Feb 28 2011

Lecture cursive

Publié par Axelle Ber. dans Lecture cursive - Gaudé, Relier      

hh

Le soleil des Scorta le soleil des scorta


Genre : Roman

Auteur : Laurent Gaudé

Date de parution : 1er aout 2004

Résumé :

Les Scorta vivent pauvrement à Montepuccio, un petit village d’Italie du sud . Leur lignée est fondée sur un viol, donc née dans l’opprobre, mais ils ont fait vœu de se transmettre de génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. En dehors du modeste bureau tabac familial, ils n’ont rien de matériel mais seulement un souvenir, une expérience, une étincelle de joie ou encore un secret. Un secret comme celui que la vieille Carmela confie à l’ancien curé de Montepuccio.

Source image


Feb 23 2011

Biographie – Laurent Gaudé

Publié par Elisa dans Histoire littéraire, Informer      


photographie de l'auteur

Laurent Gaudé, né le 6 juillet 1972, est un auteur français de renom vivant actuellement à Paris. Concernant ses études, il suivit une filière littéraires de lettres modernes une fois son bac obtenu, puis se consacra à la préparation d’une thèse en études théâtrales. Amoureux du théâtre, c’est en 1999 qu’il publie sa toute première pièce intitulée « Combats de possédés ». Un an plus tard, il écrit « Onysos le furieux ».

Devant tant de succès, sa maison d’édition lance la publication de deux de ses ouvrages (dont sa troisième pièce de théâtre et son premier roman). Plus rien n’arrête alors l’auteur à la popularité grandissante, qui écrit ainsi plusieurs pièces de théâtres et romans à la suite, dont « La mort du roi Tsongor » avec lequel il devient lauréat du Prix Goncourt des lycéens 2002, puis « Le soleil des Scorta » avec lequel il remporte le prix Goncourt en 2004. Ses livres se vendent à plus de 80 000 exemplaires pour certains et sa réussite dans le domaine de l’écriture est fulgurante. Une carrière probablement incroyable lui est destinée.


Source image :

Sources texte :

http://www.linternaute.com/sortir/auteurs/laureats-prix-litteraires-2004/gaude.shtml

http://www.spectacles.fr/artiste/laurent-gaude/presentation


Feb 20 2011

Question à Laurent Gaudé

Publié par Léna P. dans Questions à Laurent Gaudé      

Avez vous des liens particuliers avec l’Italie,

car c’est aussi le pays que vous avez choisi pour un autre de vos livres

Le soleil des Scorta ?


Feb 17 2011

Ouragan de Laurent Gaudé

Publié par maelleb dans Lecture cursive - Gaudé      

Le dernier livre de Laurent Gaudé a été publié le 18/8/2010 aux éditions Acte Sud.Il se nomme Ouragan.

Voici son résumé:

L’ouragan Katerina arrive et attaque les côtes de la Nouvelles-Orléans. Les rares personnes qui n’ont pu être évacuées font ce qu’elles peuvent pour se protéger au mieux. Et tous sont perturbés. Les conflits sont encore plus exacerbés. La vieille Josephine Linc Steelson en a vu passer des ouragans, des tempêtes dans sa longue vie. Elle sent que celle-ci est une chienne, une affamée, une vicieuse, une méchante.
Cette vieille femme magnifique représente la mémoire, la résistance des Noirs face aux tourments de la vie, le racisme, l’oubli des blancs. Ces blancs qui les ont oublié dans la tempête. Elle s’exprime avec fermeté, presque à force d’incantations, comme une vieille prêtresse à qui on ne l’a fait pas. Toute vieille qu’elle est, elle ne quittera sa ville, que si, elle l’a décidé.

Il y a aussi, Keanu Burns. A la suite du décès de son copain Pete, il a quitté son job sur une des plate-formes pétrolières au large du golfe du Mexique. Il y a six ans, il avait tout abandonné pensant faire sa vie dans le pétrole. Il a laissé là Rose Peckerbye, celle qu’il tente de retrouver avant que Katerina ne l’en empêche. Va-t-il retrouver celle qu’il n’aurait jamais dû quitter, va-t-il réussir à se retrouver, lui, dans cette ville noyée sous les eaux ?

