qui voyagent à travers le continent.

C’est au voyageur de deviner son identité, et de demander si la personne est bien massambalo, si oui, il peut lui laisser un cadeau, que l’ombre de Massambalo conserve, pour que le voyage se passe bien, que le dieu veille sur vous. C’est la destinée de Salvatore d’être une des ombres de Massambalo. La personne que tout le monde souhaite rencontrer, qui est censée donner une chance de continuer son voyage sans malheur.

Je trouve que ce titre conviendrait  bien, car c’est cet être imaginaire qui relie Salvatore et Soleiman, c’est lui qui relie les deux récits, et c’est ce qui finalement fait le roman, c’est ce dont parle tout le roman implicitement. »


Mar 2 2011

Un nouveau titre

Publié par Nolwenn dans Appellation, Créer      

Un éternel voyage

J’ai choisi ce nouveau titre car dans ce roman les différents personnages vivent un voyage qui détermine en quelque sorte la suite de leur vie .

Même si ce périple ne dure qu’en réalité que quelques jours il se poursuit en fait durant toute leur vie, ils ne pourront jamais oublier celui-ci .

Ce n’est donc pas pas seulement un voyage de plusieurs jours mais un voyage d’une vie.

Marc Chagall – Le juif errant


Feb 28 2011

Analyse – Titre 13

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      

hhh

hh

h

hh

jjj


hhhhhhhh

XIII – L’ombre

de Massambalo

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

Salvatore est arrivé  à Ghardaïa : il répond à Soleiman qu’il est bien l’ombre de Massambalo et accepte son collier. Il décide de continuer son voyage, de disparaître complètement pour devenir l’ombre de Massambalo en allant de ville en ville de pays en pays : « il ne serait plus que l’ombre qui donne courage aux autres » p.216

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

Fin du parcours de Salvatore qui meurt, dissous dans sa quête mais qui a donné un sens à sa vie puisqu’il a permis la réussite de Soleiman en lui transmettant l’espoir « la fièvre de l’eldorado » p.210.

Il va vers l’ombre, vers l’obscurité de la mort.

Mais en même temps il est devenu comme l’envoyé d’une divinité = il a pleinement accompli son destin.

Lui qui combattait l’immigration s’est mis au service des immigrés.

Il est devenu un passeur, dans le sens noble du terme, et il peut désormais mourir.

hh

Giacometti – L’homme qui marche (1961)

gg

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)


Feb 27 2011

Analyse – Titre 12

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      


hhh

hh

h

hh

jjj


hhhhhhhh

XII – Frères d’enfer

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

Soleiman et Boubakar sont coincés entre les deux grilles : c‘est au tour de Boubakar de sauver Soleiman en le tirant sous la brèche. Évanouissement. « Nous avons traversé l’enfer » p.204

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

Soleiman avait annoncé qu’il ne pourrait vivre sans son frère ch.2 p.51 : il faut être deux pour donner du sens à une vie.

Unis par leurs aventures douloureuses, Boubakar et Soleiman ont créé un lien fraternel qui va leur permettre de sortir de l’enfer. Tous les émigrants se sont jetés devant la grille pour sauver la fuite de Soleiman : leçon de solidarité p.203. Une renaissance va suivre cette chute.

hh

Barrière de Ceuta

gg

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)


Feb 26 2011

Analyse – Titre 11

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      


hhh

hh

h

hh

jjj

hhhhhhhh

XI – Le messager silencieux

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

Soleiman est débarqué du car pour avoir brisé les rêves des émigrants en leur révélant ce qui les attend en Europe. Il se jure désormais de rester silencieux.

Il entend parler de Massambalo, le dieu des immigrés, et de ses messagers.

Il décide de disparaître : essai  d’immolation, évanouissement.

