Où acheter des jeux à Montréal

21 06 2011

Je ne connais pas encore suffisamment la ville de Montréal, que j’aime pourtant beaucoup. Néanmoins, mon amie V m’ayant demandé où trouver des jeux à Montréal, je lui réponds: le magasin que je fréquente personnellement quand j’ai la chance de passer dans cette ville, c’est le Valet de coeur (bien situé, bien fourni).

Mon expérience à Québec m’ayant appris que les jouets usagés sont l’occasion de faire des aubaines pour nous profs et formateurs, j’ai déniché l’adresse d’un magasin que je ne connais pas personnellement mais que je ne manquerai pas de visiter lors de mon prochain séjour: Les lutins verts, dont le slogan est « Jouets recyclés à petits prix ».

Et il y a aussi, bien sûr, la librairie Archambault, qui dispose de très nombreux magasins au Québec.




Jeux de labyrinthe

20 06 2011

Serez-vous serf, palefrenier, valet, écuyer, chevalier, seigneur ou prince? Dans ces jeux-questionnaires de labyrinthe proposés par le CCDMD, vous aurez à répondre le plus rapidement possible à différentes questions d’ordre linguistique (vocabulaire, orthographe, grammaire) pour recueillir des écus et tâcher d’élever votre rang. Cinq niveaux s’offrent à vous. Attention, les niveaux « faciles » sont tout de même assez exigeants. Je dirais qu’il faut un bon niveau B1 pour commencer à jouer sans trop stresser.

Mon seul regret: qu’il n’y ait pas de commentaires permettant de renforcer les éventuels points faibles…




Le statut du français en Amérique latine

16 06 2011

Ça n’a pas à voir directement avec le jeu, mais c’est le fruit de mon travail récent, alors je partage avec vous la joie de voir publié mon texte sur le statut de français en Amérique latine, qui fait suite à ma participation à l’Université d’été sur la Francophonie des Amériques organisée par le Centre de la Francophonie des Amériques, l’institut québécois des Hautes études internationales de l’Université Laval et l’Université du Québec en Outaouais .

Pour lire l’article, publié dans les Cahiers de la Chaire Senghor de la Francophonie de l’Université du Québec en Outaouais, cliquez ici.

??




Mes nouvelles acquisitions : Buzz it

15 06 2011

Voici un jeu de réactivation lexicale basé sur le même principe que Tic tac boum, en plus sophistiqué.

Buzz it, créé par Reiner Knizia, est un jeu dont le but est de récolter le moins de cartes. Le buzz-master tire une carte et choisit l’une des deux catégories (classique ou humoristique, par exemple « À acheter pour son mariage » et « On ne les invite pas à le même soirée »). Les joueurs doivent proposer à tour de rôle une réponse dans un temps limité. Celui qui se trompe ou ne dit rien reçoit la carte-buzz, et le rôle de buzz-master tourne.

Les plus du jeu: l’accessoire sonore, le buzz, qui met de l’ambiance. La possibilité de choisir entre deux sujets, sérieux ou humoristique. Les privilèges accordés au buzz-master, qui gère le temps et choisit le thème mais doit aussi valider les réponses et peut imposer des contraintes supplémentaires. Le faitr que ce rôle de buzz-master tourne. La spécificité de l’édition Québec. On peut facilement jouer à ce jeu avec du matériel élaboré par les enseignants ou les apprenants (mais il faut admettre que le travail de sélection des catégories réalisé par les concepteurs est excellent, et il serait dommage de le rater; il faut se procurer un buzzer sympa).

Les moins: Pour jouer en classe, on peut partager le corpus de cartes pour jouer en sous-groupes mais il faudra se procurer d’autres buzzers.  Il faut aimer ce genre de jeu (moi, j’aime!).

En classe, c’est un jeu accessible dès la fin du niveau A1 à condition de jouer par équipes et de ne pas donner de contraintes linguisitiquement trop difficiles (mais attention à ne pas éliminer la dose d’humour sous prétexte que c’est plus facile de rester sérieux). C’est un jeu pour travailler le lexique mais aussi, pourquoi pas, l’orthographe (si la réponse est donnée par écrit sur une ardoise, par exemple). Il y a aussi une part d‘interculturel, de savoir-être et de savoir-apprendre.