Un roman qui va crescendo à mesure que la violence de Katerina se déchaine, que les dangers s’abattent sur ceux qui n’ont pu évacuer. La haine, la montée des eaux, les alligators, les pillards, l’incurie des autorités qui ont pour la plus part désertées leur poste : Ouragan nous plonge dans un décor digne de l’apocalypse.
Et comme les habitants de la Nouvelle-Orléans abandonnés aux fureurs des eaux, le lecteur est secoué à son tour par tout ce que Katerina et l’auteur toujours si plein d’humanité soulèvent comme interrogations.

C’est fort, violent, grand, superbe. A lire évidemment.

source image


Feb 12 2011

Question à Laurent Gaudé sur l’exil

Publié par Hugo dans Questions à Laurent Gaudé      

Est-ce que le thème de l’exil a des raisons particulières de vous toucher ?

Je veux parler de l’émigration des clandestins puis l’exil du capitaine.

Ce sujet est présent dans certains autres de vos romans.

Source


Feb 2 2011

Lecture cursive – Ouragan

Publié par Solene dans Lecture cursive - Gaudé, Relier      

Ouragan parut le 10 août 2010

Le dernier livre de Laurent Gaudé se passe en Nouvelle-Orléans, en Louisiane, au cœur de l’ouragan Katrina, en pleine apocalypse. Un groupe de personne affronte la tempête, mais aussi leur passé. Le personnage principal est Joséphine Linc Steelson, presque centenaire,  qui sait et accepte la fin toute proche. Il y a aussi Keanu qui réalisera que le bonheur n’est pas dans le pétrole, mais auprès de Rose. Rose, et son petit garçon, dépassé par les évènements. Un révérend avec le cœur sur la main et enfin un groupe de prisonniers pris au piège dans leurs cellules inondées dont Buckeley, ils font réussir à s’échapper. Tous ces personnages vont se croiser. Certains vont se reconstruire, certains survivront, mais périront.

C’est un livre poignant et intense. Le sixième roman de L.Gaudé.

Ce thème a été beaucoup repris :  Zola Jackson de Gilles Leroy, le livre pointe du doigt les défaillances des missions de sauvetage et d’évacuation.


Jan 31 2011

Rencontre – Interview imaginaire de Laurent Gaudé

Publié par Chloé S. dans Rencontre - interview Auteur      

Journaliste : Bonjour Laurent Gaudé, nous avons le plaisir de vous recevoir ici aujourd’hui, pour la sortie de votre nouveau livre, «Eldorado». Laurent, pouvez-vous nous faire un bref résumé de l’histoire de votre roman ?


Laurent Gaudé : Ce livre est tout d’abord constitué autour de deux personnages. D’un côté, nous avons le commandant Salvatore Piracci, qui vit à Catane (Sicile) , gardien de la citadelle Europe, sillonne les mers depuis 20 ans à la recherche de clandestins, les sauvant parfois de la noyade. Il fait son travail consciencieusement, sans trop se poser de questions, jusqu’au jour où il rencontre une jeune femme qu’il avait croisé lors de l’interception d’une embarcation clandestine deux ans auparavant. Cette femme va alors bouleverser sa vie.Vingt années de service vont commencer à se lézarder et le désir de faire le chemin à l’envers, de vivre ce que vivent ces hommes et ces femmes, par solidarité, va naître en lui.

D’un autre côté, Soleiman, qui lui, va quitter son pays natal du Soudan, pour rejoindre l’Eldorado européen, le coin rêvé de tous les émigrants.
Son objectif sera de trouver du travail là-bas et de rapporter l’argent obtenu à son frère, pour pouvoir le guérir de sa maladie grave. Il va devoir alors faire preuve de courage dans ce grand voyage périlleux.


Journaliste : Comment avez-vous eu le projet d’écrire un roman sur le thème de l’émigration clandestine ?


Laurent Gaudé : Il est vrai que c’était un sujet qui m’attirait beaucoup, du fait que c’est un sujet ancré sur l’actualité, qui était donc réel et non imaginaire. Je voulais faire preuve d’originalité, il n’y a pas énormément de romans basés sur ce sujet. Ce thème m’est venu en tête, dès que l’on a parlé à la radio d’émigrants qui avaient voulu passer les barrières de Ceuta, mais que ceux-ci avaient échoué et y étaient morts à causes des barbelés.


