Faire un break

8 09 2013

Vous l’aurez compris, j’ai emprunté plusieurs numéro de Ça m’intéresse à la biblothèque. Et il y a vraiment beaucoup d’idées à exploiter pour la classe de langue…

Par exemple, le nº 378 (août 2012), consacre un dossier au besoin de faire une pause dans la vie (un break, en parfait franglais). Voici donc un corpus tiré de la revue, que vous saurez utiliser en classe (je vous promets pour les semaines à venir un récapitulatif d’idées de jeu autour des corpus divers, notamment des jeux de cartes mais pas seulement).

Pour faire un break, donc, il est possible de…

  • Déconnecter de l’actualité (au moins de temps en temps).
  • Ne rien faire (mais vraiment rien, c’est plus dur qu’on ne le pense).
  • Entamer un jeûne (avec précaution).
  • Couper Internet el le téléphone (au moins un jour par semaine).
  • S’offrir une année sabbatique (pour avoir le temps de réaliser ses rêves).
  • Arrêter l’alcool.
  • Essayer la sieste (moins de 30 minutes, tous les jours ou presque).
  • Rejouer à l’homme primitif (pour être confronté à des situations extrêmes et retrouver son instinct de survie).
  • Écrire son journal (pour faire un bilan des événements qui nous ont marqué et des émotions qu’ils ont provoquées en nous).
  • Faire un break amoureux (s’éloigner et se construire individuellement pour mieux se retrouver).
  • Pratiquer trois minutes de respiration (en pleine conscience).
  • Trouver sa tasse de thé (autrement dit, identifier sa passion, et la pratiquer, même à petites doses).
  • Faire une retraite spirituelle ou s’accorder un week-end chez soi avec un programme précis de lecture et réflexion , pour faire le point sur sa vie, se retirer du tumulte du monde).
  • Prendre une dose de vitamine G (où G=green; soit reprendre contact avec la nature).
  • Trouver le hobby qui vous convient (développer sa créativité, se créer une soupape contre le stress…).
  • Dire merci (et identifier les raisons de la gratitude que nous ressentons).
  • Se coucher par terre une fois par jour (cette position peu commune permet de rompre avec le modèle neurologique habituel, de se poser, de se re-poser…).
  • Changer de sport (varier, en s’adaptant à la saison).
  • Travailler à temps partiel (pour réorganiser ses priorités).
  • Modifier son itinéraire (ppour solliciter la zone antérieur du cerveau, celle du mode adaptatif).
  • Parler à de nouvelles personnes (pour sortir de sa zone de confort et développer ses capacités d’adaptation).
  • Prendre rendez-vous avec soi-même (pour se remettre en question).
  • Déménager (pour éviter trop de prévisibilité).
  • Rompre avec la ville (pour retrouver la juste valeur des choses).
  • Rencontrer d’autres cultures (pour relativiser).
  • Prendre des vacances (en donnant la priorité au repos).
  • Changer de travail (mais un changement aussi radical ne s’improvise pas).
  • Marcher au vert (pour rester plus ouvert au monde qui nous entoure).
  • Partir seul (pour faire un bilan, identifier ses envies).

Pour retrouver la version intégrale de l’article, avec le commentaire détaillé de chaque item,  il vous faudra lire la revue.

Idées d’expoitation en vrac: identifier dans la liste les stratégies que chacun a déjà testées, identifier celles qu’on n’utiliserait jamais et dire pourquoi, compléter la liste, argumenter en faveur de telle ou telle stratégie, mimer une stratégie pour que le groupe la reconnaisse, raconter une anecdote liée aux breaks que l’on s’est accordés dans la vie.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire