Le plein de nouveautés sur le blogue

11 10 2014

Me voici de retour après quelques jours d’absence. Mon panier d’idées de billets à écrire commençait à déborder… Du coup, en vous proposant plusieurs billets en même temps, certains risquent de ne pas être lus! Voici donc le « sommaire » de la livraison d’aujourd’hui, dans l’ordre où les onze billets ont été écrits:




Invitación a un taller mío: Jugar, escribir y aprender gracias a las TIC

23 09 2014

Queridos todos, Ahora les extiendo una invitación a asistir a un taller mío, en español « Jugar, escribir y aprender gracias a las TIC », que se llevará a cabo el próximo martes 30 de septiembre, de 11 a 13h, en el Salón de usos múltiples del Centro de Idiomas de la FES Acatlán UNAM. ¡Allá los espero! Si vienen, tráiganse un dispositivo móvil con conexión inalámbrica… Seminario FES Acatlan

Hace unos días presenté la conferencia teórica, y aquí están las diapositivas que utilicé…   http://prezi.com/rhfuafvi9vsk/?utm_campaign=share&utm_medium=copy&rc=ex0share




Idées pour exploiter des jeux de société

10 08 2014

La première livraison issue de mon séjour brésilien concerne les idées émises par les stagiaires à partir soit des supports dont ils disposent, soit des matrices ludiques que je leur ai proposées au cours du premier atelier. Nous sommes partis d’une dizaine de jeux disponibles dans plusieurs des filiales et d’un nombre équivalent de matrices différentes. La courte durée des ateliers n’a pas permis d’aboutir à des fiches pédagogiques très détaillées. Les idées suggérées ici devraient néanmoins permettre aux participants et à tout professeur intéressé de se faire une idée assez précise de la démarche considérée, afin de l’adapter au mieux à son public et à ses objectifs. Pour consulter la vingtaine d’idées recueillie, cliquez ici: Idees jeux AFBresil




Mine de ressources en espagnol

7 07 2014

Le grand retour, c’est pour demain; je vogue sur une mer houleuse de valises, et je n’ai pas trop eu le loisir d’enrichir mon blogue. Je reviendrai au mois d’août. D’ici là, si vous lisez l’espagnol, vous aurez de quoi vous mettre sous la dent avec le lien suivant, une véritable mine de ressources tenue par Daniel Brailovsky:

http://glosarioeducativo.wikispaces.com/juego
Des dizaines et des dizaines de textes en général très intéressants, sur le jeu en éducation et au-delà.

À bientôt!




Jeux pour l’espagnol langue étrangère?

4 06 2014

Décidément, je n’aurai pas eu beaucoup de chance avec ma dernière commande. Morale de l’histoire: au lieu de choisir en ligne, il vaut encore toujours mieux d’aller en librairie, et de feuilleter avant d’acheter, pour éviter des déconvenues.

Le livre dont je vais vous parler dans ce billet est nettement moins catastrophique que celui de mon billet précédent. Je dirais même qu’il est intéressant et utile. Pourtant…

Dans Juegos y actividades en la clase de ELE (enCLAVE-ELE, 2013), Baltasar Pena Abal propose 40 activités prêtes à l’emploi pour l’enseignement/apprentissage de l’espagnol, du niveau A1 au niveau C2. Plusieurs de ces activités sont sympathiques et, disons, classiques. Mais peut-on considérer qu’un exercice à trous sur plusieurs pages, où les apprenants de niveau avancé se bornent à conjuguer des verbes sans aucun autre dispositif ou procédure, est un jeu? voire tout simplement une activité pertinente? Je trouve que l’auteur a abusé des exercices à trous (récurrents), mais bon, il a aussi les mots mêlés, les dominos, etc.

Trous

Bref, si je trouvais ce livre en bibliothèque, je le consulterais avec intérêt et peut-être même que j’irais jusqu’à utiliser certaines des activités proposées. Quant à l’acheter… bon, c’est maintenant trop tard, je l’ai fait!




Livre à ne pas lire

4 06 2014

Je viens de lire un livre qui m’a obligée à me poser des questions sur la posture éthique du blogueur: en général, je vous parle ici de mes coups de coeur, et je ne partage presque jamais mes coups de gueule. J’ai acheté cet ouvrage en raison d’un titre prometteur et aussi pour obéir à mon esprit d’exhaustivité. Puis, à réception, j’ai vu deux majuscules de trop dans la couverture qui m’ont fait tiquer, et je me suis grondée en silence: ne jamais juger d’avance.

Enfin, jai commencé à lire et là… bon, est-ce que je dois dire tout ce qui m’a déplu? Je n’aime pas être sévère avec le travail d’autrui, surtout lorsque cet autrui prend des initiatives louables. Mais là, franchement, il ne s’agit pas de juger le travail d’un étudiant qui ferait de son mieux, mais de faire la critique d’un ouvrage publié, distribué en librarie, payé (assez cher, plus les frais de port).

