Des souvenirs de formation… et de belles idées de jeu pour la classe

31 05 2012

Catherine Hardy, dont le blogue Histoires de jouer a déjà été cité ici, vient de consacrer un billet à ses souvenirs de formatrice FLE. Elle y égrène cinq idées de jeu très simples, sans matériel particulier, qui étaient cependant très efficaces (j’y crois pleinement: c’est souvent les jeux les plus simples qui fonctionnent le mieux, car le prof n’est pas enclin à faire une confiance aveugle à un support pédagogique mais est encouragé à créer une authentique dynamique de jeu).

Si les rébus ou l’interprétation loufoques de sigles sont des idées efficaces mais assez connues (si vous n’avez jamais essayé, vous devriez…), le portrait-robot est déjà moins classique et le tu/vous ou la collection d’exceptions sont des jeux que je n’avais jamais rencontrés, d’une simplicité fascinante et que j’ai envie de tester très vite (oh, dommage, c’est bientôt les vacances, ha ha!)…

PS1 Un plus: toutes les idées conviennent à tous les niveaux de langue et à beaucoup de langues. Car il faut savoir que le tu/vous, ça ne marche pas en anglais (par contre, c’est très utile pour des apprenants anglophones qui ont justement du mal avec une distinction qu’ils ne connaissent pas), et les sigles, ça ne marche pas en chinois.

🙂

PS2  Je tiens à préciser que pour moi, jeu de formation ne rime pas nécessairement avec jeu de société: les jeux de plateau font partie d’une panoplie bien plus large, dont les jeux sans matériel comme ceux proposés par Catherine et qui marchent parfois bien mieux!




5000 artistes, 100000 tableaux

13 05 2012

Une aubaine pour la classe, ce Musée virtuel, avec des milliers d’images de milliers d’artistes classés par ordre alphabétique (nom du tableau, en anglais, ou  nom de l’artiste)… De quoi animer des heures et des heures de travail autour de jeux avec des images… Reste qu’il n’est pas indispensable d’avoir tant d’oeuvres ainsi réunies pour préparer une séquence intéressante.

Des idées? Vous en trouverez par exemple dans le billet que j’a consacré il y a un an au dossier pédagogique sur l’art proposé par LWP.

Vous pouvez lire aussi, sur papier:

  • BLANC, Nathalie.- « L’Enfant, les images et la langue » (p. 148-156), CALAQUE, Élizabeth.- L’Enseignement précoce du français langue étrangère. Bilan et perspectives.- Grenoble : Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Étrangères et Maternelles / Université Stendhal Grenoble 3, 1997.- 171 p.
  • CÉLESTIN-URBAIN, Hervé et al.- « Images en jeux. Jeux communicatifs et grammaticaux à partir de matrices d’images », Le Français dans le monde nº 191.- fév.-mars 1985, p. 32-36.
  • FAURET, Catherine.- « Cartes à jouer », Le Français dans le monde nº 288.- avril 1997, p. 61-64.
  • VEVER, Daniel.- « Pile et face. Avec du papier, des images, de la colle… et des ciseaux », le Français dans le monde nº 243.- août-sept. 1991, p. 57-61.

Et finalement, quelques idées d’activités en vrac:

Bingo narratif

Avec des planches illustrant des éléments susceptibles d’être mentionnés dans le récit. Sur le principe du bingo, les participants essayent de remplir leur planche en indiquant les éléments de leur planche qui ont déjà été évoqués. Pour ne pas se répéter ni oublier d’éléments, il est utile que l’animateur ait un jeu de cartes correspondant aux images du jeu et s’en inspire pour improviser son histoire.

Commentaire étoilé

Individuellement ou par équipes. À partir d’une ou plusieurs images (photocopiées en 3-4 exemplaires et reproduites sur transparent). Chaque participant ou équipe reçoit une photocopie et un transparent vierge. Il faut produire en un temps donné (à ajuster en fonction du niveau des élèves et des objectifs visés) le maximum d’énoncés commentant l’image, puis les écrire sur son transparent. Ces énoncés doivent obéir à une contrainte imposée (à ajuster aussi). Chaque énoncé pertinent et correct vaut 1 point. Prévoir une correction en grand groupe.

Image mystérieuse

Deviner l’image tirée au sort en posant des questions auxquelles l’animateur ne peut répondre que par « oui » ou « non ».

Kaleidos

Trouver le plus grand nombre possible de mots illustrés sur l’image et commençant par la lettre indiquée.

Observe bien

Avec des planches illustrées. Par équipes. 2 minutes pour observer, puis 20 questions du genre « combien de… », « quel objet est… », « voit-on… ? ». Questions lues à voix haute, réponse par équipes et par écrit, puis vérification collective. De 16 à 20 bonnes réponses, « Bravo, vous êtes de très bons observateurs ! » ; de 10 à 15, « C’est bien, mais vous pouvez mieux faire » ; de 0 à 10, « Vous devez encore vous entraîner ».

