Langue et danse…

5 08 2012

Lors du congrès de la FIPF, j’ai assisté à un atelier mêlant FLE et tango (et milonga et valse) animé par Susana Barbich. Sans doute, le croisement entre langue (étrangère) et danse(s) a été peu exploré, alors même que le français est une langue de choix dans ce domaine (pensons à tout le glossaire du ballet classique!). Je note donc dans un coin de ma tête qu’il y a là un terrain méconnu à défricher. En attendant de vous faire des propositions plus concrètes, je vous laisse une suggestion de lien, Ultradanse, site où vous trouverez de courts textes en français sur différents types de danse.

Je peux aussi vous confirmer, l’ayant testé moi-même, que beaucoup d’apprenants prennent plaisir à mêler danse et grammaire: j’ai personnellement montré quelques pas de salsa à mes élèves, au moment où nous devions découvrir les prépositions et revoir le lexique des parties du corps. Et nous finissions la leçon sur un moment de fête…

Au fait, connaissez-vous la version salsa de Ne me quitte pas? Mélange étonnant, expression éloquente de l’interculturel…




Le Top 50 des chansons francophones

16 03 2012

Toujours au menu du bulletin d’info Enseigner.TV, « le Top 50 des chansons francophones« . Voilà un beau corpus autour duquel vous pourrez organiser des jeux à votre guise… et savourer chaque semaine 8 nouvelles chansons.




L’orthographe en chansons

23 02 2012

Thot cursus vient de consacrer un billet dithyrambique aux Orthochansons. C’est vrai qu’elles sont plutôt sympathiques et que’lles peuventêtre utiles en classe de FLE, probablement à partir du niveau B1 voire A2.

Allez écouter le rap des chiffres et des couleurs ou l’une des cinq autres chansons offertes dans la démo puis décidez par vous-même si cela convient à votre public… Par ailleurs, 30 euros le pack de 25 chansons spécialement conçues pour défier la fatalité de la faute, accompagnées de karaoké, d’explications et d’exercices, je trouve cela très raisonnable (la démo, elle, est consultable gratuitement).




Petit cadeau d’anniversaire

18 01 2012

Voilà, c’est officiel, ce soir (18 janvier au Mexique, déjà le 19 janvier en France) le blogue Le jeu en classe de langue soufflera sa première bougie.

Et pour célébrer ça, faute de champagne pour 66000 invités, je vous propose une petite grille de mots mêlés que vous pourrez réutiliser en classe dès le niveau A1: elle comprend les 12 mois de l’année et 12 autres mots liés à la fête d’anniversaire.

Pour une meilleure impression, partez du fichier word ci-joint (Mots mêles « Joyeux anniversaire »), que vous pouvez personnaliser à votre guise.

J’ai créé la grille en deux temps trois mouvements grâce à un générateur de mots mêlés en ligne. Il suffit pour en fabriquer d’autres de dresser une liste des mots à trouver, de les saisir, puis éventuellement de sélectionner ses paramètres (vous pouvez personnaliser la forme de la grille, la taille des caractères, les couleurs, l’emplacement de la liste, etc.).

Et pour compléter ce kit, je vous propose un lien vers deux chansons d’anniversaire:

La première, une version à chanter sur l’air de « Happy birthday to you »: « Un bisou sur ta joue, une fleur sur ton coeur, un sourire pour te dire… Joyeux anniversaire! »

La seconde, une vidéo plus longue, présentée lors d’une émission télé:  « Joyeux anniversaire » – Patrick Sébastien

 Longue vie à ce blogue et à ses lecteurs!

 

 




C’est une voix, un rythme, un souffle

29 10 2011

Il y a aujourd’hui 30 ans Georges Brassens tirait sa révérence. Pour ma part, je souscris aux paroles de Cali rapportées par TV5 monde dans l’article consacré aujourd’hui à l’auteur de Les Copains d’abord, Mourir pour des idées, Le parapluie, Marinette, le Pornographe du phonographe, Le petit cheval blanc, Les amoureux des bancs publics, La chasse aux papillons, Gare au gorille :

« Brassens, c’est une voix, un rythme, un souffle. Quand on écoute un Brassens aujourd’hui, avec seulement une guitare et une voix, tout est là. Pourquoi va-t-on chercher ailleurs ? »

Des chansons douces parfois, presque ingénues, des chansons plus subversives, parfois dures, et toujours un plaisir certain à jouer avec les mots et les sons.