Mes nouvelles acquisitions : Altitude

13 06 2011

Dernier jeu de ce soir: Altitude. Je l’avais déjà vu en boutique mais, à 25 CND plus taxes, j’hésitais. Puis je l’ai trouvé à un prix d’occasion, 8 CND, je me suis laissé tenter.

Il s’agit d’un jeu de lettres exigeant rapidité, mais aussi agilité et stratégie. Le but du jeu est d’accumuler 5 cartes-altitude. Pour ce faire, il faut être le premier à combiner la carte-altitude placée au centre et visible par tous les joueurs (la carte contient une syllabe) avec ses propres cartes-alpiniste (ces cartes contiennent des lettres).

Le vocabulaire et l’orthographe sont donc au centre du jeu. On devrait pouvoir y jouer par équipes et dès le niveau A1 (en introduisant éventuellement des variantes de temps ou de nombre de cartes, ou en choisissant le corpus de cartes à l’avance).

Soit dit en passant, c’est encore un jeu québécois! Pour les jeux de société, ils sont forts, les Québécois!




Mes nouvelles acquisitions : Trouve-moi de A à Z

12 06 2011

Ce jeu-là, je l’ai acheté neuf et à moitié prix chez Réno-jouets, magasin auquel j’ai déjà consacré un billet ces jours-ci.

Jeu fabriqué et imprimé au Canada, il peut être joué dès 7 ans  voire 5 ans si le joueur est accompagné par un grand. Le nombre prévu de joueurs? Illimité. Chic, pas de problème pour l’adaptation en classe…

Le but du jeu est de « s’amuser à trouver, nommer et écrire des mots  décrivant divers objets dans différents lieux, en utilisant les lettres de l’alphabet et des pastilles spéciales ».

Jeu de vocabulaire, donc, mais aussi jeu d’écrit (et d’orthographe), jeu d’oral, jeu de description et, par la diversité des situations illustrées, jeu permettant d’explorer différentes situations de communication.

Quatre variantes sont prévues.




Mes nouvelles acquisitions : Drôle de génie

12 06 2011

Le temps est venu de ranger tous les nouveaux jeux (argh, il faut leur trouver une place sur des étagères déjà bien remplies)… Auparavant, je veux néanmoins en faire une courte présentation afin de partager la joie de la découverte avec vous.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester les jeux, fin de semestre oblige, mais je devrais bientôt organiser une soirée jeux et vous donner des nouvelles…

Bon, premier dans la liste, par ordre d’apparition dans la pile: Drôle de génie. Prix: 23 CND plus taxes chez Archambault. Jeu créé par le Montréalais Daniel Jasmin, également auteur de Bagou.

Drôle de génie

Drôle de génie est un jeu-questionnaire pour adultes, initialement conçu pour 4 à 7 joueurs (mais devrait pouvoir être joué par équipes ou par sous-groupes jouant en parallèle). Le but du jeu est « de rêver entre amis à toutes sortes de situations amusantes comme gagner à la loterie, faire le tour du monde, refaire sa vie, devenir invisible, faire un voyage dans le temps, etc. De multiples situations à réfléchir et à discuter entre amis. Pour le simple plaisir de rêver! Vous trouverez également en bonus dans cette boîte, le jeu des souvenirs, pour se raconter des souvenirs entre adultes! » La  boîte contient 112 cartes, un sablier, un dé, 40 jetons et une notice.  La durée prévue de la partie est d’une heure.

Ce jeu devrait donc être très utile en classe pour travailler l’expression orale en interaction (mais pourrait être adapté à l’expression écrite), surtout en ce qui concerne l’expression de l’hypothèse mais aussi le récit au passé. Il sollicite aussi la réception de l’écrit et, bien entendu, la réception de l’oral. Il permet de faire émerger des éléments culturels et donc d’engager une réflexion interculturelle.  Je compte l’utiliser dès le niveau A2 .

Exemple de carte-hypothèse: « Ne jamais vieillir. Si un génie te proposait de devenir immortel mais à la condition suivante: personne ne doit jamais s’en apercevoir. Tu devras donc un jour rompre avec ta famille et tes amis afin de poursuivre ta vie ailleurs sous une autre identié. Accepterais-tu cette offre? Justifie ta réponse »

Exemple de carte-souvenir: « Amour adolescent. Deux joueurs doivent parler de trois personnes dont ils ont été amoureux durant leur adolescence. »

La notice ajoute des règles qui permettent de structurer l’interaction et de déterminer des gagnants et des perdants.




