Des jeux-questionnaires québécois pour mobiles

4 11 2013

La maison d’édition KebekAmuse et le développeur Braintonik viennent de faire paraître les versions pour mobile des jeux-questionnaires Tiguidoo (Android et iOS pour téléphones et tablettes). Diverses adaptations pour la classe semblent envisageables grâce aux différentes options (1 à 4 joueurs o ou équipes, 8 thèmes, 2 modes de jeu, 3 niveaux de difficulté). À voir… www.kebekamuse.com




Paris en jeux

26 10 2013

Ce n’est pas parce que l’on visite une expo sur le jeu vidéo que l’on ne pense plus à d’autres types de jeu… À la librairie de la Cité des sciences et de l’industrie, j’ai feuilleté divers ouvrages qui m’ont semblé intéressants pour parler de Paris à une classe d’enfants. On pourrait les lire, les faire lire, faire fabriquer des cartes et les jeux qui vont avec, faire fabriquer le livre équivalent  pour la ville où se trouvent les apprenants…

D’abord, un livre-jeu :  Paris y es-tu, dès 4 ans, sur le principe des livres « Où est Charlie ? ». Avantage : comme c’est un livre qui donne la priorité aux images, on pourrait facilement tranposer celles-ci sur videoprojecteur et chercher ensemble, en grand groupe,  le petit chien Potchi, tout en commentant les lieux « visités ».

Livre jeu Paris y es tu

Paris en s’amusant est un titre qui propose quant à lui un parcours à travers les âges de la capitale à travers des mots croisés, des coloriages, des quiz, un labyrinthe, des jeux des sept différences, etc.

Paris en samusant

Si vous voulez un jeu prêt à l’usage, voyez Le jeu de l’oie des monuments de Paris, qui combine un joli plateau de jeu et un livret avec des explications. Un peu allergique moi-même aux jeux de l’oie, trop galvaudés pédagogiquement, je n’ai pas cédé à la tentation. Mais vous n’êtes pas obligé(e-s) de partager mes réticences !

Jeu de loie monuments de Paris

J’ai pour ma part craqué et acheté Il était une fois Paris, qui retrace les grandes lignes de l’histoire de la capitale. Joliment illustré, il permettrait de fabriquer avec des enfants de 8 à 12 ans des frises chronologiques (façon le jeu Timeline), de comparer ce qui est raconté à ce qui se passait ailleurs à la même époque, etc.

Il etait une fois Paris

Vous trouverez ces ouvrages en librairie (dont les librairies en ligne…).

Pour découvrir d’autres livres pour découvrir Paris, et même de recommandations de librairies, consultez l’article de Violaine Ballivy dans La Presse, daté de mars 2012 mais toujours d’actualité.

Et petit bonus : ClimWay Paris, un jeu sérieux sur la ville de Paris, jeu dont vous pourrez lire un compte rendu ici.




La vie est un jeu: hors série de Courrier international

16 10 2013

Vous connaissez Courrier international? Si vous avez répondu non, vous êtes en train de rater une formidable ressource pour la classe (et un hebdomadaire dont la lecture est passionnante même pour des raisons personnelles). Chaque semaine, l’équipe de Courrier international  passe au crible la presse du monde entier et vous offre une sélection d’articles en français. Vous voilà donc devenu lecteur des grands titres de la presse internationale sans avoir à parler toutes leurs langues, mais aussi lecteur de titres plus confidentiels et pourtant intéressants. De quoi prendre le pouls de l’actualité sur notre petite planète.

Puis il y a les numéros hors-série. Et justement, celui d’octobre-décembre 2013 qui vient de paraître est consacré au jeu sous toutes ses coutures. “La vie est un jeu. De Tokyo à Buenos Aires, de chat perché aux jeux vidéo : bienvenue dans un monde ludique ! ». Ci-dessous, sommaire et pistes à suivre.

LaVieEstUnJeuHSCourrierInt

Le sommaire est alléchant (voyez par vous-même). J’ai ajouté un astérisque aux articles qui me semblent les plus pertinents pour les profs de langue:

SOMMAIRE DE CE HORS-SÉRIE
Portfolio

4/Jeux grandeur nature par Patrick Runte

D’entrée de jeu
*10/Réflexion. Extension du domaine ludique
*11/Infographie. Une histoire des jeux de société

1. Nouveaux terrains de jeu
*15/Récit. Comment j’ai “gamifié” mon quotidien
19/Applications. Le Japon à l’ère ludique
*21/Critique. Une vaste fumisterie
*22/Tourisme. Visitez New York et gagnez 240 points
23/Découverte. Chasse au trésor 2.0
24/Stratégie. Ma start-up sur un plateau