Je ne vais pas entrer dans les détails (pas besoin, pas le temps, pas envie). Je vous dirai juste de passer votre chemin si vous tombez sur Le jeu dans l’enseignement/apprentissage de l’oral en FLE publié chez Edilivre. Pas de rigueur scientifique, des sources citées souvent critiquables, une accumulation de banalités, des fautes de syntaxe, d’orthographe et de typographie, une approche superficielle, une vision subjective et pas du tout objectivée… Bref, une perte de temps et d’argent…

Interdit




À propos du vocabulaire du jeu

7 05 2014

Depuis la Belgique, B* m’écrit un gentil message à propos de mon site et de mon livre, puis me demande:

J’enseigne dans une toute nouvelle classe et j’aimerais faire une activité ludique dans une ou deux semaines pour apprendre à mes apprenants de niveau A2 le lexique du jeu, afin de découvrir et acquérir le vocabulaire (tel que lancer le dés, piocher, prendre une carte, passer son tour, tricher, etc.)  avant de les lancer concrètement dans les jeux. Faisant confiance à votre expérience et à vos excellentes ressources, je me permets de vous demander si vous auriez une idée d’activité, de jeu pour apprendre le lexique du jeu.

Merci à B* d’avoir posé la question!

Vous serez probablement plusieurs à être intéressés par la réponse, alors la voici… (c’est une réponse personnelle qui n’a d’autre ambition qu’un échange entre pairs; je serais ravie si vous veniez la compléter, la commenter, l’amender…)

1. Établissement du corpus

Il ne me semble ni utile ni pertinent d’introduire d’un seul coup l’ensemble du vocabulaire lié au jeu, très vaste et parfois complexe. Le corpus à faire apprendre variera donc en fonction du niveau de langue des apprenants mais surtout de leur intérêt pour le jeu et de leurs besoins concrets.

À mon avis, l’idéal serait d’introduire quelques formules simples et générales (« à moi », « à toi », « à lui »; « c’est mon tour »; « je passe »; « tu triches! », « j’ai gagné », « un gage », « un point », etc.) qui iront en se diversifiant et en se complexifiant au fur et à mesure de la pratique (« C’est pas à toi de parler, c’est notre tour! », « arrête de tricher », « quel est ton score? », « nous sommes ex aequo », « on départage », « on fait une partie à blanc », « on fait trois manches », « un bonus »…).

Les apprenants aiment aussi en général apprendre quelques formulettes de tirage au sort parmi les plus classiques: « Amstram gram pique et pique et collégram »; « Pomme de reinette et pomme d’api, d’api d’api rouge; pomme de reinette et pomme d’api, d’api d’api gris », etc. (voir des exemples dans http://fr.wikipedia.org/wiki/Formulette_d’élimination; personnellement, comme ces formulettes ne servent pas toujours à éliminer, je les appelle plutôt de « tirage au sort »).

Viendrait ensuite le lexique spécifique à un type de jeu, voire à un jeu particulier:

  • Pour les cartes: « battre/distribuer/donner/retourner les cartes », « poser face visible/cachée », « piocher une carte »… Éventuellement « montrer sa main », « prendre une carte dans la pioche »… Pas la peine, sauf besoin spécifique, d’entrer dans des détails plus techniques comme « banquier », « défausse », « pli »!
  • Pour les dés: « lancer/jeter », « une face », « un coup de dés ».
  • Pour les jeux de plateau: « un dé », « un pion », « une case », « un sablier », « un buzzer », « avancer/reculer de X cases », « passer son tour ».
  • Pour les jeux vidéo, voir l’image plus bas.

Vous noterez que chaque substantif va accompagné de son déterminant, chaque verbe de son complément le plus usuel.

2. Moment de la séquence pédagogique pour le travail autour du vocabulaire

Si vous souhaitez faire un travail spécifique sur le vocabulaire d’un jeu, je conseille de faire un premier point sur les termes et les expressions requis, avant le jeu, si possible à l’aide des joueurs (qui demanderont « comment on dit quand les joueurs ont le même nombre de points? », par exemple). Puis, de fournir au fur et à mesure du jeu le vocabulaire qui n’avait pas encore été envisagé et dont on ressent le besoin, et, finalement, de reprendre brièvement le tout en grand groupe.

Cependant, vu que le vocabulaire spécifique à chaque jeu est relativement restreint et qu’il est accompagné d’objets et de gestes, il ne me semble pas indispensable d’en faire un objectif dans la séquence: à force de l’utiliser, les apprenants le retiendront (c’est ce que j’ai pu constater empiriquement). de plus, les enseignants se plaignent souvent d’avoir peu de temps et un programme trop chargé, pas la peine d’en rajouter à tout va!