Acheter des jeux à Québec

8 06 2011

Je rentre de Québec, vous l’aurez compris à la lecture de mes billets précédents, et je rentre les valises chargées de nouveaux jeux. Disposant de peu de temps, j’ai d’abord succombé aux tentations de la librairie Archambault, qui dispose d’un rayon jeux et jouets bien fourni (et on peut acheter en ligne) et permet donc de s’adonner simultanément au vice des livres et à celui des jeux…

Mais j’ai fait mes meilleures affaires dans un magasin sympathique et éloigné du centre-ville, dans lequel vous trouverez d’excellents jeux à des prix défiant toute concurrence (de 25% à 70% de réduction par rapport au prix du neuf). J’y ai déniché par exemple, à 2 CND (oui, deux dollars canadiens) le jeu « Ripley’s. Croyez-le ou non » ou encore, à 10 CND (moitié prix) un exemplaire tout neuf et encore emballé de « Trouve-moi de A à Z. À la découverte du monde des mots ».

Depuis des années j’avais envie du jeu de lettres Megamix, depuis qu’un stagiaire me l’avait montré, et je l’ai enfin trouvé! J’ai passé dans l’avion un bon moment à chercher le mot le plus long…

Bon, alors, me direz-vous, quand est-ce que tu vas nous dire où se trouve ce magasin? Eh bien, en voici les coordonnées:

Le magasin de Réno-Jouets est situé au 2699 avenue Watt dans le Parc Colbert. C’est toujours dans la ville de Québec, mais loin de la partie touristique. En taxi, la course devrait coûter dans les 20 CND. Si vous trouvez le moyen de vous y rendre en bus, vous me le direz! Moi, j’avais peu de temps, mais j’ai aussi une bonne et généreuse amie qui m’a accompagnée en voiture 🙂

Attention, ils n’acceptent que l’argent comptant…

Ma valise était encore plus remplie après un tour du côté du marché aux puces de la rue Cartier, où j’ai également réussi à me procurer des jeux de société en très bon état à des prix allant de 1 à 5 CND…




Autour des stéréotypes: « les maudits Français »

12 05 2011

Il y a quatre ans déjà de cela, j’ai publié une fiche pédagogique autour de la chanson Les Maudits Français de Linda Lemay (Silva, Haydée. 2007. “Stéréotypes nationaux” / fiche pédagogique, Le Français dans le monde nº 353, p. 82-83).

Pour des raisons éditoriales, la fiche n’a pas pu être publiée dans son intégralité. Après avoir abordé hier avec mes étudiants en didactique la question de l’interculturel et son évolution en classe de langue (Civilisation –> Culture –> culture –>  interculturel –> pluriculturel…), je souhaite aujourd’hui partager avec eux et avec vous la séquence complète telle que je l’avais conçue à l’époque, où j’ai tâché d’appliquer une approche pluriculturelle. La voici: Fiche pédagogique « Les maudits Francais ».




Jeux linguistiques de la Francofête

29 03 2011

Qu’est-ce que la Francofête? D’après l’historique disponible sur son site, « Depuis 1988, plusieurs pays francophones célèbrent, le 20 mars, la Journée internationale de la Francophonie : de nombreuses manifestations qui font la promotion de la culture d’expression française sont organisées autour de cette journée. // Au Québec, la création de la Francofête en 1997 a permis de rassembler les manifestations liées à la célébration de la langue française et de la francophonie. […] la première Francofête avait comme objectif de rappeler aux Québécois et Québécoises la volonté, la fierté et le plaisir de vivre en français. Avec les années, la fête s’est progressivement fait connaître dans divers milieux : celui du travail et du commerce, celui des technologies de l’information, celui de l’éducation et celui des arts et de la culture. »

La Francofête 2011 a donné lieu, entre autres, à l’élaboration de divers jeux linguistiques, classés par niveau de difficulté. À vous de jouer…

Facile C… une lettre COMPLICE

Facile AVEC précision

Moyen Les charades des AGAPES

Moyen RÉSEAUTER sans intrus

Difficile Un FIL d’Ariane vers l’Antiquité

Une langue très ACCUEILLANTE

Difficile Lévis de fil en aiguille (grille de most croisés PDF) – solution