2. Un monde meilleur
*27/Psychologie. Jouer pour le bien de l’humanité
*28/Contrepoint. L’optimisme béat de Jane McGonigal
*29/Éducation. L’école dont vous êtes le héros
*31/Pédagogie. L’aventure est dans la classe
32/Recherche. Quand les “gamers” font avancer la science
33/Neurosciences. L’avatar qui obéit au doigt et à l’oreille
34/Autisme. “World of Warcraft” comme thérapie
*35/Vécu. Viens partager mes malheurs
36/Actualité. Aux prises avec la dure réalité
37/Best of. L’actu inspire les créateurs
*38/Presse. Le ludique au service de l’info

3. Le démon du jeu
41/Dépendance. L’opium de la misère
44/Machines à sous. “On gagne, mais on n’arrive pas à s’arrêter”
47/Courses. Rien n’arrête les turfistes
48/Addiction. Bienvenue chez les gamers anonymes
*49/Sexisme. Les filles aux manettes
51/Comportements. Violence réelle, violence virtuelle

4. Jeux d’argent
53/Casinos. Macao, capitale mondiale du vice
58/Paris sportifs. Au paradis des bookmakers chinois
60/Travail. Le poker en ligne est leur gagne-pain
62/Stratégie. La science du bluff
64/Compétition. Virtuoses du clic
66/Économie. Le paradoxe du Monopoly

*5. Jeux de société(s)
71/Danemark. Tous à la bataille !
73/Hongrie. Les rois de l’évasion
74/États-unis. Ils jouent à chat depuis vingt-trois ans
75/États-unis. Objectif : échapper aux zombies
76/Pologne. Bridgeurs de compète
77/Inde. A Diwali, la chance vous sourit
78/Algérie. Théorie et pratique des dominos
80/Cambodge. Pleuvra ? Pleuvra pas ?
82/Chine. Mah-jong à tous les étages
83/Chine. La revanche à portée de pouce
84/Monde arabe. Pas de tentes, pas de dromadaires
86/Russie. Ras le bol d’être toujours les méchants !

6.La règle du jeu
89/A la découverte de huit jeux du monde entier

Pratique
95/Lexique
96/S’informer
97/Les sources

*

Parmi les pistes à suivre à partir des infos glanées dans ce numéro, et que j’ai commencé à creuser, je mettrais…

  1. Des lectures.
  • Le travail de Peppino Ortoleva, historien spécialisé dans les médias, qui a consacré plusieurs travaux au jeu (dont Dal sesso al gioco, Du sexe au jeu; voici un article qui en parle: “Da Facebook al lavoro, per vivere adesso bisogna giocare”, http://www.linkiesta.it/giochi-vita). Voyez par exemple la présentation d’un séminaire qu’il a animé en 2012: “Guardarci giocare. La ludicizzazione dei media”http://www.ahref.eu/it/events/i-seminari/guardarci-giocare.-la-ludicizzazione-dei-media
  • Le numéro consacré au jeu par la revue Popular Science , avec le dossier “How science is reinventing play” (février 2012).

2. Des catégories de jeu

  • Le concept de newsgame, c’est-à-dire un jeu qui colle à l’actualité. Voyez à ce propos Ian Bogost, Simon Ferrari, Bobby Schweize, Newsgames Journalism at Play, The MIT Press, October 2010. Il y a par exemple Nyoki-nyoki town, créé par des participants à une rencontre sur le jeu à partir du thème du tsunami qui a dévasté le Japon en 2012.
  • L’urban game, jeu urbain, c’est-à-dire des applications qui vous proposent d’explorer une ville en relevant des défis ludiques, dont Stray boots (https://www.strayboots.com/).
  • Le géocaching, sorte de chasse au trésor où on peut parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les objets contenus dans une cachette.
  • Les jeux d’empathie, où les joueurs sont invités à se mettre dans la peau de quelqu’un en difficulté pour mieux le comprendre (je connaissais le jeu Ping, Poverty is not a game, mais là on va encore plus loin: il y a par exemple des jeux où il s’agit de gérer la vie de quelqu’un dont le père est alcoolique, ou dont l’enfant est malade d’un cancer…).
  • Les jeux d’évasion réelle (real escape game), jeu d’aventure où il faut s’échapper d’une pièce où on est véritablement enfermé (ou effectuer tout autre mission périlleuse), en résolvant des énigmes.