Vous n’êtes pas dans votre assiette

CO associée à une vérification visuelle. Le professeur décrit à voix haute une image, en introduisant volontairement des invraisemblances. Dès qu’il y a erreur, les élèves doivent le signaler : le premier à le faire gagne un point.




Les différentes versions de Brin de jasette

6 04 2012

Brin de jasette est un jeu très apprécié lors des soirées jeux organisées dans le cadre du projet « La ludothèque québécoise ». La règle de base: « Les joueurs lancent le dé afin de déterminer celui qui choisit la catégorie à discuter. Le joueur qui obtient le nombre le plus élevé choisit une carte d’une catégorie et lit une question à haute voix pour que tous les joueurs y répondent à tour de rôle. » Simplissime encore, mais efficace pour délier les langues, les questions étant savamment dosées du banal au plus osé.

C’est pourquoi je n’ai pas hésité à enrichir ma collection de deux nouvelles versions qui me permettront d’élargir le cercle de joueurs: Brin de jasette Famille et Brin de jasette Entre copines. J’avais le choix: il existe des versions Junior, Twist, Vie de star, Couples, Édition spéciale…

Ce n’est pas pour rien que le site officiel du jeu inclut une rubrique « Brin de jasette en salle de classe« , où vous pourrez trouver davantage d’arguments pour inclure ce jeu dans votre trousse ludopédagogique. Outre un mécanisme de jeu propice aux échanges oraux, j’en porte témoignage,  il inclut un matériel simple mais attrayant, compact et résistant. Pour y jouer en langue étrangère, je dirais néanmoins qu’il faut attendre au moins la fin du niveau A2, si ce n’est le B1: autrement, les joueurs auront tellement envie de parler qu’ils passeront facilement à la langue maternelle ou se sentiront frustrés de ne pas pouvoir s’exprimer aussi librement qu’ils le souhaiteraient…

Le site propose aussi la possibilité de jouer en ligne, et les production écrites des internautes fournissent un excellent corpus langagier dont le potentiel en classe de FLE n’est pas négligeable.




Monsieur je sais tout

6 04 2012

Parmi les nouvelles acquisitions, c’est au tour de « Monsieur je sais tout« , édité par University games. Le jeu existe en deux versions, mais collectionisme nomade et transfrontalier oblige, j’ai acheté la version voyage, qui tient dans une petite boîte métallique.

Là encore, principe de jeu simplissime: il faut remporter cinq cartes en devinant la réponse à une énigme à partir d’indices lus au fur et à mesure. Les questions sont simples et le jeu n’est donc pas difficile en soi: il suffit de faire preuve de stratégie, en répondant aussi vite que possible, à partir du plus petit nombre d’indices possibles, mais sans se précipiter, car celui qui répond et se trompe perd le droit de participer à ce tour. Les cartes sont classées en quatre catégories: Qui suis-je?, Où suis-je?, Que suis-je ? (huit indices savamment dosés pour trouver) et Tête de mule (questions ouvertes, sans indices). Vous pouvez consulter la règle de jeu complète (version jeu de plateau) sur le site de l’éditeur.

Accessible à mon avis dès le niveau A2, avec des enfants à partir de 8 ans ou qui savent déjà bien lire.




Activités papier/crayon sur le site de Groupement FLE

6 04 2012

Groupement FLE, « le groupement des écoles de français en France » organise les 9 et 10 novembre 2012 des journées pédagogiques consacrées au jeu, à l’Alliance Française de Paris. Je n’ai hélas pas trouvé davantage d’informations sur le site.

Par contre, j’ai parcouru les documents relatifs aux journées pédagogiques 2011, qui se sont tenues au CAVILAM de Vichy, et dont le thème était « De la pratique quotidienne en classe à l’innovation pédagogique ». Parmi les documents intéressants, il y a le descriptif de l’atelier animé par Gisèle Pou et Jean Lamoureux sous le titre «Papier/Crayon». Le texte réunit neuf activités simples, courtes, visant divers niveaux de compétence langagière et facilement adaptables à divers objectifs. IL ne s’agit pas toujours de jeux, mais elles sont toutes liées à l’expression. J’ai personnellement bien aimé « Venir au contact des autres », dont je connais diverses variantes (par exemple, le « domino vivant », dont j’ai déjà parlé sur ce blogue) et « Le mot inducteur ».

 




Les mots des maux

26 02 2012

Toujours sur le même principe que les deux billets précédents, à partir de la question: Et vous, quand vous vous sentez malade, que faites-vous ? Si vous cherchez une idée d’activité, lisez l’avant-dernier billet avant celui-ci…

Bon, vous l’aurez compris, il suffit de visiter le compte Facebook de Le français avec TV5MONDE pour y trouver ce type de matériel et plein d’autres ressourcves encore, à vous d’aller découvrir tout cela seuls comme des grands.