Journaliste : Pourquoi avez-vous choisi ce style d’écriture, des sous-chapitres très courts, des phrases également courtes … ?


Laurent Gaudé : J’ai choisi ce style d’écriture pour une histoire de suspense, tenir le lecteur en halène. Mais aussi le fait qu’une vie peu se jouer en quelques instants, qu’elle peut se jouer sur si peu de choses (je fais référence ici à l’histoire de Soleiman, lorsqu’il passe la barrière de Ceuta), que le hasard fait bousculer les vies, le destin (changement de vie soudaine du commandant Piracci).


Journaliste : On remarque aussi dans votre livre que pour les deux histoires, il y a deux choix d’écriture bien distincts, pourquoi ?


Laurent Gaudé : Pour l’histoire du Commandant Piracci, le récit est à la 3ème personne, un point de vue externe du narrateur et, écrit au passé. Je veux donner la sensation au lecteur de la lente et progressive dépossession de soi avec Piracci, où on ne fait qu’observer Salvatore Piracci dans son désarroi, et où la vie s’éloigne peu peu de ce personnage.

Pour l’histoire de Soleiman, c’est tout à fait différent. Beaucoup d’espoir jaillit en lui, à l’inverse du commandant. Le statut du narrateur est interne, c’est-à-dire qu’il y a la marque de la 1ère personne, et le récit est écrit au présent, comme si le lecteur avait l’impression de se sentir dans ce personnage, et de vivre les péripéties de ce voyage initiatique au moment présent où le lecteur lit le roman. Celui-ci ressent alors ce que peut ressentir le personnage de Soleiman.


Journaliste : Il faut dire que les registres dominants dans votre roman sont le lyrisme et le réalisme…


Laurent Gaudé : Oui, tout à fait, c’est un registre réaliste, il y a un effet de réel, par rapport aux lieux, à la situation d’émigration … Le roman «dégage» une impression de courage, doublé du sens dramatique, qui donne un caractère presque épique, voire un brin théâtral, à l’écriture de mon roman et surtout, aux dialogues, qui prennent une allure de longues envolées. Le lyrisme est présent dans le livre, mais il y a aussi du registre pathétique. Je trouve que c’est la meilleure façon de pouvoir toucher le lecteur, de l’émouvoir par les mots, les sentiments des personnages… Le lecteur ne sort pas totalement indemne de ce livre, il amène à réfléchir, et c’est cela que j’aime.


Journaliste : Pourquoi avez-vous choisi cette région d’Italie ? Ce lieu est également présent dans votre livre « Le soleil des Scorta », qui se situe dans un village des Pouilles…


Laurent Gaudé : Oui, tout à fait. C’est un lieu qui m’affecte beaucoup. Quand j’étais jeune, j’y allais souvent avec ma famille, et je trouvais cette région magnifique. L’Italie et la Sicile restent les plus belles régions pour moi. Catane fait partie de ma ville préférée, avec ce port magnifique, cette mer si belle, ce marché exceptionnel qui reflète bien la vie italienne…


Journaliste : Pourquoi une histoire entre deux regards ?


Laurent Gaudé : En effet, le premier regard échangé au début de l’histoire sur le marché des rues de Catane entre Salvatore et cette femme du Vittoria, puis le deuxième regard à la fin du roman, entre Salvatore et Soleiman sur le marché de Ghardaïa en Algérie. Pour moi, dans un regard, de nombreux sentiments et d’émotions sont exprimés à travers le visage. Un regard peut évoquer diverses choses, sans avoir besoin de s’exprimer à haute voix.


Journaliste : Je vous remercie infiniment de vous être déplacé, Laurent. A bientôt. Et on attend déjà votre prochain livre avec impatience !


Laurent Gaudé : Ce fut avec plaisir, à bientôt !

Source image

Source image

Source image



Jan 31 2011

Présentation – Laurent Gaudé

Publié par mariona dans Histoire littéraire, Informer      

Histoire littéraire : Éléments biographiques sur l’auteur

Laurent Gaudé est né le 6 juillet 1972 à Paris. Il est  romancier et  dramaturge français, lauréat du prix Goncourt en 2004 pour son roman Le Soleil des Scorta.