À mon avis, c’est le vocabulaire plus général qui pourrait faire l’objet d’une courte introduction, pour fournir aux joueurs des outils linguistiques et langagiers pour la tâche ludique à venir ou en cours. On pourrait…

a) commencer par explorer les termes que les apprenants connaissent déjà,

b) puis leur fournir une liste de termes et surtout d’expressions où ils devraient identifier individuellement celles qu’ils comprennent,

c) les faire travailler par groupes de 2 à 4 personnes pour échanger leurs réponses (celui qui connaît un terme l’explique aux autres, éventuellement par des gestes, des dessins…)

d) faire une mise en commun en grand groupe pour vérifier que tout le vocabulaire est bien compris,

e) jouer tout de suite, puis jouer encore et rejouer, afin de bien systématiser par l’usage. Garder sous la main la fiche de vocabulaire pour la compléter au fur et à mesure des expériences ludiques.

3. Quelques idées de jeux pour travailler le vocabulaire du jeu

Il existe bien entendu mille autres manières d’aborder les choses, dont de nombreux jeux.

  • Jeux de devinette, où un joueur pioche une carte contenant l’un des termes ou expressions au sort puis essaye de le faire deviner au groupe.
  • Jeux de gage, où les joueurs qui dans le feu de l’action n’utilisent pas l’expression en français ont un gage léger et drôle.
  • Jeux d’écriture, consistant à écrire le récit d’une partie en utilisant un maximum d’éléments du corpus.
  • Jeux d’expression et de hasard, où chaque joueur reçoit avant le jeu une liste de trois items à placer de manière pertinente dans les échanges autour du jeu: le premier qui a tout dit gagne une récompense, ou ceux qui n’ont pas tout dit reçoivent un gage…

Les possibilités sont infinies…

Pour finir, une image glanée sur la Toile, avec du lexique beaucoup trop spécialisé, mais que j’ai bien aimée et qui pourrait vous être utile si vous abordez les jeux vidéo:

 




Comenius et la gamification ?

22 04 2014

Tous ceux qui semblent croire que la gamification est quelque chose de très nouveau oublient qu’il y a quelques siècles déjà Quintilien parlait de jeu pour apprendre…

Je vous livre ici un extrait de la réflexion de Comenius (début du XVIIe siècle) à propos des moyens de « stimuler l’élève ». Je ne partage pas sa vision,  chacun tirera les conséquences qu’il voudra de sa proposition d’organiser des concours et des compétitions, mais en veillant à ce qu’ils ne tournent pas à l’amusement…

Comenius Concours

Coménius, J. A. (1992). La grande didactique ou L’art universel de tout enseigner a? tous. (M.-F. Bosquet-Frigout, D. Saget, & B. Jolibert, Trans.). Paris: Klincksieck, p. 238.



Un cap bientôt franchi…

17 03 2014

À 499724 visites à 17h en ce 17 mars 2014, le cap des 500 000 visites sur ce blogue devrait être franchi ce soir, un peu plus de trois ans après sa création.

Merci à tous ceux qui, m’accompagnant dans cette aventure, lui donnent sens et m’encouragent à poursuivre, et à bientôt pour de nouveaux billets sur plusieurs jeux de société utiles en classe de langue.

Amitiés!

500000visites




Jeux sérieux et jeux utiles pour la classe de langue

10 02 2014

Je reviens du Costa Rica, où ont eu lieu les XVI SEDIFRALE et où j’ai eu le plaisir de croiser de nombreux amis et d’en faire des nouveaux. J’ai participé à une table ronde avec une communication sur la recherche en (F)LE à l’UNAM, mon université, et j’ai animé un atelier pour faire découvrir aux participants l’univers des jeux sérieux et des jeux utiles.

Pour ceux qui étaient là et ont regretté comme moi que les photocopies n’aient pas été prêtes, voici comme convenu le diaporama (oups! j’ai découvert une coquille… la trouverez-vous?). J’ai enlevé deux ou trois diapos qui m’otn semblé inutiles ici. Certes, il manque le travail de groupe et l’explication orale (c’est la raison pour laquelle je n’ai pas l’habitude de publier mes diaporamas), mais il leur permettra de retrouver les exemples cités. Il intéressera probablement aussi ceux qui n’ont pas pu entrer ou ceux qui n’étaient pas à Heredia mais que le sujet attire.

Je vous joins aussi la version de travail d’un article récent paru en novembre 2014 dans le numéro 390 de ma revue préférée, Le Français dans le monde (j’espère que vous y êtes abonnés, et que vous planchez tous les deux mois sur mes Tests et jeux…). La voici: Soyons sérieux et jouons

Diapositiva1

Diapositiva2

Diapositiva4

Diapositiva5

Diapositiva6

Diapositiva8

Diapositiva9

Diapositiva10

Diapositiva11

PS La coquille, l’avez-vous trouvée? Si oui, bravo, vous êtes un lecteur très attentif et vous avez de la suite dans les idées. Si non, ce n’est pas bien grave. La voici: dans la définition du jeu utile, il faut lire auxquels et non auquel, bien entendu.