Paris vs New York: exploitation pédagogique

17 10 2012

Il y a quelques semaines déjà, je vous signalais un document vidéo intéressant pour travailler la dimension interculturelle (voir ici le billet du 19 septembre 2012).

Lors des ateliers en Colombie, nous avons joué à « Le dernier sera le premier » (pour une description détaillée du jeu, voyez mon livre Le jeu en classe de langue, Paris, CLE International, 2008). En bref, il s’agit pour les équipes de joueurs d’être la dernière à dire quelque chose de pertinent par rapport au document de départ. Ici, le clip vidéo « Paris vs New York ».

Après un seul visionnement, on demande aux participants d’évoquer les oppositions illustrées mais aussi éventuellement leurs explications.

Par la suite, après le jeu, on les invite à trouver des équivalences France-X (X étant le pays où se déroule le cours) à partir de catégories identiques ou différentes.

Pour vous faciliter le travail, voici la liste des oppositions illustrées dans le clip :

 

  1. Expresso/Americano
  2. Baguette/Bagel
  3. Orientation (enchevêtrée)/Location (carrée)
  4. Métro/Subway
  5. Macaron/Cupcake
  6. Depardieu/De Niro
  7. Samedi soir (vin)/Saturday night (bière)
  8. Quasimodo (Notre-Dame)/King Kong (Empire State Building)
  9. Croque-monsieur/Hot dog
  10. Porte-bonheur/Sh*it
  11. Novembre (grisaille)/November (ciel bleu)
  12. Hiver (à peine enneigé)(Winter (très neigeux)
  13. Attendez (piéton)/Don’t walk (main)
  14. Traversez/Walk
  15. C’est magnifique (regards vers le sol)/Wow, look ! (regard vers le ciel)
  16. Aznavour/Sinatra
  17. Mona Lisa/Les Demoiselles
  18. Pyramide (du Louvre)/Cube (Apple)
  19. Godard/Woody
  20. Jean-Paul (rayures bleues)/Ralph (rayures rouges)
  21. Roland-Garros/US Opne
  22. Parc des Princes/Giants Stadium
  23. Conversation /Dialogue (plus animé)
  24. Pourboire (radin)/Tip (génereux)
  25. CDG/JFK



Paris vs New York: comparer les cultures

19 09 2012

Et je découvre sur le compte Facebook de Francparler (salut, les copains!) une vidéo très sympathique, sans paroles, où l’on compare Paris et New York. Ça s’appelle justement Paris vs New York… 

Pour l’exploiter en classe, deux idées me viennent: soit visionner JUSTE UN CÔTÉ DE L’ÉCRAN et faire retrouver le contenu de l’autre (ou encore, pour les bricoleurs, imprimer les écrans, découper en deux, montrer une moitié…); soit faire retrouver les catégories puis faire fabriquer la version locale. Pour Paris vs Mexico cela donnerait par exemple… expresso vs café de olla, baguette vs bolillo ou telera… À vous de trouver la suite à l’aide des apprenants (et d’associer l’activité aux objectifs qui vous conviennent)!




Votre ville préférée

26 02 2012

Sur le même principe que le billet précédent, voyez aussi « Si vous deviez étudier dans une ville étrangère quel serait votre choix et pourquoi ? « 

 




Votre moyen de transport préféré

26 02 2012

Je découvre grâce à Richard l’image suivante, parue sur le mur Facebook de Le français avec TV5 Monde suivie d’une simple question… « Le métro est certainement le moyen de transport le plus utilisé à Paris. Et vous ! Quel est celui que vous préférez ? » En un rien de temps, 74 commentaires venus des quatre coins du monde ont fusé… Pourquoi ne pas inviter vos étudiants à réagir aussi? Au Mexique, et plus précisément à Mexico, mes étudiants parleraient sans doute du Métrobus (bus à arrêts fixes sur voies confinées), les peseros (boîtes à sardines qui s’arrêtent n’importe où et font un peu n’importe quoi…), du « train léger », du covoiturage, du taxi, du « Pumabus » (bus interne sur le campus de l’UNAM), de l’ecobici (sur le même principe que le Vélib’ parisien)… Intéressant de comparer avec d’autres régions du monde. De quoi aborder l’interculturel dès les tout premiers niveaux.