Après avoir eu son bac, il entame des études littéraires de lettres modernes pour préparer une thèse en études théâtrales.

Laurent Gaudé n’écrit pas seulement des romans, il écrit aussi des pièce de théâtre (onze)et des nouvelles (deux).Laurent Gaudé est passionné de théâtre.En 1999 il tente de vivre de sa plume, après tant d’effort, sa pièce Combats de possédés fut publiée, elle sera jouée en Allemagne et lue au Royal National Théâtre de Londres. Laurent Gaudé écrit une Pièce  en seulement 10 jours, au Printemps 1996, intitulée Onysos le Furieux. En 2002 la mort du roi Tsongor, son deuxième roman,  fut cité au prix Goncourt et fut récompensé par le prix Goncourt des Lycéens et le Prix des librairies. Il est Frère du Journaliste Ivan Gaudé qui travaille pour le magazine Canard PC.

Source image


Jan 29 2011

Lettre à l’auteur

Publié par MarieG dans Créer, Lettre      

Cher Monsieur Laurent Gaudé,

C’est avec grand plaisir que j’ai lu votre roman «Eldorado » que vous avez publié en 2006. Bien que je n’aime pas énormément les romans, le vôtre m’a particulièrement touché. J’ai trouvé le sujet que vous avez abordé très touchant et plutôt sensible. L’histoire de ces hommes qui risquent leurs vies à gagner l’Europe et celle de Salvatore Pirracci qui lui, quitte l’Europe pour un monde meilleur, m’ont fait ouvrir les yeux et comprendre à quel point la vie n’était pas toujours facile, et que certains hommes étaient prêts à tout pour trouver le bonheur sur un autre continent ou même de l’autre côté d’une frontière, souvent bien difficile à traverser.

Je me demande néanmoins si ce récit est bien réel où si c’est une histoire que vous avez inventé.

Je trouve aussi que vous rendez admirablement hommage au courage désespéré des ces hommes et femmes sans verser dans le misérabilisme. Vous avez su trouver le juste milieu et cela doit être une explication au succès de votre livre.

Pour terminer, je voudrais ajouter que le style d’écriture que vous avez employé était vraiment bien approprié au sujet du roman.

Votre roman est une œuvre réussie, très agréable à lire, et très simple à comprendre. J’attends donc avec impatience votre prochain roman, que je n’hésiterais pas à acheter.

Au revoir

.

.

Image


Jan 27 2011

Histoire littéraire – Eléments biographiques sur l’auteur

Publié par Marine-Océane dans Histoire littéraire, Informer      

Laurent Gaudé


Laurent Gaudé est né le 6 Juillet 1972 à Paris. Après avoir eu son bac, il entame des études litteraires de lettres modernes pour préparer une thèse en études théâtrales.

C’est alors en tant que passionné de théâtre qu’il décide d’écrire des pièces de théâtre pour gagner sa vie. Et commence par publier aux éditions Actes Sud, Combats de possédés, sa première pièce qui remportera un succès tel quelle sera traduite en allemand et jouée à Essen. Sa seconde pièce, Onysos le furieux(2000),  sera elle aussi jouée sur les planches du Théâtre Nationale de Strasbourg.

Laurent Gaudé est alors dans une fulgurante ascension et publie livres sur livres qui n’en sont pas moins bons. En effet, il publie en 2001 une troisième pièce, Pluies de cendres, et son premier roman, Cris, dont l’histoire relate des faits de la seconde guerre mondiale. Puis en 2002, parait deux nouvelles pièces, Cendres sur les mains, Le Tigre bleu de l’Euphrate et  La Mort du roi Tsongor, roman qui se verra décerné le Prix Goncourt des Lycéens l’année suivante.

2004 est l’année de la consécration, il écrit Le Soleil des Scorta, retraçant la lignée d’une famille malmenée par la vie mais qui essaie de s’en sortir coûte que coûte, sur les terres de sa femme Italienne. Pour ce roman, il recevra le prix Goncourt et sera vendu à plus de 80 000 exemplaires.