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

– Peu à peu Salvatore s’efface, devient une ombre, quitte le monde des vivants, renonce à la parole ou à son corps = ascèse = épuration et purification

– Le Messager = le Christ

Le vœu de silence + l’errance = comme un moine, comme un ermite. Cf. aussi nom : Salvatore = le Sauveur. Figure christique : le personnage porte un message essentiel à l’humanité et va aller jusqu’à se sacrifier.

hh

Ivan Kramskoï – Christ dans le désert (1872)

gg

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)

Soleiman est débarqué du car pour avoir brisé les rêves des émigrants en leur révélant ce qui les attend en Europe. Il se jure désormais de rester silencieux.

Il entend parler de Massambalo, le dieu des immigrés, et de ses messagers.

Il décide de disparaître : essai  d’immolation, évanouissement.


Feb 25 2011

Nouveau titre

Publié par Julie R. dans Appellation, Créer      

Le titre que j’aurais imaginé est :


Une âme se perd

alors qu’une autre se découvre.

b

J’ai choisi ce titre, car il résume les destins des deux personnages à la fois. Il annonce au lecteur que cette histoire est au fait le portrait croisé de deux hommes. Salvatore est victime d’une tempête (titre du chapitre III :Tempêtes ) et à partir de là, il ne sait plus qui il est, il cherche en vain une voix à suivre mais cela n’aboutit qu’à une déprime de plus en plus marquée l’amenant à une fin tragique. Et dans le même temps, Soleiman est en train de renaître il se découvre au court du récit de nouvelles facettes de sa personnalité notamment celle d’un voleur. Il est jeune courageux et a la vie devant lui. Il n’est pas seul, il a Boubakar qui plus qu’un ami devient un frère ayant traversé un enfer avec lui (titre du chapitre XII : Frères d’enfer) pour aboutir eux à une fin heureuse. C’est un nouveau Soleiman changé depuis le début du récit qui passe cette frontière, non sans maux mais fier.

source image


Feb 25 2011

Analyse – Titre 10

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      


hhh

hh

h

hh

jjj


hhhhhhhh

X – L’assaut

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

= attaque des immigrés contre la barrière qui sépare Ceuta du Maroc (le campement va être brûlé). Cela fait  8 mois que Soleiman et Boubakar sont ensemble.

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

– Nouvelle frontière à franchir : il part à l’assaut d’une nouvelle vie

– Soleiman décide de redescendre de la barrière pour sauver Boubakar le boiteux : la générosité est la voie du salut

– Assaut  moral, dépassement de soi = invitation à ne pas renoncer, éloge de la détermination

hh

Barrière de Ceuta

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)


Feb 24 2011

Analyse – Titre 9

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      


hhh

hh

h

hh

jjj


hhhhhhhh

IX – La reine d’Al-Zuwarah

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

= celle qui est le chef des truands d’Al-Zuwarah, à la tête d’un réseau de « trafic de clandestins ». Elle  propose à Salvatore de devenir passeur à son tour ; il s’enfuit prend la première destination qu’il entend : Ghardaïa

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

– Personnage diabolique = le double inversé de Salvatore. Organise le passage des immigrés alors que Salvatore luttait contre. Incarne le cynisme alors que Salvatore va représenter la générosité.

– Antiphrase : cette « reine » vit en réalité dans les bas-fonds de la société

– En disant non à cette « reine », Salvatore renonce à ce qu’elle symbolise : la richesse, le pouvoir, l’intérêt matériel, l’indifférence aux autres …

hh

Source image

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)


Feb 23 2011

Analyse – Titre 8

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      

h

hhhhhhhh

VIII – Je me perdrai

à Ghardaïa

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

Soleiman lorsque le bus s’arrête à Ouargla attaque Ahmed le marchand : il se sent alors plus détruit que ne l’est son frère par la maladie p.149, il se perd dans la foule.

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

Par cette transgression, Soleiman franchit ici une nouvelle frontière morale = il s’éloigne du droit chemin, il  s’écarte de ses valeurs, il se perd moralement  en commettant son agression. Mais à Ghardaïa il rencontre aussi Salvatore à qui il offre le collier de perles vertes = du vol à l’offrande.