Pour présenter Brassens aux nouvelles générations d’apprenants, jeunes et moins jeunes, voici une première sélection de sites:

Un conseil? Commencez par savourer vous-même les chansons de Brassens, puis partagez vos coups de coeur avec votre classe. Ne vous en tenez pas à la grammaire, au vocabulaire ou à la phonétique, c’est-à-dire à la dimension linguistique: tirez parti de la dimension culturelle et interculturelle (beaucoup de chansons sont des trésors d’érudition, et la dimension politique de ces oeuvres est souvent essentielle), travaillez autour de la musique, de la structure discursive, des aspects narratifs, de la construction de personnages, des stéréotypes que Brassens s’amuse à déconstruire, bref,  mettez en valeur la richesse de cette création.

 




Moi quand j’étais petit

27 09 2011

Jeudi dernier, j’étais à Querétaro et j’ai parlé aux profs qui assistaient à mon atelier de l’importance de travailler le rythme isosyllabique de la langue française. Et aujourd’hui, en écoutant la chanson « Quand j’étais minot » de Massilia Sound System, je me suis dit qu’il y avait là de quoi travailler et le rythme et l’interculturel et la grammaire et la narration et la comparaison et la cause et la conséquence et le lexique et… j’en passe.

Voilà les paroles (en italiques, les couplets qui peuvent choquer des âmes sensibles):

Moi quand j’étais minot, j’avais pas de persil. Maintenant je suis grand, j’en ai jusqu’au nombril.

Moi quand j’étais petit, il n’était pas bien long. Maintenant j’ai grandi, on dirait un bâton.

Moi quand j’étais minot, je volais des bonbons. Maintenant je suis grand, j’attaque des fourgons.

Moi quand j’étais petit, je jouais au mécano. Maintenant j’ai grandi, je vole des autos.

Moi quand j’étais minot, j’aimais bien colorier. Maintenant je suis grand, je fais des faux billets.

Moi quand j’étais petit, j’aimais bien les Légos. Maintenant j’ai grandi, j’amasse les lingots.

Moi quand j’étais minot, je jouais à la poupée. Maintenant je suis grand, j’en ai qu’il faut gonfler.

Moi quand j’étais petit, je jouais aux dominos. Maintenant j’ai grandi, je joue au casino.

Moi quand j’étais minot, je regardais Nounours. Maintenant je suis grand, je regarde la Bourse.

Moi quand j’étais petit, je regardais Mannix. Maintenant j’ai grandi, je fais des films X.

Moi quand j’étais minot, je fumais en cachette. Maintenant je suis grand, je deale des barrettes.

Moi quand j’étais petit, j’aimais bien le vélo. Maintenant j’ai grandi, je vends de l’E.P.O.

Moi quand j’étais minot, j’ai chopé la rougeole. Maintenant je suis grand, j’ai guinté la vérole.

Moi quand j’étais petit, j’ai eu la varicelle. Maintenant j’ai grandi et j’ai le viet qui pèle.

Moi quand j’étais minot, tout le temps je mentais. Maintenant je suis grand, je passe à la télé.

Moi quand j’étais petit, je trichais tout le temps. Maintenant j’ai grandi et je suis Président.

Notez le très classique alexandrin 6 + 6 qui structure toute la chanson…

On peut faire écouter le texte, discuter les références (inter)culturelles, puis compléter le texte à partir du canevas suivant:

« Moi quand j’étais minot + 6 syllabes. Maintenant je suis grand, + 6 syllabes. »

« Moi quand j’étais petit, + 6 syllabes. Maintenant j’ai grandi + 6 syllabes. »

On fait finalement lire les productions des apprenants, en portant une attention particulière au rythme ta-ta-ta-ta-ta-ta / ta-ta-ta-ta-ta-ta.

 




On (ne) connaît (pas assez) la chanson

12 09 2011

Au carrefour jeu et chanson, il y aurait tellement de choses intéressantes à dire pour la classe… Les exploitations ludiques de ce type de document authentiques sont nombreuses et j’aimerais avoir le temps de développer le sujet à fond. Hélas, le temps me manque cruellement. Je vais essayer de vous faire tout de même quelques propositions ces jours-ci. En attendant, (re)voyez les deux billets que j’ai déjà postés à ce sujet (sur « les Maudits Français » et « Donna donna« ) et filez fissa sur la Toitle découvrir le passionnant dossier que Francparler consacre à la chanson.

J’ai particulièrement aimé l’excellent article de Ludovic Gourvennec, qui ne se contente pas d’une approche rapide mais pose de vraies questions de fond. J’ai aussi été séduite par toutes les pistes pour suivre l’actualité de la chanson, se procurer des chansons ou en faire des exploitations pédagogiques réussies  en classe de langue.

Et pour finir en musique, une chanson politiquement incorrecte dès le titre mais que j’aime bien (rythmée, drôle, simple mais riche, susceptible de nombreuses exploitations en classe): « Parce qu’on est des cons », de Kamini.