Mais il ne s’arrêtera pas à ce succès et continu sur sa lancée avec  Sofia douleur en 2008, Sodome ma douce en 2009 et Mille orphelins suivi de Les Enfants Fleuve côté théâtre. C’est avec  Ouragan que Laurent Gaudé refait parlé de lui en Septembre 2010.

photo


Jan 26 2011

Lecture cursive – Le Soleil des Scorta

Publié par Marine-Océane dans Lecture cursive - Gaudé, Relier      

Le Soleil des Scorta


En 1875, Luciano Mascalzone, bandit très redouté dans la région, sort après quinze ans de prison pour retrouver Filomena Bicotti dont il est tombé amoureux avant de rentrer en prison. Et décide donc de retourner à Montepuccio petit village dans la région des Pouilles au sud de l’Italie.

Arrivé à la maison familiale des Biscotti, Une femme ressemblant à Filomena s’abandonne à lui sans un mot. Mais à sa sortie il se retrouve nez à nez avec les Monteppuciens qui veulent se venger des crimes qu’il a commis  et du culot qu’il a de revenir au pays pour violer… la sœur de Filomena. En effet Immacolata était morte d’une embolie pulmonaire quelques temps après l’arrestation de Mascalzone. Ils décident alors  de le lapider pour le punir contre le gré du prêtre Don Giorgio.

Cependant  9 mois plus tard, Immacolata donne naissance à Rocco. Mais en accouchant, immacolata perd la vie et laisse donc le petit orphelin. Les habitants du village voit en cette mort une malédiction qu’incarne Rocco et décide  de le tuer. Don giorgio, qui voit en lui un don du Seigneur,  s’y oppose et l’envoie dans une famille, les Scorta, des pêcheurs de San Giocondo, village voisin. Mais avec les années Rocco devient à son tour un bandit qui s’enrichit très vite et revient à montepuccio pour y créer son foyer avec une femme muette, sans nom  avec qui il se marie. Domenico Guisseppe et Carmela naissent alors de cette union. Mais sont de suite rejetés par les montepucciens, Rafael est alors  le seul enfant qui s’obstine malgré les menaces de ses parents à rester avec eux.

En 1928, Rocco Scorta Mascalzone meurt après avoir déshérité sa famille pour l’Eglise en échange que tous les Scorta soit enterrés avec les honneurs du village.

Les enfants vont alors apprendre à vivre ensemble, dans la misère qu’il découvre, dans la malédiction des Scorta. En faisant de leur famille leur force ils vont aller à New-York, ouvrir un bureau de tabac, et surtout agrandir leur famille à Rafael. Leur vie est alors basée sur des souvenirs, des bons moments passés ensemble, un secret…

Ce secret est raconté en parallèle par Carmela au prêtre de montepuccio par crainte que les mots ne viennent à lui manquer.

photo


Jan 22 2011

Eléments biographiques à propos de Laurent Gaudé

Publié par Marine dans Histoire littéraire, Informer      

Né le 6 juillet 1972, Laurent Gaudé vit à Paris. Une fois son bac en poche, il se décide à suivre des études littéraires de lettres modernes, jusqu’à la préparation d’une thèse en études théâtrales. Il demandera d’ailleurs que son sujet soit soumis à la direction de l’auteur et metteur en scène dramatique Jean-Pierre Sarrazac.

Passionné par le théâtre, Laurent Gaudé se décide à vivre de sa plume. En 1999, ses efforts se révèlent payants avec la publication de sa toute première pièce, Combats de possédés, parue aux éditions Actes sud à qui il est toujours resté fidèle depuis.

Travaillant à Paris, marié à une femme d’origine italienne, Laurent Gaudé prépare alors Le Soleil des Scorta, publié lors de la rentrée littéraire 2004. Ce roman épique, qui raconte la lignée familiale souvent malheureuse des Scorta, remporte le prix Goncourt en 2004. C’est la première fois que l’éditeur Actes sud remporte ce prestigieux prix ; le livre, quant à lui, a déjà reçu un excellent accueil public : il s’était déjà vendu à 80 000 exemplaires avant que le verdict du Goncourt ne soit rendu.

source photo :