? descente avant la rédemption, chute qui précède le salut

hh

Ghardaïa

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)


Feb 21 2011

Analyse – Titre 6

Publié par iroiseldorado dans Réflexions      


hhh

hh

h

hh

jjj


hhhhhhhh

VI – Le boiteux

hh

FONCTION RÉFÉRENTIELLE

Soleiman est arrivé à Al-Zuwarah et attend un passeur. Mais ceux-ci vont abandonner les immigrants sur une plage. C’est là que Salvatore rencontre Boubakar le boiteux, en fuite depuis 7 ans, qui va lui dire qu’il faut qu’ils rejoignent l’Algérie et Ghardaïa.

gg

FONCTION SYMBOLIQUE

– Un boiteux va mettre Soleiman dans le droit chemin : c’est lui qui sert en réalité de béquille à Soleiman , il va l’aider à s’en sortir mais aussi à prendre conscience de l’importance de l’amitié.

– Claudication morale autant que physique qui touche tous les personnages = des hommes fragiles qui ont besoin d’une béquille : Boubakar est handicapé, Soleiman est blessé mentalement, Salvatore hésite dans son parcours de vie, chacun cherche une manière de rester debout.

– Ils sont condamnés à un avenir bancal

– Renvoie à « l’illustre boiteux » de la mythologie grecque = Hephaistos = un dieu forgeron qui symbolise un créateur : Boubakar forge pour lui et Soleiman une nouvelle vie.

i

Hephaistos

(Analyses collectées sur TBI Février 2011)


Feb 20 2011

Un nouveau titre

Publié par Eloïse dans Appellation, Créer      

Les couleurs de l’espoir

J’intitulerai le livre : Les couleurs de l’espoir. En effet, toute l’histoire repose sur l’espoir. Soleiman et Salvatore Piracci, les personnages principaux, sont à la recherche de leur Eldorado et ils aspirent à une vie meilleure. D’autre part, tout au long du roman on peut remarquer que les couleurs sont très présentes.

En effet, on a pu voir que toute l’histoire s’appuie sur un bijou : le collier de perles vertes de Jamal. Ce collier représente le lien entre les deux personnages principaux : Salvatore Piracci et Soleiman. Sans ce collier ils ne se seraient jamais rencontrés. C’est le seul moment où ils se croisent : c’est la réunion des deux récits distincts, en décalage. On peut remarquer que le collier est de couleur verte. Or, la couleur verte est souvent définie comme étant la couleur de l’espoir. Par exemple, un livre a été écrit par Susan Madison et est intitulé La couleur de l’espoir. On peut remarquer que la couverture de ce livre est de couleur verte. Dans Eldorado, portant le collier l’un après l’autre, Soleiman et Salvatore Piracci portent sur eux l’espérance.
De plus, les couleurs peuvent aussi ramener à la couleur de peau des clandestins qui tentent de passer la frontière avec pour perspective l’obtention d’une vie meilleure. Or l’histoire, à la base, est surtout centré sur ces clandestins et donc correspond bien au nom du livre.


D’autre part, l’appellation peut donner envie de découvrir le livre. Aussi le titre est pour moi accrocheur. C’est un peu mystérieux et peut éventuellement donner envie de lire le livre jusqu’à la fin pour tout découvrir. En l’occurrence, le livre est captivant jusqu’au dernier mot.


Pour finir, Salvatore meurt à la fin du roman et le collier de perles offert par Soleiman se brise sous le choc. Cela peut montrer la vie de Salvatore qui s’est arrêté, et donc la fin de l’espoir de changer de vie et le passé de Soleiman qu’il essaie d’oublier pour aller de l’avant, pour croire de nouveau en son destin.

J’ai trouvé intéressant de nommer ce livre de cette manière car l’espoir est vraiment le fil conducteur du roman. Sans espoir, on ne peut pas vivre : il se trouve au creux de nos mains…


Source