Votre ville préférée

26 02 2012

Sur le même principe que le billet précédent, voyez aussi « Si vous deviez étudier dans une ville étrangère quel serait votre choix et pourquoi ? « 

 




Votre moyen de transport préféré

26 02 2012

Je découvre grâce à Richard l’image suivante, parue sur le mur Facebook de Le français avec TV5 Monde suivie d’une simple question… « Le métro est certainement le moyen de transport le plus utilisé à Paris. Et vous ! Quel est celui que vous préférez ? » En un rien de temps, 74 commentaires venus des quatre coins du monde ont fusé… Pourquoi ne pas inviter vos étudiants à réagir aussi? Au Mexique, et plus précisément à Mexico, mes étudiants parleraient sans doute du Métrobus (bus à arrêts fixes sur voies confinées), les peseros (boîtes à sardines qui s’arrêtent n’importe où et font un peu n’importe quoi…), du « train léger », du covoiturage, du taxi, du « Pumabus » (bus interne sur le campus de l’UNAM), de l’ecobici (sur le même principe que le Vélib’ parisien)… Intéressant de comparer avec d’autres régions du monde. De quoi aborder l’interculturel dès les tout premiers niveaux.

Une possibilité de jeu? Tout simplement, organiser des équipes de trois apprenants, leur donner deux à cinq minutes (selon le niveau de langue) pour dresser la liste la plus longue possible de transports imaginables (dictionnaires acceptés). Ensuite, comparer la liste à celle ci-dessus: compter 1 point pour toute bonne réponse, 2 points par réponse non incluse sur l’image et jugée valable par la classe (même si une autre équipe l’a trouvée), 3 points par réponse correcte, jugée valable et que personne d’autre n’a trouvée. Puis éventuellement lancer des mini-sondages en parallèle  pour établir… le transport majoritairement préféré et détesté dans la classe, le transport majoritairement utilisé, le transport que personne n’a jamais utilisé, le transport que tout le monde aimerait utiliser un jour, etc. Puis, pour le splus avancés, enchaîner sur le débat des transports et l’écologie, etc…




Jeu sur le recyclage des DEEE

11 10 2011

L’European Recycling Platform, ERP, propose sur son site un jeu relatif aux déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) qui peut s’avérer intéressant pour la classe de langue.

On peut commencer par introduire le vocabulaire de ces équipements, qui font partie de la vie de tous les jours (réfrigérateur, congélateur, climatiseur; cuisinière, four, lave-vaisselle, lave-linge; console de jeu, sèche cheveux, lecteur mp3, montre, appareil photo; lampes…) et en profiter pour présenter ou revoir le vocabulaire des pièces de la maison.

Dès la fin du niveau A1, voire avant, on peut faire de la réception de l’écrit à partir du texte intégral ou des extraits choisis du document « Tout sur les DEEE », qui explique dans un langage clair et simple ce que sont les DEEE et comment les traiter. À partir de ce même texte on peut faire de l’interaction, de la production orale et/ou de la production écrite en travaillant aussi éventuellement des points de grammaire (interrogation; expression du conseil à l’infinitif, au présent et à l’impératif…). Par exemple, à partir du schéma illustré expliquant les trois options de traitement, on peut faire expliquer le cheminement suivi par les déchets en fonction de l’option choisie.

Finalement, on peut jouer en ligne: les Chronokids Adèle et Marvin font le tri dans les équipements électriques et électroniques de la maison (EEEE). Il faut cliquer sur une pièce de la maison (chambre, salle de bains, salon ou cuisine), retrouver des EEEE (7 à 9 objets par pièce)  et, en fonction de leut état (cassé, à réparer, à remplacer…) choisir leur destination.

Il serait éventuellement possible de jouer hors ligne en imprimant les écrans. Il est également possible de donner à une équipe une illustration où sont indiqués les EEE à retrouver; cette équipe devrait donner à une autre des indications sur l’emplacement des objets, en utilisant le bon vocabulaire ainsi que les prépositions de lieu. Ou alors, afficher sur un écran l’image de la pièce; les joueurs, au lieu de retrouver les objets gràce au déplacement du curseur, devraient faire des hypothèses à voix haute validées par le meneur de jeu.

Les possibilités sont nombreuses (d’autant plus que le jeu s’accompagne d’autres documents, de suggestions d’exploitation pédagogique et d’une BD).

 

 




Jeu du fil: une version détaillée

7 10 2011

Sylvain Audet a élaboré une version détaillée du jeu du fil rouge (que j’ai moi-même appris d’Éric Perrotel) à partir de mon livre Le jeu en classe de langue (CLE International, 2008). Vous pouvez consulter sa fiche, qui convient très bien à un niveau A2 ou plus, en cliquant ici