Facettes de l’artisanat marocain

16 05 2009

La Dinanderie : Quand le métal se fait art & musique
La dinanderie est une technique de travail du métal ancienne par martelage que les Marocains ont su s’approprier. Ils en font aujourd‚hui des objets et des meubles très prisés, sous la houlette de designers passionnés.


Dans un atelier, ce qui apparaît, au premier abord, comme des bruits de marteau, devient vite à l’oreille qui veut bien y prêter attention, un petit concert de maâlems marteleurs. Les coups de marteaux sont en effet donnés selon une partition bien réglée. Un, deux, trois, coups francs, puis un léger, comme un rebond, Un, deux trois, puis un, et la partition change, un, deux trois, quatre et un. Cette musique, les artisans l’écoutent attentivement et adaptent la partition, au fur et à mesure de l’évolution de leur morceau.
Chaque objet réalisé suivra le même chemin : martelage, soudage, assemblage, ajout d’éléments décoratifs.

facettes de l’artisanat marocain



Une potion magique???? l’huile d’ARGANE

15 05 2009

L’huile d’Argane est extraite de l’amande du fruit de l’Arganier. Cet arbre unique au Monde par ses caractéristiques, existe uniquement dans le Sud-ouest du Maroc.
L’huile d’Argane est préparée artisanalement dans tous les foyers, et exclusivement par les femmes. La production d’un litre d’Argane demande environ 8 heures de travail.

L’argane, serait-ce une potion magique ?
L’huile d’Argane est essentiellement composée d’acides gras insaturés. L’acide linoléique, acide gras essentiel est bien représenté dans l’huile d’Argane, il intervient dans la biosynthèse des prostaglandines, hormones régulatrices des échanges membranaires et joue un rôle prépondérant dans la perméabilité de l’épiderme, ainsi elle est utilisée :
• Contre le dessèchement et le vieillissement physiologique de la peau (antirides), et en restaurant le film hydraulipidique et en augmentant les apports nutritifs au niveau des cellules.
• Pour relancer et stimuler les échanges et l’oxygénation cellulaire en améliorant la qualité du ciment intercellulaire
• Pour neutraliser les radicaux libres et protéger le tissu conjonctif
• Pour adoucir les cheveux
• Pour fortifier les ongles cassants
• Pour le traitement de l’acné et de la varicelle
Si on chiffre à 2% l’énergie totale du régime alimentaire en acide linoléique, une personne consommant une ration journalière de 2700 kal, aurait don besoin de 54 kal d’acide linoléique, ce qui correspond à 6 grs. Cette personne peut donc satisfaire ses besoins en acide linoléique en consommant uniquement 16 à 17 grs d’huile d’Argane par jour, soit une peu plus d’une ceuillère à soupe.
D’autre part, le rapport du pourcentage des acides gras polyinsaturés et celui des acides gras saturés, fait que l’huile d’Argane est recommandée par les nutritionnistes. En autres, cette huile va exercer une action de protection hypocholestérolémiante et antiathérogéne. Selon une étude récente, le schotténol contenu dans l’huile d’Argane aurait des propriétés anticancérigénes.



Arts décoratifs: le bois

1 05 2009

L’art du bois au Maroc occupé depuis des siècles une place prépondérante dans l’architecture et le mobilier
L’essence la plus utilisée reste le cèdre de l’Atlas ( arz ) par ses qualités techniques puisqu’il peut être massif et tendre réservé aux sculpture ou simplement être peint .
Le cèdre n’a pas besoin d’être traité ou verni et confère une grande résistante aux insectes ou aux intempéries . Son odeur agréable persiste plusieurs années .
Autre bois utilisé , le thuya ( arar ) , également parfumé , destiné à des usages de volume moins important.
L’art du bois trouve de nombreuses applications dans le décor de l’architecture marocaine .
Il est essentiellement utilisé pour façonner les portes , les fenêtres et les balustrades .



A l’intérieur de la maison , les plafonds sont particulièrement habillés en bois sous plusieurs formes , naturellement sculpté , mouluré en motifs ou peint en zouaqs (peinture sur bois) avec une richesse colorée .


Dans l’habitation marocaine , on retrouve toujours la notion d’intimité , de séparation et d’isolement et le Moucharabieh exprime ce concept , une sorte de réseau en mailles qui tamise la lumière .



Arts décoratifs: le plâtre (gebs)

1 05 2009


Au Maroc , le plâtre se travaille en sculpture ou se cisèle pour composer une grande partie des décors marocains , recouvrant la partie haute des zelliges muraux et bien souvent les plafonds Possédant un temps de séchage relativement long , il permet de laisser à l’artisan pour le sculpter et la façonner ; à la demande , il pourra être corrigé après simple mouillage .

Le plâtre peut être sculpté verticalement ou parallèlement par rapport au plan du mur . Il est très souvent rehaussé d’une teinte plus claire ou d’une dorure.

La calligraphie prend une importance considérable dans la sculpture du plâtre où elle prend tout son épanouissement .
La plâtre est très prisé pour habillé les colonnes ; il sert à sculpter des chapiteaux à motif serpenté ou des entrelacements d’arabesque calligraphiques et florales .
Autre style de la manifestation du volume dans l’art islamique , les mouquarnas sortes de stalactites qui descendent des plafonds , comparables a des doigts de gants retourné garnissant l’intrados des arcs ou tapissant entièrement les voûtes .


Au Maroc , le plafond est l’élément capital du décor d’une pièce , concentrant tout le soin des artisans , appelant à une contemplation constante .


On peut retrouver la sculpture du plâtre sur les plafonds qui s’entourent de frises concentriques autour d’un entrelacement géométrique décrivant des rosaces ou des petites étoiles . D’autres décors différent les uns par rapports aux autres plus riche et plus fins telles les nid d’abeilles , la forme en berceau ou encore des motifs floraux ( tawriq ) ciselés légèrement à l’intérieur d’étoile et profondément entre les entrelacs géométriques à la manière d’une infinie toile d’araignée .



MAROC: traditions

26 04 2009

maroc_traditions



L’art marocain: le zellige et le tadelakt

19 04 2009

zellige



L’architecture arabo-andalouse : LE RIAD

19 04 2009


Le Riad est né d’une symbiose entre l’héritage Berbère et la civilisation andalouse, plus largement, de cette rencontre à été crée l’art hispano-mauresque. Le mariage de ces deux cultures a pu se faire dans l’Histoire lorsque les Almoravides sont arrivés en Andalousie vers 1090 et qu’au XIIème siècle les Almohades ont fait de même.
Riad (ou Ryad) signifie le paradis, l’Eden en arabe. Le Riad est censé représenter le paradis sur terre . Tout s’organise autour d’un patio intérieur, avec au centre la fontaine qui apporte l’eau pour se rafraîchir et faire les ablutions avant la prière.

On y trouve aussi les 4 jardins aux arbres fruitiers (orangers , grenadier , néphlier , pommier , pêcher , bananier ou encore olivier) qui permettent aux visiteurs de déguster ces fruits délicieux . Tout est fait pour que le visiteur soit si bien, qu’il n’ait pas envie de repartir
Le mot « Riad » signifie « jardin » et tel un jardin secret les demeures mauresques sont tournées vers l’intérieur. Ne possédant la plupart du temps aucune fenêtre tournée vers l’extérieur, les Riads privilégient un patio à l’abri des regards et du tumulte de la Médina.



La Main de Fatima

13 04 2009

Monuments : RABAT

12 04 2009

Monuments : RABAT



Les villes impériales : RABAT

12 04 2009

rabat1