Une possibilité de jeu? Tout simplement, organiser des équipes de trois apprenants, leur donner deux à cinq minutes (selon le niveau de langue) pour dresser la liste la plus longue possible de transports imaginables (dictionnaires acceptés). Ensuite, comparer la liste à celle ci-dessus: compter 1 point pour toute bonne réponse, 2 points par réponse non incluse sur l’image et jugée valable par la classe (même si une autre équipe l’a trouvée), 3 points par réponse correcte, jugée valable et que personne d’autre n’a trouvée. Puis éventuellement lancer des mini-sondages en parallèle  pour établir… le transport majoritairement préféré et détesté dans la classe, le transport majoritairement utilisé, le transport que personne n’a jamais utilisé, le transport que tout le monde aimerait utiliser un jour, etc. Puis, pour le splus avancés, enchaîner sur le débat des transports et l’écologie, etc…




C’est mimi, c’est mignon, c’est Minimagem

6 11 2011

Merci au CCC-IFAL de nous faire découvrir les sites les plus variés. Cette fois-ci, c’est Minimagem, un site bilingue (français-portugais) destiné aux enfants de 4 à 10 ans, superbement illustré, et dont plusieurs activités peuvent être exploitées en classe de langue. Il y a peu de matériel, mais il est de grande qualité.

J’ai bien aimé par exemple la section « Détails », dont est issue l’image suivante…

Il y a des jeux de contraires, des jeux de détails, des jeux pour compter des objets, des jeux sur la nature, des devinettes, de mots d’enfant, un atelier pop-up et des BD…

Vous allez aimer la section « cadeaux », avec 2 jeux-cadeaux à imprimer, dont un jeu de cartes des métiers et « Drôles de bêtes« , sur le même principe que le jeu « Qui est-ce? ». La règle du jeu est comprise…

 




Et deux blagues belges sur les Français…

26 10 2011

… histoire de travailler l’interculturel (les Belges sont les victimes des blagues françaises, au Mexique on raconte des histoires de Galiciens… et dans votre pays, qui est la victime habituelle?) J’ai bien aimé ces histoires drôles parce qu’elles portent aussi sur notre rapport à la langue, et devraient donc permettre de lancer en classe un débat autour des représentations de l’Autre défini en fonction de sa langue… (j’ai découvert ces blagues sur le site Linguacluster, auquel j’ai consacré mon billet précédent).

1. La prononciation

Trois hommes, un Belge, un Allemand et un Français se presentent pour un nouveau job en Angleterre. Avant de passer à l’interview on leur dit qu’ils devront formuler en anglais une phrase contenant les mots green, pink et yellow.

Le Belge passe d’abord : I wake up in the morning, I eat a yellow banana, a green pepper and in the evening I watch the Pink Panter on TV.
L’Allemand : I wake up in the morning, I see the yellow sun, the green grass and I think to myself : I hope it will be a pink day.
Finalement le Français : I wake up in ze morningk, I hear ze phone « green... green… green… » I pink up ze phone and I zay « Yellow? »

2. Sagesse belge

Un Français émigré en Belgique a loué un appartement. Il s’aperçoit tout de suite que son appartement est infesté de souris. Il appelle le proprio qui lui dit « Je viens ».

Il arrive avec un chat et dit à son locataire : « Il va vous en débarrasser ».
Le propriétaire s’en va et effectivement, le chat chasse les souris. Sauf une d’entre elles, au fond d’un trou, que le chat n’arrive pas à attraper. Alors le Français retéléphone à son propriétaire. Le propriétaire arrive et met le chat devant le trou et lui dit : « Minet, aboie maintenant ! »
Le chat aboie comme un chien. La souris, qui n’a pas peur des chiens, sort de son trou et se fait croquer.
L e Français est très étonné : « Votre chat sait miauler ET aboyer ? ! »
Le Belge lui répond : « Ici en Belgique, pour réussir, il faut savoir parler au moins deux langues. »

Je serais prête à parier que les Québécois en ont aussi, des blagues sur le français des Français. Je compte sur vous pour me les faire connaître!