3. Des expériences




Les 30 plats préférés des Français

8 10 2013

Encore un corpus intéressant à exploiter… Les 30 plats préférés des Français, nous dit-on. Allez savoir si c’est statistiquement vrai, mais cela ouvre l’appétit, permet de travailler la description, l’explication, les conseils, l’expression des goûts et des préférences, l’interculturel et j’en passe.

Quelques idées en vrac:

* Classer les recettes selon différents critères: celles que l’on connaît, celles que l’on aime, celles que l’on voudrait goûter, celles que l’on ne goûterait jamais, celles qui semblent faciles à réaliser, celles dont un équivalent existe dans la culture maternelle, celles que l’on choisirait pour un repas pour le groupe, celles dont on connaît les ingrédients, celles qui sont d’origine non française…

* Donner une liste des courses (obtenue à partir de la recette) et faire deviner quel est le plat correspondant.

* Donner la liste des ingrédients avec un ou deux intrus et faire identifier ces derniers.

* Reconstituer une recette dans le désordre.

* Faire dresser le palmarès des plats préférés dans la classe et le comparer à celui-ci.

* Faire décrire son plat préféré parmi ceux du corpus pour que les autres le devinent…

Au début, vous devrez visionner une vidéo publicitaire de 30 secondes; après, vous aurez un diaporama des plats, avec les liens vers la recette à chaque fois…

Voici les 30 plats:

PlatsPreferes01

 

PlatsPreferes02

PlatsPreferes03

PlatsPreferes04

PlatsPreferes05

PlatsPreferes06

 

http://cuisine.journaldesfemmes.com/gastronomie/les-30-plats-preferees-des-francais/




Histoires vraies de la Méditerranée

7 10 2013

Voici une mine d’histoires… vraies! à exploiter sans modération en classe de FLE.

Il s’agit d’histoires courtes écrites ou orales (maximum 5 pages, souvent beaucoup moins, ou 10 minutes, souvent beaucoup moins), déposées par les habitants des treize pays qui bordent la Méditerranée. Il y a beaucoup d’histoires en français. Elles sont le plus souvent touchantes, parfois drôles, parfois tragiques, parfois insolites. Écrites par des « non-professionnels », elles sont presque toujours écrites ou dites dans une langue simple. Elles peuvent donner lieu à des activités de compréhension mais, surtout, elles peuvent déclencher des activités de production (un mini-projet d’histoires vraies dans la classe).

Pour en savoir plus sur cette initiative, très sympa, consultez sur le site la description du projethttp://www.mp2013.fr/histoiresvraies/quest-ce-quune-histoire-vraie/

On peut accéder à la liste complète des histoires ou choisir un parcours thématique.

Pourquoi ne pas organiser des équipes, qui découvriront 5 à 7 histoires puis choisiront celle qu’ils souhaitent partager avec leurs camarades (petite synthèse orale et/ou écrite, illustrée, mise en scène, continuée, transformée…). Puis faire écrire à chacun sa propre histoire vraie (ou soi disant vraie)…




La série Le Québec, connais-tu?

20 09 2013

Une fois que vous aurez exploité la liste du billet précédent, et que vous aurez pensé à me laisser un petit coucou pour me remercier ( 🙂 ), vous serez prêts à utiliser une série de sept ouvrages numériques conçus par deux auteurs ayant pour but de mettre à disposition des enseignants des contenus liés au Québec.

Robert Laliberté et Aleksandra Grzybowska nous offrent ainsi trois riches panoramas sur différents aspects du Québec (Histoire et enjeux sociaux, Littérature, Culture) et quatre recueils de textes et d’activités destinées à familiariser les apprenants avec le Québec et favoriser le développement de la compétence interculturelle.

La série est publiée par les Presses de l’Université du Québec, avec le soutien de l’Association internationale des études québécoises, et sortira dans les jours à venir. Pour savoir la date exacte et avoir plus d’infos:

[email protected]

Au passage, si vous voulez aborder le Québec en classe et vous manquez d’idées, ne ratez pas les outils recensés par l’AIEQ: http://www.aieq.qc.ca/panorama-sur-le-quebec




À propos de Québec: si tu connais ça…

20 09 2013

Toujours à propos de Québec, je cherchais une image pour illustrer le prochain billet puis je suis tombée sur plusieurs listes assez drôles qui sont d’excellents corpus à découvrir en classe pour travailler l’interculturel. Lecture, explication, discussion, puis élaboration de la liste locale, voilà la démarche la plus évidente… plus d’autres jeux avec des corpus, dont je vous ai promis la liste (et je tiendrai parole un de ces jours, pas la semaine des quatre jeudis mais presque, hoho)