Top France est de retour

5 09 2011

Merci à Mariana de m’avoir signalé le retour sur les ondes de l’émission Top France, animée par Antoine Saint-Michel. L’occasion de découvrir et savourer l’actualité musicale française… C’est sur Horizonte Jazz 107.9 FM, le samedi de 11h à 13h.

Vous pouvez suivre l’actualité de Top France sur son blog:

http://francesisimo.blogspot.com/

 

¡Enhorabuena, Antoine!




Une chanson pour travailler en jouant l’alternance PC/Imparfait

20 06 2011
Grâce à Michèle G.  je découvre une chanson sympathique, « Donna donna », interprétée en français par Claude François ou Dorothée.
Les paroles sont simples, rédigées à l’imparfait et au passé composé, et peuvent faire l’objet d’une activité ludique en classe, en quatre étapes:
Objectif: systématiser les temps du récit (PC/Imparfait); morphologie et valeurs
Vous organisez le groupe par équipes de deux à quatre joueurs.
Étape 1. Vous lisez à voix haute les paroles, et vous vous arrêtez avant les mots en rouge: l’équipe qui devine en premier remporte un point (matérialisé par un jeton).
Il était une fois un petit garçon
Qui vivait dans une grande maison
Sa vie n’était que joie et bonheur
Et pourtant au fond de son cœur
Il voulait devenir grand
Rêvait d’être un homme.
Chaque soir il y pensait
Quand sa maman le berçait

(Refrain)
Donna Donna Donna Donna
Tu regretteras le temps
Donna Donna Donna Donna
Où tu étais un enfant

Puis il a grandi, puis il est parti
Et il a découvert la vie
Les amours déçues, la faim et la peur
Et souvent au fond de son cœur
Il revoyait son enfance
Rêvait d’autrefois
Tristement il y pensait
Et il se souvenait

(Refrain)

Parfois je pense à ce petit garçon,
Ce petit garçon que j’étais.

Étape 2. Vous relisez une fois encore les paroles, mais cette fois vous vous arrêtez avant les mots en bleu: ce sont les verbes, que les apprenants auront écouté d’une oreille distraite mais écouté quand même lors de la première lecture. Un représentant de chaque équipe se tient près du tableau. La première équipe qui retrouve le verbe et dont le représentant l’écrit correctement au tableau remporte un point.
Il était une fois un petit garçon
Qui vivait dans une grande maison
Sa vie n’était que joie et bonheur
Et pourtant au fond de son cœur
Il voulait devenir grand
Rêvait d’être un homme.
Chaque soir il y pensait
Quand sa maman le berçait

(Refrain)
Donna Donna Donna Donna
Tu regretteras le temps
Donna Donna Donna Donna
Où tu étais un enfant

Puis il a grandi, puis il est parti
Et il a découvert la vie
Les amours déçues, la faim et la peur
Et souvent au fond de son cœur
Il revoyait son enfance
Rêvait d’autrefois
Tristement il y pensait
Et il se souvenait

(Refrain)

Parfois je pense à ce petit garçon,
Ce petit garçon que j’étais.

Étape 3. Désignez l’équipe gagnante, faites-la applaudir pendant 10 secondes en guise de récompense, puis faites écouter la chanson avec l’interprète de votre choix (Claude François ou Dorothée) et faites chanter les apprenants en grand groupe.

Étape 4. Après avoir rediscuté des formes et des valeurs du PC/Imparfait, faites faire un pastiche de la chanson qui respectera le rythme et l’aspect narratif mais changera de sujet (Il était une fois une petite fourmi / qui vivait toute seule à Paris...) . Les apprenants qui le souhaitent liront voire chanteront sur l’air de « Donna donna » leur propre version…




Autour des stéréotypes: « les maudits Français »

12 05 2011

Il y a quatre ans déjà de cela, j’ai publié une fiche pédagogique autour de la chanson Les Maudits Français de Linda Lemay (Silva, Haydée. 2007. “Stéréotypes nationaux” / fiche pédagogique, Le Français dans le monde nº 353, p. 82-83).

Pour des raisons éditoriales, la fiche n’a pas pu être publiée dans son intégralité. Après avoir abordé hier avec mes étudiants en didactique la question de l’interculturel et son évolution en classe de langue (Civilisation –> Culture –> culture –>  interculturel –> pluriculturel…), je souhaite aujourd’hui partager avec eux et avec vous la séquence complète telle que je l’avais conçue à l’époque, où j’ai tâché d’appliquer une approche pluriculturelle. La voici: Fiche pédagogique « Les maudits Francais ».