 




Les clichés sur les Français

29 06 2011

CLE International Mexique vient de poster sur Facebook un minifilm assez drôle de Cédric Villain sur les clichés relatifs aux Français. C’est sans doute l’occasion d’en reparler en classe. Pour des idées d’exploitation, on peut reprendre quelques pistes de la fiche que j’avais concoctée sur une chanson de Linda Lemay, qui portait aussi sur les stéréotypes… Soit dit en passant, je ne suis pas sûre que les apprenants d’aujourd’hui pensent systématiquement à la pétanque… Ce film dévoile des représentations sur des représentations; à vous de concevoir le dispositif permettant de les mettre en contraste avec les représentations de votre public.




Recicla tus prejuicios

23 06 2011

Spécial dédicace aux profs de FLE au Mexique. CLE International Mexique vient d’afficher sur son compte Facebook le lien vers le site du Français dans le monde, qui renvoie à son tour vers « Recicla tus prejuicios », la vidéo gagnante du concours auquel ont participé  de milliers d’élèves français (475 messages vidéo en lice). C’est la vidéo réalisée par la classe de seconde du lycée Lurçat de Martigues, dans l’académie d’Aix-Marseille.

Pourquoi ne pas proposer à vos élèves mexicains de visionner certains de ces clips vidéo, puis d’en préparer un sur la France ou un autre pays francophone (non, tous les Québécois ne prennent pas du sucre d’érable au petit déjeuner…)?




Comparer responsable

9 06 2011

En ces temps d’écocitoyenneté et de consommateurs avertis, air du temps dixit, pourquoi ne pas aborder en classe  de langue la comparaison en faisant examiner certains produits alimentaires? Vous pouvez partir de sites spécialisés tels:

http://www.suggestion-de-presentation.info

http://www.photononcontractuelle.com

photo non contractuelle de /wp-content/uploads/tomates_1.jpg v?ritable photo de /wp-content/uploads/tomates_2.jpg

Suggestion 1 (plutôt de l’ordre de la systématisation): vous apportez en classe des paires de photos  (imprimées ou sous forme de fichiers que vous affichez grâce au vidéoprojecteur, c’est encore mieux), soit le produit tel que présenté sur l’emballage et le produit réel. Vous donnez aux participants, organisés par équipes, trois minutes pour observer et comparer les images, puis rédiger le plus de phrases possible (« la meringue est plus blanche sur l’emballage », par exemple). Vous comptabilisez ensuite les points: un point par phrase correcte (du point de vue linguistique et référentiel), un point supplémentaire par phrase originale (non trouvée par le reste des participants) et, éventuellement, un point par comparaison retrouvée dans le texte (qui est présenté après le jeu).

Suggestion 2 (plutôt de l’ordre de la sensibilisation suivie de la conceptualisation):  vous présentez photos et textes, vous faites établir un corpus des mots et des structures qui permettent d’établir des comparaisons, vous faites rédiger des textes à partir de nouvelles paires de photos, vous les faites corriger entre pairs,  puis vous faites découvrir les textes correspondants.

Suggestion 3 (plutôt de l’ordre du réinvestissement): vous faites découvrir textes et photos, puis vous proposez aux participants de rédiger et illustrer des textes portant sur un autre thème de leur choix (par exemple, maternité souriante/maternité accablée, promesses électorales/réalités politiques après élection, fiançailles/divorce, starlette photoshopée/starlette « en vrai », DSK avant/après, etc.)




Autour des stéréotypes: « les maudits Français »

12 05 2011

Il y a quatre ans déjà de cela, j’ai publié une fiche pédagogique autour de la chanson Les Maudits Français de Linda Lemay (Silva, Haydée. 2007. “Stéréotypes nationaux” / fiche pédagogique, Le Français dans le monde nº 353, p. 82-83).

Pour des raisons éditoriales, la fiche n’a pas pu être publiée dans son intégralité. Après avoir abordé hier avec mes étudiants en didactique la question de l’interculturel et son évolution en classe de langue (Civilisation –> Culture –> culture –>  interculturel –> pluriculturel…), je souhaite aujourd’hui partager avec eux et avec vous la séquence complète telle que je l’avais conçue à l’époque, où j’ai tâché d’appliquer une approche pluriculturelle. La voici: Fiche pédagogique « Les maudits Francais ».