Petite sélection d’une dizaine de phrases (pour voir plusieurs versions de la liste, beaucoup plus longues, suivez le lien: http://pvtistes.net/forum/cafe/15683-si-tu-connais-ca-tu-vis-au-quebec.html)

Tu vis au Québec si…

  • tu as déjà porté un manteau d’hiver et des shorts en même temps.!
  • tu mesures les distances en heures.
  • tu es capable de conduire à 80km dans une tempête de neige sans broncher.
  • tu connais les 4 saisons : Presque l’Hiver, l’Hiver, Encore l’esti d’Hiver et les Travaux Routiers.
  • tu trouves une température de moins 6 degrés Celsius juste un peu frisquet.
  • tu entends quelqu’un commencer une phrase en français et la finir en anglais.
  • tu installes des lumières de sécurité sur ton garage et ta maison mais tu laisses les deux dévérouillés en tout temps.
  • tu mets «lâ lâ » à chaque fin de phrase.
  • tu dis « la bus, la job et je m’en vâ ».
  • tu vas à la pharmacie pour acheter des timbres et des gâteaux.



Découvrir Québec en réalité augmentée

20 09 2013

Voilà une ressource qui devrait être utile pour tous les profs de français, mais surtout pour ceux dont le public inclut des candidats à l’émigration vers le Québec.

Il s’agit d’une application permettant de découvrir en détail la ville de Québec, que Thot cursus décrit ainsi:

Qu’ont en commun la messe de minuit à la basilique-cathédrale de Québec, le pont de glace qui existait autrefois entre Québec et Lévis et le premier palais de l’intendant du temps de la Nouvelle-France? Ces éléments de l’histoire de la capitale font partie du contenu de Découvrir Québec, une application mobile lancée le mercredi 4 septembre, à l’hôtel de ville de Québec, en présence du ministre de la Culture et des Communications, du maire de Québec et du recteur de l’Université Laval.

Cette réalisation est le fruit des efforts de l’équipe de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, en collaboration avec la Ville de Québec et le ministère de la Culture, en partenariat avec la firme de haute technologie IdéeClic. L’application est disponible sur l’App Store en anglais ou en français.

Il y a là de quoi mettre en place de nombreuses activités liés à la langue (description, narration, interrogation, expression des goûts et des préférences, argumentation, etc.) et à la culture (interculturel, francophonie, civilisation…). Et de quoi imaginer des jeux (des quizz, à la préparation desquels les appprenants pourront contribuer; des concours; des devinettes; etc.). Si vous utilisez l’application, vous nous raconterez?




Trois excellentes suggestions de Michèle

8 09 2013

La veille de Michèle continue de porter de beaux fruits (merci!).

Voici les trois liens qu’elle a dénichés, tous très utiles pour la classe de FLE dès les premiers niveaux:

 

 




Une image, des activités

1 06 2013

Je découvre sur Facebook et grâce à Ro* une image sympa, qui reprend les silhouettes plus ou moins célèbres de treize villes.

https://m.facebook.com/photo.php?fbid=542084349160009&id=224132780955169&set=a.224265794275201.49217.224132780955169&__user=787537297

J’espère que cette image vous inspire autant qu’elle le fait pour moi…

Je pense qu’il serait possible, par exemple, de l’utiliser lors de la sensibilisation à propos de plein de sujets: les apprenants reconnaissent-ils la ville (évidemment, il faudrait effacer les noms)? dans quel pays se trouve cette ville? quelle est la nationalité des gens de ce pays? quels gens célèbres de cette nationalité connaissent-ils? les apprenants ont-il voyagé ou aimeraient-ils voyager dans ces villes? pourquoi? quels sont les monuments qui permettent de reconnaître la ville? quels événements mémorables les apprenants associent-ils à ces villes? quelles sont les villes qui manquent? quels monuments faudrait-il inclure dans la silhouette des villes manquantes? une ville vaut-elle par les monuments et autres bâtiments célèbres qu’elle héberge? les apprenants pourraient-ils réaliser une affiche à propos de leur ville à partir de la silhouette correspondante? ou encore: les participants sont-ils capables de faire deviner l’un des monuments illustrés sans recourir à la langue mais uniquement au langage corporel? et si on préparait un diaporama avec des objets emblématiques de notre ville, de notre pays, de notre langue, de…?

Bref, de quoi parler et surtout s’exprimer pendant des heures, en visant les objectifs les plus divers…